jeudi 21 août 2014

Représentation dans la culture : pourquoi est-ce important ?

Je ne sais pas si vous l'avez remarqué, en lisant un livre, en regardant des films ou des séries, etc, mais tous ces domaines culturels ont un point commun :
La majorité des personnages est blanche, hétérosexuelle, athée et, très souvent, de sexe masculin.

Seulement, la majorité de ces histoires se passent dans notre monde, à notre époque. Il ne s'agit donc pas d'un endroit imaginaire, à une époque imaginaire, où il pourrait donc être logique de n'y avoir que des blancs, que des athées, que des hommes... (Parce que bon, voilà, imaginaire de l'auteur, personnalisation, besoin égocentrique de créer un monde où 100% des protagoniste a un taux de mélanine ridiculement bas, tout ça.)
Toutes ces séries, tous ces livres, ne montrent qu'une réalité déformée et nous communiquent un message toxique :
"Nous ne voulons voir que des hommes blancs cis-hétéro dans notre monde."


Lorsque je dénonce le problème, on me dit souvent la même chose :
"Mais à quoi ça servirait de montrer plus de noirs ou plus d'homosexuels ? On s'en fout, non ?"
D'abord, ce sont toujours les mêmes qui sont déconcertés par l'idée de la représentation : les blancs hétéros. Quelle folle coïncidence.
Et rien que cette simple réplique devrait vous montrer le problème : pourquoi se préoccuper des minorités ? On est si bien, entre privilégiés !

Je vais vous avouer un truc.
Dans notre monde, il y a des blancs, des noirs, des métisses, des Asiatiques, des athées, des catholiques, des musulmans, des paiens, des bouddhistes, des femmes, des hommes, des hermaphrodite, des transexuels, des transgenres, des hétéros, des homos, des bisexuels, des asexuels, des pansexuels, des polysexuels, des infirmes, des sportifs, des gros, des minces, des musclés...
Combien sont représentés ?
N'est-ce pas un peu triste ?


Vous aurez peut-être envie de me dire "mais il y a un transexuel dans The rocky horror picture show ! Will Smith il est noir et il tient le rôle principal de ses films ! La vie en rose parle d'un enfant transgenre."
Si on joue à ça, je peux aussi vous faire la liste de tous les films contenant des blancs, des athées, des minces, et on verra que la liste s'allonge considérablement.
Si je vous montre la portion de minorités par rapport à la portion de privilégiés représentés dans la culture, vous verrez également un fossé abherrant.

Vous savez ce que m'a dit Carmen l'autre jour ?
"Je n'aime pas ce que je suis. Il n'y a pas de héros travestis ou qui aiment les hommes."
Gros malaise, non ?
Ce qu'on apprend, quand on lit un livre, c'est que si on est un tant soit peu différent, on ne peut pas être des héros. On ne peut pas être le personnage principal. On ne vaut pas le coup.
Lorsque j'entends des gens dire que la représentation n'est pas importante, j'entends que les minorités ne sont pas importantes, qu'on n'a pas besoin d'eux, qu'on ne veut pas les voir.

J'ai analysé mon roman, récemment.
Sur 19 personnages :
-Une Asiatique (et un noir, mais comme ce n'est dit à aucun moment de l'histoire et que ce n'est connu que de moi --> pas de noirs)
-Pas d'homosexualité
-Pas de religion (ou à nouveau, non mentionnées, ce qui revient au même -mes fiches personnages ne sont pas le roman)
C'est minable. C'est complètement minable. J'ai représenté une adolescente aux cheveux lilas qui fait de la divination et médite tous les soirs, qui utilise des tarots et des runes, mais je n'ai même pas été capable de représenter des minorités.

Mettre trois noirs, deux asiatiques et un homo dans une école complète, ce n'est pas non plus représenter des minorités. Pour ceux qui seraient tentés de me dire "mais regarde, dans Harry Potter il y a Cho Chang et les soeurs Patil, c'est fantastique ! Et Dumbledore est gay, même si ce n'est dit à aucun moment du livre et que Rowling l'a juste avoué à la dérobée dans une interview" ou "Dans Glee, Mercedes est noire, Tina est coréenne et Kurt est gay, l'honneur est sauf !"
Vous êtes bons princes. Vous tolérez trois pelés et un tondu.

Autre exemple :
Depuis que je suis ado, je lis parfois des livres jeunesse. Avec une héroïne (blanche et hétéro) tombant amoureuse de deux garçons (blancs et hétéros) en même temps.
Que se passe-t-il à la fin ? Elle choisit. Every. Fucking. Time.
Et après on va encore venir me dire qu'on ne peut pas sortir avec deux personnes en même temps. Tu m'étonnes, avec le beau message que la culture nous donne.

