samedi 9 août 2014

[Lecture] "Vampire Academy tome 1 : Soeurs de sang" de Richelle Mead

De mes 12 à mes 18 ans, j'étais inscrite sur un forum pour filles et adolescentes que j'ai beaucoup aimé. Puis, ayant dépassé l'âge limite, j'ai dû quitter le forum comme le règlement le demandait. Seulement, avant de partir, j'ai eu le temps de participer à un concours d'écriture organisé par le forum. J'étais dans dans les 15 ans et plus, et j'ai été finaliste. Et comme ils avaient décidé de faire gagner tous les finalistes (ce qui était, genre, trop sympa), j'ai pu recevoir un colis avec deux romans jeunesse et un manga. Vampire Academy en faisait partie.
Est-ce que je l'aurais acheté de moi-même ? Non.
Mais sans être incroyable, la lecture de ce livre a tout de même été agréable, malgré...de nombreux défauts.


Editeur : Castelmore
Année d'édition : 2014
Nombre de pages : 314
Prix : 14.90€

Seule votre meilleure amie peut vous protéger de vos ennemis...
Saint-Vladimir est un lycée privé hors du commun : à l'abri des regards indiscrets, de jeunes vampires y apprennent la magie. Rose Hathaway est une dhampir et elle doit assurer la protection de sa meilleure amie Lissa, princesse moroï.
Menacées au sein même de l'Academy, Lissa et Rose ont fugué ensemble, mais ont été ramenées de force derrière les hautes portes de Saint-Vladimir. Entre intrigues machiavéliques, rituels nocturnes inavouables et amours interdites, elles doivent rester sur leurs gardes : les Strigoï, vampires immortels et ennemis jurés des Moroï, pourraient bien faire de Lissa l'une d'entre eux pour l'éternité...

Déjà, cette amorce ne ressemble à rien.
Donc, nous avons nos deux héroïnes, Lissa et Rose, ayant fui leur lycée (où les Moroï apprennent la magie et les dhampirs apprennent le combats, car ces derniers sont censés protéger le moroï qui leur est attitré) mais se voyant vite ramenées dans celui-ci malgré elles.
Elles qui étaient auparavant les déesses de l'Academy, ultra-populaires, elle se retrouvent reléguées au rang de bêtes curieuses et doivent tenter de retrouver une vie normale dans cet établissement qui ne leur convient pas du tout.
Seulement, des cadavres d'animaux sont déposés régulièrement dans la chambre de Lissa qui doit en même temps jongler avec des pouvoirs étranges, une tendance à l'auto-destruction et sa réputation  menacée par Mia, une autre moroï bien décidée à la reléguer au rang de paria du lycée.

En gros.
Après, le roman offre d'autres éléments sur lesquels se pencher, des problèmes en plus, mais je ne vais pas non plus tout vous dévoiler, sinon votre lecture n'aurait plus aucun intérêt.

Points positifs
L'histoire est facile à lire et suffisamment distrayante, ce qui était ce que je recherchais lorsque je l'ai pioché dans ma pile à lire. C'est ce qui fera remonter la piteuse note de ce roman en fin de chronique.
Mais entre nous...c'est le seul point positif.

Points négatifs
Les personnages sont agaçants. Tous. L'héroïne, Rose, passe sa vie à lancer des répliques qui se veulent cinglantes mais finissent juste par être ridicules, Lissa est juste faible et incapable de se débrouiller seule, Mia a tout du chihuahua surexcité qui aboie plus qu'il ne mord, et tous les mecs ne pensent qu'au cul.
Certains systèmes, comme la naissance d'un dhampir, la transformation pour devenir strigoï, les catins rouges, etc, ne sont pas expliqués assez clairement, et je me suis retrouvée plusieurs fois à me demander si je n'avais pas loupé un truc, car tout se mélangeait dans ma tête.
L'auteure a l'air de voir le sexe comme quelque chose de négatif, surtout pratiqué à grande échelle. Rose passant sa vie à y penser, on rappelle assez souvent tout au long de l'histoire à quel point elle est peut-être une salope, peut-être une fille facile, peut-être une débauchée glissant sur la mauvaise pente. A un moment, j'avais presque envie de dire "mais bordel, laissez la se faire entuber comme elle veut, merde !" Et j'ai cru voir une once de lesbophobie dévoilant ainsi la façon de penser de l'auteure qui a achevé de m'agacer.
Et, de plus, le style d'écriture était très mauvais. Mais cette fois-ci, je pense que l'on peut mettre ça sur la traduction, car il s'agissait souvent de fautes de français.

Ce n'est pas un livre que je conseillerais et je n'achèterai pas la suite. Après, par curiosité, si un jour je croise la suite à la bibliothèque ou que sais-je, il est toujours possible que je la prenne, car ce n'était pas non plus un navet. Mais je lui fous tout de même une note ridicule parce que nom de dieu, trop de défauts et style bien trop pauvre.

Note : 7/20


2 commentaires: