mardi 4 mars 2014

Oui, je fais du sport. Non, je ne veux pas "brûler les calories".

Depuis début janvier, je me suis mise à faire du sport tous les jours. J'ai développé une véritable addiction au sport et ça me convient très bien. J'aime aller à la salle courir une bonne demi-heure avec mon petit programme vitesse-inclinaison en poche, soulever des poids et voir le nombre de kilos augmenter au fur et à mesure des jours qui passent (je me dis qu'un jour, si quelqu'un m'agresse dans la rue, il regrettera son idée). Je regarde la barre des 90 kilos qui se rapproche, se rapproche...je vois les progrès que je fais, je note minutieusement la vitesse à laquelle j'ai couru, les poids que j'ai soulevés, combien de fois, je compte tout et je regarde ma progression avec une joie non feinte. Quand je ne suis pas à la salle, je cours à l'extérieur (avec ma petite application MapMyRun que j'ai téléchargée tout récemment et qui me rend joie et qui finira par me rendre orthorexique un jour avec sa fonction "note tout ce que tu manges, je te dirai quel nombre de calories tu peux encore engloutir". Mais bon, vu mon taux d'activité sportive, j'ai droit à 2500 calories par jour et même en le voulant très fort, je peux pas atteindre ce palier) et quand je ne cours pas à l'extérieur, je suis dans ma chambre à faire des squats, des abdos, du gainage, des pompes, de la chaise, et les dizaines de variantes existantes.



"Pense de façon positive, va sur les réseaux intelligemment,
fais du sport quotidiennement, mange de façon équilibrée,
travaille dur, reste fort, construis ta foi, inquiète-toi moins,
lis plus, sois heureux, sois bénévole, relaxe-toi souvent,
aime toujours, vis à jamais."
Depuis, on me demande pourquoi je tiens tant à maigrir, pourquoi je suis autant complexée.
Il ne viendrait même pas à l'idée de certaines personnes de se demander si je ne faisais par mon sport dans un autre but.
Faisons donc la liste de tout ce que le sport m'apporte :
1) Cela me met de bonne humeur très vite. Par exemple, je vois un peu la salle de sport comme une antre protectrice : quand j'y suis, je peux oublier toutes les personnes qui m'entourent et que je veux éviter, je peux oublier tous mes soucis du quotidiens, les dernières disputes, la déprime. Je ne suis plus là que pour m'éclater et atteindre mes buts.
2) Cela aide ma confiance en moi à grandir. Je me rends compte que je suis capable d'accomplir de grandes choses et que je ne cesse jamais de dépasser mes limites, je me rends compte que je suis tout sauf bonne à rien et je vois des progrès chaque jour.
3) Le sport agit sur moi comme un antidépresseur naturel. Depuis que je vais à la salle, je ne prends plus mes antidépresseurs (sans l'accord de mon médecin sinon ce ne serait pas drôle (même si je le voulais, je n'arriverais pas à les prendre : je suis que dalle régulière)) et je n'ai plus eu d'épisodes de déprime. Je ne rentre plus chez moi en pleurant, je me sens mieux, pleine de motivation et d'énergie.
4) Le sport, couplé au végétarisme, a aidé mon système immunitaire. De tout l'hiver je n'ai eu qu'un rhume qui ne m'a même pas handicapée (mais si, tu sais, ces rhumes où ton nez coule tour le temps, où tu ne sais plus respirer et où tu sens toute ta gorge encombrée. Voilà, j'ai pas eu ça).
5) Depuis que je fais du sport, je dors mieux. Beaucoup mieux. Genre la lumière éteinte, tu vois.
6) Je peux voir mon corps évoluer et devenir, non pas plus mince, mais bien plus fort. Genre j'ai des petits biceps mignons qui commencent à apparaître.
7) Le sport me donne envie d'être productive, il me redonne du courage. Dès que j'ai fini ma séance et mangé un peu, j'ai envie de continuer sur ma lancée et d'accomplir plein de choses.
8) J'ai de plus en plus l'impression de former un duo de l'enfer avec mon corps. Je m'efforce d'en prendre soin et il me le rend bien.
9) Depuis que je fais du sport, je mange mieux. Je suis plus consciente de ma santé et j'essaie de manger plus de fruits pour être sûre d'avoir assez de vitamines et de nutriments. Par exemple, l'autre jour, je me suis fait une jolie assiette de pommes, de mandarines et de fruits secs. Ceci n'aurait jamais pu arriver auparavant.
10) Le sport augmente ma volonté. J'ai maintenant plus tendance à me dire "je suis capable de faire tout ça" et j'accomplis plus de choses.
11) Ma qualité de vie s'améliore de jour en jour. Je mange mieux, je dors mieux, je suis plus organisée, plus ordonnée, plus assidue. J'ai plus de motivation pour que ma vie ressemble vraiment à ce comment je la vois.
J'ai pu aussi apprendre que le sport garde le cerveau et le corps sains, réduit le stress, a des effets anti-âge (ça pourra toujours servir plus tard), améliore la qualité de la peau, réduit l'anxiété, les risques de certains cancers et les risques de diabète, améliore la mémoire, la posture, l'appétit, le niveau de cholestérol, l'oxygénation des cellules, l'équilibre, la coordination, la résistance à la douleur, l'énergie, l'endurance et la longévité et aide à contrôler les addictions.
Donc la perte de poids, pour ce que j'en dis...




