samedi 31 janvier 2015

Sondage : Que pensez-vous de Vaste Blague ?

Cela fait maintenant plus de trois ans que ce blog existe. Il a énormément évolué, mon style d'écriture a changé, mais je n'ai jamais vraiment fait de bilan ou quoi que ce soit.

Mais à présent, j'ai envie de connaître votre avis. Que pensez-vous de Vaste Blague ?

Pour ce faire, j'ai créé un petit sondage assez court, afin de connaître votre avis sur de prochaines idées d'articles et pour savoir ce que vous aimeriez voir davantage sur le blog.

Cela ne vous prendra que quelques minutes et ça me ferait énormément plaisir. Vous acceptez ? :D

Le lien du sondage est ici.

Merci d'avance <3

vendredi 30 janvier 2015

Chroniques : faut-il pointer les aspects négatifs d'une oeuvre ?

J'ai commencé à écrire des chroniques sur mon blog il y a un moment. J'essayais d'être la plus objective possible, je notais tout ce qui me dérangeait ou m'impressionnait, le bon comme le mauvais, pour pouvoir écrire la chronique la plus constructive qu'il soit.

Après, si j'y arrive...à vous de voir.

Ainsi, j'ai souvent pu entendre que faire des critiques négatives n'avait aucun intérêt, qu'il valait mieux ne montrer que le bon, être positif, que donner les mauvais côtés de l'oeuvre était de la masturbation intellectuelle, que l'esprit de la lecture (wut ?) ce n'était pas ça, etc.

Déjà, on va être honnêtes, on est entre nous : écrire une chronique, c'est de la masturbation intellectuelle. Tu lis ton livre, avec ton petit carnet à côté pour noter ce que tu en penses, puis tu écris un texte entier sur ce livre pour dire ce que tu as aimé et n'as pas aimé. Parfois tu réfléchis un peu plus, tu veux faire quelque chose de plus argumenté et profond...

Mais encore une fois, je vais être honnête : la masturbation intellectuelle, c'est cool. Faut pas en avoir honte. Personnellement, dès qu'on me dit "Mais Anaïs, ce que tu fais j'appelle ça de la masturbation intellectuelle", je sais que je suis sur la bonne voie.

Mais surtout, à quoi sert une critique si elle ne montre pas tous les aspects d'une oeuvre ? Personnellement, si je chercher la critique d'un roman sur Internet, j'aimerais le savoir, si l'histoire n'est pas originale, s'il y a trop d'incohérences où si le style est insupportable. C'est gentil, de dire "les personnages sont attachants, il y a du suspense, bref j'ai bien aimé", si on se rend compte après avoir acheté le livre qu'en réalité, il y a des tonnes de défauts.


Je sais que pour beaucoup, pointer les défauts d'une oeuvre, c'est être un gros frustré de la vie, mais pour moi c'est surtout être objectif et complet.

Je pense également que faire la chronique d'un livre qu'on a détesté n'est pas vain non plus, si on en ressent le besoin ou l'envie. Sinon, on enlève énormément de capacité de discernement à celui qui se demande s'il achètera le roman ou non.
Si 30% de personnes adorent un roman, et que 70% le détestent, si ces 70% n'écrivent aucune chronique pour, en effet, ne pas faire "troll" (bah oui, si tu as le malheur de ne pas aimer quelque chose et de le revendiquer, tu n'es qu'un troll provoquant, c'est bien connu), il reste alors 100% de critiques positives.
Il devient alors évident de constater à quel point un jugement négatif est aussi indispensable qu'un avis positif.

Bien sûr, si on n'aime pas déblatérer sur les défauts d'un livre ou d'un film, il ne faut surtout pas se forcer ! Mais blâmer les chroniqueurs qui n'ont aucun problème avec ça, c'est assez contre-productif.
Chacun son style d'écriture, de chronique ; c'est cela qui permet de trouver ce qui nous convient dans la vaste étendue d'Internet : des chroniques plus positives, et d'autres plus poussées.

Je pense que les choses sont parfaites comme ça.

Et vous ? Quel genre de chroniques préférez-vous lire ? Lesquelles écrivez-vous ?

jeudi 29 janvier 2015

Je suis polyamoureuse : un court métrage pour le festival Nikon

Le but du festival de courts métrages Nikon est de réaliser une petite vidéo de maximum 140 secondes sur le thème suivant : "je suis un choix".

J'avais ainsi pu voir la vidéo Je suis à l'heure qui dénonçait l'inaction de beaucoup de personnes face à une personne en danger.
Dans ce court-métrage, on pouvait voir un homme prendre le train pour se rendre à un entretien d'embauche et être témoin d'un viol. La scène a quelque chose de terriblement violent et nauséeux et fatalement, personne ne réagit.


J'ai également eu l'occasion de regarder Je suis Louie qui montre une audition de petites filles pour deux rôles : une fille qui est gentille, et une autre, qui est méchante. Quand on demandait à chaque petite fille quel rôle elle voulait jouer, elles disaient "je veux être celle qui est gentille".
Mais dès qu'on leur apprenait que la gentille était très laide, et la méchante très belle, les petites filles changeaient d'avis et préféraient jouer la méchante.


J'ai récemment eu vent d'un autre court-métrage que je me suis empressée de regarder : Je suis polyamoureuse. Le film, à la base en anglais, est sous-titré en français.
Il montre la relation d'une femme avec son mari, son copain au bout du monde et son ex qui n'avait pas pu vivre une relation polyamoureuse au début.
J'ai beaucoup aimé cette vidéo car elle englobait, finalement, plusieurs cas du polyamour : les relations avec des personnes qui ne voient aucun problème dans ce type de couples, les relations avec un mari et un autre copain, et aussi les relations avec une personne qui ne vit pas forcément bien la situation au début, ayant reçu une éducation monogame et ayant des difficultés à envisager qu'on puisse aimer autrement.


J'ai également aimé cette vidéo pour ses répliques très vraies, son esthétisme (ces enveloppes rouges sont trop mignonnes, je suis désolée), et effectivement le rappel que non, un couple polyamoureux ce n'est pas forcément "oh oui ma chérie aime autant d'hommes que tu veux je n'ai aucun souci, d'ailleurs je vais faire pareil et nous vivrons heureux". C'est aussi, parfois "la situation me met mal à l'aise mais je préfère te laisser vivre ça plutôt que de te perdre, parce que je t'aime et que c'est plus important", et ça n'empêche pas la situation de très bien fonctionner.
Je trouvais ce rappel important.

Je vous invite à regarder cette vidéo, et si vous en avez envie à regarder les autres court-métrages du festival. Il y en a énormément qui font réfléchir, et toutes sont très bien réalisées.



Non, il n'y a pas de deadline pour vous accomplir

Je ne sais pas si nous allons sur les mêmes sites et tombons sur les mêmes choses, mais souvent, sur Internet, je peux voir des listes comme ça :



Tu peux en trouver pour tous les paliers, des plus personnelles (où tu comprends bien que la personne l'a écrite pour elle) aux plus basiques (avec un sérieux arrière goût de "si tu n'as pas fait ça, t'es nul).
Te marier, avoir un enfant, être diplômé, avoir le permis, avoir un job, être parti en vacances, etc.

Tout cela m'a rappelé cette pression qu'on met autour de nous dans certains domaines (certains, parce que pour d'autres, là, c'est à celui qui en fera le moins. A suivre dans un prochain article *suspense intensifies*) : fais telle chose, et vite.
Tu as 27 ans ? Mais l'horloge tourne, ma chérie, qu'attends-tu pour fonder une famille ?
40 ans et pas marié ? Il serait peut-être temps de te mettre en quête.
A 25 ans tu vis toujours chez maman ? T'es un peu un Tanguy, en fait.