Si vous écrivez, dessinez, voulez faire partie de la culture. S'il vous plait. Représentez.
Ne faites pas croire aux gens qu'ils ne sont pas les bienvenus dans votre création.
Je pense que vous rendrez service à beaucoup d'adolescents (ou de lecteurs plus vieux).
Variez, enrichissez vos histoires, ne nous faites pas croire que pour faire de grandes choses, on doit correspondre à des portraits toujours plus identiques, basiques, privilégiés.

Vous pouvez aussi lire l'article de Commande Culotte sur les représentations. Le problème est très bien expliqué ; ça réveille un bon coup.


32 commentaires:

  1. Je suis d'accord avec toi sur pleins de points même si... Je n'aime pas stigmatiser les personnages. Je n'aime pas lire dans les descriptions qu'untel est blanc, noir etc, je m'en fous. J'aimerais que l'on représente/décrive les personnes selon leur pensées, leur culture, leur croyance que leur physique.

    Exemple : je suis petite, brune, tatouée, blanche et bien je touve peu d'héroine avec mon physique et j'ai donc du mal à me représenter avec même si on a le même caractère. je préférerais que le physique soit enlevé des descriptions :)

    Enfin, je comprends que tu ne vois pas d'histoires où la fille n'a pas à choisir. Un livre représente les croyances d'un auteur. Je suis profondément contre le viol (l'ayant moi-même subit) et je ne peux juste pas décrire ce genre d'action dans un roman et je ne le ferais pas vivre à un de mes héros. Je choisirais toujours un autre crime. Je suis catholique et je crois au mariage, mes héros s'il se mettent en couple se marieront toujours parce que c'est comme ça que j'imagine ma vie et qu mes héros me représentent ou représentent mon couple. Tu na's pas à en vouloir à un auteur de ne pas vivre sa vie comme la tienne et de ne pas vouloir écrire un personnage dans lequel il ne peut s'imaginer. Je parle principalement des persos principaux, je suis vachement plus ouverte sur les secondaires qui souvent représentent mes amis et là ya vraiment de tout. :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En fait, je ne veux pas non plus voir dans une description "untel était noir", "untel était asiatique" à moins que les blancs soient aussi décrits, bien sûr. Sinon, ça reviendrait à montrer du doigt et c'est de mauvais goût. Mais il y a des dizaines de façons de voir la nationalité, l'orientation sexuelle, la religion d'un personnage. Dans les livres que j'ai lus, on l'apprenait souvent dans les dialogues (par exemple avec des personnages racistes, ou autres), et je trouve ça plus subtile.

      Je ne parle pas ici des gens qui écrivent pour eux, pour leur loisir. Je parle des gens qui vont être publiés. Pour moi, à partir du moment où notre oeuvra va être lue par un grand nombre de personnes, il y a une certaine responsabilité à prendre. C'est cool de faire un personnage blanc et hétéro parce qu'il nous ressemble, mais quand tu vois l'effet que ça fait aux autres de voir toujours le même type de persos dans les livres, à un moment je pense qu'il faut un peu prendre sur soi.

      Supprimer
    2. Là chuis pas d'accord :p Pour écrire un roman t'as pas à prendre sur toi, c'est ton oeuvre. C'est comme si tu disais à Picasso de prendre sur lui et dessiner des gens normaux. Que les persos ressemblent à l'auteur c'est logique en revanche ça serait bien de publier plus de noirs, d'homos etc... ? Le problème ne serait-il pas que tous les auteurs sont blancs et hétéros ? Enfin auteur publié, parce que j'imagine que des tonnes de gens différents écrivent, ils ne sont juste pas publiés. :s mais je suis pas d'acord avec le fait d'être rationnel et pratique sur quelque chose qui est tout le contraire, c'est la définition d'art. Que tu le fasses sur tes oeuvres OK mais le demander aux autres... Chuis moyen pour.

      Pour l'autre point, ouais dans la description c'est pas mal, ça surprend un peu, j'imagine le lecteur raciste qui découvre après 200 pages qu'il est fan d'un héros noir XD Bien fait !

      Supprimer
    3. C'est ce que je fais depuis le début du blog : demander aux gens de changer leurs habitudes pour éviter les descriminations. Et je suis désolée, mais la culture aussi fait de la discrimination en rayant les minorités de la carte. J'ai toujours fait ces changements sur moi, mais pour changer les choses il faut demander aux autres de faire autant, si la cause est juste. Et je suis désolée, mais demander à ce que les minorités aient leur place dans la culture, c'est une cause juste.

      Si tu tiens tellement à fait des personnages qui te ressemblent comme deux gouttes d'eau, malgré les conséquences que ça a, continue. Mais me dire de ne pas essayer de le demander, c'est vraiment demander à ce que rien ne change. Il y aura certainement quelqu'un qui me lira et qui se rendra compte du problème, et qui aura la volonté de faire quelque chose.
      Comme avec tous les sujets que j'ai toujours abordés ici.

