dimanche 4 janvier 2015

Eveil des consciences : Comment garder confiance en soi lorsque les autres nous tournent le dos ?

Au court de notre vie, il est possible que nous changions. Nous pouvons apprendre de nouvelles choses, vivre de nouvelles choses, apprendre de nouvelles choses...
Et il peut également arriver que cela ne plaise pas à notre entourage.

Cela peut tout particulièrement s'appliquer lorsque nous entrons en phase d'éveil spirituel : on n'accepte plus de tout faire comme les autres, on réfléchit davantage, notre esprit critique s'accroît, on n'accepte plus de polluer ou de faire du mal à d'autres êtres vivants et conscients (et nous subissons ainsi l'étiquette du "hippie bisounours hypersensible"), on voit les schémas de la société d'une autre manière, on n'accepte plus de faire les mêmes choses, on essaie de se battre pour faire changer le monde, etc.

Et souvent, cela ne plait pas.

Il faut savoir qu'un grand nombre d'espèces animales ont un instinct grégaire très développé : ils ont un besoin de mimétisme presque incontrôlable : c'est le cas des moutons (d'où l'expression "être un mouton" pour parler d'une personne faisant comme les autres juste "parce que les autres le font"), les chevaux, certains rongeurs, mais aussi...les humains.

Triste à entendre, non ? L'espèce connue comme étant "la plus évoluée et intelligente du règne animal" a un putain d'instinct grégaire !
Il suffit de regarder autour de nous :
Pourquoi mange-t-on de la viande et consommons des aliments issus d'une industrie basée sur de la souffrance ? Parce que tout le monde le fait depuis des centaines d'années.
Pourquoi sommes-nous persuadés que si notre moitié aime une autre personne, ça veut dire qu'elle nous aime moins ou plus du tout ? Parce que notre société est monogame, parce que tout le monde est comme ça.
Pourquoi rêvons-nous du même genre de travail et rejetons également les même emplois ? Parce que les autres le font.
Pourquoi suit-on la mode ? Pour ne pas sortir du lot, pour se fondre dans la masse.
Pourquoi lisons-nous tel livre et regardons-nous tel film ? Parce que les autres l'ont aimé.

Donc si vous vous mettez à penser différemment, il y a de fortes chances pour que les gens vous tournent le dos.
Lorsque je suis devenue féministe, lorsque je me suis mise à rejeter le système abject duquel les femmes sont victimes toute leur vie, j'ai perdu des amis.
Lorsque je suis devenue végétarienne, j'ai perdu des amis.
Lorsque j'ai vécu mon éveil spirituel et que j'ai commencé à m'intéresser à l'univers autour de moi, à toutes les choses desquelles j'étais victimes, à tout ce qu'on essayais de me faire croire, j'ai perdu des amis.
Lorsque j'ai eu deux copains, j'ai perdu tous ceux qu'il me restait.

J'ai été terriblement tentée de me dire que c'était moi qui avais un problème. J'étais trop réactive, j'essayais trop d'imposer mon avis aux gens, j'essayais trop de les éveiller à leur tour, j'essayais de briser des schémas vieux de plusieurs centaines d'années, et finalement, plus personne n'était de mon côté.
Je devais certainement avoir un problème.

En fait, non ! Et toi non plus, qui me lis, qui vis peut-être la même chose, qui aimerais bien changer, faire bouger les choses, mais n'ose pas t'exprimer par peur du rejet, tu n'as aucun problème.

Justement parce que nous vivons dans un monde régi par un instinct grégaire en acier. Ce n'est pas parce que tout le monde dit Noir, et que tu dis Blanc, que tu es en tort. Parce que souvent, les gens diront Noir à la fois parce que le voisin dit Noir, mais aussi par ignorance.
Ce n'est pas parce que tu es seul que tu dois changer. Ce n'est pas un "signe montrant que tu as un problème".
Parfois, tu rencontreras des gens qui penseront comme toi et tu auras de nouveau un cercle d'amis. Tu te sentiras mieux, entouré.
Parfois, parce que tu seras introverti, timide, ou juste par manque de chance, tu n'en trouveras pas.
Et ça ne veut rien dire.

