jeudi 23 avril 2015

Le Cerf à la Menthe : mon nouveau blog consacré à l'amour de soi

Les gars, je suis super excitée.
J'ai rarement été aussi excitée par un projet.

Récemment, j'ai créé un nouveau blog : Le Cerf à la Menthe (ce nom fait tellement petite blanche hipster, Iphone 6 et tatouage "symbole infini" compris) (mais je l'aime fort, ce titre).
C'est un blog consacré à l'amour de soi.

Si vous avez du mal à vous aimer et à être bienveillant avec vous-même.
Si vous avez peu de confiance en vous.
Si l'idée de réaliser vos rêves vous semble impossible.
Ou si vous n'avez aucun problème à faire tout ça mais aimez cette énergie positive.
Alors venez me rejoindre, on sera bieng !

Je viens également de créer le tag #amouralamenthe pour que chacun puisse participer et poster des photos en rapport avec l'amour de soi. Quand on prend un bon bain, quand on se paie une manucure, quand on aide quelqu'un, etc.
N'hésitez pas à participer !

Pour vous abonner au blog, vous avez la page Facebook ici et la page Hellocoton ici.

.


mercredi 22 avril 2015

Spring Project : mon signe astrologique

Pour fêter le printemps, Mots à Maux et moi avons décidé de collaborer dans une série d'articles à thème commun : le Spring Project. Ces articles seront publiés tous les mercredi du printemps. 

Aujourd'hui, je vous parle de mon signe astrologique.


J'ai toujours été très fière de mon signe astrologique. Le scorpion est connu pour être le signe le plus badass du système solaire, et je ne connais personne qui ne connaîtrait pas sa signification principale (ce n'est pas le seul, le bélier, la vierge et le gémeau sont aussi très connus) (alors que...sincèrement...qui peut me donner le caractère du taureau ou du cancer ?) (tous mes lecteurs taureaux et cancers vont se désabonner) (REVENEZ JE VOUS AIME).

Le scorpion est connu comme étant un signe particulièrement noir, manipulateur, pervers, ironique, franc (je compte "franc" comme un défaut, car généralement, pour la majorité des gens, être franc signifique "être un connard et en être fier"), agressif, jaloux...bref, tout ce qu'il faut pour plaire.

Alors, pourquoi le fait d'être scorpion me plait-il autant ?
Parce que le scorpion est également conquérant, vif, sensible, courageux, sensuel, passionné, fidèle, intelligent, ponctuel (oui...bon...), tout ça...tout ça...

Au troisième décan (c'est moi !), le scorpion éprouve un fort besoin d'affection. Il est possessif, jaloux, mais très créatif.

Sa planète est Pluton (nous les scorpions, on se fiche de savoir si Pluton est plus petit que la Russie, on l'accepte TEL QU'IL EST), car Pluton est une planète (je le mets en gras pour la Nasa) la plupart du temps cachée des astrologues, ce qui renvoie au côté changeant et mystérieux du scorpion. Ils sont également liés car Pluton est le dieu de la mort (pour rappeler que le scorpion est badass).
On dit également que Mars est relié au scorpion à cause du tempérament belliqueux du dieu Mars, mais cette planète est principalement reliée au bélier. Pour le scorpion elle est plutôt secondaire (le scorpion et le bélier ont quelques points communs, comme Mars, la couleur rouge, l'agressivité... je me sens très proche de ce signe. De plus, j'ai une amie bélier qui adore son signe, du coup c'est un peu notre complicité à nous).

Ses couleurs sont le rouge et le noir (Stendhal devait être scorpion) (raté, il était bélier) (je suis une merde).

Bref, si vous voulez résumer un scorpion, vous fusionnez le sexe et la mort, et tout se passera bien.

Maintenant, la question est : le scorpion me ressemble-t-il ?

Je crois que j'aimerais ressembler au scorpion plus que je ne lui ressemble vraiment. C'est comme un fantasme pour moi : être la femme canon et voluptueuse en longue robe noire, avec un porte-cigarette et 69 mecs à ses pieds.
(Dita von Teese doit être scorpion) (raté, elle est balance).


Niveau amour, oui, je suis passionnée. Par contre, je suis beaucoup moins possessive et jalouse qu'avant (surtout depuis que je suis polyamoureuse, ce qui m'a fait revoir entièrement ma vision de la jalousie). Bon, il est vrai que si mes copains pouvaient n'aimer que moi, je serais très heureuse, c'est humain, mais ça ne se contrôle pas, et si un jour ils en aiment une autre, c'est ok.
Je suis également fidèle, je pense que je le serai toujours (non, être polyamoureux ne veut pas dire qu'on est infidèle, je le dis tout de suite).

Au niveau sexuel...ben oui, j'aime le sexe. Je trouve ça franchement cool, même si ça fait quelques mois que je suis un peu en conflit avec, la plupart du temps.

Je pense que le concept de manipulation est assez étrange. Qui ne manipule jamais ? Personne. Mais je ne pense pas avoir un jour manipulé dans le sens négatif du terme. Faire du mal à quelqu'un est un peu contraire à mon credo.

