jeudi 13 novembre 2014

Relation à trois, dettes, culpabilité, viol : il faut que votre discrimination cesse

Ca fait maintenant neuf mois que je suis dans une relation polyamoureuse avec mes deux copains, et après neuf mois seulement j'ai ouvert les yeux sur beaucoup de choses.
Qui me sont arrivées, et que l'on m'a dites.

D'abord, petit rappel de circonstance :
Vous connaissez la communauté LGBTQ ?
C'est une communauté regroupant les différentes orientations sexuelles (ici, les initiales signifient "Lesbian, Gay, Bisexual, Transexual, Queer").
Chaque orientation a son "drapeau de fierté". L'arc-en-ciel pour les homosexuels (que tout le monde connait), le bleu-mauve-rose pour les bisexuels, le noir-gris-blanc-mauve pour les asexuels, et bien d'autre.
Le point commun entre toutes ces orientations est que toute moquerie, tout rejet, tout propos insultant ou rabaissant envers ces orientation est perçue comme de la discrimination.
Dire à un homosexuel que ce n'est qu'un "pédé", c'est de l'homophobie.
Dire à une lesbienne que -tiens, étrange- elle ne ressemble pourtant pas à une camionneuse, c'est de l'homophobie.
Dire à un bisexuel qui se cherche, qu'il n'a juste pas encore fait son choix, qu'il est immature, c'est de la biphobie.
Dire à un asexuel qu'il a un problème, qu'il est juste coincé, c'est de la discrimination également.
Appeler un homme étant devenu une femme "il", c'est de la transphobie.
Je pense qu'on a tous compris ces principes de base.

Maintenant, on continue.

Vous voyez, ce drapeau ?

Lui, là
C'est le "polyamory/polysexuality pride". C'est mon mien.
Il est, en soi, la preuve que ce que je vis, que ma sexualité est tout à fait légitime.

Où est-ce que je veux en venir ?
En fait, tout cela veut dire qu'il serait peut-être temps qu'on arrête de me parler de ma sexualité sans peser ses mots, sans faire attention à ne pas me blesser, etc.

- Lorsqu'on me dit "je ne pense pas que ce soit possible d'aimer deux personnes en même temps", c'est tout bonnement renier mon orientation. Irais-tu dire "la bisexualité n'existe pas, tu n'as juste pas fais ton choix, tu te cherches" ? Non ! Parce que tu es une personne censée qui sait que c'est de la discrimination.

- Lorsqu'on me dit "en fait t'es juste un peu une salope" (sur le même ton que "passe-moi le sel", oui, c'est déjà arrivé), c'est de la discrimination. 

- Lorsqu'on me dévisage parce que j'ai parlé de ma relation, lorsqu'on montre sa désaprobation, tout simplement parce qu'on ne considère pas ma relation comme légitime ou normale, c'est de la discrimination.

- Lorsqu'on me demande "mais lequel baise le mieux ?" c'est de la discrimination parce que PUTAIN EST-CE QUE J'IRAIS DEMANDER A DES HOMOSEXUELS LEQUEL EST AU-DESSUS ? NON !

De plus, depuis que je suis en couple avec deux personnes, je me fais draguer à une vitesse phénoménale. Parce qu'aux yeux des gens je suis un peu devenue "une chaudière en libre-service", un plan-cul ouvert à tout le monde.
Autant vous dire que c'est aussi déplacé que de proposer, par fantasme d'hétéro, un plan à trois à un couple de lesbiennes.
Merci, je suis toujours la même personne qu'avant, aussi motivée pour faire l'amour sans sentiment que pour faire une belotte dans le Sahara. 

Et que dire sur le terme "égoïste" qui reviendrait à accuser un homme gay d'être mysogyne...

Et me dire que je n'ai pas le droit de me comparer à l'homosexualité, parce que ça revient à comparer l'homosexualité à la zoophilie ou la pédophile, ce qui revient donc à comparer la polysexualité à de la zoophilie ou de la pédophilie...je ne veux même pas m'exprimer sur cette façon de réfléchir que je trouve terriblement insultante, méprisante, dégueulasse, indigne de la race humaine.

