mardi 30 juillet 2013

La haine entre femmes

Peut-être les hommes ont-ils le même réflexe, mais le "girl on girl hate" est un phénomène assez connu sur lequel j'aimerais me pencher. Donc je ne vais parler que des individus de sexe féminin. Parce que j'en suis un et que du coup, j'y suis plus souvent confrontée.

Clopin vous dira tout. Cette histoire est l'histoire d'un homme et d'un monstre d'un curieux manque de confiance en soi.
Dans la nuit noiiire commença notre histoiiire sur les quais de Notre-Daaaaame, une gitane avait décidé de détester toutes ses semblables sur les quais de Notre-Daaaaame. Elle se mit à haïr chacune de ses consoeurs, menacée par les fooooorces du maaaaal et les insulta, les rabaissa avec son coeur plus dur que le métaaaaal, des cloches (hein?) de Notre-Daaaaame...
(Ça va, je vous agace pas trop? Disney devrait reprendre ma version, moi je dis.)

EN GROS!
Nous avons une fille. Toute sa vie, on fait comprendre à la fille qu'il vaut mieux être la Meilleuuuuure dans tous les domaines. Du coup, la fille se met à voir chaque autre fille comme sa rivale. Et s'ensuit des conséquences abominables telles qu'insultes, harcèlements, rabaissements, haine, disputes, mort, néant.
Tu vois le genre.
Et ça continue à l'âge adulte. Oué, quand t'es censée être mâture et réfléchir. Mais c'est pas le sujet.

Cette haine est partout, et se remarque énormément! Il vous suffit d'être attentifs.
Si une femme aime discuter, étaler son savoir et donner des conseils, il y en aura toujours une pour lui faire remarquer à quel point elle se croit supérieure, à quel point son côté je-sais-tout est insupportable, etc.
Qu'est-ce que c'est, si ce n'est un manque flagrant de confiance en sa propre personne? On ne peut même plus absorber le savoir des autres et s'instruire soi-même; tout ce qu'on remarque, c'est que la personne en sait plus long que nous, et nous nous sentons menacée. Du coup, tactique: on fait croire à l'autre que donner des conseils et s'instruire (et le faire savoir) est une faute, pour qu'ainsi elle se rabaisse à notre niveau.

Juste non.
Autre exemple: le slutshaming. Je crois que c'est l'une des démonstration de girl on girl hate le plus flagrant. Tu vois une fille, elle porte un mini-short et un décolleté, alors que toi tu te tapes ton leggin noir depuis le mois de juin parce que tu as honte de tes jambes (pour une raison tout à fait imaginaire) et te voilà en train de la traiter de pute, ce qui fit directement de toi une connasse (une vraie, cette fois-ci), je tiens à te le dire. On n'insulte pas les gens parce qu'ils ont plus de courage que nous, tu comprends...

Je n'ai même pas encore mentionné le harcèlement scolaire! Oh, magnifique petite chose! Mais siiii, tu voiiiiis, quand une nymphette se sentant très très mal dans sa peau ne voit pas d'autre solution afin d'élever son grade que de rabaisser d'autres nanas pour que celle-ci se sentent mal à sa place! Mais si, tu sais!
Ça s'appelle de la lâcheté, de l'égoïsme, et ça n'a aucune classe.


Et pour terminer, je vais passer quelques minutes sur un réflexe d'adulte qui a tendance à m'emmerder.
Le mythe de la licorne.
La licorne, c'est la fille qui mange équilibré à tous ses repas. La licorne, c'est aussi la fille qui est belle même en se levant le matin; c'est la fille qui bronze très très vite et sans cancer de la peau ensuite; c'est la fille qui attire un bon gros paquet d'hommes (et de femmes); c'est la fille qui est toujours bien apprêtée bien coiffée bien maquillée même le dimanche.
C'est la fille qui te rend tellement malade que tu préfères soit l'insulter (pour changer), soit nier complètement son existence.
Parce que crier sur tous les toits que "la femme parfaite n'existe paaaaas", ça te rassure dans ton inaction et te pousse à continuer de manger trop gras, trop sucré, trop salé, te pousse à ne jamais te démaquiller le soir, te pousse à ne jamais faire de sport, te pousse à ne jamais rien faire de ta vie tout en continuant à insulter celles qui ont bougé leur cul depuis longtemps.

C'est là où je veux en venir.
Nous sommes capable d'un grand nombre de choses, si seulement nous arrêtions de nous comparer, de rabaisser, et de juste se complaire dans notre fange et notre paresse. Il est trop facile de ne jamais rien faire de bien, puis de cracher sur celles qui font. 
Vous vous sentez inférieure? Arrêtez de vous lamenter, de vous comparer, et accomplissez quelque chose duquel vous serez fière.
C'est le meilleur cadeau que vous pouvez vous faire, et le meilleur qui vous puissiez faire à la fille que vous épargnerez cette fois-ci.


Et finalement, un peu plus bas, Betta Splendens a dit quelque chose de très juste, et c'est pourquoi je vous le laisse ici:
Sinon, le regard "mauvais" (je sais pas trop comment appeler ça) qu'on a sur les autres reflète seulement celui que nous avons sur nous-même. Donc si on apprenait à se regarder de façon gentille, on regarderait les autres de la même façon. Sauf qu'on t'apprend à vouloir être les autres plutôt qu'à vouloir être toi. Donc à jalouser les autres pour ce qu'ils ont de mieux au lieu de voir ce qu'on a de bien.

samedi 27 juillet 2013

Si celle que j'étais avant me voyait...

C'était une idée que j'avais depuis des lustres. Je voulais la réaliser sous forme d'illustration. Puis je me suis dit que si j'attendais de savoir dessiner, je ne la réaliserais jamais, cette idée.

Alors voilà. Comme tout le monde, j'ai eu 12 ans. 14. 16. Tout ça.

Je suis passée par plusieurs phases, physiques et mentales, et je me suis souvent demandé ce que celle que j'étais avant penserait de celle que je suis maintenant.
Après, je me demande aussi ce que celle que je serai plus tard pensera de celle que je suis maintenant et ce que celle que je suis maintenant pensera de celle que je serai plus tard au moment où je serai celle que je serai plus tard et que celle que je suis maintenant sera celle que j'étais dans le passé.
M'suivez.

Alors d'abord, je pense que celle que j'étais à dix ans, celle qui voulait devenir gothique et à qui sa mère venait de dire, pour avoir la paix, que l'on verrait lorsqu'elle aurait 14 ans, serait à la fois très fière et satisfaite. Satisfaite, parce que finalement, à 14 ans, j'aurais réalisé son souhait.

Je viens de lever le mystère sur mes cheveux.
Celle que j'étais à 12 ans, complètement harcelée à l'école, se rendrait enfin compte de ce qu'il lui arrive (Oui ma cocotte, c'était du harcèlement scolaire, et non, c'était pas te rendre service que de te faire remarquer que t'avais une sale gueule et des fringues trop petites) et serait terriblement soulagée que ça se soit arrêté.


La Moi de 14 ans me trouverait beaucoup trop colorée, trouverait que j'aime beaucoup trop le rose, que je suis beaucoup trop aimable avec les gens et que non, décidément, la robe jaune dans ta garde-robe va falloir la virer, ma cocotte!
Et finalement je lui ferais remarquer que moi, au moins, je ne me balade pas le long des ponts d'autoroute en rêvant de sauter. Non mais sans déconner, quoi. Par contre, merci de pas avoir fait la conne sinon on n'en serait pas là.


Celle que j'étais à 15 ans me taperait dessus avec une cuillère en bois pour seulement oser sortir avec Mercutio. Puis pour la calmer je lui répondrais de commencer à se muscler la bouche au lieu de dire des conneries parce qu'à cause d'elle je me tape des crampes. Puis je la regarderais faire une syncope en comprenant ce que je veux dire.


Et un peu plus tard, je serai rassurée de constater que oui, ma coiffeuse est une merde en matière de colorimétrie et que OUI, il y a du rouge plus rouge que le auburn.

"Je te préviens, plus rouge que ça c'est fluo!" Ah.