On dit également que le scorpion a souvent des capacités psychiques et se sent très proche de tout ce qui est ésotérique. A nouveau, je me reconnais là-dedans (mais je ne développerai pas, ça me regarde).

Le scorpion est également très froid, et j'ai énormément tendance à virer les gens de ma vie dès que quelque chose ne va plus. Comme ça. Poof. Je n'ai pas le temps de parler avec des gens sexistes, homophobes, racistes, toxiques, ou rabaissants.

Et j'ai également un fort côté "j'ai des envies, des projets, et le premier qui veut m'empêcher d'atteindre mes buts, je le merde très fort".
Je pense que le fait d'être scorpion m'a énormément aidée à être aussi courageuse et à ne pas avoir peur de faire ce que je veux. Je suis amoureuse de deux mecs ? Je sors avec les deux. Je veux ouvrir un sex shop ? Je me fous de savoir que ça ne plaira pas, je commence une formation de gestion. J'agis, j'agis, j'agis

Bref, je suis détestable.

Article de Mots à Maux

mardi 21 avril 2015

Comment travailler de façon plus efficace en 4 étapes

Que ce soit pour étudier, écrire, s'occuper des papiers administratifs, faire ses devoirs, etc, nous rencontrons tous le même problème : comment faire pour travailler de façon efficace, sérieuse, et surtout : ne pas s'arrêter toutes les 5 minutes pour jeter un oeil sur les blogs, Facebook, ou votre chat qui vient d'entrer dans la pièce ? Et comment ne pas se décourager devant le travail qui vous attend ?

J'ai réussi ici quelques petites astuces qui pourraient vous être utiles.

1. Ne restez pas coi devant le travail à faire

J'ai une anecdote pour vous : quand j'étais encore en secondaire, nous avions eu un jour, en cours de français, un texte sur Baudelaire à synthétiser. Une page recto, 50 minutes. Il fallait le lire, puis en réécrire l'essentiel.
La majorité de la classe a paniqué et s'est plaint du travail à faire et du manque de temps, et ce pendant les 50 minutes de cours, n'en démordant pas une minute.
Personnellement, dès que j'ai eu le texte devant moi j'ai commencé à le lire une fois, puis j'ai procédé comme ceci :
- Je lisais un paragraphe une seconde fois.
- Je soulignais les passages importants.
- J'écrivais avec mes mots, en 2-3 phrases, ce que ce paragraphe signifiait.
- Et je passais au paragraphe suivant.
Au bout des 50 minutes, j'avais fini. Alors que les autres n'avaient jamais commencé, tout occupés qu'ils étaient à considérer le travail à faire.

Cette réaction est tout à fait normale, et je le fais également parfois (bon, d'accord, souvent) : lorsqu'on a du travail à faire, on est parfois découragé devant le labeur à venir et forcément, on reporte à plus tard, à force de se dire qu'on n'en verra jamais le bout.
C'est un piège, il ne faut jamais faire ça. Même pas 30 secondes. Jamais.

Pendant que vous vous inquiétez du travail à faire...vous ne travaillez pas ! Vous perdez un temps précieux et finalement, votre labeur paraît bien plus grand.
Ca ne sert à rien.

J'ai un roman de 236 pages à relire et corriger. J'ai envie de pleurer quand je pense à la montagne de boulot qui m'attend.
Mais il suffit de se mettre au travail. Tout de suite. Et d'avance, chapitre par chapitre, paragraphe par paragraphe.

La règle 1 pour travailler mieux est donc de...travailler, tout simplement.

2. Créez un espace de travail sympa et agréable

Choisissez un endroit lumineux (mais veuillez à ce que votre écran d'ordinateur, si vous en utilisez un, n'aie pas de reflets), disposez des choses qui vous plaisent (des plantes, des photos, etc), écoutez de la musique motivante, préparez vous un thé, un café ou une menthe à l'eau. Il devient bien plus agréable de travailler quand le cadre-même donne envie.

Avant, je travaillais tard le soir, dans ma chambre un peu sombre. Maintenant, je me suis installée un coin bureau dans la veranda du haut, et ça va bien mieux. J'ai davantage envie de me mettre au boulot dès le matin, j'ai plus de lumières, j'ai toute la place pour poser un thé.
Le seul bémol, ce sont les reflets. C'est insupportable. Evitez les reflets.


3. Utilisez une minuterie

Lorsque vous avez du mal à rester concentré, c'est le moyen le plus efficace pour terminer quelque chose rapidement.
Vous mettez 1h30 à écrire un billet de blog parce que vous avez tendance à faire une pause après chaque phrase. Il vous faut une minuterie.
Si vous n'en possédez pas, vous en trouverez facilement une en ligne.

Personnellement je procède comme suit : je travaille pendant 10 minutes, puis je fais une pause de 5 minutes. Je recommence jusqu'à ce que ma tâche soit finie (que ce soit un article, un chapitre de mon roman, le rangement de ma chambre, etc).