Mais même dans les communautés parlant de sport, la mentalité est séparée en deux parties.
Ceux qui font du sport pour être minces et qui tiennent donc souvent un discours culpabilisant envers les personnes ne faisant pas de sport (et restant donc "grosses"). C'est la réflexion de la mentalité Britney Spears: "If you want a sex body, if you want to be hot in a bikini, you better work bitch".

"Quand je fais de l'exercice, je m'habille entièrement en noir.
C'est comme un enterrement pour ma graisse."
"Tu veux ce corps ? Bouge-toi. Personne ne le fera pour toi."
"Les raisons pour lesquelles je m'entraîne :
-Vivre plus longtemps
-Rester en bonne santé
X Être canon nu"




Et ceux qui font du sport pour des raisons de santé, de volonté et de challenge.

"Entraîne-toi car ainsi tu pourras te sentir bien, dormir mieux, avoir
plus de confiance en toi, te réveiller, économiser de l'argent,
être en bonne santé et vivre plus longtemps...
...et non juste parce que tu pourras ressembler aux mannequins de magazine."
"S'ils te disent que tu ne peux pas, alors tu devrais."
"J'étais triste, puis j'ai décidé de m'entraîner."

Mieux : dans les deux catégories, il y a toujours cette dérive appelée "l'absence totale de compassion ou de sympathie". Pour faire du sport, pour tenir dans la longueur, il faut se traiter soi-même comme la dernière merde existante :

"Ferme ta gueule et fais tes squats !"
"Est-ce tout ce que tu peux faire ?"
"Les perdants voient la douleur.
Les gagnants voient le gain."

Il faut vraiment apprendre à faire le tri pour ne pas tomber dans cette politique de la minceur, du complexe et de la culpabilisation. Personnellement, j'adore traîner sur les tags #workout et #workout_motivation sur tumblr, mais je dois sans cesse me dire "cette image reflète-t-elle ma vision des choses où peut-elle me tirer vers le bas ?" Il faut faire attention à ne prendre que ce qui nous motive réellement, ce qui nous donne confiance en nous. Sinon, oui, notre relation au sport peut devenir vraiment toxique.
Je ne vois pas mon sport quotidien comme une sorte d'autoflagellation, quelque chose que je dois faire au risque d'être la dernière des merdes si j'oublie. Mon sport est un petit moment avec moi-même durant lequel je prends soin de moi. Si un jour je n'ai vraiment pas envie (ce jour-là n'est pas encore arrivé), je ne le fais pas, point.