      Supprimer
    4. J'suis d'acc' avec Fluffy...
      Et "que les minorités ai une place dans la culture" n'est pas une bonne ou une mauvaise cause...
      J'veux dire, dans CHAQUE culture, il y a des "minorités" et des "majorités". En afrique, les "Blancs sont la minorité, donc les livres sont écris avec des héros "Noirs". Pourtant là y'a personne pour se plaindre.

      Ce que tu demande, c'est que chacun mettent dans son histoire 1 gay, 1 noir, 1 gros...

      Et si y'a deux noirs ? Quoi, j'dois modifier mon scénario pour être sûr d'avoir mis deux chinois?

      Mais si y'a des chinois, que faire des Suèdois? Des turcs? Des Mongoliens?

      De plus, si je parle d'hétéros, je dois d'office mettre un homo dedans?
      Mais alors attention, les pan-sexuels vont se révolter ! J'veux dire, il faut de la place pour tout le monde !

      Et si maintenant je suis un auteur noir, dois-je mettre plus de blanc dans mon histoire?

      Et si maintenant mon héro (je prend une histoire qui n'a qu'un seul héro) est un homme, dois je modifier l'histoire de mes rêve et mettre absolument une héroine?
      MAIS ATTENTION LA HO ! JE DOIS AUSSI METTRE UNE RELATION HOMOSEXUEL IL ME SEMBLE !!

      Bah ouais 'faut penser à tout le monde !! Donc je met une relation à trois dans mon histoire?

      Mais si j'met une relation HHF, c'est aussi mettre les femmes dans une minorité...
      Attention, il faut absolument que le héro soit gros, et moche. Parce que, 'fin voilà quoi, on en a marre qu'il y ai que des mannequins dans les livres...Ralala 2014 tu nous tueras !

      Finalement pour suivre ton conseil, je devrais "prendre sur moi" et écrire un livre sur un Congolais obèse Pan-sexuel inclus dans une relation à 8 avec un chinois, un européen, un américain, un marocain, un australien, un eskimo et un brésilien qui part à l'aventure avec son ami hétéro, sa camarade de classe lesbienne, et son maître d'arme trans. Tout ça dans un pays pauvre bien entendu, marre d'entendre les histoires des riches !!

      En sachant que je veux écrire un livre pour enfant, ça fait un peu beaucoup pour ces pauvres petites âmes.

      Bref, je conclu cette satyre en disant qu'un auteur est libre de ses choix, et que l'art n'a pas de nationalité.
      Les héros dans les mythes et les histoires n'ont toujours été que des ponts pour que le lecteur puisse s'identifier. Mais il faut quand même que physiquement, les personnages aient une forme, que ça plaise ou non.

      Tu devrais lire des mangas, et des BD, des formats bien graphiques, tu serais étonnée de tous les types de personnages et de format que tu pourrais rencontrer.

      Supprimer
    5. A ce que je vois, nous ne nous sommes pas bien compris.
      Mon article parle d'une représentation plus grande des différences dans la culture (à première vue, "minorité" vous fait tiquer). Ai-je parler de mettre dans CHAQUE histoire un "exemplaire" de CHAQUE personne ? Bien sûr que non, ce ne serait pas représentatif non plus.
      Je demande de passer d'histoires où les différences sont très peu représentées à des histoires où elles ont une place plus importante.
      Dans mon prochain roman, mon héroïne sera iranienne et musulmane. La question de l'homosexualité sera également amenée.
      Dans une autre histoire, mon héros sera peut-être blanc, mais peut-être y aura-t-il un gabonais et une vietnamienne dans les personnages secondaires, et encore d'autres nationalités différentes réparties dans le reste des personnages. Je peux également amener le thème du transgenrisme.
      Dans un troisième roman, l'héroïne peut avoir deux copain. Sa meilleure amie peut également être indienne.

      Lorsque je regarde ça, je constate que ce n'est pas si compliqué.
      Ton message montre quelque chose d'irréaliste, et de très peu fidèle à la réalité.

      Sinon, concernant ta dernière note, je te rassure, je n'ai pas lu que des romans dans ma vie (merci de t'en inquiéter) et je n'ai pas vu une plus grande représentation, désolée de te décevoir.

      Un auteur est libre de ses choix, je suis d'accord avec toi. Il est également libre de blesser, de vexer, ou d'aider les personnes à se sentir mieux. Personnellement, j'ai choisi cette dernière option dans mes romans. Tu n'es pas obligé de faire de même, on a tous un niveau de conscience plus ou moins différent, ainsi va la vie.

      Je te souhaite une bonne continuation,
      Des baisers
      Canalis

      Supprimer
    6. Bah, en écrivant un livre sans aucun homosexuel, je ne blesse pas ou ne vexe pas les homosexuels...

      Si ils se sentent attaqués, ce n'est pas mon problème. C'est le leurs, et je n'ai pas à me bouger pour eux ;)

      Supprimer
    7. Si tu étais le seul à ne pas écrire de romans présentant des homosexuels, je ne pense pas qu'il y aurait de problème. le souci ici est que tu es un rouage en plus dans une culture pleine de trous. Les homosexuels ne sont presque jamais représentés, je pense avoir très bien expliqué les conséquences dans mon article.

