mercredi 19 mars 2014

"Ça, c'est un artiste."

Il y a quelque chose qui m'a toujours dérangée dans la façon que l'on avait de nommer les choses : avec mérite.
Depuis des dizaines et des dizaines d'années, dans les milieux culturels, les mêmes débats reviennent toujours :
Ça, c'est un écrivain.
Lui au moins, c'était un vrai chanteur.
Et ça se prétend écrivain.
Moi au moins, j'écoute de la vraie musique.
Je suis désolé mais pour moi, ça, c'est pas de la peinture.
Etc, etc.

Je ne sais pas vous, mais je commence doucement à en avoir ma claque. Alors qu'auparavant, j'avais les mêmes débats avec mes amis.
Il a fallu que je commence à être concernée pour me rendre compte de la connerie de pareilles conversations.
Depuis plusieurs mois, j'écris tous les jours. Parfois, il y a des exceptions, mais généralement, j'essaie d'être la plus productive possible de ce côté-là. Je lis des conseils pour améliorer mon écriture, je fais des listes d'idées pour mes prochains articles ou romans, je ne pense presque qu'à ça.
Alors la question est : suis-je écrivain ?
Beaucoup de gens se diraient que tant que je n'ai pas été publiée, je ne serai pas écrivain.

Mais moi, je vais vous dire le contraire : écrivain, je le suis depuis que j'ai 12 ans.
Toute mon adolescence, je suis restée amateur dans le genre : un petit projet par ci, un petit projet par là. Rien de bien transcendant.
Depuis mes 17 ans, je me sens véritablement écrivain, et je sais que j'ai raison là-dessus.
Parce que prétendre le contraire, prétendre que je ne suis pas ce que je prétends être serait cracher sur des heures de travail hebdomadaires,  voire quotidiennes. Ce serait cracher sur des projets, sur du temps donné, sur du talent, sur le mal que je me donne.

Commencer à décider de façon arbitraire qui mérite son "grade" d'écrivain, de chanteur, de peintre, etc, c'est cracher sur tous les efforts et le travail que ces personnes auront fait.

Je sais, ça fait vraiment mal de l'entendre : Stephanie Meyer est aussi écrivain qu'Oscar Wilde. Stromae est aussi chanteur que Jacques Brel. Lindsey Stirling est aussi musicienne que Bach.
Ce n'est certainement pas le même style, mais s'il faut chaque fois donner des titres à ceux qui font le même travail, le monde perdrait une grande partie de sa variation.
Oui, Bella rougit beaucoup dans Twilight et a un tempérament légèrement insipide.
Oui, Stromae est légèrement autotuné.
Est-ce que cela enlève le mérite de l'oeuvre ?
Quand je pense au temps que cela a dû prendre à Meyer pour écrire les quatre (volumineux) tomes de Twilight, je suis sidérée de voir toutes les critiques injustifiées que la saga se prend : même ceux qui ne l'ont pas lue se permettent de piétiner toutes ces heures de travail et d'effort.

Il faut arrêter de se montrer élitiste. De croire que nos goûts font d'un artiste ce qu'il est ou ce qu'il n'est pas. Il ne faut pas oublier la subjectivité de l'art et de la culture. Aucun de nous n'a le monopole du bon goût.
Si un jour, vous êtes pris d'une envie de doute sur la légitimité du statut d'artiste de quelqu'un, posez-vous une question :
Pendant que cette personne créait son oeuvre, que faisiez-vous ?
Voilà ce qui différencie un artiste de quelqu'un qui ne l'est pas.


12 commentaires:

  1. Merci \o/ Je vais de ce pas envoyer ton article à mon mec, il va enfin arrêter de juger les autres selon ses gouts :)

    RépondreSupprimer
  2. Un jour, j'avais une discussion avec un ami. Il me dit : "tu es une artiste, en fait". Je lui réponds que je le sais depuis longtemps. En retour, il s'exclame : "Quel narcissisme !" Non, ce n'est pas être narcissique. Un artiste ne vaut pas mieux qu'un autre, ça fait juste partie de lui.
    Bref, article génial :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense qu'on a encore le droit d'être lucide envers soi-même sans être narcissique o_O

