dimanche 8 décembre 2013

[Rediffusion] Vis comme un artiste

A l'approche de la nouvelle année, je fais subir un ravalement de façade à mon blog. Je supprime les articles ratés où qui ne me correspondent plus, j'en réécris d'autres, je vais faire la liste de tout ce que j'ai écrit en 2013 (et du nombre de mots que cela représente) (séquelles du NaNoWriMo : ton unité de mesure est le mot), je vais nettoyer mon plan de travail, faire la liste des projets que je veux réaliser en 2014, etc.
Et ainsi, en relisant les articles de mon blog, je suis tombé sur celui-ci. Et je l'ai trouvé parfait, bien formulé, bien foutu. Et ainsi, j'ai eu envie de vous le repartager.
Bonne lecture.




Depuis quelques temps, j'ai commencé à changer ma méthode, à voir la vie un peu autrement.
J'étais loin d'être malheureuse, avant ça. Il y a déjà quelques mois, j'arrivais à adopter une attitude un peu plus positive, à cultiver la personne que j'aurais voulu être, et j'aimais beaucoup ça. J'en étais même venue à ne plus vouloir absolument un homme (ou une femme) dans ma mince vie pour être heureuse. Mais siii, tu sais, cette espèce de check-list "quand j'aurai un copain, je serai heureuse", "quand j'aurai ma propre maison, je serai heureuse", etc.
Mais parfois, va savoir pourquoi, une petite contrariété (ou une grosse) me mettait dans tous mes états, et la déprime revenait pour quelques heures. Parfois un peu plus.
Et c'est là que j'ai commencé à voir les choses autrement.




Vous voyez, quand on pense à un artiste, on pense à quelqu'un qui dessine, écrit, peint, sculpte, ou exécute toute forme d'art.
Mais...si on ne sait faire aucune de ces choses? Le qualificatif d'artiste nous est alors de suite retiré?
Je n'étais pas d'accord. Alors j'ai réfléchit.
Le terme d'artiste ne s'attribuerait-il pas plutôt à une personne sachant apprécier la beauté de chaque chose, un poète dans sa tête, un esthète?
Quelqu'un qui verrait une certaine poésie dans le monde, qui observerait, écouterait, penserait, et ne se contenterait pas de marcher tête baissée en râlant sur tout ce qui bouge.
Quelqu'un d'optimiste ou non, de joyeux ou non, qui formulerait les plus belles pensées dans sa tête sans forcément parvenir à les extérioriser.
C'est en songeant à ça que j'ai commencé à regarder autour de moi.
A remarquer le moindre rayon de soleil, le vert des feuilles d'arbre lorsqu'elles se balançaient à la fenêtre de la classe, m'offrant un mur de verdure annonciateur des beaux jours.
Hier, j'ai été me promener, vers 21:20. Le ciel était couleur pêche, et à mesure que je marchais, prenait une teinte rouge vif qui m'a émerveillée. J'ai dû m'arrêter de marcher, il m'était inconcevable de continuer ma course alors que quelque chose d'aussi beau s'offrait à moi.
Ça faisait des années que le ciel prenait cette teinte chaque soir d'été. Et jamais je ne l'avais remarqué. Jamais je n'avais pris la peine de m'arrêter pour contempler.
Jamais, lors des trajets en voiture, je n'écoutais ma mère lorsqu'elle me disait d'admirer le paysage.
Mais le monde est beau, en fait.
Le ciel en soirée est le plus beau du monde, les feuilles d'arbre ne sont que des morceaux de jade, les nuages restent des mégalodons de coton (des leoplurodon de coton. A magic leoplurodon!).
Il faut voir de la poésie en tout. Dans la douceur de l'air, dans la chaleur du soleil, dans le bruit de la pluie (Voilà, comme ça, qu'il vente, qu'il pleuve où que vous soyez dans le cagnard, vous serez content), dans le regard des passants, partout.
Et je vous écris ça, alors que si ça se trouve, vous allez me prendre pour une tarée optimiste.
En attendant, c'est moi l'ado, c'est moi qui suis censée faire mes crises existentielles hormonales, et c'est moi qui vais bien.
Prenez le temps de vivre, de vous arrêter, de regarder autour de vous et de savourer chaque petit instant. Concentrez vous sur chaque bouchée que vous avalez, sur chaque musique que vous écoutez, sur chaque sentiment qui vous traverse.
Vivre, en soi-même, est quelque chose d'énorme. A chaque seconde. Remarquez-le.