      Pour ta dernière remarque, je ne dirai rien. Un si grand manque d'empathie et de compassion ne mérite pas que je m'y attarde.
      Bonne soirée,
      Canalis

      Supprimer
    8. Mais de quoi tu parles ?
      Manque d'empathie? Sérieusement?

      Moi aussi j'ai des attributs, des origines, des choses qui font ce que je suis...Et je fais chier personne MOI, en pleurant sur tout les toits "bouhouhou...On ne me met pas dans les livres..."

      Si tu veux tellement qu'on parle de toi, bats toi, et écris ton propre livre, ce que tu veux faire il me semble.

      Mais si t'es pas foutu de te lever et de faire les choses par toi même, et d'attendre qu'on les fasse pour toi, alors tu ne mérite pas qu'on écrive ton nom dans un livre bon sang...

      Un hétéro écrira un livre sur les hétéros, alors laissons l'homo écrire un livre sur les homos...Mais qu'on n'emmerde pas les gens à écrire ce que vous voulez lire.

      Oh, et si je suis si aggressif, c'est parce que je détèste les gens qui croient qu'on doit "mériter leur attardement". Tu n'es pas assez importante pour utiliser des mots comme "me mériter", alors pitié épargne moi cette horreur...

      Supprimer
    9. C'est bien, tu as assez de confiance en toi pour ne pas être outré par l'absence de représentation, ta maman doit être fière de toi. Seulement, ce que je vais va peut-être t'étonner, mais tu n'es pas seul sur Terre.

      Ne t'inquiète pas pour moi, sinon, je travaille assez de mon côté pour ne pas avoir besoin de tes menaces élitistes :)

      Je ne sais pas si tu as remarqué, mais un blog ne pourra jamais obliger personne à faire quoi que ce soit. j'ai l'impression que tu te sens attaqué par ce que j'écris, mais mon travail ne consiste qu'à éveiller les consciences : à aider les gens à se rendre compte de certaines choses, et ensuite, libre à eux de composer avec ou non.
      J'ai eu des lecteurs qui m'ont demandé ensuite, en privé, de quelle façon ils pouvaient introduire une plus grande diversité de personnages, parce qu'ils s'étaient rendus compte de quelque chose. Donc pour moi, mon travail est fait. Si tu n'as pas envie de le faire, libre à toi, je n'oblige personne :)

      Si tu penses que je n'ai pas assez d'importance pour décider de te répondre ou pas, je pense que tu es sur le mauvais blog, parce qu'ici, nous sommes sur le mien. C'est donc moi qui suis chargée de répondre aux lecteurs, et en tant que personne avec ses forces et ses faiblesses, je suis encore en droit de faire comprendre que je suis outrée par certains propos et que je ne suis donc pas d'humeur à y répondre.

      Sans rancune,
      Canalis

      Supprimer
  2. Bon. Du coup j'ai changé l'orientation sexuelle de deux de mes personnages, je vais pouvoir aborder la question compliquée de la bisexualité, ça va être rigodrôle, et j'ai même décidé de changer la nationalité d'un d'entre eux (et en plus ça apporte un nouveau truc à l'histoire, c'est bien)(merci, donc).
    Le seul point sur lequel je reviendrais est la religion. C'est assez difficile de parler de religion quand ce n'est pas la notre (rapport au fait qu'on risquerait d'en donner une image fausse)(ceci dit avec beaucoup de documentation ce point peut être évité), ou même quand la religion n'a pour nous aucune importance, j'ai du mal à donner une religion à mes personnages parce que personnellement je n'en vois pas l'intérêt et je trouve que ça ne leur apporte rien.
    Idem, j'ai du mal à leur donner une culture que je ne maîtrise pas.
    C'est aussi ça qui fait qu'il est difficile de représenter les minorités si on ne fait pas partis nous-mêmes des minorités : on risque parfois de distribuer des clichés à la pelle ou de diffuser une image faussée.
    Mais même s'il y a un effort à faire, je pense que ça peut être très enrichissant de le faire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Personnellement, l'héroïne de mon prochain roman est iranienne et musulmane. je n'y connais rien, ni sur la culture iranienne, ni sur l'Islam. Du coup je parle avec d'autres filles musulmanes pratiquantes, j'ai acheté un coran, je compte faie pareil avec l'Iran en achetant des bouquins sur le sujet...je pense que c'est important, quand on écrit, de sortir de notre confort et d'en apprendre plus. Après, oui, il ne faut pas le faire qu'à moitié, sinon on risque de faire des erreurs, etc, mais la documentation est très importante pour écrire un roman.
      Après, pour savoir si la religion apporte quelque chose au personnage, je ne me pose pas la question parce que pour moi, de toute manière, les gens ont des religions, que ça leur apporte quelque chose ou non. C'est comme leur orientation sexuelle ou leurs goûts : parfois ça les enrichit, parfois ça retombe à plat. Mais pour moi c'est important que ce soit présent.

