mercredi 3 décembre 2014

[Lecture] "La maison du clair de lune" de Mary Higgins Clark

J'ai eu l'occasion de lire ce livre grâce à un troc que j'ai pu faire sur le site Livraddict avec un autre membre. Deux livres de ma bibliothèque contre deux livres de cette auteure.
Et la semaine passée, je me suis lancée.
Déception galactique.


Editeur : Le livre de poche
Année d'édition : 1998
Genre : policier
Nombre de pages : 373
Prix : 7.10€

Quatrième de couverture
"Une vieille dame riche, Nuala Moore, heureuse de retrouver après vingt ans de séparation la fille de son ex-mari, qu'elle adorait.
Des morts suspectes dans une luxueuse maison de retraite pour milliardaires, Latham Manor, à Rhode Island.
Une ancienne coutume victorienne : attacher à la main des morts un fil permettant d'actionner une clochette à l'extérieur de la tombe, au cas où ils auraient été enterrés vivants.
Et Maggie, jeune et séduisante photographe new-yorkaise, qui a vu ce qu'elle ne devait pas voir."

Mon résumé
L'héroïne de cette histoire que nous suivront donc à travers le roman est Maggie, jeune photographe tout en beauté aux airs de Mary-Sue (Maggie aime tout le monde, tout le monde aime Maggie, Maggie ne fait pas un pet de travers). Au cours d'un cocktail, elle rencontre pour la première fois depuis des dizaines d'année sa belle-mère, Nuala. Seulement, celle-ci est tuée quelques heures avant un dîner qu'elle organisait et depuis lors, les morts commencent à s'enchaîner au Latham Manor, maison de retraite pour riches où les pensionnaires tombent comme des mouches dans des circonstances douteuses.

Mon avis
L'idée de base était plutôt sympathique et l'enquête en elle-même était intéressante. Je dois le dire : j'avais très envie de connaître le fin-mot de l'histoire et l'idée de refermer ce livre et de le reposer sur l'étagère n'était même pas envisageable.
Mais que de défauts, Seigneur...
Des personnages à n'en plus finir qu'on a du mal à différencier, à se rappeler qui est qui, qui joue quel rôle, qui a quel emploi, quelle femme est celle de qui...
Une traduction assez amateur (traduire "famous name" par "prénom fameux", really ?), des incohérences flagrantes (un coup Maggie se fait du thé, un coup elle se pose devant son café, un coup elle tourne sa petite cuillère dans son délicieux thé fumant..décide-toi, Maggie...), un radotage lourd...Les personnages s'expliquaient les événements tour à tour sans aucune ellipse...finalement, même en étant le lecteur le plus distrait du monde, on ne pouvait rien manquer.
Le livre en lui-même, quoique dynamique grâce à des chapitres courts, était trop long. Ça n'avançait pas, c'était lent comme tout.
Les personnages en eux-même me posaient problème : à la fin, Neil, l'ami de l'héroïne, devinait toutes les clés tout seul en quelques secondes, ce qui n'était pas très plausible.

Points positifs
- Histoire très intéressante
- Dynamisme
- Documentation concernant les rites funéraires

Points négatifs
- Trop de personnages
- Incohérences
- Mauvaise traduction
- Radotage
- Longueurs
- Personnages antinaturels

Honnêtement, je ne conseillerais pas ce roman. Je lirai sans doute le second livre de Clark que je possède et je vous donnerai certainement mon avis, mais si le niveau est le même, je n'irai malheureusement pas plus loin.

Note : 7/20

2 commentaires:

  1. Coucou. Je n'ai pas lu ce livre mais j'ai lu pas mal de Mary Higgins Clark quand j'étais ado. Certes, il ne faut pas s'attendre à de la grande littérature. C'est clair qu'elle n'est pas très forte pour bâtir des personnages dont on se souviendra. Toutes ses héroïnes sont des filles parfaites et cliché, sans relief en somme . Mais il faut prendre ses livres pour ce qu'ils ont à offrir: un moment de lecture sympa avec un bon suspense. Tous ses romans ne se valent pas mais elle a quand même écrit quelques livres bien prenants et divertissants. J'avais adoré "Nous n'irons plus au bois" et "La nuit du renard", qui est un de ses best-sellers. Tous les deux ont des intrigues assez intéressantes et un bon suspense ! J'avais aussi beaucoup aimé "Toi que j'aimais tant" ( le titre anglais est moins gnangnan : Daddy's little girl).
    Donc pour conclure, certains de ses romans méritent qu'on leur laissent une chance, il faut juste les trouver :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois que "toi que j'aimais tant" est justement l'autre livre d'elle que j'ai dans ma bibliothèque. Si un jour je tombe dessus j'achèterai régalement ceux que tu me conseilles :)

      Supprimer