Je pense qu'au niveau des comparaisons, je peux m'arrêter là.

Maintenant, autre chose.
Depuis que je suis en couple avec mes deux copains, la vision que j'avais de ma relation et que les autres avaient de ma relation a changé.
On me dit :
"Oh, ils sont bien gentils avec toi "
"Tu ne peux pas être jalouse, tu as imposé un autre mec à ton copain."
"Tu leur dois bien ça."
"Ah, quand on a deux copains on ne peut pas s'étonner d'avoir des problèmes."
"Mais que ferais-tu s'ils te faisaient le même coup ?"
Et toutes ces phrases ont instauré un tel climat dans ma vie, je ne sais pas si vous comprenez...pendant neuf mois j'ai été persuadée d'être quelqu'un de mauvais, qui avait fait une énorme bêtise et qui devait réparer en permanence, qui ne devait jamais se plaindre, qui devait s'en vouloir, se racheter, qui devait s'attendre à ce que sa relation se casse les dents parce qu'il n'y avait rien de mieux à espérer.
Comme si ma relation était basée sur du malheur.


Je vais vous dire une chose : c'est faux.
Je n'ai pas choisi de tomber amoureuse. Certains tombent amoureux après avoir fait connaissance avec la personne pendant un moment, d'autres après avoir couché ensemble, mais chez moi ça arrive bien plus vite et ça ne se contrôle pas.
La seule chose que j'aurais pu à peu près choisir était de ne pas me mettre en couple avec Thomas.
Ce qui serait revenu à être malheureuse, à regretter, à penser à lui sans cesse même avec Mercutio, à vivre dans une sorte d'insatisfaction perpétuelle.
Donc finalement, je ne vis pas ma relation comme un choix.
Ensuite, quand on se met en couple avec quelqu'un, avec son accord, on ne fait rien de mal.
Donc, quand on se met en couple avec deux personnes, avec l'accord des deux personnes par rapport à leur propre présence dans le couple, mais aussi à la présence de l'autre, on ne fait rien de mal non plus.

Je vais lancer un pavé dans la marre : je n'ai jamais fait souffrir mes copains.
C'est la jalousie et le doute qui les a fait souffrir.
Ce n'est pas moi qui ai créé cette jalousie, ce sont eux-seuls.
Connaissez-vous beaucoup de couples monogames sans jalousie ? C'est rare.
Parce que la jalousie vient de l'intérieur de la personne, des pensées qu'elle forme. Pas de l'autre. Pas du polyamour.


Je n'ai jamais eu de dettes envers mes copains et je m'en rends compte seulement aujourd'hui.
Il m'arrive d'être jalouse pour des raisons diverses. Et j'ai le droit de l'être, de ressentir cette jalousie. Parce qu'elle est humaine.
Il n'y a pas de "après ce que tu leur a fait tu ne peux pas être jalouse".
S'ils tombent amoureux d'autres filles, je serai jalouse. S'ils sont attirés, je serai jalouse. S'ils me trompent, je serai terriblement en colère (je rappelle que "tromper" n'est absolument pas comparable à ce que j'ai fait. C'est du mensonge, de la malhonnêteté, de l'abus de confiance).

Et vous savez quoi ?
Vous connaissez la meilleure ?
Si un jour ils tombent amoureux d'une autre fille, et me demandent mon accord pour sortir avec elle, je ne serai pas obligée de dire oui.
Fou, hein ?
Je peux, mais je ne dois pas.
Parce que je me suis rendue compte que si je me force à dire oui, ce ne sera pas une décision consentie. Ca revient à avoir le rôle de la femme qui sait que son mari la trompe mais ne dit rien
C'est donc une décision qui revient à moi seule, que je choisis, et personne n'a à me dire "tu ferais la même chose ?" sur un air de défi.
Parce que ce ne serait peut-être pas le cas.
Mais ça ne me rend pas malhonnête, ni égoïste, ni mauvaise.
C'est une décision qui revient à moi seule, et personne ne peut la juger. 
Parce que je suis désolée de le dire, mais il n'y a que moi, Thomas et Mercutio qui sommes concernés et qui avons notre mot à dire sur notre relation. Les autres n'ont pas d'ordre à donner ou de jugement à faire.

