lundi 10 juin 2013

Est-ce une bonne idée, de suivre ses rêves?

J'espère que je ne paraîtrai pas trop ridicule en rédigeant cet article.

Je l'ai laissé sous-entendre plusieurs fois sur le blog: le burlesque m'intéresse fortement. Très fortement.
J'avais laissé tomber l'idée, et je me disais que plus tard, peut-être, je prendrais un ou deux cours.

Et récemment, j'ai repensé à cet univers, et je me suis dit "si tu ne fais rien pour devenir ce que tu as envie d'être, tu finiras à 50 ans complètement aigrie, à cracher sur tous ceux qui auront réussi à ta place". Alors j'ai cherché des astuces sur Internet. J'ai commencé à enchaîner les vidéos de show burlesque, à lire des interviews de performeuses, à regarder des reportages, à chercher des cours de burlesque à Bruxelles (dès mes 18 ans, je préviens, je saute à pieds joints dedans), à faire des exercices d'étirements, à danser dans ma chambre pour refaire connaissance avec un corps en mouvement et à coudre avec plus d'ardeur afin de m'améliorer le plus vite possible.

Sucre d'Orge
J'ai découvert des femmes et des hommes aux avis variés. Scarlett James qui ne veut plus voir des femmes se forcer à se comporter comme des hommes pour avoir leur place, Lada Redstar affirmant que la féminité doit être étudiée et ne peut pas être naturelle (j'aurais bien remplacé le mot "féminité" par "glamour", parce que la féminité est tellement subjective), une autre dont j'ai malheureusement oublié le nom qui n'aimait pas entendre parler d'acceptation du corps, parce que le corps n'est pas une tare et doit être célébré, et non accepté (tellement vrai...), etc etc.

Scarlett James
Tellement inspirée par toutes ces images de femmes ultra-lookées et fabuleuses qui me tournaient dans la tête, j'ai commencé à faire plus attention à mon look, à arrêter de me négliger, et depuis quelques jours, je commence à me sentir mieux dans mon corps (j'avais eu une bonne baisse de régime, ces derniers temps). J'étais (et peut-être le suis-je encore) persuadée que je pourrais enfin atteindre l'image de la femme glamour à laquelle j'aspirais tant.
Et ce matin...
"Tu ne peux pas devenir danseuse burlesque. Tu n'as pas le tempérament, ça ne te va pas. Tu n'en as ni les capacités physiques ni les capacités mentales."
Ma mamie, donc.
Lada Redstar
 Je me suis rappelée que j'étais toujours, aux yeux de beaucoup de gens, et spécialement de ma famille, la gamine introvertie, sans aucun charisme ni charme, que j'avais toujours été.
C'est une image qui me colle à la peau, et parfois, je me demande s'ils ne sont pas tous plus lucides que moi.
J'ai toujours cette peur sourde de m'entraîner encore et encore et de me retrouver à ce cours de burlesque...sans oser me déshabiller. Et de me rendre compte qu'en effet, ce n'est pas fait pour moi.
Pourtant, j'ai une envie folle de ça.
De pouvoir sublimer mon corps, de le montrer au public et de faire quelque chose de magnifique avec.
De faire un doigt d'honneur à cette honte constante de montrer son corps.
De faire un pieds de nez aux ennemis de l'exhibitionnisme.
De créer des numéros de la musique à la petite culotte.
De me réveiller le matin et de me dire "tu es définitivement celle que tu as voulu être. Tu voulais vivre dans le glamour, tu l'as fait. Amuse-toi bien."

