mardi 19 février 2013

Ton avis, tu peux te le mettre là où je pense.

"Si tu te dis tolérante, tu devrais aussi accepter les avis de ceux qui ne pensent pas comme toi ;)"
(Ca ne m'a absolument pas été dit comme ça, sur le coup, et il y avait énormément de diplomatie (et pas UN SEUL WINK), mais ce n'est pas la première fois que je l'entends, et généralement, c'est bien comme ça que c'est formulé.)

En temps normal, j'aurais très bien pu répondre que si, bien sûr, beaucoup d'avis se valent, et moi-même j'ai quelques fois abandonné un avis premier pour me ranger vers celui d'une tierse personne qui m'aurait convaincue à grands coups d'excellents arguments.

Sauf que cette fois-ci, ce commentaire m'avait été dit dans un contexte souvent abordé sur ce blog.
Mais si, tu sais! Avec le mot commençant par T, terminant par E, avec les lettres O, L, E, R, A, N et C entre les deux!
Précisément, ceci m'avait été dit sur l'article un peu arraché "J'aime pas les gays" (ENCORE LUI! Mais ne disparaîtra-t-il donc JAMAIS?), avec cette petite liste contra-homos, noirs, Arabes, ronds, SM, cougars, geeks (ah non, pas geek, je les ai oubliés), goths, etc.
Avec le petit paragraphe de la fin, j'avais plus ou moins clairement fait comprendre que si quelqu'un se moquait, méprisait et humiliait par n'importe quel propos une personne de la liste citée plus haut à grands coups de clichés, d'idées reçues et bien sûr, vous l'attendiez-tous, elle est là pour vous ce soir, de *~fermeture d'esprit~*, je considérais cette personne comme un gros con.

Et je continue à le penser. Voyez comme je suis fermée, moi, Madame.
Parce que dénigrer une personne qui n'a rien fait de mal, mis à part de faire ce qui lui plaisait (vice, péché!), pour moi, ce n'est pas "avoir un avis", ou si peu.
C'est être un connard incapable de penser par lui-même et d'accepter que d'autres ne fassent pas comme lui.
Il n'y a pas d'argument, à part des ébauches de "c'est comme ça", "il faut mettre des limites" et autres "mais parce que je pense ce que je veux, connasse!"
Sauf que ce n'est pas un argument, ça, mon brave.
Si tu as envie de placer des limites pour le plaisir de te frustrer, fais en sorte que ça ne concerne que toi.
Tu penses ce que tu veux autant qu'Untel a le droit de faire ce qu'il veut sans avoir de remaques méprisantes, qu'elles soient dites en face ou dans son dos.
Et si tu veux vraiment savoir, "Hitler aussi pensait ce qu'il voulait". Si on suit ton raisonnement.

"Hanlala, mais battre une gothique à mort n'égale pas à faire un génocide!"
"Hanlala, mais insulter une gothique n'égale pas à la frapper avec une barre en fer!"
"Hanlala, mais se moquer d'une gothique dans son dos n'égale pas à l'insulter!"

On ne bat pas tous les gothiques à mort en se moquant de la tenue de l'un d'entre eux dans son dos, il est vrai.
Mais par exemple, si toi, tu n'aimes pas cette personne à cause de ce qu'elle fait, à ton avis, pourquoi trois jeunes gens en ont été amenés à tuer Sophie Lancaster? Pour les mêmes raisons. Parce que ses fringues ne leurs plaisaient pas.
Tout ce qui te différencie d'eux, c'est ton tempérament.

Et si tu es partisan du "c'est comme ça", je te répondrai la même chose: "Tant que quelqu'un ne nuit à personne, il fait ce qu'il veut. C'EST COMME CA."

Ton avis hautement personnel d'un point de vue individuel qui ne concerne que toi et que tu revendiques tant et dont tu n'es absolument pas responsable, tu l'annonceras toujours à un moment ou un autre. Et tu blesseras quelqu'un. Sans aucune raison valable à part celle d'avoir donné ton avis.
Et lorsque tu diras sur un forum, un blog, ou simplement dans un groupe de personne, en société, que nom de dieu, les sous-vêtements, comme leur nom l'indique, se mettent sous les vêtements (ha ha) (définis-moi un pied-de-biche), tu ne le sauras peut-être pas, mais tu blesseras quelqu'un.
Lorsque mon professeur de latin a expliqué en classe qu'il existait des gens qui aimaient bien faire semblant d'être contraints lors d'ébats sexuels, et que c'étaient vraiment des tordus, il m'a blessée. Et sans doute quelqu'un d'autre. Mais il ne le savait pas.
Lorsqu'une connaissance a annoncé, tout fier, que s'habiller comme une fille équivalait forcément à être gay, en d'autres termes, il a blessé Carmen. Et peut-être pas que Carmen. Mais il ne le savait pas.
Je pourrais te donner des milliers d'exemples, tu ne peux jamais savoir si ton avis blessera ou non quelqu'un lorsque tu le donneras fièrement. Mais crois-moi, il blessera.