Personnellement, j'ai 19 ans. Je n'ai même pas essayé de passer le permis théorique (alors qu'il est bien vu de se précipiter dessus dès que la loi te le permet), je n'ai aucune expérience professionnelle, pas même le plus petit job étudiant, pour le commun des mortels je suis une attardée.


Mais finalement, tout tient dans cette petite vérité-là : Certaines fleurs mettent du temps avant d'éclore.
Tu as la jacinthe qui te fleurit en 3 jours BRAAAAAHYOWENYAAAA et tu as le chêne qui demande...de la patience.
Non le chêne n'est pas une fleur.
Mais il met du temps.

Et c'est pareil pour les humains. Pauvres merdes végétatives que nous sommes.

Certaines personnes seront rapides dans tous les domaines. A 18 ans, ils auront quitté la maison, trouvé un travail, habiteront dans un joli petit appartement et se rendront au boulot dans la vieille Fiat des parents.

Et certaines personnes préféreront rester chez leurs parents le temps de finir leurs études, ne se précipiteront pas pour passer le permis (c'est cher et ça fait peur) et mettront peut-être une éternité pour mettre un bébé en route.

Et vous savez quoi ?
C'est ok.

C'est ok de remettre la recherche du job à demain parce que ça fait peur, c'est ok de préférer développer vos talents créatifs ou sportifs plutôt que d'étudier pour le permis, c'est ok de prendre votre temps.
Vous avez le droit de prendre votre temps.
Vous avez le droit d'avoir d'autres priorités.
D'ailleurs vous avez le droit de n'avoir aucune priorité du tout et d'enchaîner des saisons entières de votre série préférée (et des 36 autres qui attendent).
Si vous aimez ça, si ça vous rend heureux, c'est que c'est bon pour vous.

Il est important d'être soi-même. Au maximum. De faire ce que vous aimez, d'être qui vous êtes vraiment...
Et être soi-même, ça passe aussi par la durée de votre développement.
Vous êtes unique, votre développement être unique, vous n'avez pas à vous forcer de ressembler aux autres et de vous dépêcher, de vous sentir attardé.
Cette pression est inutile.

Ça fait trois jours que je suis sur cet article, j'en peux plus, j'ai le cerveau qui fonctionne plus, j'ai faim, j'ai soif, j'arrive pas à réfléchir et je sais pas comment finir ce truc !

Soyez vous-même, ne paniquez pas si vous mettez du temps, vivez votre vie à votre aise, soyez heureux.

(C'est beau.)



dimanche 25 janvier 2015

5 astuces pour s'habiller de façon responsable, et sans exploiter personne

Après avoir vu le reportage Sweatshop, je vous ai raconté avoir tout de suite ressenti le besoin d'arrêter d'acheter des vêtements fabriqués dans de pareilles conditions. Je ne voulais plus être actrice de pareilles horreurs et je me suis tout de suite demandé :

Comment puis-je faire pour acheter plus éthique ?


En effet, quand il est question d'acheter ses fringues, on est tenté de céder à la facilité : les grandes enseignes comme H&M, Zara, Mango, New Look sont présentes partout autour de nous et vendent des fringues à des prix attractifs.
Dans la mode alternative, nous connaissons également des marques comme Hell Bunny et Voodoo Vixen et nous sommes tentés de penser que les vêtements étant plus chers, les vêtements sont forcément fabriqués dans de bonnes conditions. En fait, pas forcément: les vêtements de Hell Bunny et Voodoo Vixen sont eux aussi "made in China".

Du coup, lorsque nous souhaitons abandonner les sweatshops, nous sommes tentés de nous dire "oui mais...comment ? Les sweatshops sont partout !"
J'ai ainsi eu l'idée de vous rédiger cet article pour vous donner des pistes afin de vous aider à mieux choisir vos vêtements.

Changer de marques


La solution la plus efficace et facile reste encore celle de mieux choisir ses marques. En tapant "made in England clothing", "made in Europe clothing", etc, vous pouvez déjà trouver quelques marques sweatshop free ! Par exemple, en 5 petites minutes, j'ai déjà trouvé deux alternatives à Hell Bunny : Miss Fortune (made in UK) et Miss Candyfloss (made in Europe).
L'avantage est que cette technique vous permet de trouver plus facilement des vêtements collant à votre style (quand on est gothique, rockabilly, rétro, lolita, etc, on ne trouve pas forcément ce qu'il nous plait dans les magasins de seconde main ou les friperies).
L'inconvénient, c'est le prix. Pour l'exemple des vêtements pin up : une robe corolle à bretelles dans la nuque coûtera 60€ chez Hell Bunny, 75€ chez Miss Fortune, et carrément 105 € chez Miss Candyfloss.
Mais je reste persuadée qu'en cherchant un peu sur le net, il y a moyen de trouver des marques éthiques qui resteront dans une gamme de prix raisonnable. Déjà ici, vous pouvez voir que la fourchette de prix entre Miss Fortune et Miss Candyfloss reste très large. A vous de fouiller un peu pour trouver des pièces qui vous plairont, et ce à des prix qui resteront à la hauteur de votre porte-monnaie.

Manteaux Miss Candyfloss

Regarder l'étiquette

Si vous n'aimez pas acheter sur Internet, votre option à vous reste de regarder l'étiquette du vêtement que vous souhaitez acheter.
En effet, on ne sait pas forcément si telle boutique ou telle chaîne exploite ses employés dans le tiers-monde ou non. La seule solution reste alors de vérifier :
Si le vêtement vient d'Europe, des USA, bref, d'un pays développé, "riche", vous ne devez pas vous inquiéter. Mais s'il vient d'un pays type Cambodge, Vietnam, Chine, etc, reposez-le tout de suite sur l'étagère, ce n'est pas pour vous.

Essayer les friperies, brocantes, magasins de seconde main


Pour les budgets un peu plus serrés, il vous reste les magasins de seconde-main : friperies, brocantes, magasins spécialisés...si vous habitez à Bruxelles, vous avez de la chance : cette capitale contient un nombre inimaginable de boutiques de seconde-main. Sur Internet, les sites de revente comme Ebay sont vos amis.
Vous pourrez trouver pour tous les prix, selon les boutiques où vous allez. Il faut en essayer plusieurs, parfois, pour trouver des vêtements qui vous plaisent à des prix attractifs.
Mais cette technique vous permettra de trouver des vêtements uniques, peu chers, déjà utilisés et donc qui rapportent 0€ aux sweatshops. Et c'est ce que l'on recherche, à la base, n'est-ce pas ? Vous ne devez ainsi plus vous occuper des étiquettes : étant donné que le vêtement est déjà acheté, peu importe qu'il vienne d'une marque "made in England" ou "made in China", cette marque ne recevra pas un cent de vos achats, et vous évitez ainsi d'alimenter des entreprises peu scrupuleuses.


Faire du troc


Si vous connaissez d'autres personnes aussi intéressées que vous dans un achat plus responsable, vous pouvez toujours leur proposer du troc. Si en plus vous avez le même style et la même taille, c'est l'idéal. Cette technique vous permettra de rafraîchir votre garde-robe en vous débarrassant d'une fringue qui vous lasse et en y ajoutant un nouveau vêtement, et ce gratuitement.
Pas besoin d'organiser des troc-party (déjà, on est pas dans un magasine de pré-ados et on sait bien que personne ne fait ça), un trafic suffit juste. Proposez l'échange, prenez les vêtements dont vous ne voulez plus en photo sur votre portable, montrez-les à l'autre personne qui aura préalablement fait de même et échangez comme ça. C'est beaucoup plus simple et moins prise de tête.