Dirty Martini
Et encore une fois, Anaïs du Passé m'emmerde. J'ai presque envie de m'auto-foutre un coup de pied au cul en beuglant "tu pouvais pas t'extravertir plus tôt, que les autres aient une autre idée de toi?" mais c'est cruel envers Mini-moi qui devait déjà gérer pas mal de trucs.
En fait, si je dois en vouloir à quelqu'un, ce serait à toutes ces personnes persuadées que personne ne change ni ne grandit jamais. Persuadées que si une personne ne correspond pas à leur idée de tel ou tel métier, il n'a aucune chance.
Je devrais les blâmer mais je n'y arrive pas.
Je suis fatiguée de penser que ma famille, c'est-à-dire les personnes que je côtoie si souvent et qui devraient être fiers de moi, sont tout bonnement incapables d'émettre le moindre encouragement en ma faveur.
Je suis fatiguée de devoir toujours prouver, démontrer, me battre. Ai-je à faire ça?
Pour prouver aux personnes qui devraient être les plus proches de moi que je ne suis pas la petite merde insignifiante qu'ils ont toujours eu l'impression de voir?
Pourquoi dois-je me sentir fautive d'avoir des rêves? Des rêves autres que d'avoir des enfants et de réussir mes études.
J'aimerais avoir des rêves sans devoir les garder pour moi, ou les avouer à demi-mot comme si j'étais fautive. Je ne sais pas danser, je ne sais pas chanter, je ne sais pas bouger mon corps, je ne suis pas souple, je couds à peine, et je veux devenir danseuse burlesque.
Je pars de rien pour bâtir des montagnes, et je dois le faire seule.
J'ai été conçue, je suis née, et maintenant, je dois me débrouiller.

Julietta La Doll
Et je sais que lorsque j'aurai réussi, lorsque je serai devenue la femme que je veux être, lorsque je resplendirai, il n'y aura personne pour me dire qu'ils avaient tort. Lorsque je serai devenue performeuse, je serai juste devenue la strip-teaseuse de la famille, au mieux; la prostituée, au pire.

Je m'en suis plainte auprès de Mercutio. Je lui ai expliqué que je me sentais horriblement peu soutenue, que je me sentais seule, et que j'avais l'impression qu'il n'y avait que lui pour croire en moi.
Il m'a parlé de vous, et m'a dit de vous poser la question.
Est-ce une bonne idée, de croire en ses rêves?


[A fait la Une Hellocoton le 11 juin 2013]


36 commentaires:

  1. Je ne pense pas que parce qu'on est introverti on ne peux pas faire ce genre de métier... Justement, j'ai l'impression que ce sont surtout des gens introvertis qui y sont attirés parce qu'ils voient ça comme une façon d'être ce qu'ils voudraient.

    Je pense que tu devrais certainement prendre des cours si tu veux, mais peut-être pas forger des plans sur la comète avant ! ;) Mais surtout ne pas abandonner l'idée, surtout si ça te fais du bien ! :D Et tant pis pour les autres, ce sera une victoire de plus !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne pense pas vraiment mettre la charrue avant les boeufs; j'essaie de préparer un peu mon corps à bouger, parce que je ne veux pas me ramener à un cours raide comme un bâton et incapable de faire quoi que ce soit de mon corps. Je pense que je n'apprendrais pas beaucoup, car je n'en aurais pas les "outils".

      Supprimer
  2. Je vais te dire, si tu ne crois pas en tes rêves, qui le fera? Et si tu n'essaies pas, tu ne sauras jamais si tu aurais pu y arriver. Tu veux vraiment arriver un jour à 50 ans et te demander ce qu'aurait pu être ta vie si tu avais essayé? Voilà, je crois que si tu réponds à cette question, tu as ta réponse :)
    La danse, en t'entraînant dure, ça viendra. La nudité, à mon avis, tout le monde a du mal les premières fois, tu n'es certainement pas la seule à avoir cette appréhension. Et puis pour la couture, si tu as besoin de conseils, demande à bibi, c'est mon métier à la base lol
    Quand à ta famille...Que dire...Je sais ce que tu ressens pour connaître à peu près la même chose. Je ne vais pas te mentir, ça complique la tâche, car comme tout bon professionnel te le dira, le soutien c'est 50% de la réussite. Mais si ça complique la tâche, ça n'interdit pas de réussir pour autant^^
    Aller, courage, bisous!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voilà, je me dits qu'à la première baisse de courage, il n'y aura que Mercutio pour me dire de continuer, et un soutien si mince (enfin...qu'en sais-je?) me fait peur.

      Je comptais prendre des cours de danse à la rentrée (rock n roll avec Mercutio, si ça tient pour lui, parce que j'ai toujours rêvé de faire une danse en duo avec ce petit être génial, et jazz modern) et je me disais que cela pourrait donner de la matière en plus lors de mes entraînements quotidiens: je pourrais répéter les pas appris en plus des étirements, des exercices d'équilibre et de la danse improvisée que je fais d'habitude. Je me dis qu'ainsi, il y a moyen de progresser...?

      Et si un jour, tu as des conseils à partager, je serai honorée de les recevoir ;)

      Supprimer
  3. Je crois qu'il faut croire en ses rêves et surtout tout faire pour les réaliser. Ca fait très cliché, c'est vrai, mais en même temps... :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est limite devenu théorique. Il faut croire en ses rêves. Mais combien y arrivent?

      Supprimer
  4. Je vais te montrer une petite liste.
    J'espère que tu comprends l'anglais. Sinon, dis moi, et je te le traduirais.

    1831 - Lost his job
    1832 - Defeated in run for Illinois State Legislature
    1833 - Failed in business
    1834 - Elected to Illinois State Legislature (success)
    1835 - Sweetheart died
    1836 - Had nervous breakdown
    1838 - Defeated in run for Illinois House Speaker
    1843 - Defeated in run for nomination for U.S. Congress
    1846 - Elected to Congress (success)
    1848 - Lost re-nomination
    1849 - Rejected for land officer position
    1854 - Defeated in run for U.S. Senate
    1856 - Defeated in run for nomination for Vice President
    1858 - Again defeated in run for U.S. Senate
    1860 - Elected President (success)

    Cette liste d'échecs, ma chère, est celle du Président Abraham Lincoln.
    Il a échoué, échoué, et rééchoué. Oh, et il a échoué, aussi.

    Dans ces circonstances, je doute que beaucoup de gens l'ai soutenu. Enfin non, disons plutôt que beaucoup de gens ont dû perdre espoir.
    Mais pourtant, il est devenu président.
    Je pense que je n'ai pas besoin de commenter plus que ça.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai compris la liste, et j'ai compris ce que tu voulais me dire. C'est un merveilleux exemple. Merci!

      Supprimer
  5. "tu ne saurais jamais devenir aide soignante:t'es pas assez forte, t'as pas la carrure, tu travaille dans les merdes des autres, c'est beaucoup trop de responsabilités, c'est trop dur, c'est contraignant, les horaire sont chelous..." Et aujourd’hui j'ai un diplôme et un emploi dans un métier que j'adore. Je me suis donnée des chances et j'ai réussi. Et je suis fière de moi.
    Alors les autres tu les emmerdes très profond. Tu as un rêve, alors mets tout en œuvre pour le réalisé, bas-toi contre ta famille s'il le faut.(j'ai bien du le faire ;)) Et si tu n'y arrive pas pour diverses raisons variées dis toi que tu aura essayé.

    Moi je te soutient et je sais a quel point tu es quelqu'un de bien. Ton rêve mérite qu'on se batte pour lui :)

    RépondreSupprimer
  6. tu sais quoi louloute (oui je me permets des familiarités aujourd'hui)
    fais toi plaisir. Vraiment. y'a que comme çà qu'on peut être un tant soit peu satisfait de soi même et de sa propre vie. t'as envie? Fais le. C'est une ancienne timide monstrueusement complexée qui te parle, qui maintenant d'affiche sur son blog, sur scène pour chanter et danser en Tribal Fusion, et qui fais du théâtre. Fonce. Ca ne peut te faire que du bien.

    RépondreSupprimer
  7. Les personnes qui t'entourent - ta famille, en l’occurrence - ne partagent pas tes rêves et en avaient certainement d'autres pour toi. Du coup, ils tentent de te gagner à leur cause en déchirant les tiens. En tous cas, c'est ce que je vois. Vas-tu les laisser faire? Vas-tu les laisser t'enlever ta motivation et jeter tes paillettes à la poubelle? Je dis que non.
    Et cette "Anaïs du passé", ce Mini-toi que tout le monde connaît malheureusement (ou heureusement?) un peu trop bien, t'es-tu déjà demandé s'il n'avait pas embêté toutes les danseuses burlesques avant qu'elles décident de leur carrière? Je pense que ces femmes que tu admires et que tu voudrais imiter sont avant tout des êtres humains, ce qui veut dire qu'elles ont également des peurs, des doutes et des cauchemars. Pourtant, elles y sont arrivées. Ce qui serait chouette, ce serait que tu aies l'opportunité de connaître mieux une "vraie" danseuse burlesque, que tu puisses lui parler de tes peurs et entendre son histoire. Je suis sûre que ça t'aiderait.
    Va jusqu'au bout, Anaïs, tu es forte, tu es capable. Alors fonce.

    Aline

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que ce serait quelque chose de vraiment intéressant; maintenant, faut-il bien m'entendre avec une danseuse qui accepterait de prendre le temps de me répondre (Michelle L'amour est super gentille, mais j'ai pas envie de la déranger °>_<°)

      Supprimer
    2. Sûr, c'est loin d'être simple, mais tu peux toujours essayer. (:

      Supprimer
  8. Just dooooooooooooooooo !
    (non, sérieux, croit en toi. Et croit en tes rêves. Y'aura jamais personne pour le faire à ta place.)
    (Je rajouterais juste que tu as mon soutien sans faille et qu'on ne commence pas à gravir une montagne en partant du sommet)

    RépondreSupprimer
  9. Si tu ne crois pas en tes rêves? Qui le feras pour toi? Comment peux-tu te construire et trouver une motivation dans la vie si tu n'as pas de rêves qui ne concernent que toi?
    Ces gens te brident parce qu'ils sont incapables de comprendre cela, c'est tout. J'imagine qu'ils n'ont jamais voulu sortir de la norme, ou qu'ils ont raté leur occasion et qu'ils se vengent sur les autres.

    Après je fais peu-être de la paranoïa du complot mais c'est ce que j'en suis venue à me dire. Tu n'as peu-être (même sûrement) pas "rien". Tu as un corps, et s'il est là c'est pour que tu en fasse quelque chose. Tu as aussi du temps devant toi pour te construire et décider de ton avenir. C'est maintenant qu'il faut se bouger, pas dans dix ans, pas dans vingt ans.
    Tu as largement de quoi être ce que tu veux être si tu es déterminée à avancer dans ce sens. Si ta famille ne te soutiens pas, ignore les, oublie ce sujet de conversation avec eux. Ferme ton clapet et patiente. Et montre-leur que tu as réussi, que tu as atteint ton but et ce, sans eux. Prouve-leur que tu es quelqu'un et que tu t'épanouis. Fais leur comprendre que ce n'est pas grâce à eux. Ne te remet pas en cause, ne doute pas, aie confiance en toi et occulte leur désapprobation. Ne t'arrête pas à leur avis, même s'il est important je ne dis pas le contraire, je ne te dis pas non plus de les renier. Juste de leur PROUVER que tu peux. Et pour cela, mets toutes les chances de ton côté.

    Je veux être écrivain. Tout le monde, ma famille, mes amis, mes profs me disent 'c'est bien" d'un air condescendant et lisent mes textes en me faisant des compliments sucrés qui sous entendent "tu n'y arriveras jamais avec ça". Je sais qu'ils pensent que je ne suis pas capable de le faire mais depuis que j'ai dix ans, j'écris et je m'améliore pour un jour réussir à leur prouver que j'ai fait quelque chose. Quelque chose qu'ils n'ont pas cru possible mais qui est sous leurs yeux. Point.

    C'est à toi de t'affirmer. Tu n'as pas à attendre qu'il l'accepte, parce qu'ils ne l'accepteront pas d'eux-même pour le moment. Tu as juste à tout faire pour te reconnaitre toi. Ne te laisse pas empoisonner. Je ne te connais que par tes écris sur ce blog mais rien qu'à travers ça je sais que tu en es capable. Tu as tout ce qu'il faut en toi.

    Désolé pour ce roman mais ce genre de sujet me rends à coup sûr passionnée et je ne démord pas de mes idées en général. Ton avenir n'appartiens qu'à toi et si tu persistes, tu y arriveras.

    En plus j'adore cette idée et j'adore ta motivation. Ce doit être génial d'être danseuse burlesque. Si beau...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les romans me donnent un énorme plaisir, et je suis juste bien triste de ne jamais savoir quoi répondre...
      Merci beaucoup pour ce commentaire; voir quelqu'un qui croit en moi me donne du courage supplémentaire!

