jeudi 23 janvier 2014

L'école est-elle une perte de temps ?

Toute mon adolescence, j'ai pensé que l'école était une perte de temps, et ce pour des raisons multiples, diverses et surtout changeantes. Je me disais sans cesse que c'était l'effet de la crise d'adolescence (encore elle !), qu'il était immature de penser cela, et j'essayais toujours de me persuader que je me trompais et que l'école allait certainement m'apporter des tonnes de choses.
Mais chaque fois, quelque chose clochait.

Récemment, cette pensée selon laquelle je perdais mon temps au lycée m'est revenue, et ce pour une toute nouvelle raison.
J'ai participé au NaNoWriMo, chaque minute était précieuse car elle me permettait d'ajouter quelques nouveaux mots à mon roman. Puis, 2014 est arrivé, et avec lui toutes les bonnes résolutions (vous allez d'ailleurs avoir à nouveau droit aux bilans à chaque fin de mois, mais promis, cette fois-ci, il n'y aura pas que du rouge et tout sera plus précis. Je pourrai même parler de ce que j'ai lu, vu, de ce que j'ai fait, de ce qui m'a aidée, etc. Vous allez voir, on va bien s'amuser). Je me suis réveillée chaque matin avec le besoin d'écrire encore et encore, de développer de nouveaux projets, de méditer, de faire du sport, de danser, de lire, de découvrir, de méditer, de m'épanouir.
Et en même temps, il y avait l'école.
L'école et son bruit, son mépris des élèves. L'école et son conformisme, l'école et ses règles (j'ai 18 ans, je peux voter et aller en prison, mais je ne peux toujours pas aller aux toilettes en dehors des récréations), l'école et les autres. Les autres peuvent être gentils, drôles, intéressants, merveilleux. Mais les autres peuvent aussi être bruyants, irrespectueux, destructeurs d'énergie, ils peuvent poser des questions alors que les réponses sont évidentes, ils peuvent te donner l'impression que tu n'es pas à ta place.

Que ce soit clair : le principe d'école est excellent. Le savoir est précieux, et l'école est là pour nous aider à l'atteindre. Mais souvent, son potentiel n'est pas assez exploité.
L'école primaire est excellente. Elle nous apprend les bases de l'écriture, de la lecture, du calcul. On se sert de l'entièreté de ce que l'on apprend au cours de notre vie.

A l'école secondaire, tout se corse. Lors des premières années, je peux encore admettre que tout ce que nous y apprenons est relativement utile, et jamais je n'ai ressenti, avant ma troisième, ce que je ressens aujourd'hui lorsque je me retrouve derrière les bancs d'école.
Seulement, à partir d'un certain moment, tout devient bien trop recherché. Par exemple, en Belgique, si tu veux faire un métier littéraire, tu peux prendre une option un peu plus littéraire que les autres comme latin-grec ou latin-espagnol.
Mais tu auras toujours des cours de chimie, de biologie, de physique et de mathématiques.
Le problème est le suivant :
Dans ma vie, je n'aurai jamais besoin de savoir que le nombre "e" est égal à 2,71, ou que la réciproque d'une fonction exponentielle est appelée fonction logarithmique.

Par contre, dans ma vie, j'aurai besoin de savoir comme gérer mon stress, comment être plus prolifique, comme relativiser, comment méditer, comment être plus empathique, comment trouver le courage d'aider les autres, comment m'aimer, comment m'épanouir, comment améliorer ma qualité de vie, comment me persuader que je suis importante et que je peux changer les choses...
Mais ça, on ne l'apprend pas à l'école, alors que ce sont les choses les plus importantes qui puissent être.

L'école est une perte de temps car tout ce qu'on y apprend est superficiel, théorique. Même après avoir fait notre choix de métier, ou au moins d'orientation, on continue de nous apprendre des choses qui ne nous correspondent pas, dont nous ne nous servirons pas.
On nous bourre le crâne, on nous vide de notre énergie, et le soir en rentrant chez nous, nous sommes bien trop fatigués pour nous instruire sur ce qui est important.

Il serait excellent que les cours soient mieux agencés. On devrait pouvoir choisir entre continuer vers un enseignement plus mixte si on hésite encore au sujet de notre orientation future, et on devrait aussi pouvoir avoir des cours plus adaptés lorsqu'on est sûr-e de notre choix.
On devrait aussi avoir des cours sur notre développement personnel, car c'est la base de la vie, et sans cela, on ne peut pas s'en sortir. Que l'on soit diplômé de médecine ou non.

Je ne me suis réveillée qu'en cette année de rhéto (terminale), au dernier moment, juste à temps. J'ai commencé à avoir des projets sérieux, de l'ambition, à m'enrichir spirituellement, à grandir à une vitesse folle. Enfin, je me développe.
Si ce n'était pas arrivé, je serais sortie de 16 années d'études, aussi vide qu'une coquille d'huître après un repas de Noël. J'aurais appris des tonnes de choses : la conjugaison de tous les temps, l'espagnol, l'anglais, le néerlandais, le latin, l'alphabet grec, les dérivées, les limites, les logarithmes, la guerre froide, la décolonisation, la création du pétrole, les fonctions rédox, l'évolution des êtres vivants, le système génétique, les ondes...
J'aurais appris tout cela et je me serais rendue compte que je ne savais rien.


25 commentaires:

  1. C'est drôle. Je parlais de ça à mes parents, et au final, toi et moi pensons la même chose. Quand en math la prof explique à quel point les math t'aide dans la vie, elle ne place pas la trigonométrie, mais les soustractions, additions, multiplications... L'école est sensé nous apporter le savoir, tout ce qu'il nous sera utile dans notre vie futur. Si tu veux faire écrivain, dessinateur ou autre, la trigonométrie ne te servira à rien. C'est juste du bourrage de crâne qui fatigue des enfants qui devrais apprendre à s'accepter comme ils sont.
    Encore une fois, tu as raison. Merci pour cet article :) .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ou souvent, on te dit "mais pour faire tout ce qu'on fait aujourd'hui, pour envoyer une fusée dans l'espace, les scientifiques ont besoin des maths!" MAIS MOI J'EN AI BESOIN POURKOAAAAA??

      Supprimer
  2. C'est marrant parce que je suis d'accord. Pourtant je veux faire prof de lettre.
    Mais c'est pas réellement l'école qui ne sert à rien, c'est la façon dont est faite l'enseignement. Je suis d'accord que des maths en littéraire, c'est une aberration (personnellement, je n'en ai plus depuis ma seconde, c'est à dire depuis que je suis réellement engagée dans la voie littéraire). Après on peut toujours apprendre pour le plaisir d'apprendre (j'aurais adoré avoir la possibilité de continuer la physique. Concrètement, ça ne m'aurait jamais été utile).
    Mais je suis d'accord, on devrait avoir plus de temps libre : j'ai huit heures de cours par jour. Quand je rentre chez moi, je fais mes devoirs. Résultat : je n'ai jamais le temps ou l'énergie nécessaire pour avancer sur mes projets. Et ça commence à m'agacer sérieusement.
    Pour autant, l'école (en tout cas en France) est plus une perte de temps en primaire qu'en secondaire, je trouve. Parce qu'en primaire, tu as 70% de révisions pour 30% de nouveauté. Mais après, vu le secondaire de Belgique qui reste bien trop général, je comprend ton point de vue.
    Enfin bref, un très bon article.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je trouve ces révisions plutôt cool, parce que finalement c'est ce qui nous permet de retenir durablement ce qu'on apprend. En secondaire, tout va très vite et finalement, on oublie tout aussi vite ce qu'on a appris.

      Supprimer
    2. Personnellement, du primaire, je n'ai retenu que comment faire pour écrire, lire, additionner, multiplier et soustraire. Donc au final, si ça se trouve je l'ai retenu parce que je l'emploi au quotidien. Mais après, ça dépend du point de vue, parce que j'adore ce que m'apporte l'enseignement que je reçois maintenant (sauf quelques cours)(mais du coup je retiens bien mieux que quand je m'ennuyais en primaire ou au collège), alors que toi tu as clairement l'air de n'apprécier ni ta classe ni tes cours.

