dimanche 25 août 2013

Je m'appelle Anaïs, je vais avoir 18 ans et je veux changer le monde

J'ai remarqué que depuis quelque temps, ma façon de rappeler certains défauts au monde avait tendance à déranger.
Mon but n'est certainement pas d'inspirer de l'hostilité à mes lecteurs, et c'est pour cela que je vous écrits cet article. A ceux qui m'ont morigénée sous forme anonyme ou non ou à ceux qui sont passé, n'ont rien dit mais n'en pensaient pas moins.

Pour commencer par le commencement (hi), je me présente à vous: je m'appelle Anaïs, j'ai un copain, Adriàn (ça se prononce Adrianne et je sais pas vous, mais j'adore ce nom) que j'appelle Mercutio sur ce blog, nous aurons 18 ans en novembre, et lorsque j'avais créé ce blog, c'était en espérant en faire un blog beauté. Comme vous pouvez le voir, je n'ai pas tenu dans la longueur et j'ai fini par parler de tout et de rien.
Puis, petit à petit, j'ai remarqué du haut de mes cheveux roses que nous vivions parmi une société assez "empoisonnée".
Peut-être est-ce un grand mot pour vous, mais à moi il semble bien maigre.
Nous vivons entourés de moqueries, de sexisme, de misandrie, de préjugés, d'harcèlement (scolaire ou non), de slutshaming (fait de rabaisser quelqu'un en utilisant le champ lexical de la sexualité d'une façon négative), de violence morale et physique, d'utilisation abusive d'adjectifs péjoratifs en parlant de quelqu'un (Inhabituel ne veut pas dire bizarre, les enfants...), de la peur du jugement d'autrui et du "qu'en dira-t-on" et du refus de nos propres goûts afin de se conformer à l'attente de l'autre.
Nous vivons dans une société où la moquerie et la médisance des occupations aussi normales que de tondre la pelouse ou beurrer sa tartine du matin.

Maintenant, peut-être trouvez-vous cela normal.
Mais moi pas.
Lorsque j'étais enfant, on m'a appris à ne pas prôner la violence et à ne jamais me moquer ou faire du mal à autrui sous quelque forme que ce soit.
Et pour tout vous dire, je suppose qu'on vous a appris la même chose.
Pourquoi abandonner cette belle idée en grandissant?
Parce que de toute manière, tout le monde fait pareil?
Conformisme venimeux, ne trouvez-vous pas?
Franchement, faites-vous TOUT ce que fait votre voisin? Mangez-vous les mêmes choses, allez-vous à la toilette à la même heure, regardez-vous les mêmes films, baisez-vous la même femme?
Non. Alors pourquoi faire pareil sur ce point-là?

De même, vous aurez envie de me dire que personne n'est tout blanc ou tout noir, qu'on ne peut être 100% gentil, etc. Certes. Je peux même le confirmer.
Mais pourquoi ne pas essayer de tendre vers ce tout blanc ou ce 100%? Tout au long de notre vie, nous évoluons. Alors pourquoi s'arrêter là où nous sommes alors que nous avons la possibilité de changer?
Il y a des choses qui sont plus fortes que nous. Elles peuvent être trop abstraites pour être ciblées, on peut ne jamais réussir à les contrôler, elles peuvent être inconscientes, etc.
Mais la moquerie, justement, est la chose la plus distincte du monde.
Vous savez que c'est mal; c'est dans la définition.
De même, médire sur quelqu'un sans que celle-ci ne l'entende est tout aussi mauvais. On s'habitue à dire du mal et finalement, on ne voit plus le soucis dans le fait de faire de ce mal une vérité.
Et croyez-moi, la personne concernée sera au courant.
Et oui, c'est mal.
Un exemple concret? J'ai une amie qu'on appellera Elena, qui a eu le malheur d'être gothique dans un collège hautement catholique et mal élevé. Deux-cent élèves chaque jour se moquaient d'elle, l'appelaient Satan et la traitaient de salope.
Ils ont fait comme vous: ils s'exprimaient, ils donnaient leur avis.
Elena a commencé à faire une dépression qui s'est mué en un trouble du comportement borderline. A présent elle n'arrive plus à sourire et elle me dit au'elle n'y tient plus.
Elle va se tuer peut-être dans l'année.
Et ce sera un meurtre, mes enfants.
Un meurtre est causé lorsque quelqu'un donne la mort à un autre. Ces ados seront tout à fait responsables de sa mort et ce sera un meurtre. Pas de couteau, juste des mots.
Mais qu'ont fait ces gosses? Ils se sont moqué, ils ont médit, ils se sont fermés à la différence d'apparence, de goûts et d'opinion religieuse, ils ont plaidé la liberté d'expression et ils ont fait ce que fait la grande majorité de notre société.

Non, vous ne serez pas 200 sur une seule et même personne. Non, vous ne lui direz peut-être pas en face.
Seulement, une seul et unique cigarette ne donne pas le cancer; mais est-ce que cela lui enlève le pétrole, l'arsenic, l'insecticide?
En d'autres termes, est-ce que, parce que tu es seul à faire le mal, tu le fais moins pour autant?
Vous allez insulter ou médire et vous allez apprendre à vos interlocuteurs qu'il est normal de rabaisser. Vous allez critiquer des filles en short sur votre blog et vous allez faire savoir à vos lecteurs que traiter une fille de pouffe est légitime. Vous allez apprendre à vos enfants que se moquer fait partie de l'apprentissage car vous le ferez devant eux.
Et lorsque vos enfants se retrouveront à l'école, avec les enfants de vos lecteurs et les enfants de tous vos interlocuteurs, et qu'un autre enfant deviendra gothique, ils n'hésiteront pas.
J'espère que vous comprenez. Personnellement, à 17 ans, j'ai compris.

Il faut arrêter de penser que vous n'êtes rien, que vous n'êtes qu'une fourmi dans un désert, que vos actes n'ont aucune importance. Il en ont énormément.
Je ne suis ni Mère Thérésa, ni le Messie, ni un gourou; je n'essaie pas de vous ramener vers le droit chemin.
J'essaie de vous faire comprendre ce qui est évident: quelque chose de mauvais n'a jamais été bon à prendre.

La différence est une richesse. Combien de personne ont tourné le dos à des pratiques sexuelles différente des leurs sans chercher à se renseigner, à poser des questions, à apprendre? Combien de personnes ont qualifié des cheveux verts de bizarre alors que ce n'est, véridiquement, qu'une teinture? Combien de personne ont singé les goûts musicaux d'un ami parce que ceux-ci étaient vieillots, kitsh, ou juste différent des siens, et ce sans même chercher à écouter cette musique?
Est-ce vraiment un monde dans lequel vous voulez vivre?

Vous voulez que les guerres s'arrêtent? Alors posez-vous la question: qu'est-ce que la guerre? De la violence.
Et pour arrêter la violence, il va falloir l'arrêter aussi dans votre vie.


Je m'appelle Anaïs, je vais avoir 18 ans en novembre, et j'essaie de ramener de la liberté dans notre monde.
Serez-vous avec moi?

43 commentaires:

  1. Bel article ^^ !!
    Bien sûr que je suis avec toi ! Je ne suis pas super optimiste, mais ça ne veut pas dire qu'il faut baisser les bras !
    Bon courage pour ton amie Elena !! "Satan" à aussi été mon surnom à un moment, mais comme ils n'étaient qu'un ou deux, c'est passé tout seul, heureusement...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Personnellement,je suis optimiste. je pense que l'effet boule de neige peut avoir un gros pouvoir.

      Supprimer
  2. ouais! clap, clap, clap !!! Voila qui va remettre les pendules à l'heure. Merci d'écrire ce que je pense depuis si longtemps, ça fait du bien :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Maintenant, j'espère que personne ne se sentira agressé par cet article, j'ai essayé de me montrer le plus pacifiste possible.

      Supprimer
  3. J'adore ton article! Je suis tout à fait d'accord avec toi et je suis de tout coeur avec toi ! Je vais suivre ton blog avec beaucoup d'attention ! =)

    RépondreSupprimer
  4. Tu vas beaucoup trop loin, on ne peut pas mélanger les guerres et les insultes dans un collège ! Oui c'est de la violence mais la racine de cette violence n'est pas la même ! Dans le premier cas ce sont des hommes d'honneur qui obéissent à un idéal et qui obéissent à leur chef parce qu'à l'armée c'est comme ça, tu baisses la tête et tu dis "oui chef" sans sourciller sinon tu dégages et tant pis si être soldat était un rêve de gosse parce qu'il correspondait à ton image du héros. Dans le deuxième cas c'est seulement la bêtise d'adolescent plus bêtes que leurs congénères et qui transforment le harcèlement en sorte de bisutages ; si tu ne harcèlent pas avec eux c'est que tu es contre eux, il n'y a pas de troisième camp et il vaut mieux être dans le camp des "forts" que dans celui des "faibles". Le soldat est un héros obéissant et l'ado est un idiot de mouton, en gros, dans la caricature.

    Bien sûr qu'on peut essayer de devenir meilleur tout au long de sa vie mais il y a aussi quelque chose qu'on ne peut pas changer, qui est en nous... Par exemple moi j'ai quelques problèmes avec la gestion de la colère, j'essaye de les régler, d'être plus zen, mais dans vingt ans j'aurai toujours des problèmes avec la colère même s'ils seront moindre. Bien sûr qu'on doit essayer d'évoluer, de devenir le meilleur individu possible et bien sûr qu'il y a des cons qui ne comprennent pas ça et qui se trouvent parfait mais tu ne peux pas généraliser.