Alors oui, tu as le droit de ne pas être du côté de tout le monde. De désapprouver quelque chose, c'est normal.
Sur le même article que cité plus haut, une lectrice (que je salue beaucoup beaucoup) m'a exprimé son avis concernant la consanguinité, car cet avis était franchement perplexe.
Sauf que ses arguments étaient incroyablement bons, que je n'ai strictement rien eu à redire et qu'avec tous les efforts du monde, je n'aurais pas pu la contredire. Il n'y avait aucun mépris, aucune méchanceté dans ses paroles, juste de la perplexité.
Et vous savez à quel point ça ne m'arrive pas souvent. Parce que personne, à part cette fille, n'a pris la peine de me donner des arguments réfléchis.
J'ai gardé mon avis sur la consanguinité, elle a gardé le sien, et pourtant, je ne pouvais pas me permettre de l'insulter, parce que ça n'avait pas lieu d'être: elle avait raison de son côté, j'avais raison du mien. Point barre.

Alors peut-être qu'être tolérant égale aussi à accepter l'avis des personnes intolérantes. Mais si c'est vraiment ça, je ne veux pas être tolérante. je ne veux pas être ouverte d'esprit. Je ne veux pas être passive. Dire "aaaah, tu rêves de la violer dans un coin sombre parce que sa jupe montre ses genoux à cette salope? Ah beh tant mieux pour toi" ne m'intéresse pas. Je dirais même que ça me répugne.
Non, je n'accepterai pas un avis différent du miens.
Je ne laisse rien passer, je suis une sale réac', je saute sur tout ce qui se moque et je suis immature.
D'accord.
Mais au moins, je sais et je suis sûre que ma cause est juste.




12 commentaires:

  1. Tu vois Decay, je crois que la tolérance est un bien joli mot que tout le monde utilise à tort et à travers. Je suis d'accord avec toi sur beaucoup de points.

    Et par tolérer je veux dire : essayer de comprendre pourquoi certaines personnes (genre homophobes) ont un comportement aussi déplacé et débile. Ca peut passer par me dire " ha oui il a été élevé comme ça, dans sa religion, dans sa culture, etc, blablabla...". Pour moi, là, je suis tolérante envers la personne incompréhensive qu'est l'homophobe. Mais jamais de ma vie je ne penserai qu'il faut être tolérant envers un comportement, des actes homophobes. Jamais. Quand on est homophobe, pour moi, pas le choix, faut changer ou fermer sa gueule le plus possible en ayant compris qu'on pense de travers. (oui je sais c'est un peur adical)

    On peut être compréhensifs et tolérants avec les gens, même les pires, mais il ne faut surtout pas tolérer, selon moi, les comportements violents et destructeurs effectifs. Parce que sinon les personnes ne comprendrons jamais la gravité de leurs actes.

    L'intolérance à parfois du bon, mais certaines personnes ne le comprennent pas car elles ont peur, je pense, de l'être elles-mêmes, intolérantes, c'est presque un gros mot aujourd'hui.

    Du coup j'pense qu'ils viennent te reprocher ce que tu sais faire et que eux ne savent pas faire : assumer de ne pas tolérer certains comportements destructeurs, et t'en porter comme un charme.

    Bref. Ne change pas, sauf si ça en vaut la peine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour ce que tu as dit plus haut: "Quand on est homophobe, pour moi, pas le choix, faut changer ou fermer sa gueule le plus possible en ayant compris qu'on pense de travers. (oui je sais c'est un peu radical)"
      Je ne trouve pas ça radical. C'est un avis que je partage. Et je me trouve en droit de le partager parce que je suis concernée sur ce point.
      Je dis des belles paroles, mais sur toutes les personnes que je défends, il y en a parfois des que j'ai du mal à accepter. Parce qu'on me l'a appris. J'ai des pensées réflexes qui sont négatives envers ces personnes, et je me répugne moi-même. Je l'ai rarement dit, car j'ai honte, et je pense que cette honte est le premier pas vers le meilleur. Quand j'ai un peu peur de cette personne, je me dit aussitôt "mais, petite conne, ça va, oui? Il t'a fait quoi, le mec?" et je pense que c'est cette reprise de moi-même qui m'aidera. C'est pour ça que je pense qu'une personne homophobe, raciste, etc, devrait effectivement fermer sa gueule et apprendre à changer son opinion.

