jeudi 28 février 2013

Créativité, je te conchie

C'est un fait, je ne suis pas quelqu'un de très créatif.
Ou alors, je ne suis pas au courant.

Je me suis avérée être une énorme quiche en dessin. Je pouvais tout essayer, du plus simple au plus compliqué, je n'arrivais jamais à obtenir quoi que ce soit de potable. Même les coeurs, j'ai du mal à les réussir. Alors quand ça marche, tu penses bien que je suis contente...
Mais tout le monde s'en fout, ma pauv' Lucette!

Un jour (j'avais 12 ans), ma soeur est venue dans ma chambre et elle a dit: "on va faire un jeu".
Tu penses, j'étais enchantée d'avance. Ma soeur qui me propose un jeu, ça promettait d'être follement excitant.
"Tu vas écrire un scénario d'histoire".
Intérêt?
Je l'ai fait.
Une gosse de riche qui perd ses proches (et moins proches) petit à petit dans des meurtres anonymes, sans doute exécutés par la même personne. Elle découvre à la fin que c'était elle et qu'en fait elle est schizophrène.


Ensuite, elle m'a dit d'essayer d'écrire cette histoire. Au moins un chapitre.
Je lui ai dit qu'elle était folle.
Mais je l'ai fait. J'ai écrit une scène. Une autre, encore une autre...
Un an plus tard, je me retrouvai avec 53 pages d'une nouvelle qui ne ressemblait à rien et que mon cul même aurait mieux écrit.
Mais j'étais contente.
J'avais créé.
J'ai recommencé. J'ai refait un scénario, je l'ai commencé. J'avais 90 pages sur papier. Je l'ai retapé sur Word.
J'avais 17 pages.
J'ai vu ça comme un échec.
Ensuite, je me suis attaquée à un autre projet. J'avais la ferme intention de faire 100 pages Word pour que ce soit assez long et que j'aille le proposer à un éditeur (FULL FRONTAL PRESUMPTION) et devenir caylaaaaybre!
Quelque chose comme 2 ans plus tard, ma motivation m'avait quittée depuis de nombreux mois et j'ai laissé mes 57 pages de macabre. J'ai laissé ce projet à l'abandon, je ne l'ai pas fini et je ne le finirai jamais.
Ce n'est que maintenant que l'inspiration m'est revenue, me soufflant à l'oreille des personnages alléchants et une intrigue digne des plus grandes séries type Feux de l'Amour.
Mais j'ai mon idée, et je suis satisfaite.

J'ai aussi créé un blog. Oui, ça, tu savais. J'ai créé un blog, je l'ai tenu, et il progresse. Il ne me donne pas la même satisfaction que lorsque je finis une nouvelle (si tu écris des nouvelles, tu as sans doute déjà ressenti cet orgasme au moment d'écrire le mot "fin") mais il faut dire que ce niveau de satisfaction est inégalable.
Ce blog est source de bonheur comme il peut être source de stress, lorsque l'inspiration de ne se presse pas à ma porte et que l'angoisse de tirer ma révérence m'atteint. Mais toi, si tu blogues, tu sais aussi bien que moi que ça n'arrive pas.

Ces temps-ci, j'essaie la couture. A la main. Piquer l'aiguille dans le tissu me calme énormément, et de ce fait, j'adore cette activité.
Mais voilà le problème: je ne suis pas bien inspirée.
J'ai des idées en têtes, mais elles sont moindres, et je me demande si j'en aurai d'autres une fois celles-ci appliquées.
Je ne suis pas quelqu'un à la tête plein d'idées, qui fourmille de motivation, qui enchaîne créations sur créations.
Et pourtant, j'aimerais.
Mais je ne suis pas. Et ça me fâche.