    Ensuite dans ton article j'ai sans cesse eu l'impression que tu rabaissait tes lecteurs ; je m'explique : "ma façon de rappeler certains défauts au monde" → toi contre le monde entier, "du haut de mes" qui entre en contraste avec les deux occurrences de "mes enfants", et enfin tu dis deux choses paradoxales : "je n'essaie pas de vous ramener vers le droit chemin." et "j'essaie de ramener de la liberté dans notre monde." c'est encore toi et le reste du monde ou plutôt toi contre le reste du monde. Tu ne peux pas changer le monde à toi toute seule et surtout tu ne peux pas considérer de cette manière que le monde entier est pourri de l'intérieur comme une vieille nectarine et que toi tu es la blanche colombe, la Lumière, la Liberté, la Raison... je sais que ce n'est certainement pas l'impression que tu veux donner au lecteur, je suis consciente de ça, et pourtant c'est un peu le message implicite que tu fais passer ou en tout cas que tu m'as fait passer et crois-moi que dans ce genre de cas les messages implicites entrent mieux dans la tête des gens que les messages explicites qui les recouvrent.

    Cela dit j'ai bien aimé ton exemple de la cigarette, mais il est perdu dans un message implicite du genre "je suis mieux que vous, moi j'ai compris"... c'est tellement dommage...

    Méfies-toi aussi de tes lectrices fidèles qui disent "amène" à tous tes articles, ça et le fait que des gens t'aient dit t'admirer ça peut te monter à la tête, même inconsciemment. Tu ne peux pas changer le monde...

    Je suis consciente que ce commentaire sonne un peu moralisateur et que tu peux mal le prendre vu que j'ai ton âge, mais ce n'est absolument pas mon but, je veux juste essayer de te montrer que tu es un peu excessive et extrême dans ta manière de voir les choses.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. - J'ai moi-même dit dans mon article qu'il y a des choses en nous qu'on ne peut pas changer. Sauf qu'ci, on parle des médisances et ça, tout le monde peut le changer.

      - Je suis au courant d'avoir confiance en moi, mais je ne pense pas que ce soit un défaut. Je pense pouvoir changer le monde car je pense aux autres qui souhaitent la même chose et qui m'aideront. Après, je peux aussi m'asseoir dans mon fauteuil et pleurer mais ça ne m'attire pas. Les personnes qui sont d'accord avec moi partagent juste mon opinion, je ne vois pas pourquoi je devrais l'ignorer sous prétexte que je risque d'avoir encore plus confiance en moi.

      - Ce que je remarque surtout, c'est que tu as bien fait attention à la forme et pas au fond de cet article. Je ne pense pas que ce soit la chose la plus intelligente à faire.

      Supprimer
    2. Sauf qu'il y a une différence entre avoir confiance en soi et penser qu'on vaut mieux que les autres... Non, avoir confiance en soi ce n'est pas un défaut, au contraire, mais penser qu'on vaut mieux que les autres, qu'on a compris ce que le monde idiot et borné, lui, n'a pas compris, ça c'est un défaut.

      Et détrompe-toi j'ai aussi fait attention au fond, seulement je n'ai rien à dire dessus puisque, dans les grande lignes (à savoir arrêter d'harceler les gens, être un peu plus tolérant et ouvert, etc) je suis d'accord... je suis désolée mais moi dire "je suis tout à fait d'accord avec toi, amen" je ne trouve pas ça constructif/intéressant.

      Supprimer
    3. Ta métaphore de la guerre m'a interpellée, désolé mais à ton avis qu'est-ce qui a motivé les guerres autres que la recherche de nouvelles richesses? La différence. Et le soldat est un héros pour toi s'il fait partie de ta patrie mais si tu subit ses agissement dans ton pays, pour toi ce sera un criminel. Le soldat ne se limite pas à un soumit aux ordres, les plus héroïques d'entre eux sont ceux qui se sont rebellés contre des ordres qui allaient contre leurs convictions morales. Point.
      Le parallèle ados/soldat est très bien trouvé à mon avis, ce qui t'as gêné c'est que ce n'est certes pas la même dimension. Mais c'est le même résultat au final car entre ados "moutons" et soldat obéissants, il n'y a qu'un pas. Dit, t'as lu "La Vague"? C'est un très bon exemple, et Decay nous montres que la moindre différence, la moindre violence détruit. Un soldat détruit même si "c'est pour le bien". Un ado détruit l'autre en médisant sur lui.

      Et je n'ai pas trouvé que Decay nous rabaissait, je ne suis pas un mouton, je ne dit pas "amen" à tout ce qu'elle dit, j'ai mes propres positions sur certaines choses même si elles se rapprochent beaucoup des siennes. Nous aimons ce qu'elle dit parce qu'elle arrive à mettre des mots sur des choses que nous avions déjà compris ou vu ou même ressenti, c'est tout. C'est sa manière à elle de le faire, elle nous mets les points sur les i, elle est parfois un peu sèche mais je m'exprime pareil quand je parle de ces sujets là.

