mercredi 13 juin 2012

Je n'ai absolument pas peur de passer pour une psychopathe

Hier soir, vers 22h10, je suis sortie de chez moi comme à mon habitude pour ma balade nocturne. Balade nocturne qui, en été (ou à l'approche de cette merveilleuse saison), commence toujours au crépuscule, pour s'achever dans le noir.
J'ai beau faire ma fière quand on me demande si je n'ai pas peur, à marcher seule la nuit, lorsque je croise quelqu'un dans ces moments de noctambulisme, j'ai souvent tendance à flipper pour des prunes.
Et hier, alors que je marchais, la musique à fond dans les oreilles, j'ai vu sur mon chemin des jambes dépasser.
Une personne était donc assise sur le muret, un peu plus loin, et un buisson cachait le reste de son corps.
De suite, je commence à imaginer quel genre de personne cela pourrait-être.
Bien sûr, mon répertoire ne sort pas énormément des psychopathes et autres tueurs en séries que j'appréhende d'habitude. Je me force à me dire que c'est sans doute quelqu'un de tout à fait normal, une personne parmi tant d'autres, comme tous les autres soirs.

J'avance, un pas devant l'autre, jusqu'à ce que je puisse voir la personne dans son entièreté. Une fille. Une jeune fille. Une jeune femme, un individu de sexe féminin dans la fleur de l'âge, prenez le qualificatif qui vous plaira.
Un peu rassurée (ben ouais, j'ai tout de suite plus de chances de m'en sortir face à un psychopathe femelle), je presse le pas et lui jette un coup d'oeil, suivi d'un petit sourire plus dû au réflexe qu'à autre chose. Je remarque son look un peu particulier, ses chaussures galaxie, son piercing au nez, et je continue ma route.
En une seconde, mon cerveau m'a sorti tout un discours:
C'est drôle, tu ne croises pas souvent des gens avec un style aussi chouette, dans la rue. Tu pourrais la saluer, je ne sais pas, lui demander ce qu'elle attend là. Parce que bon, si elle est sympa, vous pourriez faire connaissance. Au pire, tu t'en iras. Et puis, ce n'est qu'une affaire de courage, tu n'as qu'à te retourner maintenant et lui parler. Allez, MAINTENANT.
J'arrête de réfléchir, je tourne les talons, et alors que j'allais obéir à mes neurones et lancer un joyeux "Qu'est-ce que vous attendez ici?" (on ne fait pas plus sociopathe), elle se lève et me dit:
"Excuse-moi, je peux te poser une question? T'es cheveux, tu utilises quoi, comme produit? Parce que j'avais essayé de faire mauve, mais c'est parti au bout d'un shampoing."
God bless mes cheveux.


Et c'est ainsi que je me suis retrouvée à donner les références de ma teinture, à décrire combien de temps elle durait, etc.
Ça s'est finit en échange de prénoms, d'âge, de Facebook, et je l'ai invitée à aller boire quelque chose un autre jour, si le coeur lui en disait.
Ce qu'elle a accepté, d'ailleurs.
Le lendemain, en rentrant des examens, elle m'avait envoyée une invitation Facebook.
Je ne sais pas vous, mais moi, j'avais pas arrêté de me traiter intérieurement de grosse psycho qui parle à de parfaites inconnues pour les inviter à aller boire un café/thé/coca/verre d'eau et qui espère sympathiser.
Pourquoi pas, après tout.
Elle habite tout près de chez moi, ce serait trop con de laisser passer ça.

Mais n'empêche. QUI invite à prendre à café de parfaits inconnus qu'ils croisent dans la rue, hein?

[A fait la Une Hellocoton le 14 juin 2012]

16 commentaires:

  1. Réponses
    1. Ou alors, j'ai pas d'amis ._. (non, allez, faut pas déconner non plus)

      Supprimer
  2. moi j'aimerais qu'une fille m'invite à prendre un café comme ça :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vrai? Ça veut dire que je passe pas FORCEMENT pour une grosse psycho en le faisant? Mais c'est parfait, tout ça!

      Supprimer
  3. Marjorie/Petillante13 juin 2012 à 21:00

    J'ai trouvé ton blog ! :0
    (c'est Marjorie)
    Je vais lire tout ça, quand j'aurai le temps.. ^^' Là j'ai lu en diagonale.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. COMMENT TU M'AS TROUVÉE? o_O Comment faites-vous toutes pour me trouver? xD

      Supprimer
  4. Tu n'as rien d'une psycho, je trouve ça sympa ;)
    On ne rencontre plus personne, à part au boulot, c'est triste!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est juste. Le bahut et le boulot deviennent les seuls moyens de faire des rencontres, mais en fait, c'est plus ce qu'on nous fait croire qu'autre chose. Parce que ouais, tu te vois mal faire connaissance avec un inconnu dans une salle de sport (clichey!), mais c'est pas bien compliqué, en fait. Faut juste oser!

      Supprimer
  5. j'ai bien l'impression que c'est une bonne intuition que tu as eu et a priori une attirance réciproque amicale. je trouve ça bien d'oser... les gens n'osent plus, c'est dommage...
    bises

    RépondreSupprimer
  6. j'ai la timidité d'un boulet de canon et j'ai pas ma langue dans ma poche. j'ose franchement dire au gens, même ceux que je ne connais pas, ce que j'apprécie dans leur look. Ca déstabilisé au début, mais comme le suis sincère ça passe toujours.

    Cette fille a l'air chouette :)

    moi je serai trop contente de me promener avec un miss au cheveux rose :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. TON TOUR VIENDRA! xD (je prie toujours pour que ça marche pour août).

      Supprimer
  7. Ahh t'as trop de chance déjà de croiser quelqu'une comme ça près de chez toi, c'est pas à moi que ça risque d'arriver ! En même temps, c'est sûr que les cehveux rose, ça aide lol ! Moi, même si j'ai la chance de croiser quelqu'un comme ça, c'est pas lui qui ira me demander la marque de mes ringues, faudrai d'abord qu'il me remarque lol ^^
    En tout cas t'as géré ^^

    Millefolium

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est bien la première personne bien lookée que je croise dans mon quartier (qui n'est pas vraiment des masses fréquentés en jeunes), donc je me dis qu'un jour ou l'autre...

      Supprimer
  8. Ohh c'est terrible ça!! *-*
    je veux qu'il m'arrive la meme chose *-*

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ha ha ha, qu'est-ce que je peux te comprendre x)

      Supprimer