4. Evitez de faire plusieurs choses à la fois

Terminez toujours ce que vous avez commencé avant de passer à autre chose. Sinon, toutes vos tâches prendront un temps fou, vous aurez l'impression de ne pas avancer et serez découragés.
Si vous écrivez sur votre ordinateur, en dehors des pauses n'allez pas sur Facebook, ne répondez pas à vos sms, ne prenez pas d'appel (sauf si vous chercher un job et que le numéro est inconnu. Prenez ce putain d'appel !), concentrez-vous.
Si vous faites le ménage, ne vous arrêtez pas pour parler à quelqu'un d'autre.
Si vous rangez, ne vous arrêtez pas pour jouer avec ce truc que vous venez de retrouver (on fait tous ça, mais c'est maaaal).
Si vous attendez toujours de terminer une chose avant d'en commencer une autre, croyez-moi, tout ira beaucoup plus vite.


A partir du moment où j'ai commencé à appliquer ces conseils, j'ai eu beaucoup moins de soucis de productivité. J'espère qu'ils vous seront aussi utiles qu'ils l'ont été pour moi :)

samedi 18 avril 2015

Mes coups de coeur sur la blogosphère ~2

Le mois passé, je vous avais écrit un article présentant quelques articles que j'avais beaucoup aimés en l'espace d'une ou deux semaines.
J'ai mis un peu de temps avant de réitérer l'expérience, certains articles sont donc un peu plus anciens, mais voici le second article avec mes coups de coeur <3

Catégorie français

Nina Flageul nous parle de la vision des rondeurs dans le milieu de la mode et de cette manie très agaçante de croire qu'il y a de vraies, belles rondeurs, et des rondeurs moins acceptables (qui sont, étrangement, les rondeurs qu'ont la majorité des femmes. Pas de chance).

Assume tes rondeurs, mais pas toutes...


Nepsie parle de la conscience politique et du fait que la politique n'est pas un sujet flou réservé à une élite instruite mais bien à tout le monde, rien que dans les choix que nous faisons chaque jour. J'ai trouvé cet article très instructif, car avant je pensais également que je n'étais pas très "politique", mais finalement elle m'a apprise que la politique, ce n'est pas juste "regarder les interview de Marine Lepen et de Sarkozy à la télé".



Odile Sacoche évoque le sujet de l'industrie de la mode et des abus concernant les employés exploités chez certaines grandes firmes, comme H&M, mango ou ici, Primark.



No Tuxedo évoque les avantages et inconvénient de deux types d'articles : les articles courts et les articles longs. Car chacun et ses spécificités et chacun peut apporter quelque chose que l'autre n'a pas forcément.



Laura nous explique comment la pratique du yoga et le style de vie allant avec peut nous aider à arrêter de fumer, petit à petit.



Sarah aborde un des sujets les plus tabous de notre société : les règles. Pourquoi refuse-t-on d'en parler ? Pourquoi semble-t-il si important de les cacher ?




Diglee parle des femmes écrivains qui ont marqué la littérature et surtout : pourquoi lit-elle principalement des femmes et laisse les hommes de côté ? Et pourquoi cette tendance semble-t-elle poser tant de problèmes aux gens ?


Vio la Vilaine nous raconte sa grossesse en tant que fumeuse, quelles sont les aides qu'elle a reçue, et dédramatise le sujet de la cigarette en cas de grossesse : non, il ne faut pas avoir honte ; oui, il y a des solutions.




Catégorie anglais

Jessi Kneeland parle du "fitness féminin" et de ses travers : les "gourou fitness" distribuant parfois les pires conseils, le vocabulaire niaiseux, les haltères roses de 1 kg (je n'ai jamais compris non plus), etc.




Henrik Edberg nous donne 13 conseils pour rendre notre vie plus agréable et efficace. 



vendredi 17 avril 2015

Le meufisme : la chaîne youtube féministe qui fait du bien

Hier soir, en ouvrant Youtube sans but précis, j'ai vu une vidéo dans mes recommandations dont le titre m'a intriguée : "Le meufisme - Mac Killeuse".
Sur le coup, j'ai juste trouvé la vidéo plutôt sympa, ce qui m'a amenée à regarder les autres.

J'ai ainsi pu observer le ton féministe de la majorité des vidéos, dénonçant le harcèlement de rue, le sexisme, les tabous, etc, et j'ai été vraiment charmée par cette dénonciation tout en fraîcheur (j'adore la bouille de Sophie Garric) et en humour.

Une vidéo m'a particulièrement frappée ; c'est celle-ci :


J'ai aimé cette vidéo car elle dénonce trois choses :

- Le fait de penser que les femmes sont privilégiées parce qu'elles ne paient pas l'entrée en boîte ni certains sites de rencontres : la BLAGUE.
- Le harcèlement de rue, les dangers du même genre.
- Les filles qui répondent "agressivement" aux "mecs biens" quand ceux-ci veulent juste leur demander l'heure ou dire bonjour.

En fait, j'ai trouvé ça monstrueusement bien orchestré car le plus gros de la vidéo veut bien dire "sincèrement, j'échangerais bien tous les risques que je cours dès que je mets un pied dehors avec l'obligation de payer 15€ quand je vais en boîte de nuit" et explique également la méfiance permanente des femmes dès qu'elles croisent un homme dans la rue.
C'est pour cela que je l'ai trouvé plus riche et plus profonde que les autres vidéos de la chaîne.

