mardi 7 mai 2013

Plein la vue ~8 Et en plus je donne des nouvelles t'as vu

Bonjour à vous tous!
Je pense que ça fait un moment que je n'ai pas donné de bonnes grosses nouvelles, un petit truc pour vous dire que je vais bien étou étou.
C'est normal!
Je ne vais pas bien.

Déjà, j'ai les cheveux blonds.
Et ça m'énerve. J'aime pas avoir les cheveux blonds. C'est trop blond. Alors, j'ai pensé à un sidecut bleu. Mais mon père m'a dit d'attendre les grandes vacances, pour avoir deux mois pour réparer les dégâts si ça me plait pas. Un sidecut, ça ne se répare pas; ça se subit jusqu'au bout.

Après, il y a l'école. L'école. Avec les lettres d'"école", tu peux écrire "enfer". A peu de choses près.
Je pense m'en être plainte à maintes reprises. Je n'aime pas du tout aller en cours. Je voue une horreur complète envers certaines personnes de ma classe, envers leurs commentaires désobligeants, leur bêtise, ou leurs questions qui me semblent trop évidentes. Leurs bavardages, les retards qu'ils provoquent, leurs réflexions, leurs râleries. Leur mépris pour la lecture, pour le "vocabulaire", pour toute chose du genre me rebute. Le silence des professeurs m'énerve; jamais une remise en place, jamais un sermon, jamais une mise à la porte. Dans cette école, tu seras plus grondé pour ta tenue que ton comportement, aussi déplorable soit-il. Je me sens insultée d'être considérée comme étant au même niveau qu'eux. Je ne me sens pas bien parmi eux. Je ne veux plus passer la journée dans le bruit.
Les interrogations se font de plus en plus fréquentes, s'entassent pour atteindre le nombre requis de notes à donner avant la fin de la troisième période de cours. Les travaux se font plus pointus et embrouillent notre vision, nous empêchent de voir la fin d'année qui approche. J'ai peur de sortir du tunnel, soulagée de toute cette étude, et de me retrouver face à un ours que je n'avais pas vu. Un ours appelé Examens.

La nuit, je dors toujours aussi mal. J'ai découvert que la peur du noir pouvait encore attaquer l'adolescent, et même l'adulte. J'ai découvert que c'était de ça dont je souffrais. La terreur qui s'installe, la boule au ventre qui paralyse dès que la nuit tombe doucement. La solitude dans le noir de ma chambre, les fantômes dans la garde-robe, les monstres derrière le lit, le reflet assassin dans le miroir. Il est bientôt 19h, et je commence à avoir peur.

Pendant cette pause, je me suis sentie assez mal. Je n'ai presque rien écrit. Je n'ai pas pris de temps pour me relaxer. Je n'ai pas médité. J'ai à peine refait connaissance avec mon tarot. Je ne sais quelles questions lui poser.

Y a-t-il un cadavre sous mon bureau?

J'ai lu plus. Je n'ai pas encore commencé les livres philosophiques, mais j'ai découvert Anaïs Nin, magnifique et digne femme qui me ressemble si fort dans son besoin d'admiration et de beauté, et si peu dans sa prolifération artistique. Je n'ai rien appris sur la lithothérapie, à peine ai-je cherché. J'ai découvert comment faire des victory rolls, et je me suis entraînée quelques fois à former les rouleaux dans mes cheveux, mais je n'ai pas encore essayé de les faire tenir, faute de laque. Je n'ai presque pas cousu, je n'ai fait aucune crêpe avec Mercutio, je n'ai pas été à l'épicerie quémander pour du travail.
J'ai nettoyé les meubles de ma chambre.
Je ne suis pas devenue plus posée, moins aigrie, plus sympathique. Je pense avoir acquis une façon de parler si incisive que Mercutio ne doit sans doute plus me reconnaître.
Lecteurs, je n'arrive pas à me battre.

J'hésite à continuer cette pause. J'ai envie de retrouver le partage, les commentaires, vos avis. J'ai envie de vous montrer les articles que j'ai écrits, mon guide de l'acceptation de soi, je n'ai plus envie de rediffuser de vieux articles comme une machine à musique cassée.
Honnêtement, je ne sais pas quoi faire. Et je pense avoir besoin de votre avis.


Vakil Eelman et Seraphine Strange
Charlotte Louisa Moran
Cherry Dollface
Source


Fruit Salad Me
Fruit Salad Me

shedevilpinups:


2011 San Jose, CA
Trash A Rama Photography/She Devil Pin Ups
*Please do not remove credits*
Trash A Rama Photography

Evie Wolfe

Source


MADmoiselle Meli

Sabina Kelley
Sabina Kelley

This curvature…
Source

Source
sealpond:
Source

Source

Source

sine-nube:

Untitled | via Tumblr on We Heart It. http://weheartit.com/entry/55415197/via/StaRsForWiSheS
Source

Source

Source

Source

Source
Source
Source

Source

Dita von Teese

Source

Source

Source

Source
Source

Source

Source
Source

Source




16 commentaires:

  1. Je dirais "reviens!!" mais il faut aussi que ce soit ton choix et pas le notre. Si tu reviens pour nous faire plaisir, tu vas te forcer et il n'en ressortira rien de bon. si ce choix vient de toi, alors tu avanceras.
    Au final, on peut t'aider, mais le choix de revenir ou non te reviendras.

    L'école, ben c'est l'école quoi. Avec ces trous du c**, ses profs qui en ont rien à fou**e de ta pomme, de l'ambiance, des autres, qui ne pensent qu'aux résultats (ben oui, si y'a pas 80% minimum de réussite aux exams, c'est pourrit) sans prendre en compte le côté humain et j'en passe. Oui, l'école s'est ingrat, nul, pourrit... mais (et là je vais faire ma chieuse de 27 balais) ça sert vachement. Je m'en rends compte maintenant que je bosse. Oui on apprend des choses qui nous serviront jamais, mais le reste ben ça vaut le coup (je ressors pas le refrain de "si j'avais su...", tu as du l'entendre un paquet de fois déjà).
    Tu es marginale? Tu t'habilles comme tu veux? Tu veux un sidecut? Et ben vas-y, fais toi plaisir et emmerde les autres. C'est TOI qui compte, pas eux. Ils te font des réflexions, ben ris leur au nez, soit fière de toi, de ce que tu es, de ce que tu vaux (dit celle qui s'écrase devant les autres... mais j'y travaille, je t'assure^^). Ai confiance en toi, c'est le plus important (après, me demande pas comment faire, j'ai toujours pas trouver le mode d'emplois).

    Pour la nuit, tu n'as pas un doudou, une veilleuse, qui te permettrais d'être plus sereine? Rigoles pas, mais moi, jusqu'à y'a un an à peu près, j'avais toujours une peluche avec moi. Pis je laisse toujours la porte entre-ouverte pour avoir un peu de lumière. Tu as essayé les fleurs de bach ou la passiflorine pour te détendre un peu? Je ne te parles pas de t’assommer à coup de médocs, hein, juste de te détendre un peu. Je sais que sur moi, ça marche bien.

    Bon aller, la grand-mère rabat joie, va s'arrêter là sinon je vais te saouler.
    En tout cas, plein de courage pour toi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour l'école, je ne râle pas d'apprendre, j'ai arrêté le "ça sert à rieeeeeen!", tout ce que je demande, c'est une ambiance sereine, en fait. Et une meilleure répartition des interros.
      C'est beaucoup demander, en fait...

      Pour la nuit, le doudou marche pas, et les lumières type veilleuse m'angoisse encore plus. Je suis toujours dans le noir, pour moi, en fait ._.
      Du coup, je dors la lumière allumée et quand je me réveille au milieu de la nuit, je l'éteins pour ce qui reste.

      Supprimer
  2. Je te relierai avec plaisir! <3 J'adore tes articles, j'aime ta façon d'écrire et de penser, et je suis admirative par la perspicacité de ton jeune âge.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La perspicacité de mon jeune âge est toute faiblarde par rapport à e que je pourrais être ^^ Mais c'est gentil!

      Supprimer
  3. L'article veut dire pleins de choses, et tu gardes une certaine lucidité.
    Mais méfie toi de ces pensées : "Je me sens insultée d'être considérée comme étant au même niveau qu'eux."

    C'est une phrase à éviter le plus possible. Car là, tu te places à un échelons au dessus d'autres personnes dont tu ne connais pas les vies, les vécus...Personne n'est supérieur aux autres.
    Si tu ne les aimes pas, et que tu ne veux pas te mêler à ces gens, libre à toi, et personne ne pourras jamais contrer ça. Mais ça s’arrête là.

    Moi même j'ai très mal vécu une partie de ma scolarité. Quand j'ai changé ma branche, et donc mon école par la même occasion, j'ai été libéré : J'avais trouvé ma place.
    Il est clair qu'aujourd'hui, tout ce qu'on aime ne détient pas forcement une école accessible.
    Maintenant, tu es en 5e, il reste un peu plus d'un an. Dis toi ça, ces gens là valent-ils la peine de rater ta vie?

    Je pense que tu as un atout indéniable que tu sembles, non pas ignorer, mais sous-estimer : Tu as un copain, unique. Vous faites et vous vous dites des choses sincères, vous vous dites tout : Vous faites un.
    Ce n'est pas donné à tout le monde, crois moi. Vraiment.
    Alors trouve ton réconfort, ton besoin d'aide chez lui. Et lui, fera de même quand il se sentira mal, car c'est ça un couple.
    Personne ne pourras te dire comment sortir de ce genre de situation. Ou du moins, les conseils qu'on te donnera ne serons que des conseils, rien de concret.

    Par exemple, les gens t'emmerdent pour tes vêtements. Comment sommes-nous censé t'aider? Nous ne pouvons pas. Et te dire "Ignore les" ne t'aideras pas : ça va juste te frustrer. Car rien n'aura avancé, et ces gens seront toujours là. Tu dois trouver un moyen par toi même, avec ton copain, pour contrer ça. T'en aller de ce "monde", ou bien affronter. Pas le choix, en fait, mhh?

    Pour tes passions...Eh bien, tant que tu n'auras pas combattu ton problème sociale, tu ne pourras jamais t'épanouir pleinement. C'est un fait.
    Met toi un seul but en tête, tu as trop d'ambitions pour l'instant je pense. Fixe toi un seul but à la fois.
    Là, assure toi d'en finir avec ces merdes sociales.



    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je deviens de plus en plus présomptueuse, je l'admets. Pour cette phrase, l'histoire du niveau plus bas ou plus haut, c'est au niveau scolaire et rien d'autre. Je suis consciente de ne pas connaître ces gens. Mais de toute façon, cela reste présomptueux.

      Supprimer
  4. Je ne sais pas quoi te dire pour t'aider, mais je t'envoie tout le courage et la lumière possible... ça m'énerve tellement d'être si impuissante pour aider les gens. é_è
    Pour ce qui est de reprendre l'écriture sur le blog, je serais d'avis de publier si tu écris, ne plus publier si tu n'écris pas, et suivre ton inspiration. Ou tout simplement faire comme tu le sens, mais dire ça ne sers pas à grand chose x)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est ce que je me disais aussi. Il faudrait que je me prenne moins la tête au sujet de mon rythme d'écriture. J'écris, j'écris pas, ça varie toujours et ce n'est pas grave.

