mercredi 11 décembre 2013

Un tabou autour du sexe? Est-ce vraiment une bonne idée?

S'il y a un sujet fortement tabou dans notre monde, c'est bien le sexe. Dès que des pubs pour de la lingerie ou des films un peu sexy passent à la télévision, on hurle à la surmédiatisation du sexe, et nous cherchons à tout prix à nous en préserver.

On apprend à avoir honte de tout ce qui concerne le sexe. On a honte de se masturber, on a honte d'être vierge, on a honte de nos fantasmes, on a honte d'acheter un sex toy, on a honte d'y penser, on a honte lorsqu'on est découvert, on a honte d'entrer dans un sex shop, on a honte d'en parler, on a honte d'avoir des problèmes en rapport avec le sexe, on a honte de tout le concernant.
On nous met une pression monstre sur le sexe. Dès la première fois. Il ne faut pas être trop jeune ou trop vieille, il ne faut pas le faire trop vite, il ne faut pas être trop entreprenant, mais ne pas montrer non plus que nous sommes novice en la matière, il faut avoir des sous-vêtements présentables mais pas trop apprêtés non plus pour ne pas passer pour celui ou celle qui n'attendait que ça, il faut être soumis, il faut être dominant, il faut le faire à intervalle régulier sinon le couple ne tiendra pas, il faut parler à son partenaire pendant l'acte, il faut se taire, il faut gémir, il faut rester silencieux, il faut tester telles pratiques, mais pas celles-là, il faut à tout prix éviter la panne, il faut être détendu, parce que si tu es stressé, c'est que t'es frigide...

Bref. Il ne faut pas aimer le sexe et il ne faut surtout pas en parler.
Le problème, c'est qu'il y a plusieurs choses dans ce domaine au sujet desquelles il serait pourtant bon de discuter.
Je connais, par exemple, un grand nombre de personnes qui ignorent que le sida peut se transmettre par la fellation.
Pourquoi ? Parce que personne ne le leur a jamais dit.
Pourquoi ? Parce que la conversation ne les a jamais menés à savoir ça.
Pourquoi ? Parce que le sexe, c'est sale, honteux, et qu'il n'y a que les dépravés qui en parlent entre eux.
Vous voyez où je veux en venir ? Si l'on parlait plus librement de sexe, on en apprendrait plus vite sur le sujet et surtout, on serait beaucoup moins tendu sur le sujet. On saurait que les pets vaginaux sont tout ce qu'il y a de plus normal et arrivent à tout le monde (sauf aux hommes, car ils ont l'avantage de ne pas avoir de vagin, you lucky), on saurait que le BDSM ne s'arrête pas à des fouets et à des gens attachés au radiateur d'une cave, on saurait comment appliquer ce putain de préservatif de chiotte, on saurait que faire l'amour pendant les règles n'est pas sale, on saurait tellement de choses et enfin, on arrêterait d'avoir peur en se demandant s'il est normal ou non d'avoir un fantasme du viol.

J'ai appris récemment, en farfouillant dans les sites ayant mené à mon blog (j'adore faire ça), qu'une communauté de personnes voyait mon blog comme pornographique et à ne pas mettre entre les mains des plus jeunes.
S'il vous plait, quoi...
Je veux dire, à part deux-trois femmes à poil et quelques propos légèrement tendancieux, qu'est-ce que mon blog a qui pourrait être qualifié de choquant?
C'est une vraie question.
Le sexe, le corps, sont devenus des sujets si tabous et si rejetés qu'on a peur de voir le moindre corps nu. Car c'est ce qui a choqué ces personnes, non ? Les corps nus que l'on voyait sur mon blog.
Ce ne sont pas des corps en pleine partie de jambes en l'air, non, même pas, car là seulement, on aurait pu parler de pornographie. C'étaient juste des corps assis, couchés, debout, parfois vêtus de lingerie, et voir ces corps dans leur simplicité choque les gens.
On voit le diable partout. On le voit surtout quelque part où il ne devrait pas être.
Le sida, c'est le diable. Les chlamydiae, c'est le diable. la syphilis, c'est le diable.
Faire l'amour en couple ou juste pour un coup d'un soir, se faire plaisir, varier les techniques et accessoires, poser en lingerie, ce n'est pas le diable.
C'est bien. C'est même très bien.
Quand il est équilibré, le sexe peut être incroyablement bénéfique.
Personnellement, il a changé la vision que j'avais de mon propre corps. Je le trouve plus beau, plus sensuel. Je ne me sens plus pataude comme avant, je me sens plus adulte et plus femme. J'ai gagné en confiance en moi, mon estime pour moi-même a augmenté, et je me sens bien dans mon corps.