Lorsque j'avais 14 ans, je complexais énormément sur mon poids. Je m'étais inscrite à la même salle de sport et je détestais y aller. Je faisais uniquement de la cardio et je ne m'arrêtais pas avant d'avoir perdu 500 calories. C'est énorme. Je finissais crevée, toujours aussi complexée et honteuse qu'en arrivant. J'avais sans cesse peur que les autres personnes me jugent, me critiquent dans mon dos, car ils étaient tous si minces et sportifs !
Voilà pourquoi je ne vois pas le "faire du sport pour maigrir" d'un très bon oeil. Parce que finalement, la source de motivation n'amène pas l'amour du sport. On voit le but à atteindre, mais pas le moyen de l'atteindre.
C'est pourquoi je n'aime pas qu'on me pose des questions comme si j'étais au même stade qu'auparavant : le stade où je me forçais à aller à la salle deux fois par semaine et où c'étaient les pires heures de ma semaine.
Ma vision du sport n'a plus rien à voir avec celle que j'avais maintenant. Ma vision du sport est à présent saine et motivante.

"Nous ne faisons pas de régime, nous mangeons mieux.
Nous ne faillissions pas, nous faisons de notre mieux.
Nous ne haïssons point, nous formons une équipe.
Noius n'abandonnons pas, nous sommes réguliers.
Nous n'arrêtons pas jusqu'à ce que nous entendions l'alarme."


[A fait la Une Hellocoton le 5 mars 2014]

14 commentaires:

  1. Je traine plus sur weheartit que sur tumblr, mais c'est un peu le même délire, un partage entre l'adulation du corps tonique et musclé (et mince, haha) comme seule motivation, mais, aussi, les points positifs qu'on peut tirer du sport, niveau bien-être, notamment.
    Comme toi j'ai commencé le sport en ce début d'année, moi qui ai toujours été une sédentaire molle. Pas grosse, juste molle. Le genre de truc qui complexe sans avoir vraiment envie de faire quelque chose. A force de voir toutes ces images vantant les bienfaits du sport (après tout, c'est une vraie propagande), je m'y suis interessée, et suis tombée sur une chaine youtube de fitness. Je me suis dit ; pourquoi pas ? et j'ai filé à Decathlon acheter un tapis de sport. Comme je suis comme ça, je l'utilise en me disant que je ne l'ai pas acheté pour rien, et quand je n'ai pas envie, ça me motive, et après je suis fière de moi. Je ne fais pas du sport tous les jours, plutôt trois ou quatre fois par jour. Trois fois seule, et une fois un jogging avec mon copain. On commence doucement. Mais sûrement. J'ai réussi à le convaincre à se mettre au sport avec moi, ce qui motive encore plus, et rassure. Je n'ai pas commencé en me disant "comme ça je serais une sexbomb en bikini", mais je vois mon corps changer, et ça me donne confiance en moi. Je me dis que je suis forte. Je suis fière d'avoir la volonté de le faire, pour moi, pour mon corps mais aussi ma santé, et c'est plus fort que tout. Parce que parfois, en cours, je me rends compte que je me sens bien, mieux qu'avant, mieux dans ma peau. ( sans compter ce léger problème d'eczema mais ça... le sport n'y peut a priori rien!)
    Je pense aussi me tourner vers le végétarisme (voir lisme, mais en douceur) petit à petit (pour le moment c'est viande une fois par jour au lieu de deux habituelles, idem pour les produits laitiers) puis vais passer à une fois tous les deux jours, puis trois etc jusqu'à pouvoir m'en passer complètement.. Du coup j'aurais bien aimé que tu partages un morceau de ton experience sur ta transition, sur le jugement éventuel de parents ou proches.. Et aussi les effets positifs (ou négatifs) que tu as observés etc, bref, je veux tout savoir \o/
    ( ps : c'est la première fois que je commente sur ton blog mais je te suis depuis presque un an et je voulais te dire que je pense que tu es quelqu'un d'exceptionnel, qui prend le temps de réfléchir et de faire réfléchir, et ça fait du bien de temps en temps.. )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour mon passage au végétarisme, j'ai déjà écrit un article sur le sujet :) Tu peux le retrouver dans la catégorie "futile bataille".
      Je trouve ton approche du sport vraiment saine, je pense qu'ainsi tu pourras tenir dans la longueur :D
      (Un grand, grand merci pour ton compliment, ça me fait chaud au coeur *-*)

