samedi 5 octobre 2013

Ce tatouage --- This tattoo

Quand je parle du premier tatouage que j'aimerais me faire, j'ai souvent les réactions suivantes.
"A l'intérieur du bras gauche? Tu vas morfler! Choisis un autre endroit."
"Un loup? Mais genre tout le monde a ça!"
"Canalis? Hin hin et pourquoi pas Cannabis tant que t'y es!"
"En rose? Fais pas rose, ça va être moche."
"Tu devrais pas le faire en couleur. En noir et blanc, ça reviendra moins cher."
"Des ailes aux pattes? T'as pas plus ridicule?"


Quand j'avais 14 ans, je voulais mourir.
J'étais seule, je passais mes journées avec un groupe de personnes avec qui je n'avais pas envie d'être, avec un type dedans qui était toujours là pour me rappeler que j'étais conne, pour se moquer de moi. Je rentrais à la maison seule et je passais mes soirées seules.
J'avais la sensation d'avoir la vie la plus vide du monde, je voulais arrêter d'exister.
J'ai commencé à lire la saga "Percy Jackson". Dedans, il y avait Luke.
C'était mon préféré.
Je pensais à ce personnage tout le temps, sans cesse, je l'adorais. Il était marginal, il s'était senti seul aussi, il avait la classe.
A un moment, je pensais à mourir à chaque seconde de ma vie. Et j'ai commencé à rêver.
Je me disais qu'il ne fallait pas que je me tue, que je devais attendre, absolument, parce que Luke allait venir me chercher.
Oui.
Chaque fois que je voyais un mec qui lui ressemblait, mon coeur se mettait à battre plus vite parce que l'espace d'un instant, je me disais que ça y était, qu'il était venu me chercher, qu'il allait me guider loin de cette vie pourrie.
Ce n'était pas lui.
J'étais désespérée, je croyais follement qu'il allait venir m'aider. Un soir, j'étais seule dans la rue. Il pleuvait des cordes et mon moral était au plus bas. J'étais si désespérée, je l'ai appelé.
"Luke?"
Rien.
Mais j'espérais.
Et finalement, mon état s'est amélioré doucement, au fil des mois.
Et c'est la croyance de Luke qui m'a accompagnée jusque là.

Je ne sais pas si vous avez fait du grec au lycée, mais Lucas, cela vient de "lukos" (sans alphabet), le loup.
Alors votre dessin à la mode, il vous merde.

Ces temps-ci, je me sens à nouveau mal. Il est arrivé que ma psy s'inquiète.
Et j'ai besoin de ce tatouage, à CET endroit, avec CE loup, CETTE couleur, et ce putain de Canalis qui représente tout l'avenir que je veux.
Je me fous de la douleur, du prix, de la couleur, du regret lorsque je serai une bourgeoise au brushing blond.

J'ai besoin de savoir qu'il y aura toujours un putain de héros pour sauver ma vie.


-----


When I talk about the first tattoo I'd like to have, I have often those reactions:
"On the inner biceps? It will hurt a lot! Chose another place."
"Wolf? But everyone have it!"
"Canalis? Hin hin. And why not Cannabis, as you're there?"
"Pink? Don't do it pink, it will be ugly."
"Don't use color. Do it in black and white, it will be cheaper."
"Wings on the paws? Don't you have more ridiculous?"

When I was 14, I wanted to die.
I was lonely, I spent my days with people I didn't want to be with, with a boy in it who was always there to remember me that I was stupid, to laugh at me. I came back home lonely and I spent my nights lonely.
I believed I had the emptier life in the world, I wanted to stop to exist.
I began to read the "Percy Jackson" books. Inside it, there was Luke.
He was my favourite.
I thought about this character everytime, I loved him. He was a marginal, he felt lonely too, he was cool.
At a moment, I thought about death every second of my life. And I began to dream.
I told to myself that I hadn't to commit suicide, that I had to wait, definitely, because Luke would come for me.
Yes.
Everytime i saw a man who looked like him, my heart beated faster because for one second, I believed that it was the moment, that he came for me, that he would guide me far from this awful life.
That man wasn't Luke.
I was desperate, I believed madly that he would come for me. One night, I was alone in the street. It rained cats and dogs and my mood was very low. I was so desperate, I called him.
"Luke?"
Nothing.
But I was hoping.
And finally, my condition became better with months.
And that was the faith in Luke who helped me to get better.

