dimanche 24 juin 2012

Mahal Kitta

Pour vous expliquer en quelques phrases la situation dans laquelle j'étais avant...
J'avais commencé à en faire un article, puis j'ai bloqué. J'ai du mal avec cette histoire, en fait.
En gros.
Vous avez l'Absent, que j'ai déjà mentionné quelque part (dans le tout premier article sur Mercutio, si ma mémoire est bonne). L'Absent, j'ai fait sa connaissance sur un forum, et j'en suis tombée...on va dire...très amoureuse.
Ce n'était pas partagé, bien entendu (genre, c'est évident) (ben oui, c'est évident). Mais je suis restée amoureuse de ce type une année entière.
Sans jamais l'avoir vu une seule fois autrement qu'en photo ou par Webcam. Bullshit.
Mais ça va, je ne passais pas des soirées à pleurer seule dans mon lit, limite si je ne trouvais pas la situation confortable. Si j'étais amoureuse de lui, je ne tombais pas amoureuse de quelqu'un d'autre (j'ai prouvé que cette théorie était bidon => Mercutio). Si je ne tombais pas amoureuse de quelqu'un d'autre, j'arrêtais les râteaux. Si j'arrêtais les râteaux, j'évitais les grosses déprimes.
Et de plus, si jamais j'avais de la chance et que râteau il n'y avait pas, j'évitais l'amourette adolescente d'une durée approximative de deux semaines et trois jours. Durée acceptable pour Soeur (Soeur est folle, je vous l'ai déjà dit?).
J'avais pas envie d'amourette adolescente inutile. Pour moi, des peines de coeur, c'était à éviter. Je voulais rencontrer le bon, et j'étais prête à être patiente. Parce que je savais qu'un jour, je rencontrerais quelqu'un qui serait Le Bon et qui remplacerait l'Absent à mes yeux, comme par enchantement. Et on vivrait d'amour et d'eau fraîche en discutant bouquins et vie de rêves, ce serait la grande classe.
Joyeux programme.



Et puis voilà, vous connaissez la partie suivante de l'histoire. Voyage en Pologne, doutes, appel téléphonique, et Biquette est devenu Mercutio, tout ça tout ça.
J'ai beau m'être mise à douter un si grand nombres de fois dans cette histoire, l'avoir quitté, m'être battue avec ma raison (et l'avoir baisée, cette connasse), maintenant, je n'ai plus rien. Ni angoisse, ni tergiversations, ni raison pour me dire "tu ne l'aimes paaaaas, la la la la laaaaa" (connasse). Rien, nada, wala.

Et je suis là, assise devant mon bureau, à penser à lui.
Un peu comme il y a cinq minutes. Et ce midi. Et hier.
Et la semaine passée.
Et je me rends doucement compte qu'il me manque. Horriblement.
Je l'ai vu ce matin (en costard) (c'était assez important pour être noté, oui). Et je le verrai demain.
Mais il me manque quand même.
Et c'est comme ça chaque jour depuis plusieurs semaines, et c'est lorsque je me rends compte de tout ça que je commence à me poser des question.
Je suis restée amoureuse de l'Absent un an, et je ne l'ai jamais vu.
Comment ai-je fait? Comment ai-je tenu? Comment ai-je fait pour ne pas péter une durite pour me mettre à pleurer comme une dingue en hurlant à la mort? (Je suis sûre que j'en suis capable, vous savez)
Je saurai jamais, je pense. Déjà que maintenant, quand je repense à cette année, j'ai cette drôle d'impression. Comme s'il ne s'était rien passé, comme si je n'avais jamais aimé l'Absent, comme si je ne l'avais jamais vu comme Dieu en personne (ou presque). Je pense à lui, et je ne le vois que comme un mauvais souvenir de plus. Un souvenir qui ne m'aimait pas et pour qui je ne comptais pas. Et à ce moment-là, je le déteste.
Et quand les gens me demandent si je suis toujours amoureuse de lui, ça me fait doucement rire.
S'ils savaient à quel point il ne compte plus pour moi, à quel point penser à lui me blase.

Vous savez, à cause des vacances, Mercutio et moi, on risque de ne pas se voir pendant trois semaines, voir un mois. Si vous saviez comme cette idée me panique. Je ne tiens pas 24 heures. Comment tenir ne serait-ce qu'une semaine?