Je suis le genre de fille qui rêve de savoir faire n'importe quoi de ses dix doigts. Ecrire admirablement, coudre, créer des vêtements sympas, des guirlandes de pompons, faire du nail art, customiser des choses, etc, etc.
Mais je ne peux pas.
Et c'est entièrement ma faute.
Parce que je me plains, vois-tu, mais sache que je n'ai encore rien essayé. Le nail art, d'accord, je sais, c'est mort.
...
En fait...non.
J'ai fait deux nail art dans ma vie. Je pense que personne n'aurait pu faire de chef d'oeuvre en deux essais.
Je n'ai pas essayé de créer de vêtements.
Ni de guirlandes de pompons.
Ni de coller des diamants sur un carnet.
Rien.
Je m'annonce perdue d'avance, et je trouve ça bien nul. Je pense que si je m'en donnais les moyens, je pourrais obtenir des trucs sympas.
Mais la créativité restera, je pense, source de stress. Je reste toujours aussi nulle en matière d'inspiration.
Est-ce que ça se travaille, l'inspiration?

22 commentaires:

  1. Je pense qu'il faut que tu la laisse venir, sans t'avouer vaincue avant, et que tu te laisse aller à faire les choses, sans stresser. Peut être en le faisant comme une détente, avec pas forcément la perfection et la réussite en tête. Tu seras peut être pas forcément contente au début... Mais à la longue, oui, tu feras des trucs sympa.:-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. T'as pas tort, je ferais bien d'attendre que ça vienne, plutôt que de me stresser lorsque ça ne vient pas :)

      Supprimer
  2. Je suis un peu comme toi... J'aimerais avoir une passion, créer des trucs de mes blanches mimines, mais je procrastine trop.
    J'imagine qu'il faut se fixer de petits objectifs d'abord, un truc qui te décourage pas de suite. :) Et après c'est censé venir tout seul.
    Sinon pense aux cours, c'est toujours bien pour une première approche d'un domaine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'y pensais pour la couture. La mère de Mercutio suit des cours par modules en trimestres, et je me suis dit que trouver un cours qui fonctionne aussi comme ça m'aiderait à ne pas abandonner en pleine session ^^

      Supprimer
  3. Comme toi et Ombre, je me lance des projets couture ou écriture pour finir par les abandonner par manque de temps puis manque de motivation quand j'ai le temps, ce qui est très frustrant... J'ai pleins de trucs dans la tête, et je n'arrive pas à les sortir, c'est souvent assez horrible comme sensation. Je pense que le déclic pour toi viendra tout seul, faut laisser faire, et surtout ne pas se forcer "parce que je m'étais promis que je le ferais", j'en ai eu un preuve avec moi-même aujourd'hui et cela encourage, même si ça prend du temps (beaucoup, oui ^^) !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne pense pas avoir abandonné ma nouvelle par manque de motivation, c'était surtout parce que l'ambiance qui s'en dégageait était beaucoup trop glauque pour moi. J'ai énormément changé entre le moment où je l'ai commencée et la 57ème page, et je ne supportais plus l'ambiance qui s'en dégageait :)

      Supprimer
  4. L'inspiration se travaille énormément, elle ne vient jamais toute seule. Chez moi & chez beaucoup d'autres personnes, elle vient en s'abreuvant d'images, de textes, de musiques, de films et d'autres choses de ce genre. A force de te gaver de tout ça, tu finis par piocher dans ce que tu as pu voir et qui à forcé s'est modifié dans ton cerveau. Et ça marche, ça prend du temps, mais ça marche :) Courage ! (OUAIS ENFIN UN BILLET !)

    RépondreSupprimer
  5. Au début, j'écrivais (des nouvelles, des poèmes), et c'était une souffrance de trouver l'inspiration.
    Ensuite, j'ai peint, et c'était toujours la croix et la bannière pour traquer l'idée, et encore plus le bordel pour la réaliser. Entre le projet et la chose, j'étais systématiquement déçue. Maintenant, je fais de l'illustration et de la BD, et j'ai plutôt la frustration inverse, à savoir je déborde d'idées et je n'ai jamais assez de temps pour les réaliser toutes (comment ça, vous allez me niquer la gueule à coups de batte de base-ball si je continue à vous narguer??? Nan, point de nargage, pas de narguilé, je TEMOIGNE, Mesdames, ho!)
    Conclusion: peut-être qu'il faut trouver le medium qui te convient?... chez moi, ça a pris du temps.