J'ai également beaucoup apprécié d'autres vidéos comme celle retraçant la plupart des grandes inventrices de l'Histoire, et qu'on oublie trop souvent.


Ainsi que celle dénonçant le tabou autour des règles.


Parfois, je vois que le message est mal communiqué et finalement dessert la cause des femmes (je pense notamment à une vidéo qui dénonçait le slutshaming et finissait par dire "ben oui si une femme est une chieuse hystérique, c'est qu'elle a ses règles") mais ce que j'ai énormément apprécié, c'est que l'équipe de la chaîne s'en rend vite compte et s'excuse, ce qui les amène finalement à progresser plus vite et à communiquer des messages toujours plus justes.


Voilà, je tenais à vous présenter cette chaîne aussi drôle qu'éducative, car je l'ai énormément appréciée :)
Qu'en pensez-vous ?

jeudi 16 avril 2015

5 étapes pour de jolis pieds

Les pieds, c'est un peu la partie de notre corps qu'on oublie le plus (avec les coudes et les genoux). C'est trop loin pour y penser, il y a trop de travail car ils sont déjà amochés...bref, on préfère les oublier.
Du coup, notre vernis est écaillé, certains ongles sont trop longs, une bonne corne a eu le temps de se former sur le talon...bref, c'est un peu l'horreur.

Pourtant, même de gros dégâts peuvent être réglés assez vite, en quelques étapes.
Je vous montre mes techniques pour retrouver des pieds potables, malgré mes séances de running qui les mettent souvent à mal.

1. On fait table rase

Si vous avez des ampoules (ça arrive même aux meilleurs), percez les avec une aiguille désinfectée, désinfectez bien la chose et placez un pansement sur le tout. Si votre vernis est écaillé, retirez le. Vous pouvez également faire un état des lieux. Si vos orteils ont des mycoses, par exemple (ça arrive aussi), ne vous inquiétez pas, vous pouvez quand même obtenir des pieds potables en cachant tout. Mais pensez à vous faire prescrire quelque chose (personnellement j'ai prévu de prendre un traitement oral, car le vernis anti-mycosique m'empêche de cacher mes ongles sous un vernis plus coloré et bonjour les complexes).
Bref, ne vous laissez pas abattre et trouvez une solution aux plus gros problèmes que rencontrent vos petons.


2. On exfolie (une fois par semaine)

Personnellement, j'exfolie en trois temps et ça fonctionne plutôt bien. Je pars de pieds bien cornés bien moches et je me retrouve avec des pieds bien lisses en une seule douche.
- Je prépare un bon gommage à base de marc de café et d'huile d'olive (vous pouvez remplacer le marc par du sucre en poudre) et je frotte énergiquement la plante de mon pied avec.
- Je continue de gommer mes talons avec une râpe exfoliante. Elles ne coûtent pas spécialement cher, vous pouvez en trouver des toute bêtes à double face à 2€. Là encore, je frotte énergiquement mes pieds. D'abord avec le côté plus rugueux, puis l'autre.
- Je termine avec un simple gel douche exfoliant, tout doux, pour terminer le travail.


3. On hydrate et on nourrit

Une fois par semaine, munissez-vous d'une crème bien hydratante et d'une paire de grosses chaussettes. Badigeonnez vos pieds de crèmes, en couches épaisses. Faites un peu pénétrez (non, tout ne va pas pénétrer, c'est normal, il faut en mettre beaucoup donc ce ne sera pas le but), puis enfilez soigneusement vos chaussettes. Au bout de plusieurs minutes, heures, ou toute une nuit, vos pieds seront bien nourris.
Et tous les jours, hydratez vos pieds avec de la crème, comme vous le feriez avec votre somptueux body.

4. On coupe et on polit

Avant la dernière étape, celle de la pose du vernis, coupez soigneusement vos ongles (ou limez-les, je ne suis pas sectaire), puis prenez un polissoir à 4 faces et polissez vos ongles. Ça vous permettra d'avoir une surface plus lisse (et d'enlever d'éventuels résidus de vernis coincés entre deux stries), d'avoir une mycose moins visible et donc d'avoir un vernis tout joli, sans irrégularité.

5. On vernit !

Dernière étape, facultative : la pose du vernis. Libre à vous de choisir une couleur qui vous correspond. Si vous préférez assortir la couleur de vos pieds à celle de vos mains, si vous aimez le rose Barbie ou un noir bien brillant, des paillettes ou du mat, etc. Si vous préférez la discrétion, vous pouvez toujours poser un joli rose pâle ou juste une couche de vernis transparent. Ce sera la touche finale après une bonne séance de soin et vous aurez tout de suite davantage confiance en vous au moment d'enfiler vos sandales.