      Supprimer
  5. coucou:)

    je te dirais que je serai bienheureuse de te relire. Mon avis rejoint un peu ceux des autres: ne te prend pas la tête avec ton rythme d'écriture: tu publie quand tu veux et quand tu en ressent l'envie (dit la fille qui n'a plus rien publier depuis le 21 avril)

    pour le peur du noir, j'ai vécu une période de terreur nocturne quand j'étais encore chez mes parents, j'utilisais une lampe avec une variation de la lumière et je dormais avec la faible intensité (maintenant j'ai un gros nounours dans mon lit ;) ) cela éclairait suffisamment sans pour autant consommer à mort.

    quand à cette petite phrase :"Je me sens insultée d'être considérée comme étant au même niveau qu'eux." je te comprend très bien. J'ai déjà été dans une classe ou mes camarades n'en foutais pas une rame, c'était encore l'époque ou le passage le la 1ère a le deuxième secondaire était automatique. Les profs avaient décrétés que c'était la "pire classe" de l'école et beaucoup sont arrivés en soupirant et en trainant des pieds. (ca te situe le contexte et l'ambiance) et quand on te dis "les C c'est vraiment des fouteurs de merde, y a en a pas un qui bosse" t'as envie de te lever et de hurler à la prof "hé connasse! Moi je bosse jusque 10h du soir alors t'as pas le droit de me comparer à eux!" C'est puant de prétention et je le reconnais. (j'avais 12 ans, pitié!)

    Bref tout ça pour dire que je comprend le sens de ta phrase et la tournure que tu a voulu lui faire prendre. Quand tu veux juste une ambiance de travail et que t'as droit au cirque à la place, c'est juste éreintant! Tu te demande ce que tu fous là avec tout ces crabes qui semblent oublier qu'après l'école y a le travail. Je comprend que c'est au niveau étude scolaire et pas genre humain. Sinon là oui, ça coince un peu.

    Bon j'arrête mon pâte sinon je ne saurais pas aller faire mes courses!

    bisous poulette! (je t'envoie un câlin virtuel!)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Faut vraiment pas s'inquiéter pour le sens de cette phrase d'un point de vue humain, ça ne m'est même pas venu à l'esprit. C'est vraiment et uniquement d'un point de vue scolaire, où je me sens un peu lésée.

      Supprimer
  6. Je pense que tu devrais faire ce dont tu as envie ! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense aussi, mais j'ai un mal fou à le faire ^^' Je me dis que sans les lecteurs, le blog n'est rien, et si j'ennuie quelqu'un, ça me gêne.

      Supprimer
  7. kawaiisamouraï8 mai 2013 à 21:38

    Tu aimes écrire et on aime te lire, si ça te fait plaisir d'écrire et de partager, on est là! ;-)

    Essaies de moins te mettre la pression, t'es quelqu'un de bien tu sais!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, parfois, j'avoue que je me prends fort la tête pour pas grand chose :/

      Supprimer
  8. C'est chouette d'avoir de tes nouvelles! Souvent je commence à écrire un commentaire, et souvent j'efface, parce que je le trouve trop nul. Oui, je suis nulle pour faire passer un message à l'écrit, mais je voulais t'envoyer un "courage", et c'est pas en me disant à chaque fois que j'écris comme un pied et en renonçant que le message va passer.

    Mon époque collège-lycée n'a pas été spécialement traumatisante, mais le passage au lycée a été tellement agréable. J'étais débarrassée de tous ces camarades lourds, capables de rire seulement et qui ne tendaient jamais une oreille quand je voulais me confier ou parler de trucs un peu sérieux. Au lycée, les gens y sont par choix, du coup c'est censé limiter le comportement de passager clandestin, et de boulet qui écoute pas en cours et fait l'intéressant. :) J'espère pour toi que ça ira mieux l'an prochain au moins, une fois les classes mélangées, et j'espère que ça n'émoussera pas ta volonté de bosser (j'ai cessé de trop bosser pour ne pas être traitée d'intello, quand j'étais plus jeune et influençable, je le regrette aujourd'hui, je suis devenue incapable de m'organiser).

    Tu as essayé de dormir avec le volet ouvert? Des fois que les lumières du dehors te rassurent sans l'effet veilleuse? Ou la tisane/bol de chocolat chaud avant de dormir?
    Tu y as certainement déjà pensé... :/ En tout cas courage, et des bisous! ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour l'école, je compte en changer l'année prochaine, donc je serai soulagée de cette ambiance. Allélujah!

      Mes rideaux sont grand ouverts la nuit, mais ça ne suffit pas, malheureusement :/

      Supprimer