      Oui nous ne sommes que des grains de sables dans un désert ou des gouttes d'eau mais "qu'est-ce qu'un océan sinon un ensemble de gouttes d'eau?"

      Supprimer
    4. Si je puis me permettre :

      Quant à l'origine de toute cette violence, beaucoup de mes professeurs d'histoire, année après année, m'ont démontré que la guerre et la violence morale étaient tous deux des phénomènes sociétaux similaires, avec une cause commune. Il y a d'ailleurs, il me semble, des peuples humains qui ne cherchent pas, et n'ont jamais cherché, à faire la guerre. Ni à dénigrer leur prochain. Enfin bref, je ne suis pas historien ni sociologue, alors je ne vais pas m'étendre sur le sujet ^^

      Pour ce qui est de devenir meilleur : évidemment, on ne peut que tendre vers un "soi" "meilleur" tout au long de sa vie, et certains ne le feront pas. Mais - et c'est là seulement mon ressenti - Decay n'a pas généralisé, elle a simplement demandé "pourquoi s'arrêter là où nous sommes [...] ?", sans dire "Vous vous êtes tous arrêtés". Enfin, je l'ai perçu comme ça ^^

      En ce qui concerne ce sentiment de supériorité... Je suis un peu partagé, à vrai dire. Lorsque Decay dit qu'elle a seulement confiance en elle, je la crois. Mais je suis d'accord pour dire que "penser qu'on vaut mieux que les autres, qu'on a compris ce que le monde idiot et borné, lui, n'a pas compris, ça c'est un défaut." Simplement, pour moi, ce n'est pas ce que fait Decay. En fait, quand je lis "ma façon de rappeler certains défauts au monde", par exemple, je ne mets pas le monde entier dans "le monde", simplement les gens qui sont intolérants, fermés, etc. Je pense sincèrement que le désaccord, ici, vient d'un abus de langage, qui consiste à généraliser, en disant "vous", "le monde" (parce que, avouons-le, ces notions sont vagues, et il n'est pas toujours facile de donner une dénomination claire à ceux à qui l'on s'adresse, si ?). Mais il faut bien se rendre compte que, d'un point de vue purement objectif, Decay se rend compte de choses que beaucoup ne comprennent pas - ou, plus probablement, ne veulent pas comprendre, et qu'appliquer ces principes qu'elle prône conduit à plus de tolérance, plus d'égalité. Quant aux "du haut de mes cheveux roses" et aux "mes enfants", je l'ai plus ressenti comme de l'humour que comme une façon de prendre tout le monde de haut. C'est pourquoi, personnellement - mais là encore, c'est vraiment mon point de vue -, je n'ai pas ressenti de sentiment de supériorité dans ses propos ^^

      Par contre, Decay, là où je rejoins (en quelque sorte) Melgane, c'est que tu peux, parfois, avoir l'air abrupte, mordante, en quelque sorte. Mais on en a déjà parlé, de ça ^^

      Enfin, je souhaiterais simplement ajouter que - mais, comme toujours, c'est uniquement mon ressenti - je me suis senti un peu dénigré, Melgane, quand tu parles de "tes lectrices fidèles qui disent "amène" à tous tes articles" (et pas parce que je suis un garçon, ça je m'en fiche en fait). Je veux dire, nous sommes comme toi (pour ma part, j'ai à peu près votre âge), et nous aussi, nous avons notre jugement. Quand on commente en étant d'accord avec Decay, c'est parce qu'on l'est vraiment, et que l'on n'a pas été choqués outre mesure par le contenu de son article. Nous aussi, on sait penser, et je dois dire que je me suis senti un peu rabaissé. Alors, vraiment désolé si ce n'était pas du tout ce que tu voulais dire, mais... "c'est un peu le message implicite que tu fais passer ou en tout cas que tu m'as fait passer".

      Cordialement,
      Remucer

      Supprimer
    5. Si vous avez votre propre opinion vous n'avez donc pas à vous sentir visé par "tes lectrices fidèles qui disent amen à tout tes article" ;)

      Quant à "Ta métaphore de la guerre m'a interpellée, désolé mais à ton avis qu'est-ce qui a motivé les guerres autres que la recherche de nouvelles richesses? La différence." : je ne suis pas d'accord avec ça. Ce qui motive les envahissement c'est, au choix : l'envie de gloire/de richesse (pétrole pour notre époque, or pour l'époque féodale des seigneurs, etc), l'envie de se sentir puissant, et ce genre de choses... Louis XIV a fait la guerre pour des richesses, par exemple, Napoléon pour la gloire, pour avoir plus de territoire, pour que le peuple l'aime et leur faire passer l'envie de critiquer son coup d'Etat. Après je suis d'accord qu'un soldat comme un ado détruit même si ce n'est pas sur le même plan. Mais il ne faut pas se tromper de source de cette destruction.