      Supprimer
    2. C'est pas grave, rien que le fait que tu répondes c'est bien ^^'. Je suis persuadée que tout les gens qui lisent ton blog croient en toi. A leur manière. Même si tous ne te l'ont pas fait savoir par les commentaires. Garde confiance, ne te renie pas à cause des autres.

      Courage!

      Supprimer
  10. Je ne sais pas si ma propre expérience pourra t'aider, mais bon ^^
    J'ai toujours eu le vertige. Cette peur qui fait que je me tétanisais et ne pouvais plus bouger. Et puis un jour, pour mon anniversaire, je me suis dis : bat-toi contre tes peurs, fonce. J'ai pris un saut en parachute. J'étais accrochée à quelqu'un, donc même si je me tétanisais il tomberai dans le vide. Au final : un des meilleurs souvenirs de ma vie. Aujourd'hui je veux faire pilote d'hélicoptère, je veux voler toute ma vie, ma peur est devenue ma passion. :)
    Je vais commencer à m'attaquer à une autre peur : celle des aiguilles. Je vais commencer à donner mon sang, j'espère vaincre ça aussi.

    Tout ça pour te dire de ne pas avoir peur des limites que tu crois avoir, que tu t'auto-pose. Comme disais Roosevelt : c'est un programme de bon sens que de choisir une méthode, de l'essayer, puis, si elle échoue, d'en essayer une autre. Mais avant tout, il faut essayer quelque chose.
    Si le burlesque ne te convient pas, au moins tu n'auras pas le regret de te demander "et si ...?", tu pourras passer à autre chose. Et si ça te convient, tu pourras faire un grand sourire à tous ceux qui ne croyaient pas en toi ;) Ne laisse jamais personne te dire que tu n'es pas assez bien pour faire ou avoir ce que tu veux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'admire ton courage! o_O Je serais incapable de vaincre ne serait-ce qu'une seule de mes peurs!

      Supprimer
  11. Je crois que le bonheur dans une vie passe par le fait d'être un peu têtue. De tenter sa chance.
    Pendant longtemps, j'ai réussi tous mes rêves, petits et grands: faire de la danse, être dans une compagnie, me blesser, tout arrêter, et attaquer des études de design. Et je pensais que cela était du à la chance. mais non ! Cela est du au fait que je me permet de rêver, encore et encore, que je décide à un moment de tout donner de moi pour que mes rêves prennent vie. Donne- toi les moyens de les réaliser (prends des cours de burlesque, vite !), ne laisse pas place au doute, à la pensée commune. La moyenne des gens sont tétanisés à l'idée du changement et du risque, et sont tjrs étonnés qd tu leurs dis que ça marche !
    Je ne sais pas quel âge tu as...mais vraiment, une vie c'est fait pour ça ! RISQUE, ESSAYE !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. 17 ans, donc les cours de burlesque vont devoir attendre quelques mois. Mais dès que l'heure de mon dix-huitième anniversaire sonnera, je plongerai dans les cours!

      Supprimer
  12. Bon ça fait des mois que je te lis, j'aime beaucoup ton blog, tout ça.

    L'an dernier j'ai eu une révélation, je voulais me lancer dans des études de médecine.
    J'ai tenté (je venais de passer le bac), je me suis inscrite etc.
    Cette année j'étais donc en 1ère année (en france, énorme concours final, stress énorme 2500 candidats, 300 places...). Et cette année, j'ai finis par beaucoup déprimer, je me suis retrouvée sans repères, des amis et mon petit-ami qui me laissent tomber, une fac ou je ne me fais pas d'amie, je suis hyperphagique, des soucis de santé graves dans ma famille qui me soutient de moins en moins, les études qui me plaisent moins également...
    Aujourd'hui je me relève de tout ça et tu sais quoi ? Je regrette absolument rien, pour ma part, je voulais tenter médecine et j'ai tenté. Maintenant je me suis rendue compte que ce n'est pas pour moi, j'ai vécu une année un peu naze mais j'ai énormément appris sur moi. Je me suis retrouvée, j'ai appris à me faire confiance sur certaines choses et j'ai appris mes faiblesses. Mais le plus important c'est que je ne me réveillerais pas un matin à 40 ou 50 ans en me disant "ET SI...", je n'aurai pas ce regret planant au-dessus de moi, j'ai tenté, j'ai échoué oui, je me suis rendue compte que ça n'était pas pour moi et je suis encore là. Et je me trouve un nouveau rêve.