Fabriquer soi-même


Et enfin, pour les plus créatifs d'entre vous, il reste le DIY (Do It Yourself). Si vous aimez coudre, tricoter, customiser, je pense que vous avez une excellente excuse pour ressortir la machine à coudre, les aiguilles et les ciseaux. Vous êtes ainsi sûrs d'avoir des vêtements qui vous correspondent, uniques, et complètement sweatshop free pour la peine (vu que la seule personne qui sue derrière sa machine en pleurant, ici, c'est vous).



Voilà, je vous ai donné ici 5 conseils pour acheter mieux, de façon plus responsable, et sans pour autant se prendre la tête.
Maintenant, vous avez tous les bagages nécessaires pour voter à chaque achat : préférez-vous exploiter d'autres personnes et alimenter l'injustice des ressources mondiales, ou acheter moins souvent, mais tout en préservant un certain équilibre ?
A vous de voir.

(Si vous ne l'avez pas encore lu, faites un petit tour sur mon article Sweatshop, à chaque achat vestimentaire nous encourageons l'injustice. Vous pourrez ainsi en apprendre plus sur ce genre d'industrie.

De mon côté, j'espère que votre semaine sera merveilleuse, pleine de projets et de bons moments
Je vous embrasse,
Canalis

vendredi 23 janvier 2015

Sweatshop : A chaque achat vestimentaire, nous encourageons l'injustice

Souvent, nous sommes confrontés à certains problèmes présents dans ce monde : la misère, les massacres de population, etc. On en entend parler mais comme nous ne sommes pas vraiment acteurs, nous finissons vite par ne plus trop y penser. Bien que le fait justement de savoir que nous n'y pouvons rien nous permet d'en parler plus souvent.
Et à côté de ça, nous entendons parler de massacre animal, de maltraitance des employés dans les fabriques de vêtements (honnêtement, on sait tous que "made in china" veut dire "il y a baleine sous gravillon"), et c'est bien parce que nous pouvons changer quelque chose que nous préférons moins nous offusquer à voix haute.
On a une très bonne notion du bien et du mal, on sait que ceux qui cousent nos superbes robes galaxie de chez H&M ou nos jupes Vichy de chez Hell Bunny ne font pas la fiesta tous les jours mais...il est tellement plus confortable de continuer d'acheter ce qu'on veut, de se faire plaisir, et d'en oublier les conséquences.
Quand on est végétarien, on se rend compte d'une chose : on vote tous les jours. Matin, midi et soir.
Et pour l'industrie textile, c'est pareil. Chaque fois que vous achetez une fringue, vous votez.

Il y a encore une semaine, acheter mes vêtements de façon responsable était le cadet de mes soucis. On en avait parlé toute l'année en cours d'anglais, donc j'avais eu une petite piqûre de rappel sur le sujet, mais on
n'avait rien vu en profondeur et je ne m'étais donc pas vraiment rendue compte de la gravité de la situation.


Sweatshop


Récemment, j'ai vu un reportage sur les "sweatshop", ces magasins vendant, justement, des vêtements pas trop chers, mais derrière lesquels justement se cache une foule d'horreurs.
Ce reportage est séparé en 5 vidéos de 11 minutes où on suit trois blogueurs norvégiens : Frida, Ludvig et Anniken. Tous trois sont habitués aux magasins de fringues et achètent régulièrement (sauf Anniken qui reçoit tous ses vêtements gratuitement, son blog étant le plus lu en Norvège). Ils savent que la vie des employés "n'est pas bien" mais ils passent outre.

On n'a pas forcément 50 minutes devant nous et ça paraît toujours très long et ennuyeux, mais essayez au moins de regarder la première vidéo. C'est très court, et ainsi vous pourrez juger par vous-même si vous continuez ou pas.
Le reportage est sous-titré en anglais. Le fait de tout voir écrit rend la compréhension beaucoup plus facile qu'en anglais oral. Mais je vous écris un résumé du reportage en dessous, pour les non-anglophones et les flemmards (pas de jugement, je comprends).
Sweatshop ep 1 : How many will die here every year ?
Pour voir la suite, il suffit de cliquer sur les vidéos en dessous du premier épisode.



D'abord, on nous présente Frida, Ludvig et Anniken. On voit leur portrait en tant que blogueurs, leur rapport aux fringues, on comprend qu'ils viennent de milieux très aisés (Ludvig, par exemple, ne porte pas tous les vêtements qu'il achète, car trop acquis sur un coup de coeur).
Ils arrivent au Cambodge et visitent le marché local. Première chose qu'ils constatent : les vêtements sont souvent déjà portés, vieux, usés, et viennent généralement de collections que les trois blogueurs ont pu voir en Norvège deux ou trois ans auparavant. Tout est très peu cher, il y a de la poussière partout...
Ils peuvent observer les employés et ouvriers se rendre au travail serrés comme des sardines dans des camions.


Une maison cambodgienne aussi grande qu'une salle de bain française

Ils rencontrent Sokty, jeune employée qui coud des vêtements pour Mango toute la journée. C'est chez elle qu'ils vont passer une nuit. Ils découvrent sa maison qui s'avère être minuscule. "Sa maison entière est plus petite que notre salle de bain", pouvons nous comprendre. Personnellement, sa maison fait la moitié de ma chambre actuelle, voire moins. Je pense que ça veut tout dire.

Elle explique qu'elle paie sa maison 130$ par mois, tous frais inclus (115€). Elle travaille tous les jours, même le dimanche, de 7h du matin à 18 ou 20h (ce qui fait 11 ou 13 heures de travail par jour).
Ils se rendent dans un magasin Mango. Sokty explique que tout est si cher, plus cher même que le loyer de sa maison (30$, soit 26€) ou le prix de ses repas pour un mois entier.
Elle explique ensuite qu'elle paie maximum 2$ (1,77€) pour ses vêtements et qu'elle fait du shopping maximum deux fois par an (ce qui fait 4$ par an). Elle montre ensuite une veste. C'est elle qui l'a cousue, mais il lui faudrait un an de salaire pour se l'offrir.
Elle les emmène ensuite dans un magasin local où elle achète cinq fringues "pour le prix d'une sucette" (1,75$ le tout, soit 1,55€).

Ils se rendent ensuite à nouveau dans la maison de Sokty où ils devront dormir pour la nuit (le reste sera à l'hôtel). Leur comportement est cool : ils savent que c'est mieux à l'hôtel, mais ils veulent vivre l'expérience pour apprendre.
Ils mangent donc sur le sol avec Sokty (qui leur apprend pendant le souper qu'elle a dû abandonner son rêve de devenir docteur pour travailler dans une fabrique, et que non, contrairement à ce qu'on peut croire à cause de nos films hollywoodiens, la misère ne l'a pas rendue heureuse, merci, au revoir).
Ils dorment ensuite à côté d'elle, sur le sol de la maison.


Une journée de travail typique.


