dimanche 25 janvier 2015

5 astuces pour s'habiller de façon responsable, et sans exploiter personne

Après avoir vu le reportage Sweatshop, je vous ai raconté avoir tout de suite ressenti le besoin d'arrêter d'acheter des vêtements fabriqués dans de pareilles conditions. Je ne voulais plus être actrice de pareilles horreurs et je me suis tout de suite demandé :

Comment puis-je faire pour acheter plus éthique ?


En effet, quand il est question d'acheter ses fringues, on est tenté de céder à la facilité : les grandes enseignes comme H&M, Zara, Mango, New Look sont présentes partout autour de nous et vendent des fringues à des prix attractifs.
Dans la mode alternative, nous connaissons également des marques comme Hell Bunny et Voodoo Vixen et nous sommes tentés de penser que les vêtements étant plus chers, les vêtements sont forcément fabriqués dans de bonnes conditions. En fait, pas forcément: les vêtements de Hell Bunny et Voodoo Vixen sont eux aussi "made in China".

Du coup, lorsque nous souhaitons abandonner les sweatshops, nous sommes tentés de nous dire "oui mais...comment ? Les sweatshops sont partout !"
J'ai ainsi eu l'idée de vous rédiger cet article pour vous donner des pistes afin de vous aider à mieux choisir vos vêtements.

Changer de marques


La solution la plus efficace et facile reste encore celle de mieux choisir ses marques. En tapant "made in England clothing", "made in Europe clothing", etc, vous pouvez déjà trouver quelques marques sweatshop free ! Par exemple, en 5 petites minutes, j'ai déjà trouvé deux alternatives à Hell Bunny : Miss Fortune (made in UK) et Miss Candyfloss (made in Europe).
L'avantage est que cette technique vous permet de trouver plus facilement des vêtements collant à votre style (quand on est gothique, rockabilly, rétro, lolita, etc, on ne trouve pas forcément ce qu'il nous plait dans les magasins de seconde main ou les friperies).
L'inconvénient, c'est le prix. Pour l'exemple des vêtements pin up : une robe corolle à bretelles dans la nuque coûtera 60€ chez Hell Bunny, 75€ chez Miss Fortune, et carrément 105 € chez Miss Candyfloss.
Mais je reste persuadée qu'en cherchant un peu sur le net, il y a moyen de trouver des marques éthiques qui resteront dans une gamme de prix raisonnable. Déjà ici, vous pouvez voir que la fourchette de prix entre Miss Fortune et Miss Candyfloss reste très large. A vous de fouiller un peu pour trouver des pièces qui vous plairont, et ce à des prix qui resteront à la hauteur de votre porte-monnaie.

Manteaux Miss Candyfloss

Regarder l'étiquette

Si vous n'aimez pas acheter sur Internet, votre option à vous reste de regarder l'étiquette du vêtement que vous souhaitez acheter.
En effet, on ne sait pas forcément si telle boutique ou telle chaîne exploite ses employés dans le tiers-monde ou non. La seule solution reste alors de vérifier :
Si le vêtement vient d'Europe, des USA, bref, d'un pays développé, "riche", vous ne devez pas vous inquiéter. Mais s'il vient d'un pays type Cambodge, Vietnam, Chine, etc, reposez-le tout de suite sur l'étagère, ce n'est pas pour vous.

Essayer les friperies, brocantes, magasins de seconde main


Pour les budgets un peu plus serrés, il vous reste les magasins de seconde-main : friperies, brocantes, magasins spécialisés...si vous habitez à Bruxelles, vous avez de la chance : cette capitale contient un nombre inimaginable de boutiques de seconde-main. Sur Internet, les sites de revente comme Ebay sont vos amis.
Vous pourrez trouver pour tous les prix, selon les boutiques où vous allez. Il faut en essayer plusieurs, parfois, pour trouver des vêtements qui vous plaisent à des prix attractifs.
Mais cette technique vous permettra de trouver des vêtements uniques, peu chers, déjà utilisés et donc qui rapportent 0€ aux sweatshops. Et c'est ce que l'on recherche, à la base, n'est-ce pas ? Vous ne devez ainsi plus vous occuper des étiquettes : étant donné que le vêtement est déjà acheté, peu importe qu'il vienne d'une marque "made in England" ou "made in China", cette marque ne recevra pas un cent de vos achats, et vous évitez ainsi d'alimenter des entreprises peu scrupuleuses.