Voilà, c'est un article qui sort un peu de ce que j'ai l'habitude de faire mais j'en ai eu l'idée en soignant mes pieds fatigués (et en voyant l'efficacité de ma méthode), du coup j'ai eu envie d'en faire un article. J'espère qu'il vous a plu :)

Spring Project : Ma vie dans un an

A minuit, je me rappelle que j'ai un article à écrire. Après une mitraillette tardive et tous les épisodes de Bref regardés (je n'avais jamais vu que dans "Bref, je suis vieille", quand le fils dit "on se voit demain", il y a Jamais qui passe derrière, de l'épisode "Bref, je remets tout à demain") (voilà, cadeau), je me rappelle ENFIN que dans la vraie vie j'ai un blog et un projet en commun avec quelqu'un qui compte sur moi.

Je suis toute excitée à l'idée de parler de ce sujet : comment sera ma vie dans un an ?
Car finalement, un an, ça reste long. On dira ce qu'on veut, à base de "ça fait déjà un an ?" (ça fait déjà un an que je me suis fait percer le téton, vous vous rendez compte...pour moi c'était le mois passé), c'est toujours 365 jours et ça, c'est interminable.

Dans un an, j'aurai 20 ans. Moooon dieu. 20 ans bien entamés, mais 20 ans quand même. Je n'aurais jamais imaginé avoir cet âge un jour, ça fait vraiment bizarre. Je ne serai plus une ado, alors ? Très étrange impression.

Dans un an, je serai en Langues et Lettres Française et Romane.
Eh oui, revirement de situation, après avoir obtenu mon certificat de gestion de base, je me remettrai aux études, pour 5 ans de cours. J'espère que dans un an, je ne serai pas aussi stressée que je l'imagine, que j'arriverai à gérer les cours, que j'aurai de bonnes notes.

Dans un an, je m'entraînerai pour le marathon de Bruxelles, car finalement, c'est bien mon gros objectif sport pour 2016 (celui de 2015 étant de réussir les 20 km de Bruxelles).

Dans un an, j'aurai troqué mon noir pour cette couleur :

Le changement est prévu pour cet été
Dans un an, j'aurai fêté mes 4 ans avec Adriàn (j'ai décidé de virer le surnom de Mercutio) et 2 ans avec Thomas. Et on sera amoureux.

Dans un an, j'habiterai seule en bas de chez moi, la maison étant en fait divisée en deux appartements, c'est carrément pratique, comme transition.

Dans un an, j'aurai terminé mes deux romans sur lesquels je bosse actuellement.

Dans un an, je serai encore plus badass que maintenant. Na.


mardi 14 avril 2015

Moi et le sport : faisons le point

L'autre jour, dans mon article sur les 10 choses qui me rendent heureuse, je mentionnais ma passion pour le sport. Du coup, ça m'a donné envie de lui consacrer un article.
En effet, le sport occupe une grande partir de ma vie, et pourtant je n'en parle presque pas ici (je pense que je ne me sens pas légitime, étrangement, ou alors j'ai peur qu'on me dise que j'en fais trop, que ce n'est pas sain, parce que oui, aux yeux de certaines personnes faire du sport plus de trois fois par semaine ce n'est pas sain), du coup, j'ai envie de faire un petit résumé de ce qu'il se passe chez moi, de ce côté-là.

Depuis la Race for the Cure je n'ai pas fait de course. J'étais bien censée faire la Corrida de Bruxelles (pas de malentendu : c'est le nom d'une course) en décembre dernier mais au dernier moment, Thomas et moi avons décidé de ne pas y aller, dans un élan de flemme intense. Depuis, pas de course à l'horizon.
Seulement, les 20 km de Bruxelles approchent à grand pas (plus que 5 semaines !) et je compte bien ne pas me débiner cette fois-ci. Mon entraînement se passe bien, j'augmente les km chaque semaine afin de ne pas ressentir trop de mal le jour-J. Je compte d'ailleurs courir 14 km mardi, ainsi que 15 km dimanche.

Je suis vraiment fière de moi et du chemin parcouru en terme de course à pied. J'avais l'impression de stagner un peu ces derniers temps (et le don du sang qui m'avait fatiguée n'arrangeait pas les choses), mais je me suis vite rendue compte qu'en augmentant la distance d'un km par semaine, je pouvais facilement courir plus. J'ai d'ailleurs trouvé un super endroit où courir près de chez moi et mes séances de running sont beaucoup plus agréables. La semaine passée, je suis carrément allée courir 13 km deux fois, juste parce qu'il faisait beau et que ça me faisait envie.
J'ai aussi rejoint un groupe Facebook de running sur Bruxelles, ce qui me donne l'occasion de courir avec d'autres personnes (Thomas n'aimant pas beaucoup la course, au final).
Je sais que Bruxelles me réserve encore plein de super endroits où courir (j'ai hâte de tester la forêt de Soignes avec un coéquipier), j'ai envie de tester plein de nouvelles choses !

Je ne sais pas si je l'ai dit ici, mais j'ai changé de salle de sport en février. J'ai quitté le distingué mais cher European Fitness pour le populaire Basic Fit, pour pouvoir faire du sport avec mon copain.
J'aime énormément cette salle ; je la trouve dynamique, assez agréable, motivante. Les cours collectifs me plaisent, et j'adore faire du sport avec Thomas. J'ai l'occasion de faire des trucs que je n'osais pas faire avant (comme le bench ou  les squats avec le smith).