I don't know if you had greek lessons in the college, but "Lucas" has like roots "lukos" (without greek alphabet). Wolf.
So your fashion drawing that everybody has, he tells you to go fuck yourself.

These time, I felt bad again. My psychologist worried.
And I need this tattoo, on THIS place, with THIS wolf, THIS color, and this fucking Canalis which represent the future I want.
I don't care about pain, price, color, regret when I will be a fucking business woman with blond hair.

I need to know that there will always be a hero to save my life.






11 commentaires:

  1. Je voulais juste te dire que j'aime cet article. Parce qu'il évoque des choses en moi, et que...ça contient plein de tristesse, mais en un sens, c'est beau quand même. Fais le, ce tatouage, et sois toi même, et...je t'envoie du soutien-mental-qui-sert-à-rien, à défaut d'autre chose...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ca ne sert pas à rien, ça me fait beaucoup de choses é.è

      Supprimer
  2. Tu m'as foutu les larmes aux yeux (oui non en fait je chiale mais bref).
    En plus de te foutre de la couleur, du prix, de la douleur, du regret, tu devrais te foutre des autres.

    RépondreSupprimer
  3. Moi je te dirais : fonce! Ce tatouage représente quelque chose d'important pour toi, il pourrait t'aider, alors fait-le. De toute façon, les tatouages ont toujours une signification pour leur porteur, quel que soit la période de leur vie. Et puis, quand tu te seras sortie de tout ça, tu pourras le regarder fièrement en te disant "j'ai réussis bordel".
    Les autres, tu les emmerdes. C'est TON corps, TON choix et ils ont rien à dire.

    RépondreSupprimer
  4. Si j'avais dû écouter les gens avant chacun de mes tatouages, j'aurais la peau lisse.
    Quand un motif correspond à ce que tu as dans la tête, pourquoi changer? Certes, parfois il faut adapter la taille et l'emplacement à sa morphologie, mais au final c'est ton corps et ta tête qui décident.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Yep, d'ailleurs ça va être le cas avec le mien, il y a un soucis "taille-détails".

      Supprimer
  5. Mais fais-le et envoie les autres chier, tu sera gentille ;) C'est TON histoire avec TON corps, alors TON tatouage, dans la couleur que TU veux, fais-le. A une condition, je veux voir le produit fini. :D Et je trouve que faire un tatouage parce qu'il a une signification, c'est mille fois mieux que le faire juste "parce que tout le monde le fait"
    Signé, une grande loveuse des chats qui a tatoué sa passion sur son corps!

    RépondreSupprimer
  6. Franchement, déjà je trouvais l'idée de ce tatouage bonne, mais avec l'histoire en plus, c'est juste très beau ! Je te comprend d'autant plus que je suis passée par là (rêver qu'une héros de fiction intervienne dans ta vie) (avec Harry Potter ^^, puis avec Jack Sparrow (hoho)), bref, je sais le bien que ça peut faire, que ça m'a fait (et que ça me fait toujours), et je trouve ce genre d'hommage très beau ^^ !

    RépondreSupprimer
  7. Ca n'a pas grand-chose à voir, mais j'ai souvent rêvé, pour m'échapper, moi aussi, de ma vie disons... compliquée, que Harry Potter viendrait me chercher, que j'étais un sorcier, que mes parents n'étaient pas mes vrais parents (pour dire la relation que j'ai pu avoir avec eux u_u). Bref je te comprends.
    Quant à mourir à chaque seconde aussi.
    Aussi, par compréhension et par compassion (j'analyse froidement la situation, désolé), je te comprends, et ton article réveille des choses en moi. C'est très égoïste dit ainsi. Mais sache vraiment que je te comprends. Qu'un héros, on en a tous un. Même moi, qui veux ne pas avoir de modèle. Même ceux qui disent qu'ils n'en ont pas. Et parfois, souvent, même, cela permet de tenir.

    Je l'ai toujours pensé, et je le réaffirme. Les gens font ce qu'ils veulent. Pour un tatouage, en général, quiconque en veut un y a longuement réfléchi. Et punaise, c'est pas votre peau, "contempteurs frivoles" ! (je trouvais que citer ces mots de Victor Hugo seyait bien à ma phrase, désolé).
    D'ailleurs, je ne trouve aucunement que ce soit ridicule. Encore moins avec l'explication. Bref. Une unique chose pour conclure :

    Smile, cause life is cool.

    RépondreSupprimer