    Et quand même... la grosse panne d'inspiration, le "mmmmeuh j'arrive rien à crééééer sur ce sujet, tout d'la merde", ça m'arrive toujours... mais c'est plus systématique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je prends pas ça pour de na nargue, je trouve ça chouette d'être aussi inspirée. J'espère que tu notes tout =D

      J'ai toujours quelques inspirations, mais sans cesse peur qu'après ces 2-3 petites choses, je n'ais plus rien du tout. Mais ça ne m'est pas encore vraiment arrivé, heureusement.

      Supprimer
  6. je me suis faites depuis longtemps à l'idée que j'ai 10 doigts handicapés incapables de créer quoi que ce soit. L’imagination je l'ai par contre le résultat...c'est pas ça.

    Je suis joie, j'ai reçu mon premier commentaire méchant, tellement épique et recherché que j'en ai ri . Et bien évidemment anonyme sinon ça gâche le plaisir. J'y ai répondu, pour le fun .

    RépondreSupprimer
  7. Salut, Decay !
    J'ai lu ton article, et étant moi même un dessinateur, je sais ce que tout ça veut dire. Manque d'inspiration, d'originalité etc...

    Mais j'ai appris au fil des années que tout ce qu'il faut pour de l'inspiration, c'est de la curiosité, tout simplement.
    Tu n'es pas curieuse? Alors force toi !

    Il faut être curieux car c'est ça qui amène à l'inspiration : Fais des recherches, sur des artistes, des écrivains, même des stylistes !
    Inspire toi d'oeuvres, de créations connues ou moins : Là, tu pourras entreprendre - et surtout, finir tes projets !

    Si tu ne te sens pas curieuse de nature, alors c'est la que tu te trompe : La curiosité, on l'a tous. C'est juste que tu n'es pas assez dans un environnement qui l'active !

    JE NE PARLE PAS DE FUIR TA MAISON, diantre.
    Mais pour travailler ton inspiration, tu dois faire des recherches sur ce qui t'intéresse. Tu es peut être entourées des mauvaises choses, mais ce n'est clairement pas une fatalité. Les choses intéressantes amène systématiquement à d'autres choses intéressantes. Et quand tu es dans ce cercle, la vie est à toi!

    Intéresse toi, fais des recherches, même de chose que tu crois connaitre. Ne te limite jamais à un seul sujet, fais toi un avis par tes propres expériences, pas par ce qu'on entends !


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. D'accord, merci beaucoup pour ce conseil! Je vais m'y mettre tout de suite! n_n

      Supprimer
  8. J'aime beaucoup cet article, et je comprends parfaitement ça. Être incapable de finir quoi que ce soit, de faire quoi que ce soit qui corresponde à nos idées, et même d'avoir des idées tout court...c'est tellement frustrant! J'espère que l'inspiration finira par devenir ta plus fidèle compagne, on sait jamais. :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vais essayer de l'attirer à moi, elle va bien finir par céder! Gnéhéhéhé!

      Supprimer
  9. Je me suis souvent posée la question. Tout comme celle d'avoir une passion. Je ne pense pas que ça se travaille, seulement pour l'écriture, voir des films m'inspire beaucoup par exemple ou alors c'est selon mon humeur (quand je suis très triste ou très énervée, l'envie d'écrire me démange).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense qu'il est courant de constater que les sentiments négatifs aident pas mal à l'écriture, malheureusement.

      Supprimer
  10. L'inspiration ? il faut courir après elle.
    Et puis, pour vous rassurer, vous lisez bien dans vos commentaires que votre blog inspire.
    Tout s'échange et rien ne se vend.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je dois avouer que vous n'avez pas tort! ^^

      Supprimer
  11. Bien sûr qu'un viol ce n'est pas ta faute, encore heureux j'ai envie de dire ! C'est la faute de l'autre, du violeur, du méchant, pas de la vie ! Une mauvaise classe ? C'est la faute des profs, pas de la vie. Je crois que "la vie" c'est un mot fort qu'il ne faut pas employer tout le temps. Mais c'est normal, quelque part, parce qu'on a une expression qui dit "c'est la vie..."

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. T'as pas tort. Il y aura toujours un élément déclencheur.

      Supprimer