      Supprimer
    2. je suis d'accord avec toi, ça m'arrive aussi ce genre de truc, une peur/un dégoût d'une personne pour X préjugé qu'on m'a appris, et j'ai également ce reflexe de me dire que c'est débile et d'essayer de me "désapprendre" ces automatismes.
      Je crois que c'est le premier pas vers un mieux et si les homophobes commençaient, par exemple, à comprendre que la façon dont ils agissent est débile, même s'ils ne peuvent s'en empêcher, ça serait déjà un tout petit mieux.
      Donc faut pas se priver de le leur dire.

      Supprimer
    3. Le soucis, c'est que les personnes sont souvent trop fière de ce qu'elles sont. Comme on cherche tous à s'affirmer et gagner confiance en soi, accepter qu'on est dans l'erreur et cela représente un pas en arrière. C'est pour ça que tu auras souvent droit à des "je suis comme ça, ne me change pas", ou à des "il est clair que chez moi, on ne va pas blâmer le jugement". Ils savent qu'ils sont en faute, mais changer leur fait horreur.

      Supprimer
  2. je pense que le mot tolérance est fort mal utilisé par les gens. On peut toléré un avis différents. Genre on me dit "j'aime pas les homo" je tolère, on me dit "j'en ai tabassé un hier" je ne tolère plus. Parce qu'il y a violence.

    Les mots c'est nettement plus discret et c'est là ou ca fait mal, car insulté quelqu'un à longueur de journée, je ne tolère pas. Une petite pique, avec humour est tolérée.

    Je suis parfois vraiment intolérante suivant certains comportements et certains mots. on a le droit de penser, de s’habiller comme on veut. on a pas le droit de revendre des organes volés au marché noir, de tabassé son prochain sous prétexte qu'il est différent.

    Mais bon l'humain est con, faut bien s'y faire!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Même les mots, maintenant, j'ai du mal. Parce qu'après, les gens disent "j'aime pas les homos", comme dans cet exemple, parce que c'est "toléré". Sauf que peut-être ne savent-ils pas que la personne ne face d'eux est homo, d'où le problème.

      Supprimer
  3. C'est cocasse mais à te lire, à moins d'accepter absolument tout, on a juste le droit de fermer sa gueule.
    Ce n'est pas la première fois que je ressens ça en lisant tes articles, mais en prônant cette sacro-sainte tolérance, je ne sais pas si tu réalises à quel point, toi-même, tu fais preuve d'intolérance au final...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh si, j'y ai déjà réfléchit plusieurs fois, et c'est pour ça que j'arrête petit à petit de me définir comme tolérante. Parce que la tolérance n'est pas ce que je fais.
      Mais je pense pas que ce que je fais soi mauvais non plus. Je suis révulsée par le rejet d'autrui (quand celui-ci n'a aucune raison, donc), et je pense que c'est une réaction normale.

      Supprimer
  4. Big Up! C'est ce que je me tue à hurler à tout le monde. On ne peut tolérer l'intolérable!
    Une cop', qui a fait du bénévolat au Burkina Faso, me maintenait que l'excision, ça restait une culture, et qu'on ne pouvait rien faire contre, qu'ils avaient le droit de faire ce qu'ils veulent puisque c'est comme ça depuis 3000 ans, et qu'on était qui pour dire quoi que ce soit etc etc... J'ai cru que j'allais m'enfoncer une barre en plexiglas rouillée dans l'oignon tellement j'avais envie de casser des trucs...
    Merci pour ton article.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merde, je trouve ça assez rebutant d'accepter quelque chose sous prétexte que c'est dans les traditions d'une autre culture. ce n'est pas parce que c'est une tradition que c'est quelque chose de normal!

      Supprimer
  5. Oui, merci, totalement !! Dès fois j'ai l'impression de me mettre à dos tous mes "amis" en les supprimant de ma vie à cause d'une phrase intolérante ou une moquerie etc.. Mais quand je te lis je me dis que ce que je fais est juste et je me retrouve totalement dans tes propos. Merci.

    Et, je préfère être seule (et toute façon je suis pas seule, j'ai toi !) que mal entourée :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Franchement, tu ne fais rien de mal en t'éloignant de ce genre de personnes. Les gens ont un peu de mal à voir l'existence du Mal et du Bien et honnêtement, le racisme, l'homophobie, la grossophobie et tout le reste, c'est par défaut mauvais, il faut arrêter de se cacher!

      Supprimer