Celle que j'étais à 16 ans découvrira, en me voyant, qu'elle perdra une amie par négligence et qu'elle avait grand intérêt à profiter de sa présence tant qu'il en était encore temps (coucou "Céline", tu me manques, bisous).


Quelques mois plus tard, je me verrais, me sourirais, et aurais enfin la réponse à celle que je me plaisais à poser dans mon journal, m'adressant à la future Moi. Oui, Anaïs, je suis toujours avec lui, non, je ne te trouve pas niaise de t'extasier ainsi dans ton journal, ni ridicule, oui, je suis heureuse de voir une si grande euphorie pour un amour adolescent, non, je n'ai pas perdu toute la magie de la vie, je ne suis pas avec un autre homme, et je te souris comme tu me souris en ce moment-même. Maintenant, attendons de voir ce que pense la Moi d'encore plus tard. Tu paries quoi, toi, pour la couleur de cheveux? 


Et toutes ces filles, toutes celles que j'ai été, m'ont regardé hier concourir pour le meilleur look de la soirée burlesque, m'ont vue terminer troisième, et se sont sans doute dit que putain, j'ai quand même plus de couilles qu'auparavant.

vendredi 12 juillet 2013

L'ordre des priorités

Parfois, je me rends compte que du point de vue de notre société, une femme se sentant bien dans son corps et le montrant sera moins bien vue que celle qui ne s'aime pas et cherche à se cacher.

Que des maîtres qui chouchoutent et habillent leur animal seront plus méprisés que celui qui abandonne son chien avant de partir en vacances.

Qu'un adolescent gothique inquiétera plus ses parents qu'un adolescent qui se drogue.

Que le fait de n'avoir qu'un compagnon toute sa vie est moins compris qu'en changer tous les mois.

Qu'une relation incestueuse mais consentante inspirera d'avantage le dégoût qu'un viol.

Qu'il est souvent dit que les fumeurs font ce qu'ils veulent, oubliant le fait que leur activité les massacre.

Je me rends aussi compte qu'on n'arrête jamais de dire à celle qui ne s'aime pas qu'elle est parfaite, et à chercher le moindre petit défaut dans celle qui célèbre son corps.

Et bien entendu, une fille de 12 ans avec une vie sexuelle active sera moins bien vue qu'une femme de 30 ans qui ne se protège pas. L'hypersexualisation des jeunes filles est une menace bien plus grande que le sida, c'bien connu.

Il faut faire bien attention de ne pas laisser échapper de cliché sur les autres ethnies (normal aussi) tandis que les expressions "petite blanche" et compagnie passent crème (moins normal).

On passe notre vie à dire que c'est un scandale de ne pouvoir faire ce que l'on veut de notre propre corps en tant que femme tout en hurlant à la mort dès qu'une ado se tatoue.

Mais seulement à partir de 25 ans, hein!


On préfère insulter sa propre fille pour la forcer à aller se changer plutôt que de se taper la honte en public. Parce que l'épanouissement de tes enfants, c'est bien, mais l'avis du public, c'est mieux. (COUCOU MAMAN)

On te sermonne dès l'enfance qu'il faut faire ce que tu aimes dans la vie, mais finalement par "ce que tu aimes", on veut dire "ce qui te rapportera le plus". L'ARGENT AVANT LE BONHEUR! LE CONFORT AVANT LES DROITS DE L'HOMME! LA CRISE AVANT LE MARIAGE GAYYYYYY!
Pardon.

Enfin bref, t'as compris. Les gens sont fous.


dimanche 7 juillet 2013

Decay et Anaïs.

Il m'est déjà arrivé de tenter de me couper aux poignets pour voir si ça allait me calmer. Ça ne me correspondait pas, j'ai arrêté.

J'ai des mycoses aux pieds que je n'arrive pas à soigner, parce que je me focalise sur mon ongle d'orteil cassé, alors je préfère tout cacher avec du vernis à ongles.

Lorsque je change mes draps de lit, je me roule dedans en savourant l'énorme différence. Cette fois-ci, j'avais même retrouvé des moustaches de mon chat dans la couette.