Ils se lèvent le lendemain à 5h30 pour aller travailler comme un employé cambodgien normal.
On commence déjà à entendre les premières phrases de "dédramatisation" : "elle est habituée, elle a vécu ça toute sa vie, elle ne sait sans doute pas ce que c'est d'avoir une vie normale".
Lorsqu'ils arrivent à la fabrique ils ne savent pas tout de suite qu'ils vont rester là toute la journée. Ils voient un peu ce que représente le travail à la chaîne : la pression, la fatigue, le manque de pauses. Si tu ne travailles pas assez vite, tu ralentis tout le monde.
La qualité du lunch est abominable, il y a des mouches sur le poisson et des "larves" dans la salade (est-ce des légumes ou vraiment des larves ?), tout est de très pauvre qualité mais tout le monde s'en accommode.
Frida explique que pour ce boulot, elle aurait dû être payée 20€ par heure. Ce jour-là, ils travaillent 8 heures (au lieu de 11 ou 12 pour les autres). Un rapide calcul suffit pour estimer le salaire normal à 160€ par jour. Donc 4200€ par mois.
Verdict, 3$ par jour, soit 90$ par mois (80€ par mois).
Ludvig explique que cette fabrique est la seule qui les a laissé entrer pour "tester" le métier. Les autres ont carrément refusé de les laisser voir.


9$ pour un repas chaud de 19 personnes


Le lendemain, lorsqu'ils se lèvent à l'hôtel, ils trouvent des consignes scotchées sur le miroir du salon : avec les 9$ qu'ils ont gagné la veille (3$ chacun), ils devront trouver à manger pour un repas chaud pour 19 personnes, des brosses à dent et un dentifrice (les leurs leur ont été confisqué pour l'exercice).
Je ne vous surprendrai pas en vous avouant que l'entreprise est un échec : les ingrédients au supermarché sont beaucoup trop cher et ceux du marché local de trop mauvaise qualité et sales (souvenez-vous des mouches).
Ils finissent par cuisiner des légumes trempés dans de l'eau, tentative de soupe, prennent le dentifrice mais laissent tomber pour les brosses à dent.

160$ par mois


Le dernier jour, ils entendent parler des manifestations ayant lieu dans les rues. Les habitants veulent un salaire fixe de 160$ par mois (142€), car le salaire mensuel moyen est de 100$ (89€). Même si les manifestations sont pacifistes, les autorités dissuadent vite les activistes en les battant jusqu'à ce qu'ils tombent à terre.
Les blogueurs rencontrent quelques employés qui parlent de leur vie, leur travail. Certains cousent la même manche, en boucle, depuis 14 ans, d'autres (si pas tous) n'auront jamais eu d'éducation faute de moyens, une autre raconte que sa mère est morte de faim parce que son salaire ne lui permettait pas de se nourrir et de nourrir sa fille.

Les trois blogueurs sont choqués. Ils se rendent finalement compte qu'il n'est pas question "d'habitude" dans cette situation.

"Je sais que vous vous rendez compte que votre situation est affreuse. 
Mais vous ne vous rendez pas compte à quel point elle l'est vraiment." -Anniken



5,5% des richesses mondiales partagées entre 80% de la population


Cette même semaine, j'ai appris que 50% du total des richesses mondiales appartenaient à 1% de la population.
Et que le reste ne se partageait pas les 50 autres, non. 20% de la population restante détient 45%.
Ces 20%, c'est moi, vous qui me lisez, mon copain, mon ex, ma mère, même mon père au chômage, toute personne avec un toit sur sa tête et suffisamment à manger. Ça, c'est nous.
Les 80% de la population restante doivent se partager 5,5%.

Et ça, c'est vraiment grave. Par notre inaction, on vole leurs richesses.
En achetant des vêtements fabriqués en Chine, en Thaïlande, au Bangladesh, au Cambodge, on dit aux entreprises "c'est ok ce que vous faites, votre exploitation, vos crimes, la preuve : j'achète !"
On vote chaque fois qu'on paie pour un vêtement : Je suis d'accord pour que les marques paient des gens 3$ par jour, je suis d'accord pour qu'ils vivent dans des maisons affreusement petites, parce qu'acheter du made in England, acheter éthique, c'est un peu moins facile à trouver et plus cher. En fait, je refuse de donner un peu plus d'argent pour que d'autres personnes en reçoivent plus.

C'est ça, ce qu'on fait chaque jour.

Prise de conscience


Maintenant que je suis réveillée, je ne veux plus faire partie de ça. Je suis prête à payer plus cher et donc à acheter moins. Je suis prête à renoncer à des vêtements adorables sur lesquels je bave depuis des années (je pense à une robe Hell Bunny que je n'ai finalement jamais achetée, à toujours reporter), parce que je n'ai plus envie d'être si égocentrique.
Qu'est-ce que ces difficultés signifient par rapport aux difficultés qu'eux rencontrent ? Rien. Bagatelles.

Je suis heureuse d'avoir vu ce reportage parce qu'il m'aura aidée à être plus responsable.
Ces gens qui habitent si loin ne sont pas là pour moi. Ce ne sont ni mes esclaves, ni les vôtres. Ce n'est pas parce qu'ils sont pauvres qu'ils souffrent moins que nous, qu'on a le droit de les exploiter sous des excuses bidons.

Je vais commencer mes recherches pour trouver des alternatives. J'ai déjà trouvé une marque de fringues type pin up où les vêtements sont fabriqués en Angleterre, et j'espère en trouver des tonnes d'autres.
Je vous écrirai sans doute un article prochainement pour vous donner des idées et des conseils pour y parvenir, vous aussi.


J'espère que mon article vous aura touché et fait réfléchir comme ce reportage m'a fait réfléchir.
Je vous souhaite un excellent week end.
Des baisers,
Canalis



jeudi 22 janvier 2015

Tag cocooning

Lundi, j'ai été à un jour d'essai dans un magasin de vêtements du centre de Bruxelles. C'était la première fois que je faisais quelque chose dans le monde du travail et j'étais horriblement stressée. Finalement, ça a duré 4 heures ; ça ne m'a pas semblé long du tout, et je dois avouer que j'ai bien aimé l'expérience.
On m'a appris que l'introversion et la timidité étaient mes principaux problèmes (sans déconner, moi et le contact humain...même si l'idée d'être TIMIDE me remplit de honte) et que je devais essayer de travailler comme serveuse pour me forcer à entrer en contact avec des clients.
De cette journée j'ai donc tiré :
- Un  peu d'expérience dans un magasin : au moins je sais à quoi ça ressemble et comment ça se passe.
- Quelque chose de plus à dire à Actiris (DONNEZ-MOI MON CHÔMAGE).
- Une piste à explorer pour remédier à ma...grmbl...timidité.

Après, je me suis sentie toute vidée, fatiguée et un peu découragée (même si je savais qu'il ne fallait pas, c'était une expérience très positive et je ne suis qu'au début de mes recherches), du coup j'ai choisi un thème d'article facile et que je pourrais écrire dans le but de me détendre moi-même. Pas de prise de tête, pas de réflexion poussée, juste un tag trouvé sur le blog d'Odile Sacoche. Je n'ai été taguée par personne, mais comme ça fait un moment que je n'ai plus fait de tags sur le blog, je me suis dit que je pouvais prendre la liberté de répondre à ces questions. Finalement, ce début de semaine m'a amené son flot de petits problèmes (rien de grave, mais de quoi me distraire dans la rédaction de cet article) et son écriture m'aura donc pris quatre jours.