Faire du troc


Si vous connaissez d'autres personnes aussi intéressées que vous dans un achat plus responsable, vous pouvez toujours leur proposer du troc. Si en plus vous avez le même style et la même taille, c'est l'idéal. Cette technique vous permettra de rafraîchir votre garde-robe en vous débarrassant d'une fringue qui vous lasse et en y ajoutant un nouveau vêtement, et ce gratuitement.
Pas besoin d'organiser des troc-party (déjà, on est pas dans un magasine de pré-ados et on sait bien que personne ne fait ça), un trafic suffit juste. Proposez l'échange, prenez les vêtements dont vous ne voulez plus en photo sur votre portable, montrez-les à l'autre personne qui aura préalablement fait de même et échangez comme ça. C'est beaucoup plus simple et moins prise de tête.


Fabriquer soi-même


Et enfin, pour les plus créatifs d'entre vous, il reste le DIY (Do It Yourself). Si vous aimez coudre, tricoter, customiser, je pense que vous avez une excellente excuse pour ressortir la machine à coudre, les aiguilles et les ciseaux. Vous êtes ainsi sûrs d'avoir des vêtements qui vous correspondent, uniques, et complètement sweatshop free pour la peine (vu que la seule personne qui sue derrière sa machine en pleurant, ici, c'est vous).



Voilà, je vous ai donné ici 5 conseils pour acheter mieux, de façon plus responsable, et sans pour autant se prendre la tête.
Maintenant, vous avez tous les bagages nécessaires pour voter à chaque achat : préférez-vous exploiter d'autres personnes et alimenter l'injustice des ressources mondiales, ou acheter moins souvent, mais tout en préservant un certain équilibre ?
A vous de voir.

(Si vous ne l'avez pas encore lu, faites un petit tour sur mon article Sweatshop, à chaque achat vestimentaire nous encourageons l'injustice. Vous pourrez ainsi en apprendre plus sur ce genre d'industrie.

De mon côté, j'espère que votre semaine sera merveilleuse, pleine de projets et de bons moments
Je vous embrasse,
Canalis

16 commentaires:

  1. Je ne suis pas du tout sûre de ce que j'avance, mais je pense que Etsy peut être une bonne alternative aussi, on peut par exemple voir de quel pays l'article est envoyé, et trouver des infos sur le propriétaire de la boutique, or il se trouve que la plupart (du moins certains) se sont lancés seuls (en complément d'un boulot pas forcément bien payé par exemple) et fabriquent sur commande. En fouillant et en faisant attention aux "oublis démagogiques dans le discours" (j'ai perdu le terme littéraire, tant pis) je pense que ça peut être plutôt intéressant.
    exemple : https://www.etsy.com/fr/shop/satyayogawear/about?ref=l2-more-about
    ou encore ; https://www.etsy.com/fr/shop/lastearth/about?ref=l2-more-about
    et la barrette de prix est assez large! y'a aussi des bijoux sympas fait main etc, des chaussures, trucs de décos... bref ça peut être un outil sympa pour allier "plus d'étique" et "encourager les petits"! (parce que des marques éthiques comme ekyog par exemple restent des gros poissons...)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. meuh non je ne spamme pas ; je viens de tomber sur cet article du blog Pin up Bio (je ne sais pas si tu connais, bodypositive und so weiter) qui est très complet sur le sujet!
      http://www.pinupbio.com/mode-comment-faire-les-soldes-tout-en-restant-ethique/

      Supprimer
    2. Merci beaucoup pour Etsy, je n'y avais pas pensé ! Est-ce que ça te dérange si je rajoute un mot là-dessus dans l'article ?