Bench barbell

Smith squat

Les cours collectifs virtuels de la salle me plaisent aussi énormément, du coup j'arrive à varier les exercices et à ne pas me lasser. Parfois je ne fais que de la muscu, parfois je fais un cours un peu cardio, parfois un cours de musculation, je ne m'ennuie jamais vraiment.
Je soulève aussi de plus en plus, donc je me sens de plus en plus balèze et ça fait du bien à l'égo !

En danse orientale aussi, ça va plutôt bien ; d'ailleurs, le gala a lieu bientôt ! Il serait peut-être temps que je commence à stresser. Je dois me dépêcher de me trouver une jupe longue et un top de la même couleur, parce que pour le moment je n'ai rien à porter pour le jour du spectacle !
Mais je prends de plus en plus de plaisir à danser, et j'ai bien plus de confiance en moi qu'avant. Il est même possible que je monte de niveau l'année prochaine, même si je devrai bosser un peu plus à la maison afin de ne pas être trop à la traîne.

Je vois vraiment à quel point le sport est devenu une passion pour moi. J'en fais de plus en plus, sans trop de souci de motivation (pour vous faire une idée, j'ai dû faire 4 heures de musculation en tout et pour tout la semaine passée et je trouvais ça très peu), et ça me fait énormément de bien.
De plus, mon corps change énormément, je vois une grosse différence par rapport aux débuts (on voit presque mes abdos !) et ça rend la chose encore plus addictive !

J'aimerais tellement pouvoir vous parler de tout ça plus souvent ! Malheureusement je ne sais pas du tout ce que je pourrais dire, c'est assez triste...
Pourtant c'est un sujet duquel j'adore discuter mais...pas facile de tenir tout un article !

Et vous ? Vous faites du sport ? Où en êtes-vous ?

mercredi 8 avril 2015

Spring project : 10 choses qui me rendent heureuse

Cette semaine, Mots à Maux et moi devons parler d'un sujet que je trouve efficace pour mieux nous connaître (si vous ne me connaissez pas déjà par coeur, depuis le temps que je parle de moi ici) et amusant : aujourd'hui, je dois vous donner 10 choses qui me rendent heureuse.


1. Mes deux copains

Même si le fait d'avoir deux amoureux n'est pas facile tous les jours (ça m'a même valu le titre de "très courageuse" par ma psy, je n'aurais jamais cru), avec les insultes, le manque de respect des autres, la gestion des emplois du temps (avant je n'avais pas besoin de me soucier de ça, mais maintenant que la madre d'Adriàn ne veut plus me voir je dois caser tout le monde chez mon père et ça devient difficile si je ne veux pas le saouler), mais honnêtement, honnêtement, ça m'apporte beaucoup plus que ça ne m'entrave. J'aime beaucoup être avec eux, même si ça ne va pas toujours bien. Je sais que j'ai toujours quelqu'un sur qui compter, je sais que quoi qu'il arrive je suis aimée, et ça me réjouit au quotidien de savoir ça.

2. Le sport

Il y a deux ans, si on m'avait dit que je mettrais le sport dans la liste des choses qui me rendent heureuse, je ne l'aurais jamais cru. Depuis le nouvel an 2014, c'est devenu presque une passion pour moi. Même si la motivation n'est pas toujours là, ça me fait un bien fou et je ne regrette jamais une seule séance. Après chaque run, chaque heure à la salle de sport, chaque cours de danse, je me sens bien, fière de moi... De plus, le sport m'aide à me sentir jolie, et me rend fière au quotidien devant mes progrès qui sont de plus en plus flagrants.



3. Les livres

Les bouquins, c'est un peu ma solution de retranchement. Quand je ne me sens vraiment pas bien, je me jette sur un roman et je lis pendant plusieurs heures, voire toute une journée. Ça me permet d'oublier un peu ma vie, mes soucis, de ne plus ressentir aucune tristesse tant que je suis plongée dans l'histoire. En un sens, je trouve ça un peu magique et miraculeux.


4. L'ordre

J'écris vraiment des choses insensées, aujourd'hui. Ce qui prouve à quel point j'ai changé ces derniers mois.
Je le dis tout net : je ne me sens pas bien dans le désordre. Je range ma chambre presque tous les jours, j'aime que tout soit clean, bien à sa place, bien aligné, que mon lit soit fait, avec la couette rentrée sous le matelas pour que rien ne dépasse.
Lorsque je vois ma chambre négligée, avec des vêtements jetés négligemment sur une chaise ou le lit, avec la couette en vrac, des chaussures jonchant le sol, le bureau couvert de bics et la commode pleine d'assiettes et de verres empilés, ça me met mal à l'aise, me déprime. Je ne suis plus l'ado qui "se retrouvait dans son désordre".

5. Le sekse

Pour toujours et à jamais.

6. Le soleil

Je fais toujours attention à ne pas abîmer ma peau lorsque je suis exposée. Je suis une adepte des crème solaire indice 50+ (celles pour enfants, oui) et l'ombre est souvent ma fidèle alliée.
Mais soyons honnêtes, je kiffe le soleil. J'aime le beau temps, même quand je reste à l'intérieur. J'aime regarder par la fenêtre et voir toute cette luminosité, imaginer la chaleur sur la peau des gens, voir les rayons se refléter dans chaque point d'eau. C'est beau et ça me met illico de bonne humeur.