Je ne lave quasi jamais la salle de bain. Le lavabo est crasseux, huileux, avec des cheveux partout, qui ne sont pas toujours à moi.

Je demande tous les jours à Mercutio de venir dormir chez moi et je râle quand il refuse, même si on s'est vu la veille. Parfois je lui demande s'il m'aime vraiment encore parce qu'il a eu le culot de refuser de me voir tous les jours.

J'ai déjà pensé à arrêter de manger juste pour qu'on s'inquiète pour moi.

J'ai toujours peur des gens "de banlieue".

Lorsque je suis seule, la majorité du temps, je dors la lumière allumée parce que j'ai des angoisses nocturnes.

Il y a plus de jours où je me lave pas les dents que de jours où je les lave. Souvent par oubli.

Je me suis mise que récemment à prendre des douches quotidiennement. Pour les deux derniers points, je m'efforce de m'améliorer. J'ai toujours eu des soucis d'hygiène, et je veux arranger ça.



J'ai déjà jeté un de nos chats dans les escaliers. Il venait de vomir sur mon lit, j'ai paniqué, je l'ai saisi, et je l'ai balancé dans la cage d'escalier de façon à ce qu'il reste bien sur ses pattes jusqu'à l’atterrissage. Mais ça aurait pu mal se terminer et je me demande ce qui m'a pris. C'était Wilson.

J'ai tendance à éprouver du mépris pour les gens sans vocabulaire. Genre aucun. Genre mon petit cousin de 13 ans qui ignore la signification de "lambeau".

Il est arrivé une fois que j'oublie ma pilule et ne prévienne pas Adriàn (EDIT: OUI J'AI OUBLIEY SON PSEUDO, mais au moins vous saurez la véritey: Mercutio a un prénom qui déchire), juste pour ne pas subir le préservatif. J'ai pris la pilule du lendemain, mais je me trouve con.

Je trouve mes seins trop petits et une fois nue, mon ventre trop gros. Et mes côtes trop saillantes pour que je puisse le rentrer.

L'année dernière, en vacances, il est possible que j'ais bien failli tromper Mercutio. Et je me hais, aussi.

Les cheveux noirs, c'est surtout pour l'entretien et pour qu'on arrête de me faire chier.

Et je me suis remise à la silicone, juste pour cacher le fait que mes cheveux sont foutus.

Je ne me démaquille plus avant d'aller me coucher.

Quand j'ai mes règles, je garde la même culotte toute la semaine et je ne change que la serviette ou le protège slip. Pour ne pas en saloper 3 dans la même semaine si j'ai pas de bol.

Parfois, je laisse des verres si longtemps sur mon bureau qu'un écosystème s'y développe. Je mettrais ça sur mon bureau que ça marcherait, cette sale bête.

En fait ça fait plus d'un an qu'on ne se protège pas, mais Mercutio n'a toujours pas fait de test.

Je scande sans cesse que je déteste ma mère et que c'est une très mauvaise maman, mais quand elle me dit qu'elle m'aime, je lui réponds que moi aussi.

Parfois j'aimerais que quelque chose de mauvais arrive à ma soeur, juste pour qu'elle se dise que finalement, sa vie n'était pas parfaite et que je n'étais pas tant une merde que ça.

C'est comme ça que je suis. Pas comme je me montre sur le blog.  En vrai j'ai trop de défauts, beaucoup d'égoïsme et je râle à la folie. Voilà.


mardi 2 juillet 2013

Réponses aux derniers tags

Comme vous l'avez vite compris, je suis une loutre lorsqu'il s'agit de répondre aux tags. Je les laisse traîner dans mes brouillons une semaine, un mois, trois siècles, et finalement, je les oublie.
Vous avez sans doute aussi remarqué que je ne joue jamais le jeu jusqu'au bout: je réponds aux questions, mais pour le tag des 11 (et autres variantes), je ne donne plus d'anecdote sur moi, je ne pose plus de question après et je ne tague personne.
Ce ne sera pas très différent ici, puisque je voulais juste répondre aux questions qui m'ont été posées dans ces tags. J'ai celles de Toutes bÔtés (qui date de février...), de Jeune Anecdotique (qui date de septembre dernier...) et de Vonkamizole (qui n'est pas si vieux que ça!).