Je me pose réellement la question : pourquoi le sexe a-t-il eu cette si mauvaise réputation ? Qu'est-ce qui fait que les gens en ont toujours peur et veulent toujours le cacher ? Pourquoi vouloir à tout prix supprimer ces affiches dans la rue ? Que Primadonna continue de placarder ses publicités sur tous les panneaux, c'est tellement joli à voir!

Publicité PrimaDonna : terriblement directe
Oui, le sexe existe ! Des gens achète des sex toys ! Des gens font l'amour en amazone, en missionnaire, en levrette ou en 69 ! Des gens utilisent des boules de geisha, des Rabbit ou des Chapelets ! Des gens font l'amour de façon classique, avec une tendance BDSM ou sont adeptes de l'ondinisme !
C'est un fait, et on pourra tenter de se le cacher autant qu'on voudra, il y en aura toujours, et heureusement.

[A fait la Une Hellocoton le 12 décembre 2013]

10 commentaires:

  1. (attention, je suis vulgaire dans cet article!)

    j'ai du relire trois fois ta phrase comme quoi ton blog est jugé "pornographique" Ma tête ça fait ça: O.O Personnellement je ne trouve pas le sexe sale et je ne le cautionne pas. Je cautionne les abuts (je n'accepte ni viol ni pédophilie) mais si t'es heureux quand on te donne des coup de fouet, qu'on te verse de la cire dessus... C'est ton droit.

    Un autre problème existe aussi: pour pimenté ta vie sexuelle, tu décide de sortir des sentier battu on va te le reprocher...si cela s'apprend, si tu reste "trop classique" on va te le reprocher aussi...

    Prenons un cas tout bête, je suis limite une addict, j'en suis plutôt fière vu que je reviens de (très) loin. Dans l'esprit des gens, déjà tu passe pour la pire des cochonnes, genre qui baise avec n'importe qui, n'importe comment. T'es a la limite d'être une péripatéticienne. Dis adieu à ta vie sociale! Alors que si je suis comme ça c'est parce que j'ai pleine confiance en lui, ce qui me permet d'être nettement moins rigide et monotone entre les draps. C'est juste entre nous. Entre adulte consentant. (Mais les gens vont quand même juger ça et dire des conneries comme d'ab, parce que les gens sont cons! )

    Certains progrès évoluent rapidement dans cette société: les nouvelles technologies, la médecine... par contre l'ouverture d'esprit et la mentalité...c'est plutôt l'inverse. Et même en version accélérée.

    au départ, j'ai vu cette pub et...ça m'a choquée. C'était y a au moins 4 ans quoi.(entre les deux j'ai fais du chemin) Maintenant je jalouserai presque la belle paire. Cette lingerie fait bien son office.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. (Cautionner = approuver xD)

      Pareil, jamais je n'aurais cru que je pourrais atteindre un tel stade dans le domaine du sexe. Je pense aussi que la confiance en son partenaire joue un grand rôle car ainsi, on a moins peur d'être jugé et donc d'expliquer clairement ce qu'on aimerait essayer.

      Supprimer
  2. Salut Decay, je vais taper un coup dans la fourmilière mais pour répondre à ta question "pourquoi le sexe a-t-il eu cette si mauvaise réputation ?", je dirais que la réponse est simple : parce que la religion en a décidé ainsi (en tout cas, les principales religions monothéistes qui dirigent le monde depuis longtemps). Le sexe, c'est juste pour faire des enfants, c'est pas fait pour apprécier, non non surtout pas attends... et une femme, surtout, ne peut / doit pas apprécier le sexe, elle existe u-ni-que-ment pour être un réceptacle à procréation. Voilà, c'étaient les 2 cents d'un anonyme :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup pour ton hypothèse, et j'avoue que j'y ai pensé aussi :) Même si je ne suis pas d'accord avec ta vision des religions monothéistes, leur philosophie a bien changé ! Mais la religion d'avant n'est certainement pas la même que maintenant et il doit être certain qu'elle a influencé dans cette peur du sexe. Maintenant, ce qui m'étonne, c'est que ces principes n'aient pas bougé d'un iota, même chez les athées et les areligieux.

