samedi 30 novembre 2013

J'ai participé au NaNoWriMo 2013

Ainsi, le NaNoWriMo se termine aujourd'hui.
Pour rappel, cet événement d'écriture annuel consistait à écrire un roman de 50000 mots en un mois, du 1er novembre à minuit jusqu'au 30 novembre à 23h59.
J'étais partie avec trois jours de retard, sans grand espoir de réussite, malgré cette petite once d'espérance qui me prenait à la gorge dès que je m'asseyais pour écrire.
Et vous savez quoi ?
J'ai réussi.

96 pages Word NaNo + 12 pages ante-NaNo

J'ai atteint le nombre fatidique de 50000 mots le 28 novembre, après avoir écrit 3700 mots en une soirée pour pouvoir enfin me dire que j'avais réussi. Et j'étais fière.
Ce NaNo m'a beaucoup apporté.
Il m'a appris que finalement, ce qui me convenait en matière d'écriture n'était certainement pas de taper un peu, puis corriger. Puis relire. Puis taper trois phrases. Puis corriger. Puis relire. Puis corriger.
Parce qu'après 3 ans, je n'avais que 52 pages.
Ici, j'ai appris à procéder d'une façon productive, étape par étape. J'ai fait mon plan à l'avance, je l'ai suivi, et j'ai pu ainsi suivre ma progression au jour le jour, et voir ainsi où j'en étais.
J'ai 108 pages Word et je ne suis qu'à la moitié du chemin. Je ne m'attendais pas à avoir autant de matière. Et j'adore mon roman. J'adore les personnages, leur caractère, je n'ai même pas envie de finir.
Je vais donc continuer l'aventure de mon côté, tracer encore jusqu'à ce que toutes les scènes soient écrites, puis je corrigerai tout avec attention. Je corrigerai jusqu'à ce que ce soit parfait. Parce que j'aime trop ce roman pour qu'il ne soit pas publié.
Alors il le sera.


Pendant l'aventure, j'ai aussi consigné dans mon journal, presque chaque jour, ce que je ressentais en écrivant, en voyant le chemin parcouru, en me redonnant du courage chaque soir et en écrivant même lorsque j'ai été malade (et malade, je l'ai été beaucoup), triste ou fatiguée.
Je vous présente donc aujourd'hui mon parcours:

 Jour 3 (bah oui, retardataire) : "Le NaNoWriMo a commencé il y a trois jours. Je suis inscrite, mais j'avais changé d'avis il y a des mois. Seulement, je viens d'apprendre que non, ça ne fonctionne pas comme 750words. Si je ne fais pas 1666 mots par jour, je ne suis pas disqualifiée. Alors je fais ? Je ne fais pas ? 
Je pense que je peux toujours essayer. Seulement, j'ai peur d'être déçue si je n'y arrive pas. C'est vrai, je n'arrive déjà pas à faire mes 750 mots par jour ! Enfin soit, je verrai ce soir quelle sera ma décision.
Il faudra véritablement que je m'instaure une vraie discipline ; je devrai sans doute laisser tomber la lecture et la couture, ainsi que le sport. J'essaie ? Je n'essaie pas ?
PUTAIN JE NE VAIS TOUT DE MÊME PAS RESTER IMMOBILE TOUTE MA VIE PARCE QUE J'AI PEUR D'ESSAYER !
Je vais tout de suite confirmer ma participation.
...
Voilà qui est fait !
"0 words so far."
Ta gueule."

 Jour 4 : "J'ai fait un calcul hier soir : si j'écris 2000 mots par jour (au lieu des 1666 fixés), je devrais atteindre les 50000 mots au bout de 25 jours. J'ai donc droit à deux jours de pause (emploi du temps trop chargé, lourdes interros, ...).
Hier, j'en ai écrit 2019. Ça m'a pris 3h30, mais ainsi je suis dans les temps. Mais avec mon emploi du temps d'aujourd'hui, avec le cours de danse et l'interro de physique à étudier, pas sûr que ce soit aussi facile. Là, je vais aller à l'école en première heure pour profiter de la fourche : Après avoir étudié la chimie, j'écrirai le plus possible pour m'avancer. J'espère que je ne serai pas distraite par les autres...
***
J'ai écrit plus de 1000 mots à l'école, et j'ai fini par atteindre 2002 mots en fin de soirée." 

 Jour 6 : "Hier et aujourd'hui, j'ai écrit 2002 et 2003 mots. Je suis toujours dans le bon rythme et je constate que j'atteins le nombre adéquat de mots de plus en plus facilement. J'avais lu quelque part qu'écrire est comme faire travailler un muscle, et je me demande si écrire un si grand nombre de mots par jour ne va pas faire croître considérablement ma facilité à écrire. Mon roman est à sa 38ème page Word, ça avance très bien. J'avais fait un plan ce midi pour savoir ce que j'allais écrire aujourd'hui et ne pas bloquer, mais finalement je n'ai même pas eu besoin d'en faire la moitié. Chacune de mes scènes s'avère être très longue !"

 Jour 7 : "A nouveau, aujourd'hui, atteindre mes 2000 mots a été facile. J'ai participé à un Sprint Writing sur Twitter et j'ai écrit plus de 800 mots en 20 minutes ! J'ai trouvé ça énorme ! 
Parfois, j'ai l'impression que ça part un peu en couille, mais j'essaie de ne pas trop m'inquiéter. je ferai toutes les modifications nécessaires en décembre [ndDecay: NON tu attendras d'avoir tout FINI ! Petite crevette grise de mes deux !] J'ai dépassé les 10000 mots, je suis plutôt fière ! 1/5 du travail a donc été fait. Je m'approche du but et je suis fermement décidée à l'atteindre !"

 Jour 10 : "Aujourd'hui, j'ai enfin rattrapé mon retard pour le NaNo. J'ai écrit 2500 mots hier, et comme chaque jour j'écrivais au moins 300 mots de plus, je suis dans la moyenne à avoir. Mon histoire avance vraiment et je me sens invincible ! Je progresse tellement bien ! Cela me fait tellement de bien de faire tout ça à ce rythme après avoir passé des années à chipoter à mon clavier de temps en temps sans rien terminer. Peut-être tous ces blogueurs avaient-ils raison : peut-être est-il vraiment plus gratifiant de se concentrer sur un seul travail au lieu de s'éparpiller."

 Jour 13 : "Avant hier, je n'avais écrit que 1700 mots par manque de temps (je suis rentrée tard de chez Adriàn et je me suis teint les cheveux en vert), mais hier je suis montée jusqu'à 2170 mots malgré le manque d'inspiration apparent et j'ai ainsi dépassé la barre des 20000 ! En 9 jours seulement !
Je me demande sincèrement avec combien de jours d'avance je peux finir le NaNo, et si, finalement, je vais vraiment réussir ce challenge. J'y pense tout le temps, à présent, et lorsque je n'écris pas, je lis des articles sur l'écriture. Un bon gros lifestyle des familles, quoi."

 Jour 15 : "Je me suis tapée une bonne sinusite hier, je n'ai assisté qu'à deux heures de cours et j'ai fini dans mon lit, mon écharpe autour du cou, un chocolat chaud dans la main gauche et le bouquin que Martine m'a offert à mon anniversaire (oui, mon anniversaire est dans une semaine je te laisse faire le calcul) dans la main droite. Du  coup, avec mon cerveau en compote, je n'ai écrit que 1300 mots et ça m'énerve."

 Jour 22 : "Hin hin hin, comment j'ai trop oublié d'écrire...
Le NaNo se passe toujours bien, j'ai quelques centaines de mots d'avance, je suis sur-motivée, y a de la joie."

 Jour 29 : "J'ai fini le NaNo hier. J'ai écrit 3700 mots en une soirée, j'étais toute crevée après. Mais je me sens tellement fière !"

Non, en effet, je n'écris pas dans mon journal comme je parle sur mon blog.
En réécrivant ces lignes, c'est la première fois que je relis mes impression, et je remarque le contraste envers les premiers jours et le reste : le dimanche 3 novembre, j'ai tellement douté ! Et quelques jours plus tard, j'étais terriblement décidée à écrire ces putain de 50000 mots. Ça m'a fait du bien de me "voir" comme ça.

J'ai aussi pu voir,petit à petit, que ma rapidité d'écriture grandissait au fil des jours. J'ai, à un moment, créé une page avec mes records du nombre de mots en un laps de temps (je compte d'ailleurs continuer de le mettre à jour). Pour la peine, en guise de coucou-tu-veux-voir-ma-bite, je vous présente mes petits records.

 5 minutes : 229 mots.
 10 minutes : 403 mots.
 15 minutes : 508 mots.
 20 minutes : 853 mots.
 30 minutes : 1004 mots

J'ai appris un grand nombre de choses grâce à cette expérience. Certaines sont plus précises que d'autres (des petites astuces comme "si le coeur de ton personnage rate un battement plus de trois fois par livre, emmène le chez un cardiologue") comme des choses plus vastes. Je consigne donc ici tout ce que j'ai tiré de cette expérience.

 Conseil 1 : Il faut se préparer à l'avance. Quand le Nano a commencé, j'ai écrit toutes les scènes que j'avais en tête pour mon histoire, je les ai séparées en quatre parties (en fonction du moment où je voulais les avoir -début, milieu, fin-) puis j'ai tout mis dans l'ordre. Je me suis donc retrouvée avec les grandes lignes de ce que j'allais devoir faire, et il me restait plus qu'à écrire petit à petit deux ou trois scènes qui relieraient deux scènes clé. Ça m'a énormément aidée car je ne pense pas que j'aurais pu aller bien loin sans ça. Ma soeur avait tenté le NaNo et a abandonné après 6000 mots, justement parce qu'elle ne savait pas où elle allait. En ayant mon plan, je pouvais me dire chaque jour "Ok. J'ai 2000 mots à écrire. Je viens d'écrire cette scène clé-là, et je dois aller jusque celle-ci. Qu'est-ce que je mets entre les deux ? Ça, ça et ça." et j'avais ce que j'allais écrire.

 Conseil 2 : Dès que je disais à quelqu'un ce que je comptais faire durant le mois de novembre, on m'a posé une question. La même. A chaque fois.
"Et l'inspiration, ça va ?"
Au début, je répondais simplement que oui, ça allait, puis je me suis rendue compte que c'était absurde. Si j'avais dû attendre l'inspiration à chaque fois, je n'aurais JAMAIS atteint ces 50000 mots. Je n'aurais jamais pu rester assise devant mon ordinateur durant une à trois heures par jours. Je n'aurais jamais pu avoir le temps si j'avais juste attendu les idées.
Les idées, j'ai dû aller les chercher moi-même. J'ai dû m'asseoir à mon bureau (avec des auréoles de thé et des feuilles de thé partout), ne rien faire et juste me creuser la cervelle comme une forcenée pour trouver quoi écrire. L'inspiration, c'est bien pour l'écriture occasionnelle, pour les courts textes. Mais pour un roman, pour instaurer une routine, ce n'est pas assez. Parfois, l'inspiration, il faut la laisser sur le quai.
Ce n'est pas la lassitude qui fait abandonner les gens ; c'est le manque d'assiduité.

 Conseil 3 : Il ne faut jamais se relire tant que tu es en plein projet. Alors oui, durant l'écriture d'un article, c'est assez facile d'attendre la fin. Lorsqu'il s'agit d'un roman, c'est tout de suite plus difficile. Mais si tu commences à te relire et à éditer, tu va tomber dans une spirale infernale fonctionnant sur ce principe:
"C'est l'heure d'écrire ! Oh, et si je me relisais ? Je vais réécrire un peu ce passage, tiens. Ah, et celui-ci. Bon, ça fait une demi-heure que je suis dessus, j'ai assez travaillé pour aujourd'hui."
Et finalement, après 3 ans, tu es toujours à la page 52. Pas du tout vécu, non.
Tu écris tout d'abord, tu corriges après.

 Conseil 4 : Fixe-toi un nombre de mots à écrire quotidiennement (minimum 500 sinon ce ne sera pas assez grand et ton muscle glandera toute sa vie et ni toi ni moi ne voulons ça), FAIS LE, ne regarde pas en arrière, et même si la curiosité te prend à la gorge parce que tu te dis "BORDAYL J'AI ECRIT 90 PAGES JE VEUX SAVOIR DE QUOI C'EST FAIT" tu attends que tout soit terminé et puis tu savoures tes fautes de grammaire, tes mots manquants et tes larmes de sang en voyant toutes les répétitions que tu as faites.

 Conseil 5 : Crée des fiches pour chacun de tes personnages. Age, études, famille, goûts, caractère, opinions philosophiques et religieuses, bouquins préférés, etc. Cela les rendra plus creusés, plus riches, ça t'aidera à t'attacher à eux et cet attachement se ressentira dans ton écriture.

 Conseil 6 : Au début, tu ne vas pas avoir beaucoup d'idées, mais note les dans un carnet. Mets les personnages principaux, les scènes que t'as trop envie d'écrire, les autres scènes qui te viennent à l'esprit, puis mets-les dans l'ordre. Commence à peaufiner tes personnages en leur trouvant des traits de caractères de force (je me suis ainsi retrouvée avec un perso en formation d'esthéticienne alors qu'elle rêve d'ouvrir un resto chinois mais son père ne veut pas parce qu'il est raciste. Voilà voilà), commence à trouver d'autres scènes pas mal, si tu veux tuer quelqu'un, note le aussi. Mets de l'ordre dans tout ça et attends que d'autres idées affluent. Puis tu commences, à ton aise, tranquille, quand tu as de nouvelles idées tu les notes, tu stresses pas.

 Conseil 7 : Si tu tiens à tuer un personnage, choisis parmi tes préférés. Ainsi, tu seras d'avantage
touché-e par sa mort et tu seras donc plus à même d'écrire sa mort avec sentiments et tristesse (parce qu'en effet, la mort, c'est jamais trop beaucoup la joie).

 Conseil 8 : Point racisme ! Certains petits éléments de ton histoire vont peut-être te paraître anodins, mais tout de suite plus blessants pour une personne "de couleur" qui lirait tes écrits.
a) Les descriptions du type "peau chocolat", "peau caramel", etc, on évite. Est-ce qu'on dirait "peau meringue" pour une personne blanche ? Non.
b) Le héros blanc qui vient en aide aux personnages secondaires noirs/asiatiques/etc. Ça part d'un bon sentiment, personne ne peut le nier, mais cela laisse entendre que pour améliorer sa condition, une personne d'une autre ethnie que la nôtre aurait besoin du Blanc pour s'élever. C'est le même débat que pour "l'homme doit-il contribuer au féminisme ?" : oui, mais discrètement. On en arrive vite à défendre la femme alors qu'elle pourrait le faire toute seule, à l'interrompre, etc, ce qui revient à nouveau à se mettre en avant en tant qu'homme et montre que la femme a besoin de l'homme pour s'élever. Même schéma, donc.
c) Parler de la couleur de peau d'une personne de couleur alors qu'on ne le fait pas pour une personne blanche. Cela revient à dire que la couleur de peau d'une personne noire/asiatique/etc est assez importante pour être mentionnée, car atypique. Deux solutions s'offrent à nous : soit tu décris la couleur de peau de tout le monde, soit tu ne décris la couleur de peau de personne. Personnellement, j'ai opté pour cette dernière initiative : il y a une personne noire dans mon roman, mais seule moi sait de qui il s'agit car finalement, cette personne aura d'autres façons de se démarquer que par sa couleur de peau.

Ça peut paraître anodin, tout cela, mais il ne faut jamais oublier que tant que tu n'es pas concerné, tu ne sauras jamais si cela peut blesser ou non. Un jour, tu vas voir un humoriste blaguer sur les gothiques. Tu vas trouver ça drôle et absolument pas vexant.
Andouille. Bien sûr que non, tu ne vas pas trouver ça vexant, ce n'est pas de toi qu'on rit.
Mais regarde un peu l'expression du gothique assis à côté de toi et tu remarqueras une légèrement différence entre son avis sur la question et le tien.

Je pense que cette brève liste de conseils peut s'arrêter là. Mais n'oublions pas qu'il s'agit de mon point de vue sur le sujet et que toute personne a une façon différente d'écrire. Certaines personnes s'en sortent à merveille sans plan, d'autres non. Le tout est d'essayer et de voir ce qui nous sied le mieux.

C'est tout pour cet article. Ce fut une expérience vraiment enrichissante et motivante pour moi, et je compte bien continuer sur ma lancée et me montrer tout aussi productive que durant ce dernier mois.
Et soyons-en sûrs : l'année prochaine, je reparticipe !

mardi 19 novembre 2013

La liste de mes rêves *musique de violons et papillons roses qui volettent en image de synthèse devant ton écran*

Récemment, j'ai lu un article d'Armalite qui proposait de dresser une liste de 25 rêves à réaliser. Genre des rêves encore assez réalistes (fort heureusement pour moi, je n'ai pas encore comme rêve de faire le tour du monde) (vous avais-je dit que je déteste voyager?) (seule, en tout cas, très fort) (oui, je sais, c'est nul, il est socialement bien vu d'aimer voyager et moi je suis une connasse incapable de sortir de sa zone de confort) (ce qui est tout à fait vrai) (je me hais), et qu'on se met en tête de réaliser un par un, consciencieusement, avec toute la joie de vivre nécessaire.

Et comme je suis rentrée plus tôt de l'école (genre j'ai tenu 2 heures puis je suis tombée malade) (je vous ai dit que j'aimerais grandement arrêter d'y aller pour consacrer tout mon temps à écrire?) (voilà), et que j'ai déjà écrit la moitié de mes mots quotidiens alors qu'il est à peine midi, j'ai décidé d'écrire un article pas trop prise de tête pour présenter ces rêves.
Genre un article plein de bonne humeur!
Ça n'arrive pas tous les jours!
C'est parti.

1. Me marier
Oui, voilà, cash. Je veux épouser Mercutio et vivre heureuse et en harmonie avec lui et faire une grande fête avec une robe qui brillera comme un soleil, des nems sur des tables hautes et du jazz à plein volume. Na.
Sinon, on pense sincèrement à déjà nous fiancer. Parce que si la loi le permet, ce serait dommage de gâcher.
Oui, vendredi, j'ai 18 ans et je serai donc légalement en âge de me marier pour la vie youpi.

2. Aller à Vérone
Parce que c'est la ville de Roméo et Juliette. Voilà pourquoi. Et la fan de cette pièce que je suis aimerait grandement visiter cette ville. J'ai déjà visité Londres pour Le Portrait de Dorian Gray ainsi que Paris pour La Comédie Humaine. Il ne me manque plus que Vérone.

3. Me faire publier
Je vous explique. Je veux être écrivain. je veux écrire des livres qui seront lus par des gens, je veux vivre de ça. Et comme je vous ai dit, ma plus grande envie du moment est juste d'arrêter l'école pour ne faire plus que ça de mes journées. J'ai vraiment confiance en mon assiduité et en ma capacité d'apprentissage, je pense que j'ai toutes mes chances.

4. Terminer un roman
J'ai commencé à écrire lorsque j'avais 13 ans et j'ai écrit en tout et pour tout un roman de 51 pages au niveau médiocre ainsi qu'une nouvelle de 17 pages. Depuis, j'ai bloqué. J'avais essayé d'écrire un nouveau roman, mais je l'ai abandonné, puis continué, puis à nouveau abandonné. Je n'arrivais plus à écrire. Et grâce à NaNoWriMo, j'ai pu me remettre à écrire de façon régulière, j'ai vu à quel point je pouvais avancer vite et à quel point se voir progresser était jouissif, et je pense que je suis bien partie pour terminer mon premier roman depuis des années.

5. Avoir 500 abonnés
Oui n_n J'aime bien avoir des gens qui me lisent.


6. Créer mon costume Clopin
Je ne sais pas si vous vous souvenez de ce projet. Je voulais créer un costume de Clopin en version burlesque pour faire un numéro sur Les cloches de Notre-Dame. J'ai vraiment beaucoup de mal à avancer mais je pense que lorsque j'aurai fini d'écrire mon roman actuel, je me consacrerai à ce costume.

7. Ouvrir un sex-shop
Depuis que je lis le blog de Magalie et que j'ai été dans la boutique Lady Paname, je ressens le désir violent d'ouvrir un sex-shop. je me suis rendue compte que l'idée qu'on en faisait était tronquée, volontairement déformée, et finalement je trouve cet univers de plaisir décomplexé et merveilleux.

8. Poser nue aux Beaux-Arts
Cette fois-ci, c'est Mademoiselle Hortense qui m'a donné l'envie pour un job étudiant. En effet, être caissière au Delhaize ne me donne pas très envie, et comme poser nue ne m'a pas dérangée devant un ami, je me suis dit que le faire devant des inconnus ne devrait pas poser tant de problème. Surtout que j'aime bien poser. Et être nue. Combo.

9. Lire tout Balzac
La Comédie Humaine comporte 10 tomes, et j'en ai lu 2 pour le moment. Je pense qu'avec de la persévérance, je peux facilement y arriver. Surtout en partant du principe que j'aime bien Balzac.

10. Terminer l'école
ENVIE DE MOURIR!


11. Me faire tatouer
Normalement, c'est prévu pour fin décembre. Je commence à flipper ma race, mais c'est un moment à passer!

12. Aller au Japon
La culture japonaise me fascine, et j'aime lire des choses sur le sujet. J'aimerais pouvoir visiter une des grandes villes, voir un peu tout et n'importe quoi, manger ce qu'on trouve là-bas...C'est un voyage que j'aimerais faire, oui.

13. Aller au Cyberdog
Le Cyberdog est un magasin de Londres qui s'étend sur plusieurs étages et vend des choses très...fluorescentes.

14. Rencontrer Noémie
Noémie est une amie rencontrée sur Internet, grâce à un forum, et pour qui je voue une profonde admiration et un profond respect pour ses idées très justes et généreuses.

15. Devenir végétarienne
Parce que je me suis assez étendue sur le sujet.


16. Et pourquoi pas végétalienne
Pour exactement les mêmes raisons que ci-dessus.

17. Organiser une slutwalk ou événement similaire
Non, il n'y a pas de slutwalk en Belgique. Et s'il n'y en a pas, il faut que quelqu'un en organise une. Et je suis motivée.

18. Apprendre la recette du katsudon végétalien
Le katsudon est mon plat préféré. Mais dans le katsudon, il y a du porc et de l'omelette. Et c'est un problème.

19. Devenir La Fâme
J'en avais parlé dans cet article, j'ai ma propre vision du fait "d'être une femme" et, même si cette vision ne concerne que moi (qui suis-je pour parler de la féminité des autres?), j'aimerais bien devenir ce modèle de femme que j'envie tant.

20. Avoir une putain de chambre propre
J'y suis presque, elle est rangée. Manque plus que passer l'aspirateur, un coup d'éponge sur le bureau, et changer les draps de lit.


21. Ecrire un livre "futile bataille"
Vous avez été plusieurs à me susurrer l'idée, et finalement, je me demande si ce n'est pas plus que possible à écrire, un livre pareil. Il faudrait une réécriture de l'intégralité de mes articles sur le sujet, mais cela vaut sûrement la peine d'essayer.

22. Devenir famille d'accueil pour chats
Lorsqu'un chat est dans un refuge (type SPA), il est souvent tué au bout d'un certain temps par manque de place. les familles d'accueil sont là pour l'accueillir en attendant qu'il trouve une famille. Et ce rôle-là me conviendrait plutôt.

23. Avoir à nouveau les cheveux roses
Non, en effet, ils ne sont pas roses, mais verts, mais c'est justement parce qu'ils sont colorés à coups de vrais pigments de licorne que je pense avoir réalisé cet objectif.

24. Et longs
Patience, patience, mes agneaux.

25. Retourner à Paris
Parce que j'aiiiiiime Paris.


vendredi 15 novembre 2013

Comme une sorte d'attention

Je me suis rendue compte récemment que parfois, je ne suis pas tellement la nana que je crois être.
Tout le monde pense que je n'ai cure du regard des autres, et à la base je le pense aussi, mais finalement je me suis rendue compte d'un truc.

Je n'aime pas qu'on me déteste. Qu'on me méprise, qu'on ressente quelque chose de négatif vis-à-vis de moi.
Je n'aime pas du tout ça, en fait. Je lis partout "qu'on parle de toi en bien ou en mal, l'important est qu'on parle de toi".
Non. Juste non. Je n'aime pas ça. Quand quelqu'un ne m'apprécie pas, j'ai l'impression de me flétrir à l'intérieur de moi-même, comme si je ressentais ce mépris, cette haine.

Récemment, on m'a dit que j'étais prétentieuse, bornée, provocatrice, que j'étais raciste, que j'étais quelqu'un de faux, que j'étais pathétique, on m'a fait comprendre que j'étais naïve, ridicule, des gens ont médit dans mon dos et je l'ai découvert. J'ai pleuré pendant plusieurs jours.
Pourquoi cacher cela?
A quoi bon cacher ses sentiments derrière de la fierté?
J'ai pleuré. J'ai été blessée, paralysée. J'ai pensé à fermer mon blog, à me terrer dans ma chambre.

Maintenant ça s'est calmé. Mais je sais que ces personnes ont toujours des sentiments négatifs à mon égard. Parfois de la déception. A cause, souvent, de malentendus, de mensonges éhontés (non, franchement, vous pensez que l'accusation de racisme, elle vient d'où?), de réputation et, sans doute oui, d'instinct grégaire.
Il est tout à fait à la mode de ne pas aimer Anaïs. Trop de confiance, trop de différence, trop de vie partagée, trop de tout.
Proie facile.

Je n'aime pas ça. Je sais qu'il n'y a pas matière à me détester. Pourtant ça arrive. Je me dis que dans le monde, quelque part, quelqu'un me méprise.
J'aimerais avoir une discussion, pouvoir m'expliquer, comprendre d'où vient la haine, d'où vient le rejet, d'où vient le mépris, d'où sortent les accusations. Pourquoi des actions laissent plus de traces dans la tête des gens que d'autres.
Qu'est-ce qui amène quelqu'un à aller chercher loin dans ton passé pour trouver la moindre de tes erreurs et la faire ressortir au grand jour pour que la personne que tu es maintenant redevienne aux yeux des gens la personne que tu étais auparavant?
Qu'est-ce qui pousse les gens à blesser?

Pourquoi ne puis-je pas me décider à passer outre? A me dire "ça en vaut pas la peine"?
Si, ça vaut la peine.
Je ressens cette haine aux tréfonds de mon coeur, elle est là, je sais pertinemment que quelqu'un me hait en ce moment-même. Je ne peux pas passer outre, parce que c'est là.

Parce que dès que quelqu'un me fait un reproche, je repense à cet incident, à ces insultes, et j'ai peur que ça recommence. Aujourd'hui, une fille m'a dit que lorsque je parlais, je mettais trop de détails.
C'est normal, comme remarque.
Sauf que moi, j'ai pensé...Prétention! Anaïs est prétentieuse! Bornée! Si elle se justifie, c'est parce qu'elle veut toujours faire croire qu'elle est la meilleure!

J'ai eu finalement peur que ça recommence. Ce n'est pas sorti de ma tête. Ce n'est pas oublié.
Je sais que des gens sont en ce moment en train de garder leur mécontentement au fond d'eux-même et que je ne le sais même pas. Qu'ils vont un jour tout me cracher à la figure.
Comme l'autre fois.


dimanche 3 novembre 2013

Nous sommes des femmes.

Un discours que je croise souvent chez les pseudo défenseurs de Lafâme.
Dès qu'une star commence à se mettre à poil dans son clip ou à adopter un comportement un tant soit peu lascif, le même mot revient sur toutes les lèvres.
Objet sexuel.
Et je ne parle même pas ici de gros beaufs machistes, que l'on s'entende bien.
Je parle de gens. Qui prétendent. Défendre. La femme.
Des gens qui même parfois se prétendent féministes.
Des gens qui peuvent être, eux aussi, des femmes.
Mais qui osent penser qu'une femme nue est une femme qui ne se respecte pas. Une femme objet. Un objet sexuel.

Mettons une chose au point.
Un corps nu est un corps nu. Point. Terminé.
Un corps nu n'est pas quelque chose de foncièrement sexuel. J'ai fait une séance photo de nus, et cela ne fait pas de moi une "femme facile" (ce terme est grotesque, je tiens à le dire). Je me suis déshabillée parce que j'aime les corps. Je les aime dans leur vérité, je les aime parce qu'un corps ne peut pas être caché sous un sweat trop large, parce que les seins ne peuvent pas être agrandis par un push up. Parce qu'un corps nu montre toute la vérité d'une personne, et c'est pour cela que je les aime autant. J'ai donc fait cette séance pour admirer mon corps en photo, me découvrir moi-même.
Lorsque j'ai dit que le photographe était un ami à moi (pas un photographe professionnel, pas Mercutio. Un ami.), on m'a regardée comme si j'étais une chaudière.
Croyez-moi, croyez-moi pas, cet ami ne pas une seule fois lancé un regard déplacé. N'a pas fait une seule fois de remarque indiscrète. Rien.
J'étais une personne à photographier. Point. Et pour ça, je le remercie.

Alors arrêtons de dire que Miley Cyrus est un objet sexuel qui n'a aucun contrôle sur son image dès qu'elle se balance à poil assise sur une énorme boule de béton. Ca devient vraiment agaçant.

Alors parfois, oui, une femme, dans un clip ou sur des photos, tire la langue de façon aguicheuse, fait des coups de bassin, etc. Comment j'appelle ça? Une femme dans une humeur sexuelle. Une femme sexuelle (dans l'instant, s'entend), si tu veux raccourcir.
Le sexe n'est pas un vice et le terme "sexuel" n'est pas une insulte. C'est le sortir à tort et à travers avec une mine dégoûtée qui devient gênant.

Mais même dans ce cas, jamais, au grand jamais, vous ne serez en droit d'appeler une femme "objet sexuel".
Pourquoi?
Parce qu'un objet est un objet.
Une femme est une femme.
Vous ne pouvez pas nous déshumaniser, ou vous déshumaniser vous-même (n'oublions pas que ce terme ne sort pas que de la bouche des hommes) (il y a des logiques que je ne comprendrai jamais), parce que le comportement d'une personne vous déplait personnellement. Les femmes ne sont pas des objets, n'appartiennent à personne et ne sont disponibles pour personne.

Arrêtons les insultes. Commençons à réfléchir. Arrêtons de brider le monde, de brider les femmes. Nous n'avons pas à être jugées lorsque nous ne faisons rien de mal. Nous ne sommes pas des putes, nous ne sommes pas des nymphos, nous ne sommes pas des femmes faciles, nous ne sommes pas des objets.
Nous sommes des femmes.


[A fait la Une Hellocoton le 4 novembre 2013]

samedi 2 novembre 2013

Idoles

Sur un groupe Facebook, une Internaute nous avait proposé de parler de nos idoles, de la façon dont on les avait connues, de ce que l'on aime chez elles, etc.
Comme j'ai tendance à m'embrouiller sur ce genre de sujet car j'ai l'idole facile, je me suis dit qu'en faire un article tout joli tout propre pourrait m'aider à mettre de l'ordre dans mes idées. En plus, vous saurez également quelles personnes m'inspirent au quotidien.
Mais je préviens, je qualifie TRES facilement quelqu'un comme une idole, donc si ça prend des proportions ridicules, c'est normal.

Commençons donc cette jolie petite liste mignonnette.

1. Emilie Autumn

Of course.
Alors Emilie Autumn, c'est la chanteuse qui a eu le plus de merdes dans sa vie (viol, avortement, dépression, tentative de suicide, bipolarité, hallucinations auditives, asile. Youhou) et qui a quand même réussi à tout tourner à son avantage.
En effet, son univers musical est entièrement inspiré de son passé. Les termes récurrents sont généralement les asiles, la folie, Jack l'Eventreur, et l'on peut aussi retrouver du féminisme dans certaines chansons.
Elle a également écrit un livre semi-autobiographique, The Asylum for Wayward Victorian Girls, racontant son histoire dans un hôpital psychiarique et, en parallèle, l'histoire de son alter ego dans un asile au 18ème siècle. Je l'ai moi-même en ma possession, mais comme il est en anglais, et ce avec un vocabulaire assez recherché, j'ai tendance à ne lire que quelques pages par mois. Cependant, l'histoire est vraiment très attrayante!
Je pense que c'est une artiste très complète, très inspirante, et esthétiquement, son univers est formidable. Ses musiques sont originales, vibrantes, j'aime beaucoup!

J'ai fait sa découverte lorsque j'avais 14 ans. J'adoptais un look d'inspiration gothique, j'adorais l'univers sombre qui tournait autour, et en me baladant sur un forum (sur lequel je suis toujours), j'ai pu découvrir Emilie Autumn par le billet d'un topic sur elle. Je l'ai aussitôt adorée, j'étais folle de l'ambiance de ses chansons.
En avril 2012, j'ai été à son concert à Bruxelles et ça a été une expérience extraordinaire! Elle et ses danseuses sont vraiment adorables et très gentilles, c'était un chouette moment.


2. Lada Redstar

J'ai découvert Lada très récemment, en regardant un documentaire sur le burlesque. Je suis tombée amoureuse de son look, de son visage, et surtout de sa voix. J'ai pu regarder certaines de ses performances sur Youtube, et ce fut le coup de foudre (avec ces expressions, on va finir par croire que je suis vraiment amoureuse d'elle, mais n'oublions pas que ce ne sont que des expressions) (je ne suis absolument pas rabat-joie). J'ai commencé à chercher toute vidéo la concernant sur Internet (je suis légèrement creepy), à regarder ses interviews, et j'ai été impressionnée par sa façon de vivre, sa créativité, sa méticulosité dans la création de ses costumes, etc.
Avant d'être une idole, Lada Redstar est un modèle pour moi. Dès que je crée quelque chose qui me prend du temps, je me dis "Lada a dû coudre toutes les plumes d'autruche sur ses énormes ailes de papillon A LA MAIN" et cela me redonne du courage.
En juin dernier et en juillet, j'ai eu la chance de pouvoir aller la voir dans un bar de ma ville, où elle performait accompagnée de Lolly Wish et Miss Anne Thropy (Mercutio aime bien Miss Anne Thropy). J'ai ainsi pu échanger quelques mots avec elle et elle est vraiment adorable, ouverte au public, et elle a beaucoup d'humour! C'est vraiment une personne très gentille, et ces discussions ont grandement augmenté mon admiration pour elle. Je ne peux qu'espérer qu'elle reviendra à Bruxelles!

Source

3. Jake Abel

On va faire ça en quelques mots : c'est tout de même le mec qui joue Luke dans Percy Jackson.
Donc si on se réfère à mon article sur mon prochain tatouage, il m'a sauvé la vie.
Que dire de plus.

Source

4. Miss Pandora

Est-ce qu'on parle du fait qu'indirectement (très indirectement), c'est grâce à elle que j'ai eu l'idée de faire ma séance de photos de nu?
Je suis son blog depuis plusieurs mois et je trouve Louise très inspirante. Ses photos sont magnifiques, variées, elle est belle (très belle), femme (très femme), et sa culture est impressionnante. J'aime énormément lire ces articles, regarder les photos, m'en inspirer...bref, j'espère qu'elle n'arrêtera pas de bloguer de sitôt!