Je vais donc commencer par Elie, qui attend toujours (ou alors, elle a oublié) (c'est pas plus mal):

1) Que pensez-vous de cette mode des beauty box?
Je n'en pense pas grand chose, à vrai dire. Je n'ai jamais testé, alors je n'ai pas pu me faire d'avis. Le concept n'est pas mal, mais à lire les revues d'autres blogueuses, il y a souvent des ratés, et donc des déceptions.

2) Quelles études ou quel métier faites-vous?
Pour le moment, je suis encore en école secondaire, donc au lycée, en terminale latin-espagnol. Je compte ensuite me diriger vers des études littéraires, type langue-romane, pour espérer bosser dans l'édition.

3) Pourriez-vous vous passer de fast-food toute votre vie?
C'est quelque chose que j'aime manger, mais ce n'est pas ma nourriture préférée, alors je pense pouvoir m'en passer assez facilement. Le soucis, c'est que je pense que la petite restauration types sandwich fait partie de cette catégorie, du coup, cela devient plus compliqué.

4) Si vous pouviez avoir un super pouvoir pendant une journée, ce serait lequel?
J'aimerais pouvoir lire dans les pensées des gens. J'apprendrais peut-être des choses affreuses, mais peut-être d'autres plus sympas.

5) Êtes-vous accro à votre ordi et à Internet?
Totalement. J'y passe le plus clair de mon temps, et j'adore ça.

6) Vous êtes-vous déjà tapé la méga-honte, et si oui, racontez-nous!
Je n'ai aucune idée de lourd moment de honte, je suis incapable de répondre à cette question.

7) A choisir, vous êtes plus heureuse avec une pile de Closer et de Public ou avec un bon livre littéraire?
Je voue une sainte horreur à ce genre de magazines. Je les trouve très putassiers et irrespectueux, et j'ai été plusieurs fois choquée par leur contenu moqueur. A côté de ça, j'adore la littérature classique (ou d'autres livres), donc je pense que je peux facilement dire que je préfère la deuxième option.

8) Regardez-vous Secret Story?
Je ne regarde même pas la télé! J'ai horreur de ça ^^

9) Mes questions sont complètement nazes, n'est-ce pas?
Genre que dalle, même si je n'ai pas su répondre à l'une d'entre elles, cela m'amuse beaucoup!

10) Ce que vous aimez trouver dans un blog que vous lisez.
De l'humour, une orthographe irréprochable, beaucoup de gentillesse dans les propos, et un grand respect d'autrui (genre celui que je suis moi-même incapable de fournir sur mon propre blog, m'voyez).


Je continue tranquillou avec les questions de Toutes bÔtés!

1) Quel est ton principal atout séduction?
Mercutio dit que mon élégance joue un rôle. Je ne pense pas avoir frôlé la classe et le raffinement lorsque je me suis étalée de tout mon long dans la rue, l'autre jour, mais soit...peut-être les robes et les bas nylons jouent-ils un rôle dans ce semblant d'élégance. Je n'en sais rien, à vrai dire.
Sinon, il aime bien mes fesses.

2) Ton blog préféré de l'amour sur lequel tu vas 86 fois par jour.
Le blog de Gala Darling, qui est une femme très positive et douce. Beaucoup de ses articles parle de l'amour que l'on peut porter à soi-même, et c'est vraiment agréable à lire lorsque notre confiance en nous est au plus bas.

3) Donne-moi le secret pour avoir de beaux cheveux.
Je dirais qu'il faut éviter les agressions: sécher ses cheveux au lisseur ou au sèche-cheveux, les brosser ou peigner lorsqu'ils sont humides, leur mettre de l'eau de mer ou chlorée dessus, utiliser des shampoings bourrés de silicone, etc. Bon, pour ce dernier point, je dois avouer que je m'y suis remise, mais c'est bien parce que quoi qu'il en soit, mes cheveux sont très abîmés, et quitte à avoir des cheveux foutus, autant les cacher sous une couche de silicones. Voilà.

