vendredi 6 mars 2015

Virez les personnes toxiques de votre vie : témoignage

Je ne sais pas si ça vous est déjà arrivé.
De vous sentir mal en permanence, de ne plus avoir confiance en vous, de vous sentir comme une merde, de vous accabler de tous les reproches.
Est-ce que ça vous arrive, d'avoir l'impression que vous n'arriverez à rien, que vous êtes un cas social, que personne ne vous appréciera jamais ?

J'ai une question.
Avez-vous regardé votre entourage ?

C'est la première question à se poser. On dit souvent qu'on est ce qu'on fréquente, et c'est sans doute vrai. ce sera votre entourage qui vous influencera le plus, qui vous construira.
Et vous ne vous êtes sans doute pas déprimé tout seul. Vous n'avez sans doute pas perdu votre confiance en vous tout seul.

J'ai une histoire à vous raconter.
Quand j'avais 13 ans, je me suis inscrite sur un forum pour jeunes filles. Tout se passait bien, mais quand j'ai eu 18 ans j'ai dû partir du forum (étant réservé aux mineures).
Entre-temps j'avais rejoint un groupe Facebook constitué des filles de ce même forum, et mes 18 ans passés, c'était une chance pour moi de pouvoir continuer de dialoguer avec elles.
Je suis restée tellement longtemps sur ce groupe, si vous saviez.

Lorsque j'ai commencé à sortir avec Thomas, et donc lorsque j'ai commencé à avoir deux copains, j'ai reçu tellement de remarques, tellement d'insultes, que je me suis détournée du monde. J'ai arrêté d'exister aux yeux du monde ; j'ai disparu de la circulation.
Donc ce groupe où j'étais acceptée (en tout cas, où ma relation était plus ou moins acceptée), c'était une chance pour moi d'exister encore. Je racontais ce que je faisais, je discutais, ça me faisait du bien.

Puis les reproches ont commencé, se sont multipliés.
J'étais trop immature (au fait, pour mettre les choses au clair : j'étais la plus âgée), j'étais trop bornée, intolérante, fermée d'esprit.
Je faisais exprès d'être différente (je vous jure, avoir deux copains, ouvrir un love shop, se faire mépriser à longueur de journée, c'est TROP DE FUN), je faisais exprès de ne pas être du même avis que les autres (je pense avoir déjà dit sur le blog que c'est une chose que je déteste entendre, ça me donne l'impression qu'on nie mon existence, comme on pense que je suis un personnage)...
On me disait aussi qu'en fait, ma vie était un peu vide. A part le sexe, mes cours et les pierres (wtf), je n'avais pas grand chose dans mon existence.
On m'a aussi dit une fois que je me posais trop en victime par rapport à Mercutio (pardon, il m'a juste violée, ou avais-je la tête).

Et vous savez quoi ?
J'y ai cru.
Je passais des soirées à pleurer, à me dire que j'étais une merde, que j'étais immature, que j'étais une inadaptée.
J'étais vraiment persuadée que je ne valais rien, que personne ne m'apprécierait jamais, etc.
Dès que quelqu'un en rajoutait une couche je faisais une crise de dépression, tous les 15 jours environ.
J'ai essayé de me suicider le 7 janvier.

Je ne faisais pas le lien. Je pensais que mes crises étaient une obligation bihebdomadaires, que si j'étais dépressive c'était le hasard. Je pensais que ces filles avaient raison, que tout le monde avait raison, et que j'étais une merde.

Quand j'ai commencé à me rendre compte que l'ambiance du groupe était toxique pour moi, Mercutio a essayé de leur laisser un message pour leur expliquer qu'il y avait de gros problèmes (il n'y est pas allé de main morte) mais il a été copieusement ignoré et les reproches se sont encore aggravés.
A bout, j'ai insulté tout le monde et je suis partie.

Ça ne s'est pas vraiment arrêté tout de suite. J'ai reçu des messages privés me disant que j'étais une "cassos qui ne sert à rien" (moyenne d'âge du groupe : 15 ans, d'où l'insulte un peu primitive), une pute, que je devais aller me faire foutre, que je n'irais nulle part dans la vie. Il y a également eu quelques messages postés dans le but de me faire clairement du mal et de me harceler, ce qui m'a convaincue dans mon choix. Il y a également eu une fille qui a essayé de persuader les autres qu'elle me connaissait bien (je lui ai adressé la parole 3 fois dans ma vie), que j'étais mauvaise, qu'elle s'attendait à ce que je réagisse comme ça. Ça m'a conforté dans l'idée qu'il y avait de la manipulation morbide sur ce groupe.