      Je vais voir ton lien tout de suite <3

      Supprimer
  2. J'ai choisi depuis quelques années, l'option DIY. En plus, ça me permet d'avoir des vêtements parfaitement à ma taille parce que les marques éthiques ou pas fabriquent selon des standards qui ne vont pas toujours à tous.
    Et niveau personnalisation, il n'y a pas mieux. Que je souhaite du sobre ou chargé, c'est moi qui choisit comment seront mes fringues. En bref, avec une machine à coudre, je n'exploite personne, j'ai des fringues uniques, je fais travailler mes petites mains et je développe ma créativité. Que du positif !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je dois avouer que le DIY reste l'idéal <3 Personnellement je ne suis pas assez douée de mes petites mains, malheureusement.

      Supprimer
    2. Oui mais attention à la provenance des tissus utilisés, souvent incertaine. Et il y a bien souvent aussi de l'esclavage derrière le joli coupon qu'on vient d'acheter. Je pense que c'est une information qui manque à ton point sur le DIY.

      Supprimer
    3. Je pense que c'est un point qui manque à tous les autres... Le "made in France/Europe etc" signifie juste que le vêtement a été assemblé dans le pays indiqué, mais on ne sait pas grand chose sur la provenance du tissu... Mais c'est clair que ça limite déjà l'exploitation !

      Ca m'a fait réfléchir en tout cas, merci :)

      Supprimer
    4. Et puis made in Europe... Je pense qu'il faut se méfier aussi, je veux dire: il n'y a pas que des pays développés en Europe, je pense notamment à la Roumanie, là-bas les conditions ne sont pas forcément plus magiques qu'en Chine ou dans les pays asiatiques et les salaires pas brillants non plus...

      (Sinon, je faisais déjà un peu tout ça par exemple j'ai acheté des Doc Martens moitié prix sur le net à une boutique française dans une collection spéciale totalement "made in England" en me disant, "Ouai, c'est fait en Angleterre, j'évite de payer pour des trucs qui ne le méritent pas et je fais marcher l'économie européenne à mon échelle...")

      Supprimer
    5. Oh, merci pour vos avis, en effet je n'avais pas pensé à tous ces points-ci !

      Supprimer
  3. J'y regarde de plus en plus. Malheureusement ma démarche de base n'était pas tablée sur le salaire des gens (me frappe pas!) mais sur... la qualité du tissus. Souvent, je constate que les vêtements "pas cher" durent beaucoup moins longtemps et/où doivent être plus rafistolé. Je suis beaucoup plus sensibilisée à tout ça même si je n'était pas dupe: un vêtement à 5€ signifie (souvent) que l'ouvrier est payés une misère!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Peu importe tes motivations du moment qu'elles ont des conséquences positives :) C'est comme un végétarien qui le devient pour perdre du poids : la motivation est secondaire mais le résultat est tout aussi positif que pour une autre motivation.

      Supprimer
  4. Depuis plus d'un à acheter éthique j'ai fait moi aussi ma petite liste : sur A Little market tu trouveras du fait main français, surtout pour els sous-vêtements, Dorothy perkins et en fait toutes les marques du groupe Arcadia qui fabrique le plus possible en angleterre et quand c'est fait en Asie, ils respectent une charte de fabrication, les employés ne sont pas exploités, les usnines sont en état, etc... Sinon, en chaussure il y a beaucoup de marque végé qui sont aussi fait aux états unis :)

    RépondreSupprimer
  5. C'est un chouette article et les commentaires sont très intéressants!
    Ca fait un peu peur de se lancer dans l'inconnu, c'est tellement plus confortable de faire ses emplettes au H&M du coin que de chercher des infos sur le net, se renseigner sur des marques qui à coup sûr n'auront pas de boutiques dans le coin (et donc se faire livrer). Mais dans l'optique d'un dressing-capsule, ça devrait être envisageable d'acheter mieux. Je vais commencer par lire les étiquettes déjà. :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est sûr, tout d'un coup on se rend compte que la vie était si simple xD L'important est d'aller à son rythme :)

      Supprimer
  6. Bonjour à tous,

    Je suis le fondateur du site Fraterline. Peut-être que cela peut vous intéresser pour le coup. Toutes les marques proposées sur le site fabriquent leurs collection en Europe (France, Portugal, Italie, Pologne).

    Et pour chaque vêtement acheté, 1 euro est reversé aux SDF de France. Navré de faire un peu ma publicité en commentaire mais je pense que c'est approprié. :D

    RépondreSupprimer