Il ne sert à rien de me faire culpabiliser pour quelque chose que je n'ai pas choisi. Il est même toxique de me faire croire que je dois me soumettre et tout accepter.
Par culpabilité j'ai laissé l'un deux me faire quelque chose de grave, et par culpabilité je ne m'en étais même pas rendue compte parce que "vous comprenez, avec tout ce que j'avais fait, je lui devais bien ça !"

Me faire croire que je dois tout accepter et ne plus rien demander parce que j'ai deux copains, c'est me forcer à me mettre dans une relation toxique, voire abusive.
Mon rôle est d'aimer mes copains et de vivre une relation épanouie avec chacun d'eux. Mon rôle est de donner beaucoup, de faire des concessions, mais de prendre aussi. On appelle ça l'équilibre.
Je remplis mon rôle. Le fait que mes copains soient deux, ce n'est pas un facteur sur ma relation.
Si je continue à m'écraser, si je me sens toujours autant redevable comme avant, je replongerai dans une relation abusive, et même si c'est ce que beaucoup de gens désirent, ce n'est pas correct.
Nos relations ne sont pas des relations basées sur la vengeance.
Je n'ai pas à me faire violer pour payer mes dettes.


Je vais vous apprendre quelque chose : cette situation me fait souffrir. Pour beaucoup de choses.
Parce que je n'ai presque plus d'alliés, parce que beaucoup m'ont tourné le dos, parce que même ceux qui me soutiennent ne le font jamais vraiment. Ce que j'ai raconté au-dessus, tout le monde me l'a dit un jour.
Parce que ça a pris six mois avant que quelqu'un me demande comment j'allais, comment je vivais tout ça. De la part de ma psy, et de la part de Thomas. Les autres n'en avaient rien à faire.
Parce que c'est fatiguant de faire face à la même réaction violente chaque fois que je dis que j'ai deux copains, et qui ne s'estompe qu'à peine quand j'explique en profondeur le pourquoi du comment.
Parce qu'il est impossible de faire des plans sur le futur. Parce que la loi me l'interdit. Parce que même si je suis malheureuse on m'a appris que je ne pouvais rien demander de plus.
Parce qu'on a peur 100 fois par jour de blesser quelqu'un. Parce qu'on apprend à être terrifié même par nos propres sentiments. Parce qu'on épie leur évolution avec méfiance.

Je n'ai pas "la bonne position dans l'histoire". Je ne suis pas celle qui a le beurre, l'argent du beurre et le cul de la crémière. Je ne suis pas bien placée.
Alors j'aimerais qu'on arrête de me dire ce que je devrais penser, ce que je devrais ressentir, ce que je devrais accepter.
Je vais sans doute vous blesser, mais il faut vous rappeler que vous n'avez jamais été dans cette situation, elle vous est même complètement inconnue (on en parle presque nulle part), vous n'y connaissez rien.
Me donner des conseils, me faire la morale sur le sujet, est complètement déplacé. Parce qu'en vérité vous n'avez aucune idée de ce qu'il faut faire.

Cette relation n'est pas mon choix.
C'est un choix qui a été fait à trois.
Je n'ai forcé personne, je n'ai fait de mal à personne.
Je n'ai pas à me racheter, je n'ai pas à me taire s'il y a un problème.
Personne n'a à me faire culpabiliser.
Je ne suis pas coupable.
Mon amour est noble, il est légitime, je ne dois pas m'en vouloir pour le ressentir.
Je n'ai pas de dettes à payer.