Source
5. John Eyzen

On en parle?
John était un candidat de la Star Academy 4 qui a finit par tirer son épingle du jeu en jouant Mercutio (oh!) dans la comédie musicale Roméo et Juliette (la seconde version, donc).
Honnêtement, je ne saurais dire qui des deux est mon idole : Mercutio, qui est donc un personnage imaginaire (snif), ou l'acteur en lui-même? Dans le doute, mettons que si ce n'étaient pas les boucles chatoyantes de John qui avaient attiré mon attention, je ne me serais pas autant intéressée au personnage.
Et accessoirement, Adriàn aurait eu un surnom moins cool sur le blog (comme Biquette, oui, voilà).
A part ça, je crois que ce personnage a énormément joué sur mon retour dans le transgenre, transgenre qui m'avait quitté après mes 12 ans. Le voilà bien de retour, et ce n'est pas pour me déplaire, je fais très bien avec (et vous ne voyez pas du tout de quoi je parle) (vous ne saurez jamais).
Sinon, je n'ai pas de goûts éclectiques du tout.

Source
6. Robert Brown

De son nom de scène Captain Robert, ce gentil monsieur est donc le meneur du groupe Abney Park. J'aime énormément sa voix, son style de musique, je le trouve très beau garçon, et quand je vois ses statuts sur Facebook, il n'a pas l'air con du tout (et ne s'était jamais douté que des gens puissent croire à une différence mentale entre femmes et hommes) (que demander de plus).

Source

7. Tête de Thon

Tête de Thon a peur.
Elle a peur parce que chaque fois que je la cite c'est pour dire un truc creepy comme "je l'adore", "c'est comme un modèle pour moi", maintenant elle sait qu'elle est dans la liste de mes idoles et j'imagine que pour elle ça devient franchement flippant.
Ne t'inquiète pas Tête de Thon je ne viendrai jamais sonner chez toi c'est promis.

Je suis le blog de Tête de Thon depuis plus de deux ans (merde le temps passe vite, j'étais tenté de dire à la base "quelques mois"), et si vous ne le connaissez pas, vous ratez quelque chose (le lien de son blog est sous la photo). Tête de Thon fait des makeups de dingue, des manucures hyper élaborées, et elle a un humour génial. Et si Vaste Blague existe, c'est grâce à elle et grâce à l'inspiration qu'elle a insufflée à l'adolescente de 15 ans que j'étais à l'époque. Donc non, je ne pouvais pas omettre de l'ajouter à cette liste. Même si j'ai longuement hésité parce que j'ai vraiment pas envie de lui faire peur.

Source, et donc blog de Tête de Thon

Sur ces dernières notes joyeuses, je clos ici cette petite liste bien enrichissante et bien inspirante, et je vous laisse à votre beau samedi.

vendredi 1 novembre 2013

JOUR JOYEUX, JOUR LUMINEUX

Je réagis parfaitement bien aux manifestations de sentiments de joie.

Aujourd'hui, le jour est grave. Ou l'heure. Je sais plus je m'en branle.

Ama Lemuria, en ce jour béni (JE T'AIME BB) m'a dessinée...


...nue.
Cette fille est un soleil.










EDIT: C'est rigolo, ça va être moins HS que pour mon dernier article : L'Artiste participe toujours à un concours de dessin sur Facebook, donc si vous trouvez toujours son dessin joli et voulez toujours le soutenir, c'est ici:  https://www.facebook.com/photo.php?fbid=738402126174828&set=a.735509759797398.1073741832.159505120731201&type=1&theater

Plein la vue ~9

Cela faisait un moment que je n'avais plus fait d'article comme celui-ci. Et comme ces temps-ci mon inspiration et mon écriture ressemblent plus à un désert tout vide plutôt qu'à une prose florissante, je me suis dit qu'un peu d'images mignonnes ne seraient pas de trop au milieu du champ de bataille (futile, la bataille) qu'est ce blog. Du coup, je me demandais si des petits articles naïfs et mignons et calmes ne vous feraient pas plaisir (j'ai découvert le zentangle récemment et je kiffe), parce qu'on peut toujours s'arranger.
En plus, mes 18 ans arrivent (A MOI LA PUB SUR MON BLOG ET LES SEX SHOPS SANS STRESS DE ME FAIRE CHOPER YOUPIIIII) et je pourrais aussi en parler. Parler de la déception d'à nouveau me réveiller au matin de mon anniversaire sans visage mâture ni taille marquée ni poitrine florissante, parler de mon père qui aura encore oublié, parler des cours de burlesque auxquels je pourrai enfin aller, et des Beaux-Arts chez lequels je poserai (je croise les doigts merci je ne veux pas travailler chez Delhaize) (traduction VF: Monoprix, Carrefour, Hyper U, et consort), etc. Ce sera bien.

Source
Miss Pandora
Kelly Eden
source
Source
Source
Kelly Eden


Source
Source
Dita von Teese 
Source
Source
Miss Dirty Martini
Source
Source
Source
Source
Source
Dita von Teese
Source
Source
Chantal Thomass
Source
Source
Madeleine Vionnet
Annalee Belle

Katy Perry
Source
Miss Pandora
Source
Source
Source
Source
Source
Source
Source
Source
Source
Source
Source