Déjà, le cocooning et moi, on est pote. Tradition familiale oblige. Je me rappelle déjà des soirées que ma mère passait, enveloppée dans un plaid devant la télévision, avec un verre de vin. Elle appelait ça sa soirée cocooning et je ne comprenais pas trop. Une soirée où tu ne fais rien, ne sors pas, ne joues pas, ne bouge pas trop ? D'accord, mais à quoi ça pouvait bien servir ?
En grandissant, j'ai compris l'importance du cocooning pour ma santé mentale. Je suis même devenue une pro. Quand je vois ma mère, parfois j'ai envie de dire "wesh, je suis teeeellement plus cocooning que toi".
Compétition cocooning triple médaillée merci c'est moi.
Bref, mes passions dans la vie sont la lecture, le manger, le sekse et le cocooning.

1. Qu'aimes-tu lire/regarder lors d'un moment de cocooning ?
Je ne regarde ni la télévision ni aucune série télévisée, donc mes yeux sont généralement occupés par l'écran de mon ordinateur ou les pages d'un livre. D'ordinaire, si j'ai prévu une soirée cocooning un jour, je vais me retenir toute la journée de lire les articles des blogs auxquels je suis abonnée pour pouvoir tous les dévorer le soir venu. Sinon, je me cale dans mon lit avec un bon bouquin facile à lire (Stravaganza par exemple ; à la fois bien écrit, pas cliché et pourtant si attractif et aisé) et j'oublie le reste du monde.
L'handicapée sociale en moi aime bien oublier le reste du monde.


2. Qu'aimes-tu porter ?
Généralement, si je fais mon cocooning en soirée (comme j'ai très peu d'heures de cours il m'arrive de le faire en journée. J'élabore des concepts), je prends généralement une bonne douche chaude avant (et affreusement longue, j'ai la mauvaise habitude de me servir de la douche pour me vider de toutes les mauvaises énergies et émotions en moi, et du coup je mets du temps), et je m'enveloppe ensuite dans mon peignoir. Il est blanc, tout doux, avec des oreilles d'ours sur le capuchon. Je l'aime.
Si c'est en journée, généralement ce sont des jours où je ne sors pas, donc ne m'habille pas. Je le fais donc juste en nuisette et déshabillé (et je me sens fâme).

3. Comment te maquilles-tu ?
Si je me suis maquillée pendant la journée je n'enlève pas le maquillage pour le cocooning, mais sinon je ne fais rien. Il m'arrive de tartiner une grosse couche de crème hydratante sur ma face pour faire un masque mais ça s'arrête là. Comme les vrais masques à proprement parler doivent être posés 10 minutes, je trouve ce laps de temps trop court pour être fait durant un cocooning.

4. Quel vernis portes-tu ?
Ah oui, généralement j'en profite pour refaire mon vernis. Les couleurs sont un peu aléatoires, ça dépend vraiment de mes envies. La semaine dernière je portais du menthe, cette semaine-ci je vais peut-être mettre du rouge ou du bleu métallique, à voir.

5. Qu'est-ce que tu manges et bois ?
Du thé ! Plein de thé ! Du noir, toujours. Je ne conçois pas une journée cocooning sans thé, c'est trop absurde. Je me fais toujours une énorme théière que je vide à mon aise en lisant des blogs ou un livre. Je ne connais pas plus relaxant que ça. Pour le moment je jongle entre "le thé des amants", "le thé des moines" et "le grand yunnan impérial", tous trois du Palais des Thés.
Pour manger, il m'arrive de me prendre un fruit, où de croquer dans un carré de chocolat noir (j'essaie de manger tous les jours un carré de 99% pour les nutriments). J'ai justement acheté récemment du 72% aux éclats de fèves et du 72% au piment. J'attends de voir à quoi ça ressemble !
Il arrive également que je fasse une entorse à ma résolution "no sugar" et que je prenne quelques spritz, parce que ça s'harmonise beaucoup trop bien avec le thé.


6. Quelle est ta bougie favorite ?
Pour le moment je n'ai que des bougies parfumées de chez Latitude Nature (mes autres bougies sont non parfumées et ne me servent que pour les prières et rituels), "Sheherazade" et "senteur des bois". Je les aime beaucoup, ça donne une très bonne odeur à ma chambre.
J'utilise aussi de l'encens 100% naturel. Je jongle entre "ylang ylang", "musk incense" et "opium incense". J'utilise la marque Auroshikha.

7. Quelles activités extérieures aimes-tu faire ?
Courir, beaucoup. Faire une séance de running puis enchaîner sur une bonne douche et une soirée cocooning, il n'y a pas mieux pour moi.


8. En profiterais-tu pour aller seule au cinéma ?
Je ne vais presque jamais au cinéma, il y a trop peu de films qui m'intéressent. J'ai été une fois seule au cinéma parce que je voulais voir un film avec mon acteur préféré dès sa sortie, mais le fait d'aller au cinéma seule juste pour y aller seule ne m'inspire pas vraiment. En fait, le cinéma ne m'inspire pas vraiment. Je ne suis pas très films.

9. Quels sont tes sites de vente en ligne favoris ?
Belldandy ! J'achète presque exclusivement chez eux. La livraison est rapide, les vêtements sont beaux et variés, il y a beaucoup de ventes groupées et de promotions, le staff est gentil et on a droit à un petit cadeau à chaque commande. J'aime ce site d'amour.

Voilà, j'ai beaucoup aimé répondre à ces questions ! Je ne sais pas du tout combien de personnes je dois taguer, du coup je vais improviser : Je tague Les Jeux de MauxAlicia PeachVio la VilaineUnicorndonutTiphaine bibiche d'amourCari et Bountynette.

---

Au fait, n'oubliez pas de signer la pétition pour Raif Badawi. C'est très urgent et si on s'y met à plusieurs, ça peut faire une différence. Oubliez votre flemme, signez !

Lien de la pétition ici

Vous pouvez également signer cette pétition-ci

Si vous n'avez pas encore entendu parler de cette histoire, vous pouvez lire mon article sur le sujet ici.


dimanche 18 janvier 2015

Laura Marie : 21 symptomes de l'éveil spirituel

J'ai eu une journée assez chargée hier, ayant passé cinq bonnes heures à déposer mon CV dans les magasins du centre de Bruxelles (j'ai d'ailleurs un jour d'essai demain, je croise les doigts !), et aujourd'hui j'ai passé toute la journée avec mon copain, ce qui m'a laissé très peu de temps pour écrire un article.
J'ai d'ailleurs très peu écrit sur le blog cette semaine (deux articles seulement) et je pensais finir ma journée sur le même ton, puis finalement j'ai repensé au blog de Laura Marie, qui offre la possibilité de republier son article sur un autre blog (suivant certaines conditions que je trouve on ne peut plus normales), et à l'un de ses articles en particulier que j'adore et que je relis encore de temps en temps. J'ai vraiment eu envie de vous le partager, je vous le laisse donc ici.
Bonne lecture !