      Supprimer
  3. Ce n'est plus du tout tabou à mon humble avis. Y'a qu'à voir tous ces enfants qui s'enfilent au collège à douze ans et demi, se filment et font des trucs de shlagasse. Je suis passée à la casserole trop tôt - j'aurais mieux fait de réviser mes cours plutôt que d'écarter les cuisses, ça m'aurait sans doute permis de faire quelque chose dans ma vie -. Le sujet n'est plus tabou depuis belle lurette. En attendant j'irais pas non plus demander à mon père comment on taille une pipe. Heureusement qu'on n'en n'est pas là. Je n'ai pas une famille coincée, bien au contraire, entre mes grands-parents échangistes et mon grand oncle pédophile (hahahh). Ce ne sont pas des publicités de gros seins qui me choquent. Les dangers du cul on nous les a rabâché à l'école + distribution de capotes, donc ça va je pense pas qu'on soit les plus coincés ici. En attendant j'ai 22 ans et même encapotée et éduquée je me tape les prémisses d'un cancer du col de l'utérus. Alors à toutes celles qui sont fières de se faire prendre à droite et à gauche, à deux ou à trois, pour le plaisir et l'hygiène, j'ai envie de dire "réfléchissez à deux fois bande de connes". Mieux vaut se taper une bonne tropézienne qui remonte le moral plutôt qu'une queue qui fout le crabe. J'aurais pas du tout honte d'être vierge à cette époque croyez-moi. Ca serait même une fierté tellement c'est devenu rare. D'ailleurs si j'avais su je le serais encore aujourd'hui. Avoir bonne santé vaut toutes les parties de cul du monde. Et je m'en rends compte tous les trois mois quand je perds toute dignité à me faire fouiller le coquillard. Et s'il vous plait laissez la religion en-dehors de ça. Plus personne ne croit, plus PERSONNE ne pratique, plus personne n'apporte d'importance à ce que dit la Bible. Croyez-moi, si c'était le cas on n'en serait pas là aujourd'hui.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai parlé de la maladie dans mon article, même c'est survolé et à propos de ça, je suis d'accord avec toi : il faut savoir faire attention. Maintenant, à propos du cancer du col de l'utérus, je ne pense pas qu'il y ait de risque à partir du moment où on est vacciné. Et pour les maladies diverses, effectivement, la protection est primordiale.
      Maintenant, qu'est-ce qui est préférable? Quelqu'un qui se protège toute sa vie mais couche à droite à gauche, ou quelqu'un qui ne connait que deux ou trois personnes au court de sa vie mais n'a jamais su comment enfiler une capote?

      Supprimer
    2. C'était trop tard pour moi le vaccin. Et maintenant il y a une grande polémique autour de celui-ci. Beaucoup de filles prétendent avoir la vie gâchée à cause de ce vaccin. Alors à choisir entre la peste et le choléra... Non c'est important de se protéger je dis pas le contraire. J'ai fait les deux en même temps: coucher "à droite à gauche" et me protéger, mais finalement, la peur n'évite pas le danger. Aujourd'hui je sais que si demain j'ai un enfant, je vais lui inculquer d'autres valeurs et l'empêcher d'aller trop tôt vers tout ça.

      Supprimer
    3. Oui, je comprends. Personnellement, j'ai fais mes vaccins et tout s'est bien passé pour moi, pas d'effet secondaire ni rien, mais effectivement, dans d'autres cas je comprends que cela puisse poser problème.

      Supprimer
  4. Pour répondre à ta question et pousser encore plus loin ce que dit, euh, Anonyme ^^" : oui c'est la religion, mais encore au-delà ce sont les hommes qui, commençant à se détacher de l'animal et commençant à se fonder une culture (basée d'abord en effet autour de la religion), ont commencé à cacher et à formaliser des actions animales : suffit de voir le "rituel" qu'il y a autour de notre façon de manger (couverts, politesses, serviettes et compagnie) ou autour de l'acte de dormir (oreiller, façons de dormir différentes selon les cultures), et aussi autour du sexe ! C'est l'acte animal et "primaire" par excellence, donc celui qu'il faut cacher ! C'est comparable avec le dégoût qu'on a des choses en rapport avec le "pipi-caca" (mdr) : on ne penserai jamais aujourd'hui coucher avec quelqu'un en public pas plus qu'on ne s'imagine, en gros, chier en public ^^. Car ça, dans notre inconscient collectif, c'est "bon pour les animaux". D'ailleurs, on dit bien de quelqu'un de sale, ou en surnom référents au sexe : espèce de cochon, petite cochonne, sale chien/ne, "poulette", etc etc....Donc tout ça est rendu tabou par notre culture qui fait de nous des êtres détachés de la nature et des choses qui sont en rapport avec elle. On ne veut pas se voir tels des animaux, bien qu'on en soit, basiquement. Paradoxalement, toute une culture du sexe s'est développée : les sex-toys, les pratiques différentes, qu'on ne retrouve certainement pas chez les animaux ^^.
    Faut croire que l'Homme, s'il n'est pas selon moi le roi des animaux, est le roi de la contradiction.
    C'était la pause-philo du jour, bonsoir ^^ !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh mon dieu, c'est vraiment pas bête, ce que tu dis o_O

      Supprimer