      Supprimer
  3. Moi, je comprends pourquoi certains auteurs font ça (sans parler de ceux qui s'en foutent de la diversité dans la représentation culturelle). Dans ce que tu dis, rapport aux pourcentages de gens de couleur, etc, ça vise à être réaliste. Mais si on reste dans cet idée réaliste... Quelqu'un qui n'est ni blanc ni mince ni hétéro ni athée a quasiment toujours des problèmes par rapport à ça (du moins en France, hein). Si l'auteur ne veut pas que ces problèmes prennent plus d'importance que l'histoire qu'il a voulu créer, alors il va éviter de mettre des personnages différents.
    Mais sinon je suis complètement d'accord ! À partir du moment où on est publié on devrait faire cet effort de diversité, même si ça ne nous ressemble pas, car si on est publiés, ce n'est plus que pour nous mais aussi pour les autres. Pour tout le monde. Y compris les gens "différents".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai, il faut faire attention à ce que les gens, non habitués à ça, pensent que toute l'histoire raconte la vie "d'un homme noir" ou "d'une femme iranienne et musulmane qui doit faire avec sa différence", alors que ce sont des traits du perso et rien d'autre. ca, ça peut être embêtant.

      Supprimer
  4. Je trouve important en effet de représenter les minorités, et je crois d'ailleurs savoir que dans la majorité des séries occidentales (peuple majoritairement blanc, culture de base chrétienne, avec un certain pourcentage de personnes originaires d'autres continents) se passant aujourd'hui, il y a toujours une diversité : une minorité de personnage sera noir/asiatique/gay, en référence à la réalité (si si, Glee est effectivement un bon exemple si on se base sur les héros). A Paris, par exemple, si on devait faire des statistiques froides, on verrait que la majorité des gens sont blancs/d'origine chrétienne pas forcément pratiquants, et qu'une minorité sera black/asiat/maghrébin (pour généraliser), et gay, puis une minorité encore plus minoritaire sera trans (par exemple). Une série parlant de la vie aujourd'hui à Paris ira donc montrer plus de personnes blanches catho ou athées et un peu moins de personnes d'autres origines ou avec d'autres orientations sexuelles. Ces séries se veulent réalistes, elles montrent les minorités, toujours, en fonction de la population du pays de la série. Point ^^.
    Après, pour les romans, c'est autre chose, généralement les romans pour ados se fichent un peu du "il faut bien penser donc il faut absolument que j'a tant de % de blacks et tant de % de gays sinon je vais me faire lyncher par les bien-pensants", parce que les jeunes ados visés n'ont pas ce genre de préoccupations.
    Je trouve ça vraiment super que ton prochain projet soit sur l'Iran, que tu ai carrément commencer à lire le Coran et autres recherches, ça doit être super intéressant d'approcher une autre culture pour en faire une fiction d'un point de vue non "occidental" !
    Par contre, lire cet article et se dire "ah ben oui, j'ai écris une fiction avec que des blancs, je suis raciste, faut changer ça" et "obéir" (en gros ^^) aveuglément en se disant "omg je suis trop méchante je vais rajouter un black, deux musulmans et un trans et ma conscience est sauve !", je trouve ça un peu nul :/ (je ne dis pas que c'est ce que tu as fait toi, hein, je donne un exemple). Il faut que ça vienne de soi, pas juste d'un bien-penser ambiant, tu comprends ^^.
    En Amérique Latine, pour prendre l'exemple des telenovelas, la majorité des persos sera comme le peuple de là-bas, en Afrique, ça sera pareil, et on ne va pas taxer les séries chinoises de racistes parce qu'il n'y a pas assez de blancs ou de noir, par exemple.
    Créer, à la base, c'est libérer son esprit, ne pas être soumis à des contraintes extérieures. Là, ce que tu dis, c'est tout le contraire, c'est "attention on va me taxer de raciste/homophobe" avant tout, et je trouve ça contre-productif. On n'écrit pas dans l'éventualité qu'un jour on sera publié et on risque de me dire que je n'ai pas assez de gay dans son histoire, on écrit pour soi. Je trouve ça froid de limiter ses personnages à des statistiques, même si faut bien passer par là pour parler de la réalité actuelle, c'est juste pour coller à la réalité, donc si ça va pour une série grand public parlant d'un lycée américain ou une série policière, c'est triste de penser comme ça pour quelque chose à plus petite échelle. Perso, j'ai déjà écrit une fiction dans un endroit qui n'existe pas ou la majorité des personnages principaux sont blancs, il y a un black, un métisse ou deux, mais ce ne sont que des détails dans mon esprit, je ne les ai pas ajouté juste pour bien faire. Généralement, on écrit en partant de soi, de son point de vue. Alors si je suis blanche, je vais mettre plus de blancs par réflexe, et je mettrais plus de noirs si j'étais noire. Sauf si, comme toi, on décide d'un coup de se placer dans la peau d'une autre culture. Comment pourrais-je décrire un trans dans une histoire en le plaçant comme héros si moi-même je ne suis pas trans ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce que je trouve dommage, c'est qu'en se basant sur le fait que des romans visent une population jeune, on zappe des problématiques importantes parce que "ce ne sont pas les préoccupations des ados". Ne serait-il justement pas plus intéressant de leur amener ces problématiques pour les sensibiliser ? Finalement, c'est à l'adolescence qu'apparaît les problèmes d'identité, les remises en question, les complexes, le sentiment de rejet. Faire plus attention à ces sentiments serait, je pense, bénéfique. Si Carmen voyait des homosexuels ou des travestis, voire des transgenres, faire de grandes choses dans les romans, il gagnerait sans doute plus de confiance en lui. Et ce n'est qu'un exemple parmi tant d'autres.