7. La mer

Je déteste me baigner dedans mais aller à la mer me rend toujours très heureuse. J'aime l'odeur de la mer, l'air un peu plus pur que chez moi, le sable, le bruit des vagues et de quelques mouettes. Je vais à la mer une fois par an et je me sens toujours plus relax quand j'arrive, je trouve ça vraiment génial.

8. Contrôler mon temps

Quoi de plus satisfaisant qu'un bullet journal bien rempli, une journée productive, des tâches accomplies ? Rien, voilà, je ne vous le ferai pas dire.
J'a-DORE gérer tous les aspects de ma vie. Quand j'ai l'impression de maîtriser à la fois mon blog, mon activité physique, l'ordre de ma chambre et ma vie amoureuse, je me sens surpuissante.

9. Manger

Rien ne me rend de meilleure humeur qu'un bon repas prévu dans la journée. Du couscous, des sushis végétariens, du poulet de soja, des pâtes aux épinards à la crème...les moments où je mange un bon repas sont des moments privilégiés pour moi.



10. Faire de bonnes actions

Depuis quelques mois, je suis devenue un peu plus consciente des gens qui m'entourent : je sais que les êtres vivants autour de moi ont besoin d'aide et j'essaie d'aider le plus possible.
Quand je vois sur mon historique de compte que mes 14€ ont été retirés pour les deux associations auxquelles je donne, je me sens satisfaite ; lorsque j'assemble un repas entièrement vegan, je suis ravie ; lorsque j'ai donné mon sang, j'exultais, et j'ai encore plein de petits projets pour aider encore plus de gens !



samedi 4 avril 2015

Février et mars 2015 sur Instagram

Le mois passé, j'avais choisi de ne pas faire d'article Instagram, car je n'avais pas assez de choses à vous montrer. De ce fait, j'avais trop peur que mon article soit inintéressant. J'ai donc décidé de coupler le mois de février et de mars en un seul article pour étoffer un peu la chose.

2015 continue de me sourire, je passe une bonne année malgré le fait que je doive continuer de me battre contre certaines choses (le souvenir de ma tentative de suicide en janvier qui continue de me faire un peu honte, les blessures retardataires après mon viol il y a un an de cela...pas toujours facile à vivre). Ma psy m'a dit que j'étais quelqu'un de courageux et je suis de plus en plus d'accord avec elle, alors qu'avant je ne m'autorisais pas à le penser. Mais finalement oui, j'avoue me battre souvent, avoir mal souvent, et finalement je ne laisse rien tomber et je continue ma vie en essayant d'être heureuse.

Mais heureusement le Dieu et la Déesse sont toujours avec moi, je le sais, car la vie continue de me sourire et même si récemment j'ai dû faire face à une complication (sous la forme de la mère de Mercutio qui m'a surprise dans le tram avec Thomas et refuse donc de me revoir), j'ai confiance et j'attends patiemment de voir quelle chose positive cet incident doit m'amener. Il faudra que je sois attentive.

Bref, voici un petit aperçu des deux derniers mois.

De la bouffe


Non, sincèrement, vous avez vraiment cru que j'allais faire un article Instagram sans nourriture. Impossible.
Ces dernières semaines j'ai donc eu l'occasion de manger plein de bonnes choses. Des petits-déjeuners de fifou avec du beurre de cacahuète, du kiwi, de la noix de coco, des viennoiseries...J'aime trop le petit-déjeuner pour pouvoir le bâcler.
J'ai aussi commencé la pâtisserie avec Thomas ! Nous avons fait nos premières crêpes vegan (ce fou a réussi à en faire une en forme de coeur), puis des muffins vegan (on a ensuite essayé avec du colorant alimentaire), mais ce qu'on maîtrise le plus, c'est le bountybabel.
Récemment, nous avons également fêté l'anniversaire de la cousine de Thomas et j'ai donc eu l'occasion de goûter un deux bavarois beaucoup trop bons.
J'ai aussi pu goûter la glace sésame noir (et haricot rouge également) du Ninja House, la tarte au jasmin du Thai café et le cup cake Cherrokee du Lili Cup.
Bref, trop de bonnes choses.

Des chats


Aujourd'hui, Bess n'est pas toute seule à monopoliser la catégorie "chat" d'Instagram. Elle est accompagnée de mon autre chat, Bidouille (la photo est peaceful mais ne vous y trompez pas, il m'a griffée 5 secondes après) et du chat de Jessica, une fille super sympa avec qui j'ai eu l'honneur de courir au mois de mars. Ce chat était à la fois très mignon et très pas-tout-seul-dans-sa-tête.

Des livres 


J'ai eu un rythme de lecture assez régulier durant ces derniers mois : un livre par semaine, je trouve ça honorable !
A propos de livres, je me demandais...vous pensez que ce serait intéressant si je faisais une chronique d'un livre par mois : celui que j'ai le plus apprécié ? Qu'en dites-vous ?
Ici, j'ai eu trois coups de coeur : Chéri-Chéri (qui parle d'un homme travesti ayant des démêlés avec son beau-père mafieux), Le plus petit baiser jamais recensé (qui parle d'un type qui tombe amoureux d'une fille invisible) et De fièvre et de sang (un thriller bien sombre sur des filles retrouvées vidées de leur sang, le visage arraché, suivant un rituel démoniaque).