    Je crois que tu devrais tenter, éventuellement avec d'abord des cours de danse, de théâtre peut-être ? Au pire, que risque-tu ? Tu n'abandonnes pas femme et enfants pour élever des puces savantes ! Tu risques de tomber en amour avec ce qui pourrait devenir ta raison de te lever le matin ! Fonce ! Simplement si tu as peur (et c'est NORMAAAAAL), prévois un plan B (toujours avoir un plan B me dit ma maman U_U ), bon courage, poutous virtuels ! (et mercutio a l'air super-hypra-cool, c'était une bonne idée je pense =) ).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai fait du théâtre pendant 9 ans, et j'ai fini par arrêter cette année, parce que regarder les autres répéter et jouer 10 minutes quand le cours fait 2 heures, ça a fini par me gonfler sévère.
      Pour la danse, je compte réessayer à la rentrée, sans me mettre la pression comme je le faisais les autres années "parce que je danse maaaal". le but ici sera d'apprendre à bouger mon booty, car j'ai énormément de mal à effectuer des mouvements avec.

      (Yay Mercutio est trop hypra super méga cool et il en a une grosse et bref il est trop cool)

      Supprimer
    2. C'est encore moi !
      Oui quand je conseillais (mon dieu je donne des conseils ...!) la danse c'est pour se mouvoir dans l'espace et se "réconcilier avec son corps en mouvement", je veux dire que même si tu danses "mal" ou pas hyper bien, une danseuse/un danseur c'est d'abord quelqu'un qui va "ressentir" la danse, le sentir dans son corps entier, transmettre les émotions/sentiments/pensées dans son corps entier, et c'est trop la classe. J'ai dit que j'aimais la danse ?

      Et sinon l'autre jour j'écoutais une chanson de queens of the stone age et ça m'a inspiré quelque chose, depuis j'essaie de transmettre ça en une petite choré (un strip en fait, la chanson est sexy, je retrouverais le titre, bum the witch je crois).
      Bref j'essaie de dire que ça rejoint un peu le burlesque tout ça selon moi, après faut adapter, mais ça transmet un univers via des danses, spectacles etc.
      Et sinon j'ai réussi à bien bouger mon booty bourrée à des soirées et depuis que je me suis reconstruite une confiance en moi ben je continue de le bouger. :D

      Mea culpa si je suis pas très claire, a la r'voyure :)
      (je suis freakyzime sur madmoizelle au fait, il me semble que c'est du forum que j'ai atteri ici la première fois ^^)

      Supprimer
    3. (Ah ouii, j'avais laissé l'adresse sur mon profil, mais je ne savais pas que ça ramènerait quelqu'un ici ^^)

      Supprimer
  13. Alors là, je ne saurais quoi te dire. Je le sais, j'en suis persuadée, que la "bonne" réponse serait de te dire "suis tes rêves, bordel" ! Mais je serais incapable de te le dire sincèrement, parce que je n'arrive pas moi même à foncer pour faire ce que je veux en dépit du risque d'échec et de ce que disent les autres. On m'a souvent répété de choisir des études et un futur métier qui ne me passionnerait pas, parce que "ça reste un métier, pas un loisir". Alors je ne sais plus quoi penser...
    En tout cas j'espère pour toi que quoi que tu fasses, quoi que tu choisisses, tu aimeras ça et ne regretteras rien. Comme déjà dit dans les comms précédents, ça ne coûte rien d'essayer, et si ça te plait ça sera le bonheur !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense qu'il faut essayer de compiler rêve et boulot, de faire les deux. D'avoir un boulot et d'essayer de progresser dans ses objectifs à côté :D

