lundi 5 janvier 2015

5 choses qu'être polyamoureuse m'a appris

Comme vous avez pu le voir au cours de ces dix derniers mois, j'ai été engagée dans une relation avec deux hommes. J'étais avec mon copain depuis deux ans, je suis tombée amoureuse de Thomas, mon copain m'a proposé de tenter ma chance, et je me suis retrouvée dans le bain de la relation non monogame.

Outre le fait que cette situation ait duré une dizaine de mois alors qu'entre nous, nous étions loin de l'imaginer durer plus de quelques semaines, elle s'est terminée récemment lorsque j'ai quitté mon premier copain (avec qui j'étais fiancée).
C'est tout récent, c'est encore un peu douloureux, et j'ai eu le temps de me poser un bon nombre de questions sur ce qu'il s'était passé. Finalement, devais-je regretter ? Avais-je mal fait ? Devais-je faire comme si rien ne s'était passé ?

Après de longues réflexions j'ai fini par me rendre à l'évidence : ce qu'il s'est passé devait se passer. J'ai suivi mon intuition, j'ai fait ce que je devais faire, et j'ai appris plein de choses de cette relation.

1. Que j'étais polyamoureuse
Tout d'abord, et en toute logique. Ça expliquait mon côté "en crush sur trois mecs différents" quand j'étais ados, et que je mettais sur le compte des hormones et de la connerie (j'ai toujours été très dure avec celle que j'étais avant). J'ai donc pu apprendre que le polyamour était une orientation sexuelle bien existante, qu'être amoureux de plusieurs personnes à la fois était donc tout à fait possible, et qu'il était finalement peu surprenant que beaucoup de gens refusaient cette idée, se basant sur leurs ressentis personnels : tout le monde n'est pas polyamoureux, beaucoup ne passeront jamais par là. Mais ça n'empêche pas que ça puisse arriver, et c'est ok.


2. Que la jalousie n'était, au final, pas une preuve d'amour
Dès que j'ai été capable de tomber amoureuse, je me suis avérée être quelqu'un de possessif et de jaloux, même sans être forcément en couple ! Ça prenait même parfois des proportions ridicules. Alors, dès que je lisais dans un magazine ou entendais quelque chose comme "la jalousie est une preuve d'amour si elle est modérée", je me suis tout de suite rangée de cet avis. La jalousie prouvait qu'on tenait à la personne, non ?

Je ne me suis rappelée de cette phrase qu'hier, sous la douche, alors que je remuais cette histoire encore et encore : Aimer véritablement, c'est reconnaître le plaisir d'avoir la personne, et non de la posséder.
La toxicité de la jalousie m'a sauté à la figure. On pense que lorsqu'on aime, lorsqu'on est en couple, on est en droit d'exiger de l'autre qu'elle ou il nous appartienne. Si cette personne a envie de quelqu'un d'autre, c'est interdit. Si elle pense à quelqu'un d'autre, elle a un problème.
Si elle tombe amoureuse d'une autre personne, elle n'en a aucun droit. Parce qu'elle m'appartient.
C'est terriblement violent. Et je m'en veux de ne l'avoir jamais remarqué avant.
Il est normal, quand on est en couple, de vouloir de la communication : choisir d'être en couple libre, d'être exclusif, etc. Demander à être prévenu, donner son avis, etc.
Mais mettre sa moitié en cage ? Est-ce de l'amour ? A présent je trouve ça trop étrange.
Je pense que la jalousie est un sentiment très difficile à contrôler, mais j'espère être en mesure de le faire lorsque j'y serai confrontée. Mais avec ce que j'ai appris, j'ai toutes les clés en main pour y arriver.
C'est un sujet tellement énorme à aborder, je ne peux pas le faire en un paragraphe ; il est possible que j'en fasse un article complet dans la semaine.


3. Que je n'étais pas dans une relation qui me convenait
Soyons honnêtes, avec Mercutio, ça faisait longtemps que ça ne collait plus. On disait entre nous que quelque chose s'était cassé, et en effet notre couple n'était plus qu'une épave. On sera tenté de dire "c'est normal, avec cette histoire avec Thomas..." mais je vais être claire : dans la vraie vie, chez les vraies personnes, parfois, les couples battent de l'aile. Les raisons sont diverses. Et je vais être honnête, je ne pense vraiment pas que l’essoufflement de notre couple ait été dû à mon polyamour, étant donné que j'en connais les vraies raisons : et ce n'est pas ça.
Je pensais que ma relation était normale, que tout ce qu'il m'arrivait était normal, et je pense que si je n'étais pas sortie avec Thomas, je l'aurais encore cru longtemps. Ce qui m'amène au point suivant :