“I reserve the right to love many different people at once, 

and to change my prince often.”   -Anaïs Nin

Je sais que cet article est sans doute le plus agressif et venimeux que j'aie écrit depuis un moment.
Mais c'est celui d'une femme blessée qui n'en peut plus.
Mais je vous remercie de m'avoir lue jusqu'au bout, j'apprécie vraiment votre patience et votre considération. Sincèrement.
Des baisers,
Canalis

23 commentaires:

  1. Nanaïs :3
    Je l'attendais depuis très longtemps cet article, avant même que tu en aies l'idée. J'aime ta détermination et je t'admire pour tout ce que tu fais, mais plus encore parce que tu t'assumes et que cela fait de toi une fille vraiment bien.
    Au niveau des relations amoureuses, disons que toutes les deux n'avons pas eu la tâche facile. On a toutes les deux des moments durs aussi. Et de bons moments. Malgré les "difficultés", et surtout malgré les autres. Pour tout t'avouer, j'ai déjà parlé de toi pour exemples, notamment pour ta relation. J'ai toujours soutenu cette relation même si je ne te le disais pas, et qu'au début j'avais un peu de mal par rapport au comportement de Mercutio, et celui de Thomas et son entourage.

    Si seulement les gens savaient les définitions des mots qu'ils emploient (Oui le "pédophile" en mars, je m'en souviens toujours. ^^ Mais j'ai pardonné mon père depuis d'avoir dit ça)
    Cela résoudrait bien des choses...

    De plus, sur les points de la jalousie et de la redevance, la jalousie est humaine, et Anaïs, tu ne dois rien à personne. Rien. Tu n'as jamais signé de contrat stipulant que tu devais quelque chose aux autres.

    La loi. Cette loi (stupide pour certaines choses). Je connais le problème autrement (je t'expliquerai)
    Sache que moi, je suis ton alliée, et tu le sais. Tu sais que je te soutiens, et que quand ça va pas, et même quand ça va, tu peux me parler. <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup pour ton soutien, Jessie, je suis heureuse de t'avoir comme amie !

      Supprimer
  2. Je trouve ça dingue que toi, que j'ai toujours considéré très forte tu te sois laisser violer par un de tes copins, preuve que tout ce ramdam devient impribable ! Je trouve ça immonde qu'un de tes mecs, après tout ce que tu as fait pour construire un truc à trois ait pensé qu'il pouvait te violer parce que bon, hein, il le méritait bien :/ J'espère que vous en avez discuté et j'espère que ton couple va ressortir de ça parce que c'est quelque chose que j'aurais dû mal à pardonner :/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En fait, ce que je dénonce, ce n'est pas le comportement de mon copain (il ne s'était vraiment pas rendu compte quelque chose n'allait pas, il n'aurait jamais pensé qu'il avait tous les droits sur moi), mais le fait qu'on m'ait tellement fait comprendre que je devais me racheter et tout accepter, que c'est moi qui ai fini par me laisser faire alors qu'il aurait arrêté direct si j'avais été plus explicite dans mon non consentement.

      Supprimer
  3. Je le reconnais..J'ai aussi dans ma tête ce que je ferais dans cette situation.

    Mais ça, c'est juste ma projection personnelle...Et si j'étais dans une amie à toi, je ne te le dirais pas, je m'imaginerais juste dans la situation ce que je ferais sans en parler. Enfin j'espère que je ferais ça et maintenant que j'ai lu ce billet ça m'a sensibilisée.

    Enfin voilà, c'est un peu violent de dire à quelqu'un sa projection personnelle de but en blanc. Je veux dire, c'est souvent malvenu. Parce que j'imagine que tu ne demandes l'avis de personne, les gens l'imposent à toi...alors que c'est ta vie à toi.

    Ceux qui peuvent se plaindre ou dire ce qu'ils en pensent sont les principaux concernés, ils ont une voix.

    Tu ne mérites pas ça.
    Toutes ces remarques incessantes et blessantes et le viol. =s

    En tout cas ça me touche et ça me fait de la peine ce que tu partages.
    Tu as juste besoin d'être respectée pour ce que tu es et pour ce choix.