Honnêtement, à cause de ma façon de penser, j'ai perdu des gens qui je ne croyais jamais perdre. J'ai eu peur. J'ai pleuré. J'ai cru que je devais faire quelque chose, ne plus penser comme ça, "m'adapter".
M'adapter, donc : "ne pas essayer de changer les choses, abandonner, ne rien dire, ne pas m'exprimer, ne pas exposer mes arguments, ne pas ouvrir les yeux des gens, m'écraser, accepter les gens toxiques, les gens blessants, ne pas me préserver, servir de paillasson, rentrer à nouveau dans un système amoureux basé sur la jalousie comme moteur principal du couple", bref : me taire.
Ha ha ha.
Hors de question.
J'ai raison de m'insurger contre ces systèmes toxiques, j'ai raison de vouloir améliorer les choses, j'ai raison de promouvoir un mode de vie basé sur le respect de tous les êtres vivants, j'ai raison de vouloir un monde où chacun a le droit d'être qui il est, de faire ce qu'il aime et de ressembler à ce qu'il lui plait.

Et toi aussi, qui me lis, qui as peur d'être seul, tu as raison.
Et si je peux me permettre : tu n'es pas seul.
Plein de gens vivent un éveil spirituel. Plein de gens passent par ce que tu vis. Le rejet, la solitude, la peur.
Tu n'es pas tout seul.
Et je ne suis pas seule non plus.
Il ne faut pas avoir peur de penser différemment et de rejeter les abominations. Même si ça ne plait pas aux autres.


19 commentaires:

  1. La Futile Bataille est de retour <3

    Si tu regardes quel système de pensée rend le plus de gens (ou êtres vivants) heureux, tu as :
    -Le féminisme rend plus de gens heureux que le système qui lui pré-existe (par exemple le machisme)
    -Le végétarisme rend plus d'êtres vivants heureux. (Puisqu'il leur permet de vivre. Non mais.)
    -Lorsqu'on sort de l'opinion couramment admise (ce qu'on appelle, en philo, la doxa), on se rend heureux parce qu'on peut agir pour ce qui est vraiment bon pour soi-même. Et partager son savoir, c'est aussi rendre des gens heureux. (Note : on peut parfois donner aux autres des "petits trucs pour être heureux", si tu vois ce que je veux dire ^^)
    -Lorsqu'on s'autorise à aimer plusieurs personnes à la fois, on rend le couple plus sain et plus épanoui, si on le fait convenablement des trois (ou davantage) côtés. Sartre et Simone de Beauvoir l'avaient compris, eux.

    Tout ça pour dire que je suis d'accord, et que tu as raison, tellement raison.

    Merci infiniment pour cet article <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime ta façon de voir les choses :D

      Supprimer
  2. Merci pour ton article, il vibre en moi intensément
    Infinie gratitude
    <3

    RépondreSupprimer
  3. Puis des fois, tu te retrouves à être un semi mouton parce que tu veux défendre les causes qui te paraissent justes en ayant peur d'être seule.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut savoir aller à son rythme :)

      Supprimer
    2. Exctament. C'est pour ça que je me retrouve pour l'instant à faire des semaines vegan ou ce genre de chose. :)

      Supprimer
  4. Merci pour votre excellent article, qui raisonne et vibre intensément en moi ....

    RépondreSupprimer
  5. Pas seuls, certes ; mais isolés les uns des autres, très certainement... Je "connais" plein de gens qui me "ressemblent" par ce côté là, effectivement, mais pas des masses avec lesquels je suis amie, donc c'est bien inutile.
    Cependant il ne faut pas renoncer, même si c'est pas facile...
    (Je suis comme puce et fais le demi-mouton, ça dépend de mon humeur et de mon moral u_u)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas facile, mais au moins on met nos priorités au clair : nos valeurs ou notre popularité ?

      Supprimer
  6. Je viens de découvrir ton blog et je sens qu'il va me plaire ♥

    Merci pour cette article, ça m'encourage à vouloir assumer ce que j'aime *grosse timide* ^///^

    RépondreSupprimer
  7. Eh! Ho! Bonjour! Coucou! Je suis encore là moi, j't'ai pas laissée tombée ^^ Tu n'as pas perdu tout les amis qui te restait, j'suis là (même si 100 bornes n'aident pas ok)
    Je fais partie de ces gens qui ont tellement peu de véritables amis qu'ils les comptent sur les doigts d'une seule main Pour l'instant j'ai ma best friend et...toi. ouais, j'ai dit une seule main.

    Pourquoi? Parce que je suis trop différente. Je ne pense pas comme tout le monde ne m'habille pas comme tout le monde ne voit pas le monde de la même manière. ET c'est pas pour ça que je suis plus malheureuse. Mais j'en ai bavé avant d'en arrivé à ce constat.