      Supprimer
    6. Gnihihihi, j'arrive, j'arrive!

      (pardon)

      Remucer m'a complètement ciblée, et je pense que pour me justifier, je ne peux que renvoyer à son commentaire.
      Je n'ai vraiment aucune once de "je suis supérieure" dans ma tête, et je suis terriblement désolée si j'en ai laissé l'impression. De même, il y avait aussi de l'humour dans ma façon de parler comme ça, comme il Y avait beaucoup de métaphores ou d'hyperbole (je ne sais même pas si j'utilise ces mots à bon escient).

      Je suis aussi désolée de t'avoir répondu un peu sèchement, Melgane; ces temps-ci je ne suis pas de très bonne humeur et cela m'enlève de la patience. Je comprends que tu ais eu l'impression de supériorité dans mes propos et à l'avenir, je ferai plus attention!

      Pour la guerre, ce que j'ai expliqué à Mercutio, c'est que nous sommes finalement entourés de violence et EDUQUES par la violence. Et finalement, qu'elle soit morale ou physique, cette violence devient un réflexe, et je me demande si ces guerres ne découleraient pas de ça: quel que soit le motif, on finit par croire que la violence est le seul tremplin. Mais finalement, je ne suis pas très renseignée là-dessus et mon impression peut être fausse.

      Supprimer
    7. Ton dernier paragraphe m'ôte les mots de la bouche. Je n'ai qu'une seule chose à rajouter, quant à l'origine disons, "anti-différentielle", intolérante au plus haut point, de certaines guerres. Deux exemples pour cela :
      1) Les croisades. Mais c'est pas le plus convaincant.
      2) Les. Colonies. La "Mission Civilisatrice" (avec plein de majuscules partout, youpi !), tout ça. Les "Zoos humains". Dire "nous allons apporter la civilisation à votre peuple en vous colonisant", ça sous-entend "vous allez nous obéir, bande de sous-hommes sans conscience, et la seule richesse dont on vous fera part, ce sera la technologie nécessaire à la bonne extraction des matières premières, à la bonne conceptions de certains produits que nous étiquèterons comme "exotiques" et que nous vendrons cent fois plus cher que votre salaire, si tant est que dans notre immense magnanimité, nous offrions de l'argent à des êtres sans âmes, et enfin, au bon transport de tous ces produits par voie terrestre, fluviale, maritime ou aérienne." J'en sais quelque chose, c'était au programme d'histoire, cette année, et j'ai même fait une composition dessus u.u Bref, un ramassis d'intolérance parfaitement répugnant, à l'origine de guerres (cf l'Algérie, le Rwanda...). Bref.

      Supprimer
  5. À fond !! Ne te laisse pas atteindre par les médisances de quelques cons qui se bornent à ne pas comprendre des choses aussi évidentes que "se moquer fait du mal". ils ne veulent pas qu'on leur enlève leur petit plaisir du Samedi matin sur le parvis de l'église (ou de la boulangerie).

    RépondreSupprimer
  6. Commentaire hautement utile mais je trouve cet article parfait ! Complètement d'accord avec toi !

    RépondreSupprimer
  7. Outre ce qui a été dit plus haut, je tiens à te répéter mon soutien. Pour ma part, je suis vraiment prêt à faire tout ce qu'il faudra (ou au moins beaucoup, je me méfie du "tout", quand même) pour rendre ce monde plus humain. Pour redonner une vraie définition au mot "liberté". Tu as donc, bien entendu, ma "bénédiction" (si tant est que je sois habilité à en délivrer) :)

    Bien cordialement,
    Remucer

    RépondreSupprimer
  8. Bon, eh bien, je vois que Remucer m'a ôté les mots de la bouche tout en le formulant mieux que moi. Tant mieux, hein. Je n'ai rien à ajouter. À part que oui, je suis avec toi. Je sais que j'ai du mal à appliquer ce que je pense mais je fais des efforts. Par exemple je médis toujours, mais je rectifie très souvent mes paroles après coup, parce que médire est devenu normal (comme chez bien d'autre) chez moi même si ça ne devrait pas. Et dès que j'y pense je m'arrête à temps, bref je ne perds pas espoir j'espère m'améliorer avec du temps et de la volonté ! (désolée pour le racontage de vie)
    Ah et aussi, je suis contente de voir que cet article est moins agressif que les autres (du moins j'ai trouvé), même si comme on l'a déjà souligné ce n'est toujours pas parfait. Dans le fond, je suis bien souvent totalement d'accord avec toi, mais je crois que c'est vraiment la forme qui dérange chez toi, ton "ton" si l'on peut dire. C'est normal de s'énerver en parlant de ces sujets, mais ça convainc moins. (désolée si j'ai l'air hautaine en disant cela, ce n'était pas du tout mon intention.)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi je ne t'ai pas trouvé hautaine pour ma part :)
      Oui voilà c'est le "ton" qui fait qu'on peut se braquer en lisant alors que le fond est tout ce qu'il y a de plus honorable. C'est normal de s'emporter un petit peu pour les sujets qui nous tiennent à coeur, moi aussi je m'emporte, et un peu vite d'ailleurs la plupart du temps xD, mais il faut faire attention à ne pas trop s'emporter parce que ça peut rebuter et les gens peuvent ne plus faire attention au fond car, puisqu'ils se sentent "agressé" en quelque sorte.