      Supprimer
    3. Personnellement, je me rappelle aussi de la géographie et les calculs écrits me sont vraiment utiles lorsque j'oublie ma calculette le jour d'un concours xD

      Supprimer
  3. Oui, ne dis pas que l'école est une perte de temps mais que l'école est mal structurée, etc... La culture n'a jamais été une perte de temps et même si tu t'en fous de la trigo bah j'ai fait L (littéraire en France) mais au final je suis allée en informatique car je voulais un métier qui rapporte de l'argent et j'ai été très contente d'avoir pu avoir les bases des maths genre trigo etc.. Je troue que c'est de la culture et apprendre quelque chose, même quelque chose qui ne nous sert pas maintenant c'est apprendre et apprendre c'est cool :)

    Mais je suis quand même pour une réorganisation de l'école avec plus de filières générales différentes (science, éco et littérature ça ne suffit pas, je trouve) et moins de troncs communs

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Personnellement, j'ai aussi un ami qui est passé de sciences à Histoire pour ses études et qui a été très content d'avoir des bases.
      Mais pour qu'il puisse changer d'option, j'ai dû doubler, donc finalement, ça commence à me faire chier de trimer pour des indécis.
      (C'est très méchant, en effet o_O)

      Supprimer
  4. Ta nouvelle filleule :p23 janvier 2014 à 22:38

    Je suis d'accord, le développement personnel serait plus utile que ce que l'on nous apprend au collège/lycée. D'un autre côté, toutes ces matières "inutiles" m'ont appris... la patience et la résignation ^^

    Aussi, il ne faut pas oublier que la plupart des gens, surtout de cet âge, ne font rien de productif de leur temps libre. Si l'école prenait moins de temps, ils seraient probablement juste collés plus souvent devant la TV.

    Pour ma part, j'aurais bien aimé avoir des cours plus "pratiques", comme ceux de cuisine/couture que ma mère avait quand elle était petite (mais pour les deux sexes bien sûr, ou alors en option). Ce sont des savoirs qui sont vraiment utiles pour la vie quotidienne... Mon copain n'a pas la moindre idée de comment recoudre un bouton, et je suis une vraie quiche en cuisine. Ca m'aurait bien plus aidé que ces histoires de circuits électriques en physique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, et aussi : passer son permis à l'école, ça serait juste fantastique. En France, c'est la croix et la bannière pour l'avoir, ça coûte une fortune et c'est juste indispensable pour trouver un job...

      Supprimer
    2. Personnellement, j'aurais plus tendance à penser à ceux qui font quelque chose de leur temps libre plutôt qu'à ceux qui ne font rien.
      De plus, je pense que si les ados ne font rien de productif, c'est parce qu'ils sont fatigués de leur journée de cours.

      Supprimer
    3. C'est sûr que ça n'aide pas de rentrer tard tous les soirs... Mais il n'y a pas que ça : quand l'école me prenait vraiment trop de temps pour faire quoi que ce soit (genre écrire, ce que je rêvais de faire), je me promettais que dès que j'aurais de nouveau du temps libre, je me jetterais sur cette activité, je ferais de mon mieux, j'y passerais tout mon temps...

      Depuis, j'ai changé d'orientation : du 90h/semaine sans vacances/jours feriés, je suis passée aux même pas 10h de la fac. Et devine quoi ? Je n'ai rien fait. Je n'ai pas écrit une ligne (et je ne me suis pas non plus mise au sport chez moi comme je prévoyais de le faire) : à la place, je passe mon temps à procrastiner sur l'ordi.

      De la même façon, beaucoup de mes amis au lycée ne faisaient rien de productif pendant leurs vacances. Je ne pense pas que le temps passé à l'école soit la vraie raison de ce manque d'attirance pour l'enrichissement personnel.