Donc, je n'ai plus parlé à ces personnes.
Et au fil des jours, des semaines, je me suis rendue compte d'un truc.
Je n'avais plus de crises. Plus jamais. Plus de soirées en pleurs, plus d'envies suicidaires, plus rien.
J'avais confiance en moi, confiance en ma vie.
Je me suis rendue compte que j'étais quelqu'un de génial, que je valais quelque chose, que j'étais mature. Je me suis rappelée que si deux hommes m'aimaient ce n'était pas pour rien.
Je me suis rendue compte que non, ma vie n'était pas vide. J'ai le blog, la course à pied, la salle de sport, mes cours, mes projets, mes créations, la lecture, mon univers est riche et sans limite et je n'aurais jamais dû me persuader du contraire.
Depuis quelques temps je me sens même heureuse. Heureuse ! Putain ! Qu'est-ce que c'est que ce mot que je refuse de prononcer depuis des mois, des années ?
Je le suis, il n'y a aucune ombre au tableau. Je progresse dans mes activités, tout va bien avec mes copains, j'ai confiance en mon avenir qui est, pour moi, tout tracé, c'est vraiment magique !
Et la seule chose qui a changé dans ma vie, c'est le fait que je sois partie de ce groupe.

Je suis ensuite retournée sur un forum avec de belles personnes avec qui j'ai des discussions épanouissantes, enrichissantes, valorisantes et je me sens beaucoup mieux dans ce nouvel entourage.

Alors je vous le dis :
Si vous êtes malheureux, regardez votre entourage.
Qui vous pousse vers le bas ? Qui vous rabaisse ? Qui vous enlève votre confiance en vous ?
Repérez les gens toxique dans votre entourage, ça peut changer votre vie entière et la façon avec laquelle vous vous percevez.
Virez les.
Franchement, n'ayez pas peur de vous retrouver seuls, virez les de votre vie en vitesse.
Vous trouverez de meilleures personnes par la suite, qui vous apporteront bien plus.
Et regardez leur réaction.
Si on vous crie dessus, vous insulte, vous rabaisse de plus belle, soyez conforté dans votre décision.
Personne n'a le droit de vous amener à vous sentir mal. Personne.
Ce n'est jamais pour votre bien. Ce n'est jamais pour vous aider à vous remettre en question et vous rendre plus humble.
Si ça vous rend déprimé, arrêtez la torture.


14 commentaires:

  1. Ce post est vraiment très beau, triste et inspirant à la fois. Sans oublier bien écrit. *-*

    Après avoir lu ça, je vois aussi ton article de témoignage de l'année dernière sous un autre angle, parce que sur l'article et dans les commentaires tu passais ton temps à te justifier et rassurer tout le monde que oui oui tes copains vont bien, mais toi alors ? Ca aussi c'est important et j'ai l'impression que l'aspect inhabituel de ta situation amoureuse fait qu'on oublie de se demander comment toi tu vis tout ça :/ (moi la première quand j'avais lu cet article :( )

    Bon c'est très embrouillé comme commentaire mais bref, tout ça pour dire que je t'admire et te souhaite plein de bonheur !
    Bisous à toi :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'évitais de parler de moi parce que je trouvais ça déplacé (et on m'avait aussi appris que je n'avais rien à dire), maintenant je n'hésite plus trop à dire que je vais mal, tant pis si ça dérange les autres.

      Supprimer
  2. Je suis totalement d'accord avec ce que tu écrirs, je suis moi même souvent en présence d'une personne nocive (mais qui ne veux que mon bien)...

    Des gens sur un fofo, ou des personnes que tu ne cotoies pas tout les jours ça me semble tellement plus évident à faire que de virer un membre de sa famille proche. quand il y a des liens de sang c'est tellement plus difficile.

    Si tu as un truc pour m'aider à supporter mon father sans avoir envie de l'évincer, je suis preneuse.

    Parce que j'ai des liens de sangs proches avec la personne nocive. Et ça...c'est dur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Peut-être aller voir un psychologue et lui en parler ?
      Lire des livres sur les relations toxiques avec sa famille pour trouver des conseils.
      Apprendre à déceler les mécanismes "d'attaque" toxiques, et les déjouer, les détourner.
      Surtout, ne pas laisser faire et ne pas se dire que "c'est pas si grave".
      Se dire que personne ne mérite ça. Personne.
      Et qu'on n'est pas toxique "pour le bien" de l'autre. Jamais.
      Bon courage !

      Supprimer
    2. Je pense déjà que te rendre compte qu'il est toxique pour toi, c'est un grand pas car ainsi tu seras moins à même de l'écouter quand il dit quelque chose de nocif.
      Après oui, je comprends ce que tu ressens, quand on a envie de mettre des distances avec un membre de sa famille c'est souvent hardcore.