      Supprimer
    2. Oh zut, paraître agressive dans cet article était la dernière chose que je souhaitais é.è Vous pouvez me dire quelles tournures de phrases vous ont parues agressives? Je pourrais m'efforcer de les éviter dans mes prochains articles!

      Je suis comme toi, Amaranth, j'ai encore des mauvais réflexes. Ils se font rares, mais sont toujours présents. Généralement, il est rare que je les dise tout haut, mais quand cela arrive, je suis mortifiée!

      Supprimer
  9. Je pense, après relecture, que tout est une question d'état d'esprit dans lequel on lit l'article. Je suis d'ailleurs étonné que, avec les mesures que tu as prises pour mettre dans un état d'esprit bienveillant, au début, le message puisse encore paraître agressif. En tous cas, moi, je n'ai pas trouvé. Sauf, éventuellement (et je souligne ce mot, et je le mets en italique), lorsque tu dis :
    "Maintenant, peut-être trouvez-vous cela normal.
    Mais moi pas."
    Ou :
    "Non, vous ne serez pas 200 sur une seule et même personne. Non, vous ne lui direz peut-être pas en face."
    Mais, pour tout dire, je ne l'aurais pas dit autrement. En fait, à la relecture, je trouve ces phrases plus "sèches" qu'agressives. Question de point de vue, après ^^'

    Quant aux mauvais réflexes, je pense que personne n'y échappe. Mais déjà, remarquer qu'on les a est un bon point. Les réprimer par moments en est un autre. Les réprimer souvent aussi. Tout comme être mortifié en les disant tout haut. Bref, courage, on va y arriver o/ (Je sais pas vous, mais moi, je me rappelle particulièrement bien d'une fois où j'ai médis sur quelqu'un. Plus tard, je me suis retrouvé dans la même situation que lui. Je me suis senti bête, mais bête, et vil. Bonne claque dans la figure. Il en faut, parfois, je pense. Bref, désolé aussi pour ce racontage (ce mot existe !) de vie x))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh non, je ne voulais pas du tout paraître sèche ou agressive, je voulais juste anticiper d'éventuelles réponses et d'y répondre à l'avance. Suis navrée.

      Supprimer
    2. Je sais bien, je ne te reproche rien ^^ (à la première lecture, je n'avais rien relevé de tout ça, il a fallu une analyse approfondie), je souhaitais simplement donner mon impression à Melgane. Me suis trompé de bouton "répondre". En tous cas, pour moi, ton intention était très claire (puisqu'elle était énoncée au début), et c'est pourquoi je ne t'en veux aucunement. Pas de raison, à mon sens, d'être navrée :)

      Supprimer
  10. Nanaîs la ptite' reine qui veut donc "changer le monde " ! Tu est ma petite distraction; ça pue la prétention tes articles; je viens ici pour me marrer un bon coup ! Tu te crois vraiment supérieure !aux autres c très rigolo . toi, "danseuse burlesque" ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je t'attendais justement! ;)

      On dirait ma soeur, honnêtement. Si tu me méprisais réellement, tu ne passerais pas ta vie à commenter mes articles d'un ton pareil. Tu dois avoir un gros complexe d'infériorité pour tenir ainsi à rabaisser chaque personne qui aurait plus confiance en elle et en ses capacités que toi. En essayant de me rabaisser et de me décourager tu n'offres qu'un profil ridicule de ta personne, et finalement j'en viens à me demander qui distraie l'autre!

      Supprimer
  11. je viens de lire plusieurs de tes billets et je trouve que tu as beaucoup d'esprit et de bon sens ; bravo, tu es une fille honnête et qui n'a pas peur de s'exprimer ! je ne suis pas d'accord avec tout ce que tu exprimes mais tu défends tes idées avec passion et avec de bons arguments.

    RépondreSupprimer
  12. (Mon commentaire est trop long je le coupe en deux.)

    Bon, très sincèrement, j'ai la flemme de lire les commentaires du dessus. -J'ai beau être curieuse, je suis pas motivée pour lire à 2h du matin des commentaires de débat et d'opinion.