      Supprimer
    4. 'tain, et dire que je faisais pareil, avant ._. Maintenant, il me paraît inimaginable de pas profiter du temps libre pour faire quelque chose de constructif T^T

      Supprimer
  5. Pour les maths, j'ai une certaine réponse : ce qu'on apprend concrètement ne sert à rien, en revanche ça aide à développer sa logique, ce qui peut être utile ensuite dans la vie (oui oui).
    Sinon je suis à la fois d'accord et pas d'accord. Disons d'accord, mais moins "emportée" quoi.^^ Le truc de réduire les troncs communs, par exemple, je n'aimerais pas du tout, sachant que j'envisage de changer de filière...u_u par contre oui, on a trop peu de choix disponible, trop de théorie, et trop peu de temps libre, c'est clair. Quand je vois ceux qui sont en techno gestion & marketing qui apprennent comment bien rechercher un emploi ou un stage, comment faire un CV ou une lettre de motivations, des tas de choses tellement concrètes et utiles dans la vie...je me dis, pourquoi pas un peu dans le général aussi ? Y_Y

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Personnellement, j'ai dû doubler à cause des sciences dont je ne me servirai pas. Pour que des gens puissent changer d'avis. Autant dire que ça me fout la haine xD

      Supprimer
    2. No mais je veux dire, on devrait laisser le choix, soit des séries très précises soit des séries vachement plus générales...sans pour autant devoir quitter le général et aller en pro si on veut du précis. >_>
      Je suis désolée pour ton doublement, en effet tu dois bien rager...

      Supprimer
    3. Oui, ce serait une bonne idée :D

      Supprimer
  6. J'ai toujours aimé l'école mais je comprends ton point de vue, je l'ai longtemps ressenti par rapport aux conditions de travail et à l'agencement des cours. J'ai eu la chance en Terminale d'avoir des profs géniaux qui m'ont aidés à avoir un esprit critique tellement développé que j'embête une partie de mes amis. Parce que je n'avale pas tout rond ce qu'on veut me faire ingurgiter.

    Je ne connais pas le système belge mais en France, avec la nouvelle réforme, les maths sont carrément supprimés en bac L à partir de la première, nous avons encore un an de sciences mais très légères et qui ne comptent quasiment pas.

    Par contre, je trouve essentiel, même si l'on veut faire une carrière dans la littérature, ou que l'on s'intéresse juste à cette filière, de se renseigner et de s'ouvrir à d'autres disciplines telles que les sciences et les maths car ça peut parfois aider à s'améliorer et à évoluer et ce, dans le bon sens. (je ne répéterais pas les paroles de Amaranth ^^)

    Ceci dit, je suis assez d'accord avec toi, notamment sur le côté chronophage de l'école: même la fac, que j'adore pourtant tellement j'aime ma section, m'embête régulièrement. Et comme j'ai une heure de route pour y aller, c'est assez embêtant, j'en profite pour lire. Et pendant les cours, j'écris. Je le faisais déjà en Terminale mais sur papier, maintenant je peux le faire sur mon ordinateur si cela me chante - et si le cours est vraiment inintéressant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En Belgique, on a physique, chimie, bio et math à chaque examen, même si on est en latin-espagnol ou en latin-grec :)

      Supprimer
  7. J'ai vraiment appris quand j'ai choisi mon métier actuel. Je me voit bien faire de la chimie ou des math avec des vieux de 80 ans. Par contre, l’empathie, le développement personnel; la compréhension d’autrui et savoir trouver sa place... ce sont des choses universelles et importantes. J'ai pas appris ça à l'école et pourtant on devrait!