    Je vais te donner un simple exemple: tout le monde trouve "bienvenue chez les ch'ti" très drôle. Au contraire, je le trouve très triste. Car Kad Merad se rend compte que les autochtones sont hypers gentils et qu'il reçoit plus de chaleur chez eux que dans sa propre famille. Ça n’empêche pas que je le trouve magnifique. Mais avec un autre point de vue. Alors non, ça ne m'a pas fait rire mais émue.

    Résultat: je ne sais soi disant "pas rire" alors que j'ai pas mal d'humour et que je sais rire.

    Et quand commencé à changer mon d'état d'esprit et de manière de me vêtir, ça a fait un sacré tri. J'ai même oser dire à une ancienne amie que si elle me rejetait à cause de cela c'est qu'elle me connaissait bien mal. C'est pas drôle mais ça prouve une chose: on voit ou sont les véritables amis.

    Cet article que je lis est au diapason de ce que j'ai vécu. Depuis l'école maternelle, je suis la fille bizarre qui ne pense pas de la même manière. Même mes profs me pensaient "attardée" à tel point qu'on m'a envoyée chez le psy de l'école en primaire, tout ça pour entendre dire que "je vivais un peu dans mon monde mais très ouverte et très curieuse. Juste un petit manque de maturité!" Bref j'allais très bien mais ... j'étais pas vraiment comme tout le monde.

    J'ai passé des années en étant seule et incomprise, sans véritables amis. Par exemple ma meilleur amie c'est depuis la 5ème primaire et comme disait mes charmants camarades: les deux anormales de l'école ensemble! Mais je n'ai pas fait ma scolarité avec elle donc, j'ai été très très seule. Et j'avais beau me dire que je devais changer, je me sentais en plus très mal dans ma peau. J'ai passé des nuits a trempé mon oreiller et a me promettre d'être comme tout le monde. Je l'ai été quelques années et puis bah, je me sentais pas moi. Des gens m'apprécient mais je me sentais toujours très seule. Depuis, je ne suis pas plus entourée mais je me sens beaucoup mieux dans ma peau et donc plus a même d'affronter les autres...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. (texte trop long désolée je devrais arrêter les pavés, voici le suite)
      ...Je me rend compte que je ne suis plus seule désormais, mais comme le dit Ama: on est isolé, plus seul. Merveilleux outils qu'Internet parfois.

      Actuellement je parts du principe que les gens ne connaissent pas ma vie et n'ont donc pas à la juger. Du coup j'envoie un peu beaucoup chier les critiques. Oui je me remet en question mais parfois je me rend compte que ce n'est pas toujours à moi de changer et un peu plus les autres. Mais c'est tellement plus simple de changer un individu qu'une société.

      Dis toi que parfois, même ta propre famille ne te voit pas évoluer. Pour épingler tout ce qui va pas, ça ils le font très bien mais parfois j'ai l'impression qu'ils ne veulent pas voir ce que les déranges. Je sais que je ne suis pas ce que mes parents voudraient que je sois, mais il y a des variables que je peux changer et d'autres non. Celle que je veux bien changer et celle que je refuse. J'essaye simplement de vivre avec cette idée que je ne fais pas le chose assées "biens" pour eux.

      Je pense toujours que la différence est source de richesse. Mais je me sens bien seule à le penser.

      Ton article est formidable. Continue d'être celle que tu es. Et je sais à quel point c'est difficile.

      Supprimer
    2. Je suis tout à fait d'accord avec toi, ce que tu dis...

      Je trouve ça fou que des profs t'aient pensée attardée parce que tu n'étais pas comme tout le monde. Bonjour le professionnalisme o_O

      Supprimer
  8. Juste pour dire qu'une relation monogame n'est pas basée sur la jalousie. Les gens sont jaloux ou pas et ça dans n'importe quel type de relation. Ne tombe dans le piège "facile"de dénigrer les choses que font les autres juste parce que ces choses ne te conviennent pas. La tolérance vient des deux côtés. Bonne année 2015 !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne pense pas dénigrer car pour moi la jalousie est un sentiment normal qu'énormément de personnes ressentent. Ce que j'ai du mal à comprendre, c'est qu'on s'en serve comme excuse pour, oui, d'un côté, permettre que notre moitié souffre pour ne pas être confronté nous-même à cette jalousie. Je trouve le déséquilibre trop grand :/

      Supprimer
  9. "Ce n'est pas parce qu'ils sont nombreux à avoir tort qu'ils ont raison!"
    B. Werber ;)

    RépondreSupprimer