      Supprimer
  14. TOUJOURS croire en ces rêves. Et ne pas écouter les autres, meme si ton toi d'avant te colle à la peau. J'ai toujours donné une image de moi très garcon manqué, pour au final devenir une des filles les plus "féminines" de la famille, à la surprise de tous (et de moi-même également haha).
    Crois en tes rêves et lance toi. Fonce, et n'écoute jamais ceux qui te décourage. Essaye de trouver quelqu'un avec qui tu peux partager cela (dans des futurs cours ou même sur la blogo). Et même dans le cas où tu "échoue" ce n'est jamais un echec. C'est apprendre sur soi. On peut toujours repartir, changer de voie encore et toujours, et trouver SON bonheur, loin de l'image du bonheur des autres.
    Pour avoir essayé une filière plus "traditionnelle", m'être planté en beauté et m'être re-orienté, j'peux te dire que tout est possible. Et maintenant que je fais ce qui me passionne, je dis FUCK à tout le monde, même si on me dit qu'il n'y a aucun débouché en France ... J'partirai ailleurs, même pas peur. Quand on veut vivre ses rêves, si l'on donne tout, on y arrive.
    Donc fonce ! <3

    RépondreSupprimer
  15. Je te comprend tellement !
    Moi-même je ne me vois que comme je me voyais avant : une ado sans charisme, sans charme, sans réelle beauté, peu féminine physiquement parlant, peu sexy, bref, comme à 13 ans, quoi. Et j'ai bien envie d'envoyer bouler cette image là !! Alors j'ai commencé par les petites modifs : la couleur des cheveux, et je compte passer aux lentilles, je me met plus au sport, je porte des talons et jupes en soirées, bref, je commence à "me la jouer" parce que je ne veux pas qu'on ait cette même image de moi qu'on avait quand j'avais 13. Et sur moi-même ça commence à porter ses fruits, sur mes parents aussi, donc je pense que je suis sur la bonne voie.
    Pour ce qui est du burlesque, excuse-moi mais je ne sais pas si ta mamie s'y connait autant que ça pour te dire cela, si ? Ce sont TES rêves à toi, ta volonté, Ta vie, tu en fais ce que tu veux, surtout si c'est quelque chose à laquelle tu tiens !!
    Je trouve cette idée fabuleuse car le burlesque pour moi en effet c'est assumer son corps que parfois on a maltraité et rejeter, l'assumer et surtout l'aimer tel qu'il est. Et c'est à partir de ce moment là je pense qu'elles deviennes vraiment belles, ces danseuses !! Car elles ont confiance en elles ! Et quand on voit des quadra qui prennent des cours de burlesque, c'est justement car elles ne sont pas en accord avec leur corps, et cette discipline les aide à s'accepter telles qu'elles sont, à se voir sous un autre angle !
    A ton avis, elle ressemblait à quoi, Dita, quand elle avait 15 ans ? Elle a surement du bosser et bosser pour ressembler à ce qu'elle est aujourd'hui et s'épanouir dans ce qu'elle fait! (bon je prend l'exemple de Von Teese car je n'en ai aucun autre, cela va de soi ^^)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai déjà vu une photo de Dita au lycée, et elle ne se ressemble pas, en effet ^^

      http://snakkle.wpengine.netdna-cdn.com/wp-content/uploads/2011/11/dita-von-teese-GC1.jpg

      Supprimer
  16. Un peu à la traîne, mais:
    Oui.
    Complètement.
    Surtout que c'est pas si difficile. Si cette envie t'envahi complètement, des pieds à la tête, tu la suivras, et elle te mènera tout naturellement là où tu le voulais. Le plus important, c'est de ne jamais cesser d'y croire.
    Depuis mes 11 ans, je veux faire du cinéma. derrière la caméra. J'en ai 23 maintenant, je progresse chaque jour. Au début personne ne croyait en moi. J'étais seule. Puis à force d'acharnement et de rencontres, on y arrive.
    Tu as une flamme en toi.
    Tu sais ce que tu veux.
    Je crois profondément que tu deviendras ce que tu veux devenir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh mon dieu, ton commentaire me fait tellement plaisir *-* Merci, merci, merci!

      Supprimer
  17. I have just downloaded iStripper, and now I can watch the sexiest virtual strippers on my taskbar.

    RépondreSupprimer