---

Par Laura Marie

A l’heure actuelle, beaucoup de choses sont en train de changer dans le monde. Nous vivons une époque d’éveil spirituel et de désir de changement sans précédent. Beaucoup de consciences s’éveillent sur des problèmes ou pratiques dans le monde perpétuées depuis trop longtemps et qui doivent désormais changer. Beaucoup de personnes désirent prendre les rennes de leur vie en mains et sortir du schéma imposé par la société, pour atteindre le bonheur et la vie qu’ils ont vraiment envie de vivre – pas une vie dictée par la télévision, les magazines, les films, les codes sociaux et toutes de sortes de clichés dénués de sens dont bon nombre souhaitent désormais s’affranchir.
Le monde s’éveille aussi en matière d’alimentation. De plus en plus de reportages dénoncent les scandales alimentaires actuels (du génocide animal aux produits chimiques toujours plus nombreux et à la destruction des ressources de notre planète). De plus en plus de scientifiques indépendants, journaux, blogs, particuliers, créent leurs propres groupes et supports d’information, pour faire connaître au plus grand nombre la vérité sur les différentes industries qui nous entourent et nous régissent, et proposent de nouveaux modèles inspirants. Ils contribuent tous à leur manière à ce que l’on appelle « l’éveil des consciences ».
De l’autre côté, bon nombre de gens sont prêts à entendre ces vérités, et à être eux aussi le changement qu’ils aimeraient voir dans le monde. Leur conscience s’élargit, leurs centres d’intérêts évoluent, le sens de la vie devient soudainement pour eux différent, ils ont de nouvelles inspirations et aspirations, et le désir de changer eux-même et pour beaucoup, changer également le monde. Est-ce votre cas ? J’ai décidé de réunir dans cet article, 21 symptômes qui montrent que vous avez vécu / vous vivez un éveil spirituel, autrement dit, un élargissement de votre degré de conscience de vous-même et du monde.

21 symptômes de l’éveil spirituel


1) Le sentiment que quelque chose a changé en vous

woman lightVous ne pouvez pas l’expliquer mais vous vous sentez différent. Vous avez même l’impression d’être devenu une nouvelle personne, une nouvelle personne qui n’a plus rien à voir avec celle que vous étiez avant. Vous avez peut être même déjà été plusieurs personnes, et ça continue. Et chaque fois vous avez l’impression de vous rapprocher de votre vérité. Ce sentiment vous rempli de bonheur car vous vous rapprochez de plus en plus de qui vous voulez vraiment être (ou plutôt de qui vous êtes vraiment), mais en même temps cela vous terrorise, car vous sortez des sentiers battus, vous sortez du connu, vous vous êtes échappés de votre zone de confort et la vie était parfois bien plus facile lorsque vous étiez de l’autre côté. Maintenant vous êtes sortis de l' »illusion », vous avez laissé tomber le « masque », vous avez l’impression d’avoir retiré vos oeillères et d’y voir tellement plus clair. Et vous vous demandez comment c’est même possible que vous ayez pu « faire ça » ou « vivre comme ça » pendant tant d’années. Le monde n’a plus la même couleur ni saveur, car vous le regardez tout simplement avec de nouveaux yeux.


2) Prise de conscience de vos anciens comportements destructeurs

Vous prenez conscience de tout ce qui n’allait pas dans votre « précédente » vie, votre ancien vous. Vous réalisez toutes ces choses que vous avez faites et que vous ne souhaitez plus faire, et toutes ces façons de penser que vous ne souhaitez plus conserver. Vous êtes prêt(e)s pour le changement et ne souhaitez plus jamais retourner en arrière, tellement vous êtes heureux d’avoir découvert tout ce que vous avez découvert. Vous ressentez un sentiment de profond bonheur de vous rapprocher de votre vérité, et de joie de ressentir ce nouvel élan dans votre vie et nouvel espoir.


3) Ne plus se sentir en adéquation avec son ancien entourage et ressentir le besoin fort d’être seul ou avec de nouvelles personnes plus en alignement avec qui l’on est devenu

woman forest
Evoluer spirituellement peut être un processus douloureux car tout le monde n’évolue pas de la même manière et en même temps. Souvent, l’on évolue soi-même suite à certains évènements ou certaines rencontres qui nous provoquent des déclics, mais ce n’est pas le cas de notre entourage qui reste le même. Nous commençons petit à petit à nous sentir « anormal » de ressentir et de penser toutes ces choses tout à coup, et même coupable parfois de ne plus trouver certaines personnes intéressantes. On aimerait pourtant continuer à les fréquenter mais « l’écart » que nous ressentons est devenu trop grand. Cet écart est en fait le reflet de l’écart énergétique entre eux et vous. Vos deux vibrations ne sont plus au même niveau, raison pour laquelle, votre vibration étant plus élevée, vous ressentez un sentiment d’inconfort en leur présence, et le besoin fort de vous ressourcer après les avoir vus (vous vous sentez « vidés »). Vous préférez ainsi de plus en plus la solitude à la présence de personnes qui ont une énergie négative. Vous aspirez à faire de nouvelles rencontres plus en adéquation avec la nouvelle personne que vous êtes devenue et votre nouvelle énergie. Naturellement vous connectez avec ces nouvelles personnes, qui vous procurent souvent un sentiment de bien être bien plus grand dès votre première rencontre (même virtuelle) que certains amis que vous aviez depuis 10 ans. Vous avez le sentiment d’être enfin compris et apprécié à votre juste valeur. Vous avez même l’impression d’avoir toujours connu ces nouvelles personnes, bien plus que parfois votre propre famille. C’est parce qu’il s’agit d’une connexion d’âme à âme, et du même niveau vibratoire. Et il n’y a rien de plus enrichissant et satisfaisant que deux âmes qui se rencontrent et qui sont sur la même longueur d’onde. La connexion du coeur et de l’âme n’a pas de barrières physiques et de barrières de l’égo. Il s’agit là de rencontres que l’on peut appeler « spirituelles » (souvent même prévues bien avant que les corps ne se rencontrent). C’est le cas de rencontres qui provoquent en vous un profond chamboulement vers le positif, une sensation de bouleversement intérieur et de joie profonde de communion avec un autre être vivant.

4) Ne plus supporter la superficialité et tout ce qui n’est pas authentique

nightclubBeaucoup de lieux ou de personnes que vous fréquentiez auparavant ne vous intéressent plus, voire vous dépriment. Vous faites un rejet total de tout ce qui est superficiel et qui n’est pas vrai, qui n’est pas authentique : les gens, les activités, les endroits, les émissions télé (si vous continuez même à la regarder). Vous êtes en quête d’authenticité, de simplicité, et de choses vraies, qui font vibrer votre coeur. Vous pensez que vous devenez associable ou « trop difficile », que nous n’arrivez pas à vous intégrer, mais « ce n’est pas un signe de bonne santé mentale que d’être parfaitement intégré à une société malade », ne l’oubliez jamais. Suivez toujours votre propre vérité, et suivez toujours votre coeur. Car si notre mental et notre égo peuvent nous jouer bien des tours et nous faire sombrer, notre coeur ne nous trompe jamais. Plus vous évoluerez spirituellement, et vibratoirement, plus vous serez attirés par l’authenticité et moins vous supporterez le mensonge, l’illusion, la fausseté et les faux-semblants.

5) Sentiments de tristesse (voire dépression) très profonds face à la souffrance du monde

woman earth josephine
Un éveil spirituel / une prise de conscience peut souvent s’accompagner de sentiments de tristesse voire de dépression, car comme j’en parle dans ce précédent article « Comment être heureux lorsque l’on a conscience de la souffrance dans le monde« , une fois que l’on sait les choses, on ne peut plus revenir en arrière, et on se sent tout à coup responsable. C’est un moment normal à passer. Il ne faut ni culpabiliser, ni se sentir anormal. Il faut laisser nos émotions faire surface sans jugement, les ressentir profondément, et comprendre que c’est un symptôme normal de l’éveil de conscience.  On « voit » et « comprend » tout à coup les choses, et cela peut souvent être un choc. Par exemple, quand j’ai découvert l’horreur du traitement animal dans l’industrie alimentaire et les abattoirs et que j’ai enquêté ensuite dessus pendant plusieurs semaines et maintenant mois, j’ai fais une dépression de quelques semaines où je ne voulais plus sortir ni rien faire, simplement pleurer toutes les larmes de mon corps. J’ai laissé passer du temps puis je me suis resaisie et comme je l’explique dans cet article, et j’ai ensuite décidé d’agir. Aujourd’hui, je ne regrette pas de savoir ce que je sais, cela fait de moi une personne plus responsable et plus forte.