4. Que comparer est ok
La chose qu'on me disait le plus quand j'étais dans ma relation non monogame était "ne les compare pas ! C'est très mal ! Il ne faut jamais comparer !"
Et je vais tous vous décevoir.
Mais j'aurais dû comparer dès le début.
Si j'avais comparé dès le début je me serais rendue compte tout de suite que quelque chose dans ma relation avec Mercutio n'allait décidément pas. Que rien n'était normal. Que j'avais le droit de demander davantage si je ne me sentais pas pleinement heureuse.
Ce que je vais dire est très dur mais :
Quand Thomas me servait des petits déjeuners au lit alors que Mercutio soupirait avant de me jeter un paquet de biscuit (au mieux), j'aurais dû m'en formaliser.
Quand Thomas m'offrait des tarots et des pierres et d'autres choses quand Mercutio ne m'offrait jamais ne serait-ce qu'une fleur, j'aurais dû le remarquer.
Quand Thomas m'aidait en cas de crise de dépression, venait chez moi, me parlait quand Mercutio ne daignait même pas me réconforter, j'aurais dû le signaler.
Quand Mercutio me rappelait que je le faisais souffrir alors que pour Thomas, le plus important était que je sois heureuse, j'aurais dû le voir.
Et finalement, alors que Thomas m'avouait vouloir être le meilleur petit copain possible, pendant que Mercutio m'avouait qu'il avait du mal à m'aimer, j'aurais dû m'en douter déjà bien avant.
Comparer m'a aidée à me rendre compte que ça n'allait définitivement pas, qu'il n'y avait aucun atome crochu entre Mercutio et moi, et à présent je suis heureuse et apaisée.
Je pense qu'aux yeux de tous Thomas était une erreur mais il est la meilleure chose qui me soit arrivée et je serai éternellement reconnaissante de l'avoir dans ma vie.


5. Que je suis infinie
Vivre cette relation m'a appris une chose : je peux être qui je veux.
Quand j'étais ado, je n'avais déjà pas peur de certaines limites : je m'habillais comme je le désirais. Je mettais des leg warmers en fausse fourrure noire avec un legging à motif léopard rose parce que ça me plaisait. Je portais du rouge à lèvre bleu clair parce que ça me plaisait.
Mais ces derniers mois j'ai encore repoussé mes limites.
Je ne voulais pas travailler dans l'édition et je me suis rendue compte que je voulais ouvrir un sex shop. Aujourd'hui je suis des cours de gestion pour ouvrir un commerce.
Un jour je suis tombée amoureuse de deux personnes. Et je suis sortie avec.
J'ai vécu pleinement en étant pleinement celle que j'étais. Je me suis rendue compte à quel point je pouvais me créer une vie sur mesure et aujourd'hui, alors que je suis dans une relation complètement monogame, je sais qu'il me reste encore plein de choses à faire qui m'étonneront moi-même.

Je ne regrette rien, j'ai tout fait pour le mieux.

9 commentaires:

  1. waouh ça c'est super comme article ^^
    Et effectivement, Luc ne m'apporte pas de p'tit dej au lit mais il ne me jette pas les biscuits. Ou alors c'est "tiens je t'ai ramener ça, attrape!" Et un mec qui te dis qu'il à du mal à t'aimer toi...c'est jamais bon signe.

    Je pense que la relation avec Mercutio était toxique pour toi. Voilà.

    Et puis je suis d'accord avec toi: "Non, rien, de riennnnnnnnnn, nonnnnnnnn je ne regrette riiieeeeeeeeeeennnnnnn" (Edith Piaf sort de ma tête!)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis d'accord là-dessus, la relation devenait vraiment toxique.

      Supprimer
  2. Ton article me fait reflechir sur la jalousie. Tu as totalement raison à propos de la jalousie, et vouloir mettre sa moitié en cage, c'est signe d'une relation qui ne va pas bien et ce n'est pas de l'amour.
    Pour ton histoire personnelle, j'ai l'impression que c'est un cas particulier et que la jalousie était due au fait que Mercutio n'est pas poly amoureux, et donc que partager sa copine était impossible pour lui, même s'il a tenté de le faire pour te garder. Il me semble que ce n'est pas de la jalousie maladive dans ce cas, mais bien une réaction normale de personne non poly amoureuse. Comme on ne peut pas enfermer en cage une personne poly amoureuse, on ne peut pas demander à une personne qui n'est pas poly amoureuse de ne pas être jalouse si sa moitié tombe amoureuse d'une autre personne. Qu'en penses-tu ?
    En tout cas, on voit bien que cette relation était devenue toxique pour tous les deux et j'espère que vous serez apaisés maintenant, chacun de votre côté. Bonne année 2015 à toi avec Thomas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je trouve ton idée intéressante, je la soulèverai dans mon article. Merci ! <3

      Bonne année à toi !