      Supprimer
    2. J'ai du le louper, j'y cours chef ;)
      Et de rien, c'était sincère ^^

      Supprimer
  2. Cet article me donne envie de m'y mettre plus sérieusement, mais... Franchement, pour moi, le sport est une torture (et je suis déjà fine, donc je n'ai pas cette source de motivation - il reste les autres, je suis d'accord). Je ne sais pas au bout de combien de séances on est censé trouver ça un minimum agréable (pourtant, il y a des raisons physiologiques au plaisir ressenti par certaines personnes durant l'effort : sécrétion d'endorphines). Que ce soit le fitness que je pratiquais quand j'avais 14 ans, les séances à la maison avec des chaînes YT ou les horribles cours de Body Combat de ce semestre (qui me lessivaient tout le week-end), ça a toujours été un calvaire et je redoutais chaque semaine de voir la date du "sport" approcher. Des astuces ? Je devrais peut-être me motiver à coup de Tumblr, moi aussi, mais j'ai peur que l'effet s'estompe à force.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Personnellement,le plaisir est venu directement. Je suis juste dans une phase ou je me sens bien dans le sport :) Je pense que tu ne dois pas avoir peur d'essayer plein de trucs :)
      http://media-cache-ak0.pinimg.com/736x/49/eb/57/49eb57e3150d0386fecefb2288447472.jpg
      Essaie ça, c'est bourré de plein de petits exercices, j'ai vraiment aimé la variabilité du truc :)

      Supprimer
    2. Tu veux ma mort ? ^^
      Je vais essayer. Merci :)

      Supprimer
    3. Ca va vite, tu vas voir :D

      Supprimer
  3. ton article reflète bien ma vision du sport , j'ai commencée pour maigrir et avec le temps cette activité m'a fait du bien physiquement mais mentalement aussi .
    Je me sens mieux dans ma peau , plus dynamique , tonique , j'ai besoin de ma séance de sport pour me défouler , me vider la tête . un moment où je m'occupe de moi .
    Jamais je ne serais une grande sportive , mais je fais du sport pour mon bien être ; ça peut paraitre bête .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouii, j'ai remarqué que quand on fait du sport, on a plus d'énergie !

      Supprimer
  4. Au début, j'avais commencé à faire des exercices à la maison comme ça de temps en temps par plaisir. Par la suite, je suis tombée sur la photo du "30 days ab challenge" sur ton blog et j'ai commencé dans le but de "perdre du ventre". Puis là, une putain d'addiction s'est développée ! Ce mois-ci, je me suis même fait moi-même un programme ! De me sentir progresser de jours en jours me rend toute euphorique. J'adore, je me sens forte, en forme et surtout, je vois ça comme un défi et ayant l'esprit de compétition, c'est vraiment trop cool !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ooooh, tu me montreras ton programme ? :D

      Supprimer
    2. Avec plaisir, je t'enverrai ça par mail ! ;)

      Supprimer
  5. Je trouve que c'est un excellent article ! Avec la fac j'ai beaucoup traîné dans un milieu pseudo-intello qui méprise l'effort physique qu'il soit pour maigrir (pff, ce souci de l'apparence) ou pour le plaisir (pff, feraient mieux d'ouvrir un bouquin). Je trouve ça réellement dommage car nous sommes aussi un corps et non une seule pensée, et il faut savoir en prendre soin, l'apprécier, le chouchouter, et le sport aide considérablement à tout cela. Et en plus, comme tu le dis, il permet de repousser ses limites, sa volonté, et enchaîne sur plein d'autres choses qui ne semble à première vue pas avoir de rapport avec le corps...
    Je ne suis ni assidue ni très disciplinée, mais réussir à atteindre un objectif que je ne pensais pas atteindre est vraiment un bonus énorme qui aide à me réconcilier avec moi-même. Je suis contente que ça te permette de bonnes plages de détente après un mois de février aussi compliqué.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis d'accord, faire attention à son cerveau, c'est bien, mais une fois que le corps flanche, on ne va plus très loin :/

      Supprimer