Maintenant, je vais commencer à parler de la partie niaise de ce que je pense de tout ça.
Je tenais à prévenir. Je suis consciente que ce n'est qu'un beau rêve, mais ça ne m'empêchera jamais d'espérer. Et vous verrez que ça rejoindra mon raisonnement premier, celui abordé au début de cet article. La boucle sera ainsi bouclée, et je pourrai arrêter de me presser.
Ah bah oui,il est 22h45, un programme fait s'éteindre l'ordinateur à 23h00, et je sais que demain, je ne voudrai plus écrire tout ce que je vous dévoile maintenant. Même avec toute la bonne volonté du monde, je serai bloquée, je le sais. Vous saviez que j'avais ouvert cinq brouillons rien que cette semaine, et que je me vois très mal les terminer, ou ne serait-ce que les commencer? (oui, il y en a des où seul le titre est écrit).
Excusez-moi.
Par où commencer?
Le 14 février 2010, comme à toutes les Saint-Valentin, les rhétos passaient dans les classe distribuer des roses qu'on avait pu, si on le désirait, "réserver" quelques jours auparavant pour qu'elles soient ainsi données à notre (potentiel-le) Valentin(e), le jour-J.
Figurez-vous que j'en acheté une pour lui.
Et. Je. N'ai. Jamais. Su. Pourquoi.
Je ne ressentais rien pour lui, on ne se parlait pas particulièrement (ou alors, je ne m'en souviens pas, preuve que ça ne m'a pas marquée), et on ne s'est pas plus parlés du reste de l'année.
Mais je me souviens avoir dit une fois, à Petit Rocher "Tu sais quoi? J'ai l'impression que, je ne sais pas quand, peut-être dans trois mois, dans deux ans, ou à 45 ans, Mercutio et moi, on finira ensemble."
Je me souviens parfaitement bien de ce jour-là, et encore une fois,je serais incapable d'expliquer mes paroles. Incapable.
Qui le croirait?
Incapable je l'étais.
SI! SI SI SI SI! Je me souviens d'un truc! (t'as vu, l'article écrit en direct de mes neurones, quoi).
Je ne me souviens pas du pourquoi j'ai dit ça (j'en suis toujours incapable), mais nous nous sommes bel et bien rapprochés en mars 2010 (tout se passe toujours en mars, t'as vu). On était en voyage à Rome (tout se passe toujours en voyage, aussi, tiens), et étrangement, nous étions perpétuellement fourrés ensemble, lui et moi. Même que ça paraissait louche aux yeux du monde. Super potes de la mort qui tue en trois jours, quoi. Effrayant.
Nous sommes rentrés en Belgique, et plus rien.
Rien. De rien.
Du coup, moi, t'imagines bien que j'ai refourgué cette histoire tout au fond de mon esprit.
Et l'année dernière, j'y ai brusquement repensé, et je me suis demandée pourquoi cette brusque amitié avait si vite disparu. Je lui en ai parlé(par Skype, moi pas avoir les couilles de lui dire en face), il a dit que c'était comme ça, qu'on pouvait rien changer.
Bref, il avait l'air de s'en foutre complètement, quoi.
Maintenant, je l'imagine en mode "Fuck yeah" devant son écran et ça me fait rire doucement.
Ça va, pas trop décousu, l'article? Vous suivez?

Enfin...entre Mercutio et moi, il y a toujours eu quelque chose. Et c'est pourquoi je m'étais autant posé toutes ces questions plusieurs mois-même avant de partir. Parce que ce garçon m'avait toujours troublée.
Et quand je me demande si c'est pas lui, le bon, pour la première fois de ma vie l'idée ne me paraît pas saugrenue. N'en déplaise à Soeur, persuadée qu'avec les bas (non, pas les hauts, ça, elle s'en fout) qu'on a traversé, elle donne pas 6 mois à notre relation.
Je suis prête à prendre les paris.
Qui est avec moi?

Quand je repense à ces trois ans, à ce qu'on traverse maintenant, à tout ce que je pense de lui, et à tout ce que je ressens, je n'ai qu'une phrase qui me vient à l'esprit.
Et il a beau être français, je préfère l'écrire en philippin.
Trop de meringue tue la meringue.