6) Ressentir le besoin de faire le bien autour de soi et pour le monde

two handsVous occuper de votre propre bien-être ne vous suffit plus. Vous souhaitez également faire le bien autour de vous et apporter un changement positif dans le monde. Vous ne comprenez pas ceux qui ne font rien pour les autres et qui sont égoïstes. Vous ne comprenez pas comment il est possible de faire du mal à quelqu’un ou à un animal. Vous ressentez de plus en plus d’empathie envers les autres et les animaux. Votre vie n’a désormais du sens que si vous faîtes quelque chose pour les autres. Même si vous avez impacté la vie d’une seule personne ou d’un seul animal, cela vous rend infiniment heureux et vous donne le sentiment de ne pas être venu sur terre pour rien. Vous ne pouvez plus vous imaginer mourir sans n’avoir rien fait pour ce monde. Cette seule pensée vous rendrait malade. Vous vous sentez comme « appelés » à réaliser quelque chose de plus grand que vous. Vous n’avez pas le choix, vous devez le faire et c’est à vrai dire ce qui vous comble le plus au monde. Vous ne pouvez plus revenir en arrière et vous n’en avez pas envie, même si parfois vous trouvez cela dur d’être « éveillés ». Au fond, pour rien au monde vous ne voudriez redevenir « endormis ».


7) Recherche de sens dans votre vie

eyes universeVous n’arrivez plus à faire les choses sans sens que vous faisiez avant. Vos anciens lieux de sorties ou anciennes fréquentations ne vous font plus le même effet. Vous avez besoin de sens dans votre vie désormais, sinon vous vous ennuyez ou pire, cela vous atteint psychologiquement (vous fait déprimer). Comme expliqué dans les points précédents, vous ne pouvez tout simplement plus trouver d’intérêt à faire quoi que ce soit qui ne soit pas authentique et qui ne corresponde pas à vos nouvelles valeurs. Vous avez besoin d’avoir un but dans votre vie, un but quand vous vous levez. Vous avez besoin aussi de faire un travail qui a du sens. Vous ne supportez plus de faire un métier qui n’apporte rien au monde et dans lequel vous ne vous sentez pas vraiment utile.

8) Hypersensibilité

woman angel beautyEn plus de vos 5 sens physiques (La vue, l’ouïe, le goût, le toucher, et l’odorat) qui semblent devenir exacerbés (vous devenez plus sensible en général sur tout), vos sens spirituels (intuition, émotions, imagination, conscience et inspiration) eux aussi se développent à vitesse grand V. Vos intuitions vous guident de plus en plus et vous savez de plus en plus les écouter. Vous comprenez de plus en plus la signification de vos émotions qui sont le « compas » que notre âme utilise pour nous indiquer la direction à prendre (émotion négative : mauvaise direction ou mauvaise façon de penser, émotion positive : bonne direction ou bonne façon de penser). Pour en savoir plus sur l’hypersensibilité,cliquez ici pour lire mon article à ce sujet.



9) Créativité et inspiration accrues, besoin de réaliser ses rêves


magical handsVous êtes assaillis d’idées en permanence. Un feu vous brûle dans l’estomac à l’idée de réaliser certaines choses et vous brûlez d’enthousiasme à l’idée de créer, d’imaginer, et vous aimez vous inspirer des personnes que vous admirez. Dans votre tête, c’est comme un ordinateur avec 30 onglets ouverts en même temps. La vie prend tout son sens quand vous créez, vous vous sentez alors vivant(e). Vous sentez en vous un appel à réaliser vos rêves, votre mission sur terre. C’est tout simplement parce que votre âme peut enfin exprimer à travers votre corps physique ce qu’elle est venue pour exprimer.


 10) Quête de savoir qui vous êtes réellement et d’être enfin vous-même

horse woman shadowVous ne voulez plus être défini par la société ou par ce que les autres veulent que vous soyez. Vous en avez marre de ce masque que vous portez depuis trop longtemps pour correspondre à ce que les autres attendent de vous. Vous voulez enfin savoir qui vous êtes réellement. Vous vous posez des questions sur vous-même et votre mission sur terre, sur le but de la vie, sur le monde, sur l’univers et pourquoi pas même les autres planètes et autres civilisations. Vous ne désirez plus voir à travers le filtre de l’illusion de la société mais à travers le filtre de l’âme et du coeur. Vous désirez être qui vous êtes réellement et devenir enfin libre, heureux, léger, regoûter au rêve et à l’innocence du coeur, et surtout ne plus jamais vivre pour les autres et refaire ainsi souffrir votre âme. Vous voulez plus que jamais des réponses à vos questions.

11) Intuitions accrues et désir de se reconnecter à soi-même

Comme vu dans le point précédent, votre désir de vous reconnecter à qui vous êtes réellement devient de plus en plus fort. Vous avez compris que vous seul pouvez connaître vos réponses. Même si vous pouvez être aidé et inspiré par les autres, seul votre moi supérieur, votre conscience supérieure, qui vous êtes réellement, peut vous donner les réponses que vous attendez. Vous avez besoin de passer plus de temps avec vous-même, et désirez fortement faire désormais plus confiance à vos intuitions.

woman planets

12) Augmentation des « coïncidences » et des synchronicités dans votre vie

1111Plus l’on s’élève spirituellement, plus notre énergie augmente, et plus l’on se rend compte que tout est orchestré d’une perfection incroyable. Vous tombez « comme par hasard » sur le livre ou la personne qu’il fallait, vous vous trouvez comme par hasard au bon endroit au bon moment, vous désirez une chose et cette chose se produit. Que se passe-t-il ? Votre énergie, votre taux vibratoire, a augmenté; plus vous êtes dans une énergie positive (vibration élevée) plus vous attirez à vous des évènements positifs (qui correspondent à ce que vous désirez au plus profond de votre coeur). Egalement, plus vous serez connectés à votre conscience supérieure et serez tournés vers quelque chose de plus grand que vous, plus vous recevrez également des messages de vos guides spirituels, à travers des chiffres à répétition (111 ou 2222 etc…), et des petits signes qui ne peuvent être du hasard tellement ils sont flagrants et parfaits.


13) Prise de conscience dans votre l’alimentation

fullyraw saladVous remarquez que vous êtes naturellement plus attiré vers telle ou telle nouvelle chose dans votre alimentation et rejetterez naturellement d’autres. Vous avez envie de prendre plus soin de vous et votre corps, mais pour les bonnes raisons.  Les cookies chimiques que vous adoriez avant ne vous feront plus envie. Le steak saignant non plus. Chaque aliment a son énergie propre et lorsque l’on augmente son taux vibratoire général (ce qui accompagne un éveil spirituel), on est donc attiré vers d’autres aliments, alignés vers ce nouveau taux vibratoire. C’est la raison pour laquelle beaucoup de personnes qui s’éveillent spirituellement et qui augmentent leur énergie ne souhaitent plus manger de viande et bon nombre de produits animaux (issus d’une industrie cruelle et donnant des produits à l’heure actuelle hautement nocifs pour la santé). Certains ne résonnent plus non plus avec les produits contenant du gluten, aspartame et produits chimiques en tous genre, sucre blanc, farines blanches,  etc. Nous ne sommes naturellement plus attirés vers ces aliments et si nous en mangeons, notre corps nous fait immédiatement ressentir son rejet (ce qui se présentera sous forme de nouvelles allergies ou d’intolérances alimentaires pour certains). Nous sommes naturellement de plus en plus attirés vers les aliments très hauts en énergie, tel que les fruits et légumes bio, les noix, oléagineux, céréales ancestrales (riz, sarrasin…) – en clair une alimentation de plus en plus naturelle et vivante. Nous allons vers la régénérescence à tous les niveaux (corps, âme et esprit).