    Mais.
    Hello, Orléanne, 20 ans. Et désespère des humains. :)

    Oui faut changer le monde. La mentalité des gens. Tout ça.
    Le problème. (enfin, un car s'il n'y en avait véritablement qu'un, ça serait tellement chouette, tellement simple, ahah.). C'est qu'une seule personne ou même un petit groupe ne peut "changer le monde".
    Mon avis est que le monde doit en partie se remettre en cause (et non être influencé par qui que ce soit d'utopique car ça fera un peu l'nverse de ce que la personne veut (exemple rapide: X veut ouvrir les yeux aux gens comme quoi la drogue, c'est mal. Il va leur en parler, le leur dire, etc. A force ça deviendra une doctrine, une sorte de lavage de cerveau, et donc quelque chose de négatif. Donc, ce que X fera ne sera pas plus bon que les gens qui psalmodient "la drogue c'est cooool". Je ne sais pas si tu vois où je veux en venir. J'espère, parce que je me donne du mal. Surtout pour pas me perdre dans mon raisonnement, j'avoue. xD)) Bref.
    Je disais donc, en partie les gens doivent se remettre en cause (réfléchir sur leur passé) et apprendre de leur erreurs et de leur raisonnement. (Présent, futur.).
    Le problème est là: Parce que l'humain est CAPABLE de ça, il n'est pas stupide. Mais à force de progrès, de liberté de presse, etc... On en devient abruti. On ne pense ni ne réfléchit plus. (Mon dieu, j'ai envie d'écrire un pavé. Je peux pas. xD)
    Bref. J'vais faire très court. Oui, la violence est banalisée. Du coup, on ne sait la reconnaître qu'aléatoirement ou que très subjectivement, quand ça nous touche directement.
    Ceci dit (et là je vais peut-être pas être très claire, tant pis), on abuse de la liberté aussi. (Explication peut-être dans un futur débat?)
    Et en revanche, je suis parfaitement d'accord. Petit, on nous apprend une certaine éthiques, certains principes. (Pour nous garder "purs" le plus longtemps possible? Pour être plus malléables aux vices etc... car mise en application par nos proches d'abord, (puis par le monde ensuite), c'est plus acceptable?). Certaines personnes gardent (tentent de garder!) ces sages paroles entendues dans notre enfance. Mais à l'âge "ingrat", quand on entre à l'école, déjà, on est souillé puis en doutes et du coup, on fait des choix. De trouver des choses normales, d'autres non. On est sans cesse influencés par les gens, les choses, etc. Tout le monde est différent, ceci est un point important dans la problématique de "mais dans quel monde de fous vit-on?!'.
    Tout le monde est différent. Tout le monde, c'est plus de 7 milliards de personnes. Avec des vies, des passés, des histoires, des cultures, des moeurs différentes. Avec des richesses inégalement répartis.
    Le pire dans tout ça, c'est que si l'on tente, voire réussit, à créer un groupuscule, un mouvement "mélioratif", "évolutif", il y aura toujours des retours, commentaires, avis et opinion négatifs. Or, il suffit parfois d'un grain de sable, minuscule, pour enrayer un processus. L'effet papillon.
    On va être considérés comme marginaux. Utopistes. Misanthrope. Fous. Bizarre. Et j'en passe.
    Plus le temps, avance, plus l'humain devient "intelligent": il se complexifie et accroît sa dualité, et par écho, tout le reste: différence, opinion politique, religieuse, morale, etc..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En fait, je suis d'accord avec ce que tu dis, mais il y a un passage qui me trouble. Lorsque tu dis que dire "la drogue c'est mal" est aussi négatif que dire "la drogue c'est cool". Dans l'un des cas, il y a tout de même une recherche de la vérité et du bien-être d'autrui, donc je ne comprends pas. Il y a peut-être une subtilité que j'ai mal saisie é.è

      Supprimer
    2. Non non, dans les deux cas, c'est une opinion. Mais certains (que ça soit l'une ou l'autre de ces opinions) essaient d'influencer d'autres personnes afin qu'elles partagent son opinion: ce qui ressemble à de l'endoctrinement. (En d'autres thermes oui y'a "recherche de vérité" (avec l'exemple de la drogue , pas trop mais jevois ce que tu veux dire). J'espère que c'est plus clair! ^^

      Supprimer
    3. Oui, je comprends :) Mais dans l'un des deux cas, il y a un endoctrinement plus "bénéfique" que l'autre, non ? ^^

      Supprimer
  13. Bref, je pense qu'on pourra essayer de faire une "campagne choc" pour changer le monde: certains se montreront carrément opposés (la plupart hein, faut pas se leurrer, d'autres un doute qui s'effilochera au fil du temps) et quelques poignées misérables de convaincus. De plus, ça sera jugé trop extrêmistes. Les "utopistes" seront pris pour des prétentieux, etc.
    Une campagne en douceur: se mettra en place trop lentement, réussite incertaine.
    Pas de campagne du tout: le monde continuera sur sa lancée. Avec une majorité de trucs négatifs, mais une minorité de trucs positifs. Mais les deux trucs croîtront exponentiellement... On pourra juste regarder le monde jouer ses actes, comme dans une pièce de théâtre où chacun d'entre nous a plusieurs masques, plusieurs rôles. Parce qu'avoir une seule opinion quelque soit le lieu, la personne, le contexte, etc... avouons-le n'est, ni facile, ni même humain. On ne pense pas H24 aux trucs bien, pas biens. Grave, pas grave. On a tous des moments de légèreté, nos pétages de gueules, nos coups de colères, coups de blues, des regains d'énergies formidables,etc.