Des selfies


Je n'ai absolument rien à dire pour légender. A part que j'aime les selfies.

Et plein d'autres choses



En février, j'ai relooké mon autel (j'ai mis une nappe, j'ai ajouté une amaryllis, puis j'ai agencé mes bougies et mes pierres pour que ce soit joli ; j'ai aussi rangé mes tarots sous la table pour faire moins de bordel), et j'ai sculpté des bougies pour un rituel.
Je me suis aussi inscrite à Basic Fit, et honnêtement, j'aime cette salle et son dynamisme, malgré les mecs qui sont in-ca-pa-bles de ranger les poids et les barres qu'ils ont utilisées. Lourdingue.
J'ai aussi fouillé dans les vieux documents de ma grand-mère, j'ai vu des photos de moi bébé, de mon père jeune et j'ai trouvé une vieiiiiiille carte d'Afrique.
J'ai aussi fêté ma première année avec Thomas.
En mars, ma maman m'a offert des fournitures pour décorer mon Bullet Journal, j'ai donné mon sang, j'ai fêté mes trois ans avec Mercutio (qui m'a offert un coffret Lush) et j'ai fait une soirée spa-détente.

vendredi 3 avril 2015

Spring Project : Quelqu'un qui a marqué ma vie

Je suis un peu gênée de poster mon article du Spring Projet avec deux jours de retard. Ce n'est pas très respectueux de ma part envers Mots-à-Maux qui a posté son article à l'heure et je m'en excuse.

Avec le premier avril j'ai préféré déserter Internet afin d'éviter les screamers sur tumblr et les fausses infos sur le reste du net, je n'ai donc pas pu écrire mon article, et hier...aucune excuse, je n'ai juste pas réussi à gérer mon temps.

Donc, aujourd'hui, deuxième "mercredi" du Spring Project, nous devions parler d'une personne qui aurait marqué notre vie.
Je trouve cette question assez difficile de prime abord, car finalement...combien y a-t-il de personnes qui marquent notre vie ? Un bon paquet.



Quand j'étais à l'école primaire, j'ai eu des amoureux. J'étais mignonne, jolie comme un coeur, et je plaisais assez aux autres enfants malgré mon côté "rat de bibliothèque".
Puis, quand je suis entrée à l'école secondaire (en cinquième, pour la Fwance), néant total.
Après deux ans à me coltiner des poux lorsque j'étais petite, j'avais fini par me couper complètement les cheveux à 11 ans, arborant une fière coupe garçonne lors de mon entrée au collège. J'avais également des vêtements trop petits pour moi (je détestais le shopping et je pouvais donc garder mes fringues d'enfant longtemps), et à 14 ans je suis devenue gothique, me coupant donc complètement des autres ados.

 De mes 11 ans à mes 16 ans j'ai donc eu...zéro copains.
Aucun.
Nada.
Le désert.
Le néant.

Pour moi, l'explication était claire : j'étais moche. J'étais une petite chose moche.
Et si je devais plaire à quelqu'un un jour, ce serait une dizaine d'années, quand je serais par miracle devenue jolie (à 14 ans j'étais persuadée que ma poitrine finirait par pousser vers 15-16 ans, pépère) (non) (jamais) (never ever), quand je serais enviable, sexy, charmante, un peu comme les autres filles de la classe qui, elles, ressemblaient à quelque chose.

Je n'avais pas beaucoup confiance en moi, je me trouvais trop immature, fade, enfantine, j'avais même m'impression d'avoir un visage "naïf", bref, aucune chance auprès des garçons.

Puis un jour, il est arrivé.

Ce truc
J'ai appris que Mercutio était amoureux de moi depuis 3 ans, et toute mon existence a été remise en question. Ah ? Donc à 14 ans je n'étais pas si nulle et sans intérêt ? Et quand j'étais gothique j'étais regardable ? (Non, quand on est goth et ado on ne plait pas forcément à la majorité) Et maintenant que j'avais les cheveux roses, toujours ?
Quelle idée étrange.
Quelle impression saugrenue.

Tout d'un coup, j'ai arrêté de me sentir mal dans ma peau, de me sentir moche. J'ai l'impression qu'il y a eu un "avant" et un "après" Mercutio. Un avant où j'étais un peu seule, complexée, où je tombais amoureuse de mecs et de filles inaccessibles, et un après où j'étais épanouie, où je me sentais aimée, où ma vie avait de l'intérêt pour quelqu'un.

C'est aussi avec Mercutio que j'ai eu toutes mes premières fois (oui, toutes, cherche pas), et en bref, j'ai un peu level up et pimpé ma vie en sortant avec lui.

Donc même si ça va moins bien entre nous ces temps-ci, Mercutio sera toujours quelqu'un de très important pour moi et je lui serai toujours reconnaissante.