      Supprimer
    3. Le problème c'est qu'il y a ma mère qui est malade dans l'équation. ET que je me suis rendue compte que lui ne se rendais pas compte de comment il est devenu. Et si tu lui démontre ben c'est toi qui ment, il n'est pas comme ça. J'ai l'impression de tourner en rond. (et de me bouffer)

      Supprimer
  3. Je me reconnais beaucoup dans ton article, sauf qu'en l’occurrence, les choses négatives viennent de moi, c'est mon esprit surmené qui, au détour d'une journée d'ennui et de culpabilité me les murmure à l'oreille... Le stress dû aux cours y est lié -plus envie d'être où je suis, envie de bouger- et j'espère bien que dans deux mois, quand le concours sera passé, ça ira mieux... En attendant ton article m'a un peu remonté le moral, et ça m'a fait un coeur tout gros tout gonflé de me dire que peut-être, bientôt, je pourrais suivre ce même processus de réparation que toi (c'est très bizarre dit comme ça, mais j'ai l'impression d'être une loque en morceaux). Merci en tout cas pour tes articles, ils savent toujours m'inspirer et me rappeler la direction que j'ai choisi de suivre, vers plus de positivité.. <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Regarde bien autour de toi ! Parfois les mauvaises pensées qu'on se donne ne sont qu'une répétition de ce qu'on entend autour de nous. Je pensais être dans un environnement sain et être la seule à m'auto-saboter en m'engueulant chaque jour, et je ne me suis rendue qu'après que mes pensées étaient alimentées par d'autres personnes.

      Supprimer
  4. Coucou. ^-^
    C'est Lena... euh... j'arrivais pas à me connecter avec mon compte Gmail. Bon, bref, on s'en fout.
    J'arrive un peu trop tard, sans doute, mais j'avais pas suivi cette histoire (je m'étais presque pas connectée à cette période, je me connecte jamais quand il faut je crois, breeeeef), donc je sais pas ce qu'il s'est passé, ni de ton côté, ni de celui des Ju' ("on veut plus en parler"), donc voilà.
    Mais je peux comprendre qu'elles t'aient énormément blessée. Et je peux comprendre que tu nous ai virées de ta vie. C'est normal. Mais je trouve ça dommage, je pense que certaines d'entre nous t'appréciaient - et t'apprécient toujours, vraiment, dont moi, mais si tu es heureuse comme ça, je suis heureuse pour toi !
    Bref, je sais pas à quoi a servi ce commentaire, mais ça faisait longtemps que j'avais envie de commenter un de tes articles, voilà voilà :3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas viré "les julienautes" de ma vie. J'ai quitté le groupe parce qu'il y avait de mauvaises personnes dedans, et je les ai également enlevées de mes amis. Mais j'en ai gardé d'autres qui ne m'ont jamais fait de crasse (d'ailleurs, elles me faisaient rire sur le groupe à dire "c'est méchant pour les filles comme Noémie qui étaient là pour elle" alors que Noémie ne s'était pas du tout sentie concernée par cet article), et j'ai également créé un autre groupe Facebook avec des ju's avec qui je m'entends, donc pour moi ce n'est pas vraiment une question de virer tout le monde sans distinction.

      Supprimer
  5. Salut, c'est Adèle.
    Je suis contente de voir que tu vas mieux, je ne vais vraiment pas souvent sur ton blog (je ne pourrais même pas te donner de fréquence).
    Je ne vais pas revenir sur ton article, ça me fait juste bizarre de ne pas savoir dans quelle "catégorie" je suis pour toi. Je ne vais pas non plus te demander de revenir sur le groupe, de toute façon tu vas surement me répondre "Non" donc laissons tomber tout de suite.

    As-tu reçu ma lettre ? Ça fait longtemps que je te l'ai envoyé, juste avant que tu quittes le groupe en fait. Je ne sais pas si tu as décidé de l'ignorer pour x raisons ou si elle s'est perdue mais je voulais être sûre de ça.
    Sinon, il se peut que je vienne à Bruxelles dans les mois qui arrivent. Si tu as envie que l'on se voie fais-moi signe.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. (Je réponds uniquement au commentaire d'Adèle ce soir car elle me demande une chose importante. Mais je réponds aux autres commentaires dès que j'ai plus de temps.)
      (Parenthèse pour éviter que ceux du dessus pensent que je les ignore)

      Je pensais justement que tu me boudais, je n'ai jamais reçu ta lettre :/ Tu saurais m'en réenvoyer une, ou je t'en envoie une ?
      Je serais vraiment heureuse qu'on se voie. Tu me diras s'il y a du nouveau ?

      Supprimer
    2. Tu me rassures ! Je boudais un peu mais justement parce que je ne savais pas pour la lettre... (C'est idiot, j'aurai dû te le demander plus tôt)
      Je vais t'écrire en première, je pense que j'ai De quoi faire :)
      Dur de commenter sur portable

      Supprimer
    3. Je viens de la recevoir ! Je réponds ce soir et je la poste demain !

      Supprimer