    Troisième partie qui arrive.

    RépondreSupprimer
  14. Le truc, c'est qu'à mon avis, plus l'humain progresse dans un domaine, plus il régresse dans un domaine. Il faudrait qu'il choisisse une ou plusieurs "spécialités" et qu'il s'y tienne. Le truc, c'est qu'à mon avis, tout bêtement, il n'y a pas de solution véritable. (Y'a peut être pas de problème véritable? Après tout, on ne vit pas si longtemps que ça. Notre civilisation n'est peut-être, elle aussi que passagère.)
    Ma théorie, c'est que l'humain est une anomalie. On a été un accident, dans l'univers, quelque chose comme ça. Sérieusement, en race de personnage dans un jeu de rôle, on m'aurait demandé de décrire l'humain, j'aurais dit que c'est une créature assez WTF. Elle a un côté destructeur d'un point de vue interne, vis à vis de ses semblables donc, mais aussi externes: elle détruit les autres espèces, petit à petit la Terre, etc...
    "Vous voulez que les guerres s'arrêtent? Alors posez-vous la question: qu'est-ce que la guerre? De la violence.
    Et pour arrêter la violence, il va falloir l'arrêter aussi dans votre vie." -> Comme dirait l'autre, plus facile à dire qu'à faire.
    Se rendre compte de tout ça, c'est très bien. Mais ensuite? Garder en tête cette vision du monde qu'est la nôtre aussi longtemps que l'on respirera est très difficile quand on sait qu'on doit évoluer dans un monde que l'on n'aime, que l'on trouve hostile, et qui est quantitativement majoritaire à nous. Puis? Trouver des solutions? ça! C'est un autre problème! ll faudrait trouver une (ou des!) solutions imparables, qui satisferaient tout le monde en supprimant certains mauvais aspects qui subsistent actuellement sans en inventer ou en créer ou en amener davantage. C'est assez épineux.

    Bref, sinon, je suis d'accord avec ta façon de penser dans cet article (dans certains autres, non. Y'a certains (je n'en a lu (très rapidement la plupart) que certains pas tous. Il y en a certains où je te trouve un peu trop fermée d'esprit pour quelqu'un de tolérant, libre etc. Limite un peu extrêmiste. (Et ce dont ça précisément dont je parlais plus haut dans le commentaire, la dualité, qu'on est pas objectif, ni avec la même morale, mentalité H24, vois-tu? C'est complexe! ^^).

    Cependant, comme je dirais "tu es mignonne mais concrètement tu proposes quoi?".


    C'était un commentaire COURT, je précise. J'auras eu l'énergie, le temps en plus j'aurais pu faire 10, 100x plus long. (Puis si je me perdais pas dans mon raisonnement aussi, ahah.). (Ou pas en fait. 4096 caractères max.)
    1000x si c'était un débat à 2 voix. Une conversation.

    P.S: Ce qui me fait sourire, c'est que je suis venue sur ton blog via ton profil Livraddict (donc pour voir tes critiques, a la base.). Du genre "héy! C'est la wiccane! Tiens, j'vais voir ce qu'elle lit! *Je précise: si je me suis trompée de personne, je suis sincèrement désolée. xD
    Après ce commentaire j'irais vérifier (oui pas maintenant, ni avant. Un peu la flemme de jongler entre deux onglets internet, ahah.)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. (Tu ne t'es pas trompée, c'est bien moi :) )

      Il faut savoir aussi que je ne pense pas tout ce qui est sur mon blog. Pour le côté "il faut accepter les différences", je le pense à 100%. mais parfois, j'ai dit des choses que je ne dirais plus du tout et que je suis parfois choquée de lire en me disant "merde...c'est moi qui ai écrit ça?".

      Je ne propose rien, à part la prise de conscience. Je clame ce que je pense bon, ce que je pense mauvais, et aux gens de choisir s'ils sont d'accord ou non. C'est comme ça, je pense, qu'on finit par changer les mentalités : par la communication.

      Supprimer
    2. (Mouahahha!^^)

      D'accord. Là c'est plus clair! ^^

      Et oui, la clé de l'évolution positive, c'est la communication, malheureusement, aujourd'hui ça existe de moisn en moins (paradoxalement au fait que les "outils de communications" sont en pleine expansion, ahah.

      Supprimer
  15. Un dernier commentaire juste pour cocher "M'informer" des réponses, chose que j'ai oublié de faire pour les trois autres. --'
    Désolée du spam!

    RépondreSupprimer
  16. After doing some research online, I got my first e-cig kit on VaporFi.

    RépondreSupprimer