      Oublier de représenter des minorités n'est pas, de mon avis, du racisme. Je pense qu'il s'agit uniquement de négligence ou d'un manque de conscience. Mes romans n'avaient eu, jusque maintenant, que très peu de minorités ; pas par racisme, mais parce que je n'avais pas du tout conscience de l'idée de la représentation ! On en réfléchit pas, on prend des personnages qui nous ressemblent, et on ne fait pas attention. Puis on sent un malaise en lisant d'autres romans, on se rend compte qu'on a du mal à s'identifier au personnage pour telle ou telle raison (pour moi, la polysexualité ; pour Carmen, la bisexualité, le transgenrisme et le travestissement). Et finalement on ne met pas le doigt sur le problème jusqu'à ce que quelqu'un nous le montre. C'est ce qui m'est arrivé, en tout cas, et j'en suis très reconnaissante.

      Sinon, oui, je me suis dit "il faut que je rajoute tel, tel, tel". Parce que finalement, l'écriture, c'est aussi de la réflexion. On peut écrire au feeling, au sentiment, mais je pense que si on veut vraiment s'améliorer, il ne faut pas oublier de lire sur le sujet, de chercher à rendre son histoire plus riche.
      Finalement, en plus de faire plaisir, sans doute, à plein de gens, représenter des différence peut nous aider à en apprendre plus sur les cultures, la psychologie, etc, et je pense que c'est enrichissant, en soi. Je pense qu'au final, tout le monde y gagne. C'est triste, finalement, de rester au "si je me sens de mettre des blancs, je mets des blancs point", je pense que ça rend les choses bien plates :/
      Cela ne tient pas que pour les romans : dans la vraie vie aussi, parfois, il faut se demander "ne puis-je pas améliorer mes actions ? Est-ce que je fais est bien ? Est-ce que je blesse quelqu'un ?" et ne pas toujours suivre ses envies et impulsions.

      On écrit pour soi à partir du moment où on est pas publié. Il me semble que généralement, on se dit "j'écris et puis, pourquoi pas, j'essaierai de me faire publier", même si on sait que ce ne sera pas le cas.
      Si notre projet est d'écrire toute notre vie juste pour nous et de garder nos écrits dans un petit coffre, en effet, faire attention n'est pas important.
      Mais à partir du moment où on songe à la publication, je pense qu'il est important de penser au public.

      Sinon, pour répondre à ta dernière question, il suffit simplement de se renseigner. Parler à des gens concernés, lire de livres sur la psychologie des intéressés, etc. Il me semble, par exemple, que la blogueuse Cordélia compte écrire un roman avec un héros transexuel. Que fait-elle ? Elle achète des livres sur le sujet et demande l'avis des intéressés sur ces livres pour connaître leur degré de pertinence.

      Après, voilà, on peut en rester au "je n'écris que sur ce que je connais", mais c'est se limiter incroyablement.

      En tout cas, merci beaucoup pour ce long commentaire (arrête d'angoisser parce que tu as des choses à dire !), ça m'a fait plaisir de te lire :)
      Des baisers,
      Canalis

      Supprimer
    2. Mdr, nous sommes de grandes bavardes ^^.
      Contente que tu ai pris du plaisir à me lire malgré nos avis divergents ^^. Néanmoins grâce à ta réponse je comprends mieux où tu veux en venir, du point de vue du futur auteur surtout. Je ne me sens pas de blâmer un auteur contemporain pour son manque de diversité, mais c'est vrai que c'est toujours intéressant et enrichissant pour soi de se sensibiliser à de nouvelles cultures/des points de vue différents à cause de minorités ou identités sexuelles lorsqu'on compte écrire.
      Là où je maintiens une excuse, c'est que, même si certainement dans l'esprit de l'auteur blanc, par réflexe, ses personnages seront blancs, généralement (en tout cas dans les bouquins que je lis mdr) ils sont trop peu décrits pour qu'on puisse tirer des conclusions sur leurs origines notamment.