    Merci pour ce partage authentique, si rare de nos jours.
    http://lesfessesdelacremiere.wordpress.com/
    un blog sur le polyamour si tu veux

    Mes amitiés,
    Noémie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "dans une amie à toi", sans le "dans" c'est mieux.

      Bises ^.^

      Supprimer
    2. Oh mon dieu j'ai ri x)

      Merci beaucoup pour ton message, il m'a beaucoup touchée, et merci beaucoup pour le lien, même si je suivais déjà ce blog que j'aime beaucoup :)

      Supprimer
    3. Mdr tant mieux si ça t'a fait rire !
      De rien :)

      Supprimer
  4. Tu sais, j'ai beau n'être qu'une lectrice de ton blog. Jamais, même quand tu écrivais tes posts sur tes interrogations à propos de cette relation qui se créait, jamais je ne t'ai jugée pour ça. Je t'admire même, pour avoir su faire face à ça et pour avoir le cran de le dire, le cran de les affronter malgré les difficultés et la peine qui se ressent parfois dans tes posts (notamment aujourd'hui).
    Dernièrement, j'ai une amie qui s'est retrouvée dans la même position que toi. Et je t'ai citée comme exemple, parce que ça s'est (d'après ce que j'ai pu comprendre dans ton blog) de la même façon, elle sortait avec quelqu'un depuis plus d'un an, ils habitent dans la même cité u (faute d'argent) et commençaient à faire des plans, puis elle est tombée amoureuse d'un autre. Comme ça, naturellement. Et elle a paniqué. Et j'ai essayé de l'aider, et grâce à toi, j'ai pu, si ce n'est lui donner des conseils appropriés, la rassurer sur le fait que non, elle n'était pas monstrueuse parce qu'elle aimait deux personne en même temps et que non, elle n'avait pas à s'en vouloir de ses sentiments et qu'ils n'avaient pas à la faire culpabiliser.
    Je sais que ça l'a aidé, même si au final elle a décidé de les quitter tout les deux. Et si j'ai pu lui dire ça, c'est parce que tu as partagé ton expérience ici et su, indirectement, me donner des pistes pour lui répondre avec les bons mots (parce que je suis une brelle pour exprimer mes opinion clairement y compris sur ce genre de sujets -_-) bref.

    Bref, sache que même si je poste rarement, je te soutiens, j'aime ce que tu écris, je te souhaite du courage et du bonheur dans ta vie et plein de bébés licornes! (parce que c'est chou et puis voilà! :P )

    Et pour reprendre ce qu'a dit Jessica Mercier au dessus, cet article, dans les grandes lignes, tu l'avais déjà écrit dans tes posts, et je l'attendais en tant que version définitive. Ton ton est agressif mais je crois que certains ne peuvent comprendre ce genre de choses que comme ça. Et comme toujours, comme tout tes posts, ça m'a touché. Et j'espère que d'autres comprendront.

    Bisous! Et bonne continuation! (bon nanowrimo)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup pour ton soutien, et je suis heureuse d'avoir pu indirectement (très indirectement) aider ton amie. <3

      (Tu m'écris un pavé, je t'écris deux lignes, je suis une blogueuse de merde, adieu)

      Supprimer
    2. Tes deux lignes sont bien assez: tu écris un article long, je t'écris un pavé. C'est kiff kiff. Tu n'es pas une blogeuse de merde et tu ne diras adieu à personne...

      Adieu! :P

      Supprimer
  5. J'ai connu ça, d'être amoureuse de deux hommes, sans qu'il n'y ai relation. Putain le bordel dans ma tête... Ça a été l'enfer. Je suis pas faite pour ça en fait, je ne peux avoir qu'une personne, que ce soit un homme ou une femme.
    Mais je comprends, enfin un peu dans un sens, parce que j'ai éprouvé ça, ce sentiment pour deux être bien distincts en même temps. Bah j'ai pas été une trainée, je regrette, je ne l'avais même pas fait exprès ! Je veux dire, on choisit pas ça, de tomber amoureux. Ça te tombe sur la gueule et démerdes-toi avec.