4) Quel est ton rêve le plus fou? (Tous domaines confondus).
Je le dis tout le temps, et je sais que cela doit en lasser certains, mais me réveiller un jour et me dire "beh voilà, je suis performeuse burlesque", ça me plairait énormément. Seulement, je suis bien loin d'atteindre cet objectif (je n'ai aucune grâce, aucun talent pour la danse, aucune créativité de scène) (Edit du 2 juillet: 'vais y arriver).

5) La personne qui te fait le plus rire?
Mercutio. Parce qu'il est complètement malade.

6) Ta marque Make Up favorite?
Je n'ai pas trop d'idée. Cela fait longtemps que je me tiens à côté du maquillage, n'utilisant que ce que je possède déjà. Peut-être Lime Crime, comme j'adore leur gloss et que je bave un peu beaucoup sur leurs rouge à lèvre...

7) Et ta marque "soins" favorite?
Lush! Lush Lush Lush! J'aime énormément leurs produits, que je trouve ludiques à souhait. Tout ne fonctionne pas, mais il faut tester pour trouver le produit qui nous conviendra. Et lorsqu'on le trouve, on ne regrette pas!

8) Quel est ton plus gros défaut?
J'ai beaucoup de défauts, et je ne les ai pas encore tous trouvés. Celui qui m'handicape le plus est ma dépendance: je ne peux me passer de ce (ou ceux) que j'aime. C'est vraiment énervant, comme sentiment, et j'aurais aimé pouvoir prendre plus de recul par rapport aux choses.

9) Quelle est ta plus grosse hontasse de chez hontasse?
Mais arrêtez de me poser cette question! xD

10) Décris-toi en une phrase.
"A l'aide!"

11) Ton genre de musique préféré, et pourquoi?
Je n'ai pas de genre préféré particulier. J'aime bien écouter un peu de pop, de rockabilly, de steampunk,  de métal, de victoriendustriel, mais...je ne saurais pas choisir.

Et je termine, telle une fleur, avec les questions de Vonkamizole.

1) Qu'est-ce qui t'a poussée à ouvrir un blog?
L'envie d'avoir un espace personnel où je pourrais parler de ce qui me plait, et où j'aurais une chance d'être lue.

2) Quel objet ne quitte jamais ton sac à main?
Mes clés et mon Ipod, sans lequel je ne peux vivre.

3) Quelles sont tes inspirations?
Des phrases et des photos croisées à gauche à droite, une phrase qui a été prononcée par une tierce personne, les colères passagères...

4) Tu parles des langues zétrangères d'étrangie?
On va dire ça...

5) Lesquelles?
Je progresse doucement en anglais, et il arrive, les soirs de pleine lune des années bissextiles, que je baragouine une phrase de néerlandais. Et si tu me laisses beaucoup de temps pour réfléchir, je peux réussir à communiquer vaguement en espagnol. Mais genre très rarement. Très vaguement. Très conceptuellement.

6) Ton produit de beauté préféré?
Mon rouge à lèvre Helena Rubinstein. Mon premier rouge qui arrive bientôt à sa fin. Il est trop cioule, il s'ouvre avec un bouton caché sur lequel il faut appuyer, et il est tout doré!


7) Ton vernis que tu aimes d'amour?
Un vernis Catrice rouge offert par Cari n_n

8) Si tu avais la possibilité de monter une entreprise/une boutique, quelle serait-elle?
Une fleuristication...une fleuristide...une fleurerie...un magasin de fleurs ._.

9) Le look le plus awesome/dingue que tu ais fait?
C'était il n'y a pas si longtemps...je portais une mini-robe rose un peu lolita (je laisse la photo en dessous, tiens), le ras de cou rose qui allait avec, un serre-tête à perles roses, des gants blancs, des bas nylons très clairs et des compensées dorées. J'ai kiffé.


10) Ta couleur préférée? 
Le rose, le doré et le menthe.

11) Ton dernier voyage?
En France, en montagne. JE NE VEUX PLUS JAMAIS Y RETOURNER!