Cela fait seize ans que j'habites dans ce quartier, et jamais, au grand jamais, je n'avais fait attention à ce qui se dressait autour de moi. J'étais on ne peut plus indifférente, je ne remarquais rien, et maintenant, je me rends compte à quel point ma vision de ce qui m'entourait était bien pauvre.
A présent, j'observe beaucoup plus, j'ouvre les yeux, je m'arrête, je contemple, et quand mon moral baisse, il me suffit de faire attention au moindre détail m'entourant pour y déceler de la beauté et voir mes pensées sombres se volatiliser en quelques secondes.

11 commentaires:

  1. Magnifique... J'aime comment tu décris cela, je m'y suis totalement retrouvé. Il y a une semaine, j'étais dans un phase comme celle-ci, le ciel s'est couvert de nuages. Ils s’amoncelaient en différentes palettes de gris, l'un d'entre eux, le plus haut était d'un gris profond, presque noir et il avait quelque chose de splendide. Quand il s'est mis à pleuvoir et que toutes mes maies râlaient, j'ai souris et offert mon visage aux gouttes, c'était plus fort que moi.

    J'ai la crève depuis, mais j'ai le cœur serein. Ce genre de moment calme où tu te rends compte que le monde qui t'entoure, et même parfois les assemblages de bâtiments en béton et en pierres, peuvent être beaux, tu te sens tellement mieux après! Tellement en accord avec ton monde, le monde immédiat. Dans ces moments là, tu vis dans le présent, et ça fait tellement de bien!

    Merci pour cet article qui m'a rappelé ces instants si doux. Vraiment.

    Bisous, et bonne chance pour tes résolutions et ton petit ménage de blog!! ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ton commentaire m'a fait énormément plaisir :) Et merci!

      Supprimer
  2. J'aime beaucoup cet article, autant que tous les autres, d'ailleurs. Mais tu arrives à décrire précisément ma façon de penser alors que moi-même, j'y arrive pas. Réussir à sourire pour des petites choses de la vie, des choses qui sont autour de nous et dont on ne prêterai pas attention d'habitude, je pense que c'est vraiment une bonne chose et que ça peut permettre de se sentir plus heureux, d'être plus positif.

    Bravo et encore merci pour l'article ! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De rien, c'est à moi que ça fait plaisir :D Pour moi aussi, ce fut une bonne piqûre de rappel en ces temps difficiles ^^

      Supprimer
  3. i love your blog,wow awesome Definitely following!!,here is my loved blog,i think

    One-shoulder Bandage Dress

    RépondreSupprimer
  4. Oh mon Dieu.
    Cet article, je l'avais déjà lu, mais je ne sais plus ce que j'en avais dit, alors tant pis, je recommente. (Par contre, je me souviens que je l'avais montré à ma mère tellement je l'avais aimé, mais elle avait dit que c'était naïf.)
    Bref, dans cet article, j'ai l'impression que tu m'as enlevé les mots de la bouche, que tu exprimes parfaitement ce que je tente de dire à bon nombre de gens, et que tu résume totalement ma façon de vivre. Et...bref, j'aime ça.
    Une question : tu vis toujours de cette façon là ? :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis sous antidépresseurs. Est-ce que ça répond à ta question? :B

      Supprimer
    2. Oui, et bizarrement je m'en doutais v.v

      Supprimer
    3. Que j'étais sous antidépresseurs? xD

      Supprimer
    4. Non, mais je m'attendais à une réponse de ce genre xD

      Supprimer