      Supprimer
  3. Bon, puisque personne n'a soulevé la question, je vais en parler quand même, parce que je ne suis pas tout à fait d'accord avec ce que tu dis.
    Tu prends des exemples où il est évident qu'effectivement la personne a consacré du temps et possède un minimum de qualité dans ce qu'elle fait (je ne suis pas du tout une fan de Twilight mais je les ai lus et même si ce n'est pas la bombe littéraire du siècle, l'auteure sait quand même ce qu'elle fait, les phrases sont correctes, il y a un certain suspense etc). Mais je pense par exemple au fin fond de l'industrie musicale. Est-ce que Tal est une artiste parce qu'elle interprète des chansons en français incorrect qu'elle n'a pas écrites ? Elle passe sûrement du temps en studio, mais est-ce qu'on peut vraiment parler d'artiste ? Est-ce que Les sardines de Patrick Sébastien est une oeuvre d'art ? Est-ce que la collection Harlequin, écrite à la chaîne par des auteurs ayant un pré-script, fait partie de la littérature ? Sûrement qu'il y a des gens qui ont passé du temps dessus, mais je crois que derrière la notion d'artiste il y a aussi une idée de talent ou au moins si on veut éviter cette histoire de goût/jugement personnel, une idée de passion, d'engagement personnel ou quoi. Sinon toutes les daubes préprogrammées pour marcher sont des oeuvres d'art (puisqu'il y aura toujours quelques gus pour y avoir consacré du temps c'est sûr) et franchement voir les auteurs de René la taupe classé parmi les artistes ça me ferait mal ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends ce que tu veux dire et je te donne raison là-dessus, quand on voit certaines oeuvres, on peut encore véritablement se demander s'l s'agit effectivement d'art. Mais par exemple, pour Tal, pour les auteurs d'Harlequin, etc, pourquoi l'idée de passion et d'engagement personnel est-elle mise de côté ?

      Supprimer
    2. Je vais laisser Decay répondre, je vais juste dire qu'il faut distinguer la notion d'artiste écrivain et d'artiste littéraire. Selon la définition que je connais, la littérature se définit par les deux points suivants :
      -Ce qui l'histoire a retenu
      -Ce qui a du style

      Alors qu'un écrivain peut être oublié. Nuance donc.
      C'est tout, ça servait à rien, mais je l'ai dit quand même ^^

      Supprimer
    3. Non, ça ne sert pas à rien, c'est intéressant et ça peut éclaircir beaucoup de choses !

      Supprimer
    4. Exact Remucer, mea culpa je me suis laissée emporter dans ma formulation ^^
      Pour Tal ok, je ne la connais pas, on peut sûrement lui laisser le bénéfice du doute, peut-être que c'est effectivement une brave fille qui met toute son âme dans son interprétation studio retouchée de chansons qu'on a écrites pour qu'elle les vende. Pour les auteurs Harlequin par contre, à ce que je sais c'est vraiment des gens qu'on engage pour enrober un peu des scenari pré-construits, j'ai du mal à y voir plus d'engagement personnel que quand on te demande de rendre un devoir pour l'école: tu peux t'appliquer pour rendre un truc propre, ce que tu y mets de toi reste quand même limité puisque le but final n'est pas du tout expressif ou quoi, en l'occurrence, c'est juste de faire vendre (ceci dit sans vouloir dénigrer ces personnes hein, ce sont peut-être de talentueux auteurs par ailleurs, pour moi c'est juste que là ça s'apparente plus à un job alimentaire qu'une volonté d'expression artistique).

      Supprimer
    5. Tu n'as vraiment pas tort, je n'avais pas vu les choses comme ça. Du coup, oui, finalement, c'est du travail, mais de l'art...il faut encore se poser la question, si tout est déjà prémâché. Ce serait comme dire que préparer un gâteau avec la pâte préfaite est de la cuisine...tu n'as vraiment pas tort.

      Supprimer
  4. Un jour, je me suis dit qu'on pouvait même être artiste sans créer ou se donner je ne sais quel mal...pourvu qu'on ait une sensibilité artistique, qu'on aime réellement l'art. Mais je suppose que c'est un peu pousser.^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, ça ne l'est pas :) L'un de mes articles dit la même chose ^^

      Supprimer