    C'est dingue cette capacité qu'on les gens de juger. Ils s’octroient ce droit alors qu'ils ne l'ont pas. C'est une histoire d'amour que tu vis, ton corps et ton esprits t'appartiennent, comme les leurs leurs appartiennent. Ils sont tout les deux au courant de la présence de l'autre, tu ne trompe personne là, comparer ça avec une tromperie c'est raconter des conneries, tromper, c'est quand l'autre ne sait rien de la présence de l'autre personne. Là, c'est pas le cas.
    Ta relation est comme les autres relations. Il y a les bons et les mauvais côtés. Elle a aussi ses conséquences, en interne j'entends, je veux dire vos histoires entre vous, qui on le répète, ne regarde que vous.

    Tu sais ce que je me suis dis tout le long de ton article ? Je me suis dis "Mais bordel, pourquoi elle se justifie ?". Parce que je comprends ta démarche, et même que j'en aurais fait autant. Mais ça reste choquant. C'est extrêmement choquant d'écrire un article pour dire au gens "laissez-moi vivre", alors que tu n'as pas a demander. On devrait te laisser ce droit parce que c'est le tient, c'est plutôt à eux d'écrire un article pour se justifier et dire "pardonnez moi d'être con".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup Angellyca pour ton soutien ! Personnellement je n'ai pas l'impression de me justifier, mais plutôt de porter une accusation sur l'intolérance des autres, de remettre l'église au milieu du village...

      Supprimer
    2. Ah, je comprends mieux. Et il est vrai que je pense que l'intolérance doit être montrée du doigt. Elle sera toujours là, mais que nous soyons là aussi pour lui barrer la route, et espérons, la faire reculer est important.

      Supprimer
  6. Dear Anaïs,

    Cet article, comme d'autre de tes lectrices, je l'attendais. Parce que cela suintais d'autres et qu'un jour je savais que j'en lirai la rédaction définitive.

    Je ne comprend pas ses gens qui peuvent juger sur ce qu'ils ne connaissent pas et ne veulent pas comprendre. Mais c'est comme ça, une fois que ça dépasse la norme, autant t’accrocher le mot "punching ball " sur la tête, ça revient au même pour certains.

    Je n'ai jamais jugé ce que tu as vécu, je ne suis pas dans ta situation donc je ne juge pas. J'essaye de comprendre. Aimer un homme me parait déjà difficile car j'estime qu'une relation se construit tout les jours. Alors deux personnes... je crois que je ne saurais pas. Donc je te tire mon chapeau.

    Cet article est agressif, c'est vrai mais je crois que certaines personnes ne comprennent que comme ça (et c'est bien dommage) et puis ça te permet de te vider un peu et de te soulager.

    Anaïs je t'apprécie beaucoup parce que tu es quelqu'un de vraiment bien, une bonne personne comme on dit. Sincèrement, tu ne dois rien à personne, tu n'as de compte a rendre à personne a part tes deux amours (et encore!) Donc, n'accepte pas tout et n'importe quoi (je parle du post de Fluffy là)

    Bon je suis là (quand même) et je t'ai déjà fait des appels du pieds. Si un jour tu veux parler, tu peux aussi me sonner n'oublie pas. (Et puis je pense souvent à toi aussi ^^)

    Des bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup pour ta présence et ton soutien, Cari T^T Ca m'émeut beaucoup de savoir que je suis aussi soutenue et que je peux avoir de l'aide et une oreille attentive en cas de pépin. Ca me touche beaucoup ! <3

      Supprimer
  7. Coucou !
    Je vois bien que ça ne va pas très bien, mais je vais quand même oser un "j'espère que tu vas bien"....