14) Troubles du sommeil

out of bodyVous avez besoin de plus de sommeil qu’avant pour récupérer, vous vous réveillez fatigué(e), ou au contraire vous avez besoin de moins de sommeil et êtes impatient(e) chaque matin de vous lever pour réaliser tout ce que vous voulez réaliser. Pour certains, vous pouvez également avoir des « crises de panique », réveils en sursauts à votre retour à la réalité après avoir dormi (choc du retour dans la réalité, après le voyage de notre conscience / âme pendant le sommeil).



15) Diminution / disparition de l’habitude de s’inquiéter – Actions basées sur l’amour et non plus sur la peur

love yourself woman yellowVous comprenez désormais le rôle des émotions : vous indiquer dans quelle vibration vous êtes. Une émotion négative est l’indicateur d’une vibration négative. Vous avez donc compris que vivre dans la peur, dans l’inquiétude, est la pire chose à faire puisque nous créons notre réalité sur la base de chacune de nos pensées et attirons à nous ce envers quoi nous donnons le plus notre attention. Vous souhaitez désormais prendre vos décisions sur la base de l’Amour et de la confiance, être dans la gratitude et dans la joie, plus que jamais.


16) Une perte d’intérêt envers toute forme de conflit

drama réalitéVotre paix intérieure est devenu sacrée. Tout conflit vous met désormais terriblement mal à l’aise car vous ressentez toute variation d’énergie en vous. Les « dramas » de vos amis ou de la télé ne vous intéressent pas. Vous voulez la paix et la sérénité profonde. Vous vous détachez même de la recherche constante d’avoir raison.


17) Une perte d’intérêt envers toute forme de jugement envers l’autre ou envers soi-même

amour fillesComme vous ressentez de plus en plus que nous sommes tous connectés, et que nous sommes bien plus que notre apparence physique, vous avez perdu tout intérêt à juger l’autre, y compris vous-même. Vous ne souhaitez plus être aussi dur que vous l’avez été, envers les autres et envers vous-même. Vous aspirez à plus de souplesse et de compassion, ainsi que d’Amour pour vous-même et pour les autres, dans votre vie.



18) Une plus grande volonté et habilité à aimer et à donner sans rien attendre en retour et sans raisons

Votre coeur et votre âme ne se remplissent plus que lorsque vous êtes au service du monde. Vous ne recherchez plus systématiquement la gratification mais avez de plus en plus envie de donner et d’aimer sans raisons et sans rien attendre en retour.
woman renard

19) Le sentiment d’être connecté à tout et à tout le monde (humains, animaux, nature, planète, univers)

universe downloadVous ressentez de plus en plus fort cette connexion entre vous et tous les autres êtres vivants qui vous entourent. Vous comprenez l’impact de chacune de vos paroles, pensées et actions sur le reste du monde et vous vous en sentez désormais profondément responsable. Vous souhaitez ainsi désormais utiliser votre impact de la manière la plus positive qu’il soit, ayant compris que vous faites parti de ce « tout » et que tout est relié.








20) Attirance et connexion forte vers les animaux et la nature

homme vache
Vous ne voyez pas les animaux comme des êtres inconscients et non-intelligents. Vous avez compris qu’une pensée sans langage existe et que chaque être vivant est doté d’une conscience (même les plantes). Vous ressentez une connexion très forte avec eux et pouvez même pour certains d’entre vous communiquer avec eux (animaux, arbres, et plantes). Comme vu dans le point N°13, il deviendra pour beaucoup impossible ensuite de manger des animaux. Vous ne souhaiterez plus contribuer à leur massacre et torture en masse qui a lieu à l’heure actuelle dans l’industrie alimentaire et serez même portés à contribuer à apporter un changement dans notre relation aux animaux et aux plantes, et à l’éveil des consciences.

21) Sentiment de « Bliss », d’extase

Tout cela fait que vous ressentez un profond sentiment d’extase, inexplicable. Vous ressentez des sensations très fortes dans votre poitrine, un feu qui brûle, de l’amour profond pour la vie, de la gratitude, de la joie, de l’enthousiasme, vous avez l’impression que vous ne pourriez pas être plus heureux au monde que d’avoir compris tout ce que vous avez compris. Vous vous émerveillez d’un tout petit rien (aux yeux des autres) mais qui pour vous est extraordinaire (la perfection du pelage d’un animal, de ses couleurs, de ses traits, la perfection du corps humain, des plantes, des fleurs, du soleil, de la mer…).

woman fall

L’éveil peut faire peur. Etre soi-même peut soudainement être terrifiant (nous n’avons plus la société ou les autres pour nous indiquer qui nous devons être). La transition entre cette ancienne « fausse identité » que vous aviez et cette nouvelle « vraie » identité et vie, peut être effrayante, et vous aurez même peut être envie parfois de retourner à l’illusion, au connu, à la familiarité. Mais ne faites jamais chemin inverse, ne supprimez jamais plus la voix de votre âme qui cherche à exprimer sa singularité et sa vérité.


« CE DONT NOUS AVONS LE PLUS FAIM, ce n’est pas la nourriture, l’argent, la réussite, le statut, la sécurité, le sexe, ni même l’amour du sexe opposé. Souvent, des gens ont obtenu tout cela et sont restés insatisfaits et même souvent encore plus insatisfaits qu’au début de leur carrière, quand ils n’avaient rien de cela. La faim la plus profonde, dans la vie, est un secret qui n’est révélé que lorsqu’on est désireux de découvrir une partie cachée du soi.
Dans les anciennes traditions de sagesse, cette quête a été comparée à une plongée pour s’emparer de la perle la plus précieuse qui soit au monde (…).
La perle est aussi appelée l’essence, le souffle de Dieu, l’eau de vie, le nectar sacré (….), ce que nous appellerions simplement transformation (…). Du point de vue humain, cela signifie changer la peur, l’agressivité, le doute, l’insécurité, la haine et la vacuité, en leur contraire. Peut-on réaliser cela véritablement ? Il y a une chose dont nous avons la certitude : la faim secrète qui ronge l’âme n’a rien à voir avec des choses extérieures comme l’argent, la position sociale et la sécurité. C’est la personne intérieure qui meurt du désir que sa vie ait un sens, qui veut obstinément la fin de la souffrance, qui désire ardemment des réponses aux énigmes que sont l’amour; La mort, Dieu, l’âme, le bien et le mal. Une vie superficielle ne répondra jamais à ces questions, ne satisfera pas les besoins qui nous poussent à les poser.
Trouver les dimensions cachées en soi-même est le seul moyen d’apaiser sa faim la plus profonde.  » ~Deepak Chopra. 
 i didn't change woke up
*Je n’ai pas changé. Je me suis juste réveillé.
signature

Cet article a été écrit par Laura Marie, tiré de son site personnel dont voici la source originale : http://lauramarietv.com/21-symptomes-de-leveil-spirituel/