    RépondreSupprimer
  8. Mmh après, ce n'est pas parce que c'est pas utile, que c'est une perte de temps. Personnellement, j'adore les maths, vraiment, je pourrais en faire pendant des heures. Pourtant, j'imagine bien que dans ma vie d'adulte, tout ce que j'aurais appris là-dessus ne me servira pas... Sinon parfaitement d'accord pour les cours sur notre développement personnel.. Ca serait tellement, brillant!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce que tu dis n'est pas faux, je n'avais pas mentionné les choses sous cet angle :)

      Supprimer
  9. Aussi, ça me fait penser aux écoles expérimentales, genre Summerhill. J'avais lu un bouquin dessus : les cours sont facultatifs (mais bizarrement, après trois ou quatre mois d'absentéisme, le temps de se débarrasser de son dégoût pour l'école (temps de "convalescence" selon l'auteur), les élèves finissaient par aller eux-mêmes en cours) et on peut faire ce que l'on veut de son temps libre.

    Il me semble que les prises de décision étaient démocratiques, aussi. Genre les élèves votaient à part égale avec le directeur.

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Summerhill_School

    RépondreSupprimer
  10. J'ai, pour ma part, un avis très arrêté sur le sujet. Mais en fait, pas arrêté, très ouvert. Juste bien complet et fourni.
    D'une part, je suis un adorateur de... à peu près toutes les matières. Ce qui fait que les cours pendant lesquels je m'ennuie sont des cours dont le professeur ne me plaît pas. Mais passons. Cette ouverture à toutes les matières m'a donné une soif d'apprendre, dans tous les domaines, et par là, j'ai pu faire des liens. Il apparaît certaines conclusions importantes :
    -Les matières suivantes : Philosophie, Psychologie, Sociologie, Histoire, Géographie, Littérature française (éventuellement étrangère, ce qui est fortement conseillé), devraient être enseignées communément à absolument toutes les sections. L'Histoire permet de comprendre l'humanité passée, la Sociologie, en accord avec la Géographie, permettent de comprendre l'humanité présente, qui ne se comprend d'ailleurs que grâce à l'Histoire. La Psychologie permet de mieux comprendre autrui, tandis que la Philosophie et la Littérature servent à avoir un regard critique et ouvert sur le monde dans lequel on vit. Chacune de ces matières est primordiale dans la vie quotidienne. Ajoutons-y la Logique, évidemment, mais séparée des maths, car elle peut l'être, et la philo l'utilise déjà abondamment. Enfin, le développement personnel, pour moi, ça entre en Psycho et en Philo, donc ça y est également ^^ Et aussi, surtout, de l'Éducation Civique, Juridique et Sociale (ECJS) mais "renforcée", par rapport à ce qu'on a actuellement. Parce que la politique, le système démocratique, tout ça, on n'est pas assez au courant. Et peut-être une ouverture sur les religions, aussi.
    -Les scientifiques devraient avoir l'ensemble de ces matières plus leurs Sciences. Les Sciences complètent souvent la Philosophie, l'Histoire, la Psychologie, en fait, toutes les matières sus-citées, et inversement.
    -Les littéraires devraient avoir, en plus, des cours de langue au choix, des renforcements dans diverses matières, des approfondissements, etc, qu'il n'y aurait pas dans le "tronc commun" (qui, pour moi, est primordial)
    -Les économistes doivent avoir également des cours renforcés en morale, empathie, tout ça (mais c'est certainement dû à mon point de vue sur eux...), et leurs cours habituels également d'économie, de sociologie mais renforcée, etc.
    -Vous avez compris le principe. Pour ce qui est des professionnels, pareil, le tronc commun, qui me semble primordial, et ce qu'il leur faut pour leur boulot ensuite.

    La création d'une classe « générale » avec un certain nombre d'options au choix serait sans doute intéressante également.

    Enfin, on pourrait commencer certaines disciplines plus tôt : la Logique en primaire, la philo au début du lycée (vers 15 ans, même si on n'apprend que les concepts, ce serait vraiment une aide), etc.
    Tel est donc mon point de vue sur l'école, ce formidable moyen de transmettre tout le savoir de plus de 10 000 ans d'Histoire (je crois) et de bien plus d'Humanité, sans compter tous ceux qu'il y a eu avant et sans qui l'homo sapiens ne serait pas si sapiens que ça... Enfin voilà ^^

    RépondreSupprimer