    Certes, beaucoup parlent parce que cette orientation leur est inconnu et qu'ils n'y connaissent rien. Moi-même, ayant déjà été amoureuse d'un autre en même temps que mon copain, j'ai choisi entre les deux et j'ai pris le temps de m'en remettre, difficilement. Nous avons chacun nos vécus, nos valeurs, et si juger de cette manière est juste bon à mettre des claques, dans le lot il y en a qui, sans animosité, expriment juste une autre valeur. Sans pour autant dire que tu n'en as pas (après, l'humain est con alors la majorité le font cruellement et sans se soucier de toi, bref eux n'en parlons pas). Moi-même quand j'ai appris ta relation, ma première pensée a été "moi j'aurais choisi un des deux". Et étant une jalouse maladive, j'ai pensé à ce pouvait ressentir Thomas et Mercutio. Mais ayant aussi été dans une situation délicate, avec deux hommes amoureux de moi, beaucoup de reproches et une sensation de culpabilité immense, j'ai aussi pensé à ce que TOI, tu pouvais ressentir, et ce n'était pas top. Je te comprends donc, du plus profond de mon coeur, sans pour autant dire que je me sentirais capable de faire cela, parce que oui j'en souffrirais, et oui j'aurais l'impression coupable de faire souffrir les deux autres. Quand bien même est-ce consentie, j'ai déjà moi-même consentie à vivre une double relation par amour, et au fond tous les soirs je pleurais dans mon lit en l'imaginant avec l'autre, je m'en voulais de m'infliger ça et je lui en voulais aussi de ne pas savoir choisir. Nous sommes tous différents, et si tu as bien parlé avec eux, si vous avez été honnêtes tous les trois, et que tout cela est réfléchi, qui sommes-nous pour juger... ? Notre faute, c'est de tout reporter sur nous (comme ce que j'ai fait plus haut, et parce que nous sommes égocentriques, c'est ainsi) et d'oublier que chacun est différent.

    Quant à la question du viol... Comment a-t-il pu faire ça ? Je l'ai déjà vécu une fois avec mon ex, et je t'apporte tout mon soutien. Ce n'est pas parce que cela vient de notre conjoint que ce n'est pas grave et que ce ne peut pas être un viol. Nous ne sommes pas des objets, quand bien même nous sommes en couple. J'espère que vous en avez discuté, de mon côté j'ai juste eu droit à "fallait dire encore plus non, ça t'apprendra pour la prochaine fois". Vingt fois "non", ce n'est pas assez... ? Pff.

    Beaucoup de courage. Et ne te sens pas coupable, comme tu le dis c'est une relation réfléchie, décidée, et le jour où ça ne fonctionnera vraiment plus, te connaissant, tu seras assez honnête pour mettre cartes sur table. Courage !!!!

    Des bisous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que ma situation a été très difficile, et même si je ne la trouve pas mauvaise, je me sentirais déplacée si je disais que tout le monde devait faire comme moi.
      Tout le monde ne doit pas accepter que son compagnon ait deux amoureux-ses, ni être obligé de sortir avec deux personnes au lieu de choisir. Ca dépend de chacun, c'est le choix de chacun.
      Je me rappelle de cette histoire avec ton copain, ça avait l'air vraiment, vraiment dur pour toi :/

      Pour le viol, je ne lui en veux pas. Je pense qu'il ne s'est pas rendu compte que je ne voulais pas, car j'ai TRES vite obtempéré (je me sentais redevable, je ne voulais pas le mettre en colère) (alors qu'il ne l'aurait certainement pas été si j'avais refusé pour de bon), et lorsque je lui ai appris ce qu'il s'était passé, avec les vrais mots, il s'en est beaucoup voulu (et s'en veut encore). Je ne le vois pas comme coupable, je ne lui en veux pas. Je pense qu'il a été également, en quelques sortes, victime du rabâchage qu'on me mettait sur le crâne ("tu as fait souffrir ton copain, tu dois rien lui refuser, fais toi petite").