      Et sinon, tu comptes publier des extraits de ton roman en cours et de ton projet de roman sur ton blog ? Ca m'intéresse de voir ton style !

      Supprimer
    3. Je ne sais pas du tout, comme mes premiers jets sont souvent un peu dégueux :/

      Supprimer
    4. Et de ton roman en cours alors ? Tu y fais souvent allusion, ça éveille la curiosité ^^

      Supprimer
    5. Ah, c'est vrai que finalement, petit à petit, une version corrigée prend forme ! Mais il me semble que si je le mets sur Internet j'ai zéro chances de le voir publié un jour :/

      Supprimer
  5. Oh mon Dieu je suis désolée d'avoir écrit un tel pavé, dans la zone de texte des commentaires ça n'avait pas l'air aussi grand oO"".

    RépondreSupprimer
  6. j'avoue, si tu ne me l'avais pas dit je n'y aurait pas fait attention. Il est vrai que la multiculturalité (au sens ultra méga large) est pas du tout représenté XD

    Bref...je ne sais pas trop quoi faire pour inverser la tendance (grosse liseuse de machins qui se passe au 18ème siècle ici Xd)

    Ah et si tu te demande pourquoi j'ai disparu, ne me demande même pas pourquoi comment je suis arrivée à me désabonnée... j'ai ENCORE du faire une fausse manip'!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. JE CROYAIS QUE TU M'AIMAIS PLUUUUUUUUS !

      Supprimer
  7. Je trouve ton article un peu "chercher la petite bête"...
    Je veux moi même devenir auteur, bon, et déjà en partant de ce principe :

    De 1, je met ce que je veux dans mon histoire haha. Si l'auteur à envie de parler d'une histoire en France, bah y'aura que des Blancs. Et oui, c'est la vie, la France, c'est un pays de Blanc, point.
    Si il veut mettre des noirs c'est cool. Mais j'vois pas pourquoi on se forcerai.

    Ensuite, peut être agrandir ta catégorie de lecture?
    Dans les mangas, c'est bourrés d'homo, même sous entendus.
    Dans les BD, c'est pleins d'histoire avec des "races" et des "clans", qui représentent les différentes ethnies...


    Prend un film Hindou, t'as que des Hindous.
    Prend un film Arabe, t'as que des arabes.
    Prend un film Américains...OMG MAIS C'EST IMMONDE Y'A QUE DES BLANCS !!

    Tu vois c'que j'veux dire?

    C'est pas mal de vouloir diversifier une histoire, mais perso moi qui veut écrire des histoires plus tard, la dernière choses que j'ai envie d'entendre c'est "Eh t'as oublié un bronzé dans ton scénario".
    Non quoi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sans oublier que tu parles sans cesses de "minorités".
      Si ce sont des minorités, je vois pas en quoi il est nécessaire de les mettre en avant plan dans un scénario. Par ailleurs, si on met plus de minorité que de majorité, les minorités deviennent la majorité..Et là j'vois pas comment t'es censée en sortir, de ce cercle vicieux.

      Met plus de noir que de blanc t'auras toujours un chieur pour dire "HE ! Pourquoi y'a plus de noir?" (Mais bon, le blanc bien evidemment ne peut pas se plaindre pas vrai? Vive la diversité)

      Supprimer
    2. Je suis assez choquée par ton commentaire :/ En te lisant, j'ai l'impression que la représentation te semble absurde. Et la représentation n'est que le fait de regarder autour de soi, enrichir ses créations et éviter de blesser beaucoup de gens. Est-ce si inutile pour toi ?

      En effet, tu mets ce que tu veux dans tes bouquins, comme je mets ce que je veux dans mes bouquins. J'ai choisi de représenter les gens par respect pour mes lecteurs, pour qu'ils sachent que je pense à eux, que je pense aux différences. Si cela ne t'intéresse pas, que dire de plus ?

      La France est un pays de blanc, dis-tu ? Je n'en suis pas si sûre. le taux d'immigration ne cesse d'augmenter (n'en déplaise à quelques imbéciles) et je ne pense pas qu'on puisse l'oublier. Il suffit de sortir de chez soi pour voir la richesse de la population, ses différences culturelles. Je te défie d'aller à un endroit où il n'y a "que des blancs".

      Il me semble également que je ne parle pas que des nationalités dans mon article. Je parle également des religions, des orientations sexuelles, etc.
      Et qu'un film soit hindou, arable, américain, français, s'il est incapable de penser aux différences, c'est un film bien pauvre.