      Supprimer
  3. J'ajouterai que la jalousie n'est pas un signe d'amour, mais plutôt un signe de souffrance et que quelque chose cloche dans la relation.

    RépondreSupprimer
  4. J'avoue que ce que je trouve un peu violent, c'est l'expression "mettre son conjoint en cage". En quoi être pour la fidélité est un enfermement? Une privation de liberté? Tu dis avoir le droit d'aimer plusieurs hommes à la fois, d'autres personnes ont le droit de n'aimer qu'une personne et vouloir la même chose venant de l'autre ! Avec consentement mutuel, bien sûr. Si l'un est pour le polyamour et l'autre pour l'exclusivité, forcément un des deux est mis en cage, là je veux bien.
    Bref, mon copain sort très souvent avec ses amis, même en habitant ensemble on se voit peu, je ne l'empêche de rien, il fait des road trip avec ses potes et sa famille quand je bosse... Mais s'il va niquer une autre nénette je lui coupe la zigounette, c'est tout. Car ce n'est pas moi d'accepter ça. Et ce n'est pas lui non plus vu que j'ai à peine droit de saluer les autres hommes lol.
    Après, je suis d'avis que si tu exiges quelque chose d'une personne, tu dois pouvoir, si cette personne désire la même chose, lui donner en retour. Tu dis que tu étais jalouse quand tu étais avec Mercutio et que la situation polyamoureuse ne permettait pas toutes les folies, que tu voulais des limites. Le problème avec le recul, c'est que Mercutio ne voulait pas ça, c'est évident, on peut dire qu'il l'a proposé et patatipatata, clairement ça ne lui faisait pas du bien. Je comprends que ça ait pu être dur de supporter ta jalousie dans ce cas, on se dit vraiment "S'fout d'ma gueule ou quoi !!!!" à cause de la souffrance que cela peut causer.
    Si tu en ressors grandie tant mieux, car c'est une expérience bien spéciale que peu de gens vivent et tu as l'air de t'y retrouver. Je te souhaite beaucoup de bonheur avec Thomas, en lisant ton article il est évident que vous êtes un très beau couple ! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vais exposer un calcul simple pour illustrer mon idée : Mercutio avait peur de me perdre et c'était pour ça qu'il souffrait.
      Why not.
      Alors pourquoi n'avais-je pas le droit d'avoir peur de perdre Thomas ? On pense toujours à ce qu'il s'est passé, mais jamais à ce qu'il se serait passé si j'étais restée en relation monogame.
      A mes yeux, la souffrance due au fait que Mercutio devait accepter le fait que j'aimais une autre personne est bien inférieure à la souffrance d'être séparée de la personne qu'on aime. Je pense que d'ordinaire tout le monde est d'accord avec ça.
      De plus, on peut voir les choses sous cet angle : je faisais tout mon possible pour rassurer Mercutio, pour le rendre heureux. S'il n'arrivait pas à l'être, ce n'était alors pas de ma faute. Il souffrait, mais je ne le faisais pas souffrir.

      Je pense que même en revoyant le principe de la jalousie, je suis d'accord sur le fait que la tromperie reste la tromperie. Il y a des nuances à mettre, je ne suis pas pour le couple libre à tout prix. Mais pour moi, à partir du moment où une personne en couple ne peut supporter l'idée que sa moitié aime une autre personne et l'en culpabilise, comme si elle lui en voulait d'être amoureuse, c'est que la jalousie est devenue bien trop acceptée dans le couple.

      Supprimer
  5. Même en couple monogame on compare, pas avec notre autre mec que nous n'avons pas mas avec les mecs de nos copines. Je ne suis pas pour le polyamour dans ma vie (je le précise) mais je suis tombée amoureuse d'une autre homme pendant ma relation avec mon mec actuel. Même si je n'ai pas craqué j'ai comparé. J'ai essayé de comprendre pourquoi j'étais mieux avec cet autre qu'avec mon mec actuel. J'ai regardé mes copines et j'ai compris que j'avais des attentes qui n'étaient pas satisfaites, que couple avait une autre signification pour moi que ce que je vivais actuellement. Tout ça pour dire, tu as bien fait de comparer, il faut tjrs challenger ce qu'on a et vérifier qu'on est heureux et si ce n'est pas le cas, quoi faire. C'est comme ça que l'on s'améliorer autant personnellement que professionnellement :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton message <3 Tu es la première personne qui me dit que j'ai bien fait de faire ça ^^

      Supprimer