      Supprimer
  8. Bonjour Anaïs,
    J'ai été déconnectée un temps et je débarque donc en plein milieu de l'histoire. Et je suis frappée par "l'égocentrisme" (dans l'idée d'un individu qui applique ses propres valeurs pour juger d'un fait) des gens qui se permettent de juger et de critiquer (violemment en plus) quelque chose qu'ils ne prennent même pas la peine d'essayer de comprendre.
    Tu as raison, tu n'as rien à te reprocher et à partir du moment où tu as été claire sur les termes du contrat que tout le monde a validé, tu ne dois rien à personne, à part peut-être être fidèle à toi même. J'espère que cet article t'a aidée à t'enlever un petit poids en criant ta rage. De derrière nos ordis je nous pense assez objectives, et pour ma part je suis d'accord avec toi: tu n'es pas coupable. Point.
    Courage. ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai vu sur Hellocoton que tu étais The Dark Rainbow, je suis contente de te revoir ! :D

      Un grand, grand merci pour ton message <3

      Supprimer
  9. Chère Anaïs,
    Je ne te juge pas et j'espère de tout coeur que vous soyez le plus heureux possible tous les trois. Cependant, quelque chose me fait tiquer lorsque tu dis que cette relation a été choisie à trois. D'après ce que tu racontes, j'ai quand même l'impression que tes copains subissent cette situation plus qu'ils ne la choisissent. Certes, ils sont libres, mais l'impression que donnent tes différents écrits, c'est que s'ils avaient pu et l'un et l'autre être les seuls dans ta vie, ils auraient préféré. C'est là où la notion de consentement me semble biaisée... Donc effectivement, l'équilibre de cette double-relation me semble délicat, tes copains semblant être poly-amoureux de fait plus que par choix et conviction. Bref, ça m'interroge.
    Mais ce n'est que mon avis, et cela n'autorise pas que qui que ce soit te traite mal, que ce soit tes copains, ton entourage ou des inconnus.
    Bon courage à toi, à vous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ne t'inquiète pas, je ne vois aucun jugement dans ton message :)
      Hier, j'ai eu une discussion avec Mercutio sur les débuts de la relation. A première vue, il y a eu un malentendu entre nous le premier mois : à un moment, il avait senti que ça allait se péter la gueule et m'en avait fait part, et j'avais refusé de tout arrêter en lui jurant que j'allais réussir à gérer.
      A première vue je me suis trompée et je lui ai forcé la main, sans même m'en rendre vraiment compte. Mais il m'a dit hier que comme à présent, tout va bien, et qu'en effet, j'ai tout gérer, ça ne lui fait rien.
      Mes écrits sur la relation datent, il me semble, de plusieurs mois (je pense à l'article que Mercutio et Thomas avaient écrit ensemble), et en effet à ce moment-là tout était bien chaud.
      Mais je demande souvent leur vision de la relation, car en effet l'idée qu'ils la vivent mal m'inquiète, et ils sont formels : pour eux, tout va bien : leur couple avec moi ne pâtit pas de la présence de l'autre.
      Mais il faut être lucide, je ne pense pas que le début de la relation eût pu bien se passer, de n'importe quelle manière que ce soit, à partir du moment où l'on souhaite former une relation polyamoureuse avec deux personnes "monogames". Après, il le fallait pourtant et nous le savions tous les trois. Et il fallait une période pour s'acclimater : nous ne sommes pas dans un tumblr, nous sommes des êtres humains avec des sentiments humains tels que la jalousie, le doute, la peur, etc.
      Je ne pense donc pas que les premiers mois de la relation dénoncent un problème d'équilibre à partir du moment où tout se met dans l'ordre au fur et à mesure.

      Merci à toi pour ton message, il m'a permis de mentionner ma dernière discussion avec Mercutio qui lui-même avait soulevé plusieurs petites erreurs dans mon article :)

      Supprimer
    2. Dans ce cas je suis très contente de voir que la/les relation-s avancent dans le bon sens :) J'espère que vous pourrez continuer à pulvériser les obstacles qui se mettent sur la route de votre bonheur.

      Supprimer