      Sinon, pour te répondre au sujet des blancs, en effet, quand on ne fait l'objet d'aucune discrimination à l'emploi, quand on est représenté partout, dans les films, les livres, les magazines, quand les noirs sont photoshoppés pour nous ressembler, quand personne ne nous dévisage dans la rue, en effet, on évite de se plaindre et on prend conscience de sa chance ;)

      Des baisers,
      Canalis, blanche qui ne se plaindra jamais de voir ses frères et soeurs représentés d'avantage

      Supprimer
    3. Mais moi ce qui me dérange, c'est ça :

      "J'ai choisi de représenter les gens par respect pour mes lecteurs"

      Ca sous entends juste que, les autres auteurs (ceux qui ne pensent pas comme toi, donc) sont les mauvais de l'histoire, parce qu'on a décidé de ne pas représenter les choses que TOI tu aimerais lire dans un scénario.

      Si si. Et tu sous-entends souvent ces choses là...En fait tu sous entends souvent être meilleure, sous prétexte que tu bats pour une cause "juste", mais tout en faisant croire que "tout le monde il est beau tout le monde il est gentil".

      Mais devine quoi? Les "causes justes" dépendent d'une personne à l'autre.
      Je n'irai pas jusqu'à dire que ton Blog est inutile, mais parfois j'ai bien l'impression que tu prends la grosse tête sous prétèxte que tu te bats pour le bien. Ce qui rend tes articles peu crédibles parfois.
      Je trouves que la force de tes articles provient des exemples que tu donnes.
      Mais ces exemples sont des cas tellement indiviuels...Pour des causes tellement larges, qu'au final toute cette futile bataille n'a aucun sens en fait. Tu as bien choisi ce nom. Donc j'imagine que tu t'en rends compte.


      Et non, je ne trouve pas la représentation absurde, au contraire, je suis le premier à vouloir varier mes personnages.

      Mais dans ta façon d'aborder le sujet...Difficile de croire si tu pourrais t'en sortir en tant qu'auteur.
      J'veux dire, moi j'ai l'impression que tu te forces à foutre des personnages complètement random dans ton histoire, au nom de la variété. Pour être sûre de plaire. En gros, tu n'écris pas ce que tu veux vraiment.
      Ce n'est pas le cas? Tant mieux pour toi. Mais dire aux autres personnes qui veulent écrire, de faire comme toi, c'est exactement les pousser à faire ça.
      Bon, après tu peux me sortir un paté qui m'expliquerait que "Je ne force personne, si t'es pas content tu te casses" mais bien entendu, ça serait peu diplomate.

      Supprimer
    4. Oh, et pour répondre à ta petite pique, concernant mes origines, tu aurais mieux fais de te taire. J'ai des origines africaines, donc ce n'est sûrement pas une petite européenne qui va m'apprendre ce qu'est la discrimination...
      Et j'ai beaucoup baigné dans l'Islam pour couronner le tout.

      Tu vois, c'est ça dont j'te parle...Toujours à parler d'aider et à "défendre", mais dans le fond, tu ne penses qu'à toi, TON monde. Mais tu n'as pas idée des mondes qui t'entourent je crois.

      Supprimer
    5. C'est vraiment gentil à toi d'essayer de dresser un portrait de ma personne, mais le fait est que tu ne me connais malheureusement pas assez pour t'y risquer. Je ne suis pas quelqu'un se prétendant être la meilleure, attrapant la grosse tête et autre : c'est tout le contraire. Je suis surtout quelqu'un qui a soif d'apprendre et de s'améliorer, d'ouvrir les yeux sur le monde. Et ce que j'apprends, je le transmets aux autres au lieu de rester dans mon coin passivement.

      Si tu trouves mes articles peu crédibles et que mon blog frôle l'inutilité (pourquoi pas), je me demande pourquoi tu continues de le lire (car si tu parles de plusieurs articles, j'imagine que tu as déjà traîné pas mal par ici) si cela ne t'apporte rien. Je ne vais pas te dire un truc comme "clique sur la petite croix en haut à droite", parce que si tu veux continuer de me lire, libre à toi, mais si mon blog ne t'apporte rien, j'ai bien peur de te faire perdre ton temps :/

      Pour le nom de mon libellé, il s'agit d'auto-dérision, je ne pense pas que ce pourquoi je me bats soit "futile", je préfère m'exprimer et défendre des choses plutôt que rester dans mon petit coin comme la femme soumise que je suis censée être :)

      Je pense que je m'en sortirai parfaitement en tant qu'auteur, tout simplement parce que j'ai la capacité, en effet, de rajouter des détails en plus dans mon histoire pour la rendre plus riche, au lieu de me contenter de l'idée de base. J'ai passé l'âge où l'on écrit d'un trait nos idées à minuit trente quatre après s'être fait engueuler par papa-maman ; à présent je réfléchis davantage avant d'écrire pour enrichir mon histoire tout en gardant quelque chose que j'aime ; je ne pense pas que ce soit une tare.

      Supprimer
  8. Une des nombreuses raisons pour lesquelles j'ai adoré Orange is the new black. Quel magnifique exemple de représentation !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne la regarde pas mais d'après ce que j'ai vu de cette série, c'est vrai qu'elle n'est pas mal dans le genre :D

      Supprimer