*regarde le compteur*
Plus que 60 secondes avant que l'ordi ne s'éteigne. Bien joué.




13 commentaires:

  1. Ton Absent fait écho au mien, à part le fait que je pouvais le voir de très rares fois, et toujours en coup de vent. A la différence que je ne peux pas l'oublier, et que penser à lui ne m'évoque que des bons souvenirs.

    Je veux bien prendre les paris ! =)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aurais aimé être dans le même cas que toi ^^

      Supprimer
  2. A croire qu'on a toutes plus ou moins eu un "Absent" dans notre vie... :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et un Absent gay, vous en avez déjà eu un? Combo d'emmerdements par coefficient élevé xD

      Supprimer
  3. Hey!
    C'est Eryn /tu te rappelles de moi?), j'ai moi aussi trouvé ton blog. ^^
    Du coup, je n'ai (presque) rien fait cet après-midi...
    Merci, tu es géniale! :D
    Bisous
    Aline

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme si je ne me rappelais pas de toi! Il y a tant d'articles que ça? Mon dieu...
      Ha ha ha, eh bien, merci beaucoup d'avoir pris le temps de me laisser un message, ça me fait super plaisir, et de ta part en plus ^^

      Supprimer
    2. Et encore, je me suis réservé le récit pour plus tard... ^^
      De rien, c'est normal.
      J'adore tes cheveux, au fait. (;
      Bises. ♥

      Aline

      Supprimer
  4. moi je tient les pari, j'suis avec toi. Ta sœur elle est défaitiste!

    Avec Luc on est aussi passé par des bas vraiment très bas, grosses disputes, au bord de la rupture...tu vois le genre?
    Et ca fait 6 ans qu'on est ensemble. Et j'ai été une vraie chieuse parce que suis déja sortie avec lui, deux mois, mais il était pas dans une bonne période, moi non plus et ca s'est fini la. Mais on est rester ami, parce que ca me faisais 2 VRAI amis en tout et pour tout. Mais là ou j'ai été garce, c'est que je l'ai fait attendre...deux ans! (et on remis le compteur à Zéro)

    Pourtant, plein de gens nous attendent au tournant, disent qu'on va pas ensemble, parfois c'est je t'aime moi non plus. Mais on est toujours ensemble.

    A la différence c'est qu'il habitait à 20 mètres de chez moi!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. 20 mètres o_O Pas mal!

      Et tu n'as jamais calculé combien de temps vous avez été ensemble, en additionnant avec les deux mois?

      Perso, avec Mercutio, on ne compte pas la semaine durant laquelle je l'avais quitté. Ca fait trois mois, point barre, la semaine est incluse dedans.

      Supprimer
  5. ben là en mai ça a fait 6 ans donc si compte juste tout les 13 mai, c'est 6 ans et 2 mois. Mais comme dirait Luc on avait changé, on avait apris à ses connaitre et on a voulu recommencer à zéro. Le fait qu'il soit resté mon meilleur ami m'a beaucoup aider aussi :)

    En fait je le connais depuis que je suis toute petite, on se voyait à l'école et tout. Puis on a eu droit à une fête de quartier, il voulais pas y allez, moi non plus mais bon finalement ca été un heureux hasard. Lui a eu le coup de foudre mais pas moi, . Et puis on est deux gros fan de manga! Ca rapproche :)j'ai fini par tombée amoureuse de lui.

    Quand je me suis remise avec lui, j'étais en plein milieu de mes exams et je me suis dit un truc du genre "dis espèce de conne si ça fait deux ans que tu l'aime comme une dingue pourquoi tu le fait souffrir inutilement? et pourquoi tu attend bêtement?" Mes parents ont dit que ca n'avait pas été le bon moment. Heu ben oui mais l'amour c'est pas sur commande XD

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les parents font toujours des réflexions du genre ^^
      "Attends, t'as un copain, mais essaye de ne pas penser à lui durant les examens, d'accord?
      -...I think about what the fuck I want"
      A chaue fois, c'est ce que j'ai envie de leur répondre.
      Et en anglais, siouplé xD

      Supprimer
  6. N'empêche, maintenant, en relisant ton article, t'avais bien raison de parier dessus :) Longue vie à vous deux !! :)

    RépondreSupprimer