mercredi 25 avril 2012

J'ai été au concert d'Emilie Autumn. Depuis, j'essaye encore de me réveiller.

Je ne suis pas une fille à concerts. Certainement pas. Les seuls souvenirs que j'en ai, c'est le Brussel Summer Festival où l'on m'a traînée à deux reprise (la seconde fois, Soeur est tombée malade) (Merci, Soeur) (Elle était verte), ainsi que le concert de Julien Clerc auquel Père m'avait amenée quand j'avais 10 ans.
Pour vous dire ce que j'en ai retenu.
Et je ne sais même pas si j'ai écrit Clerc correctement. Je vérifie, attendez.
C'est bon, l'honneur est sauf.

Pour faire court, donc,on avait tendance à dire que je n'étais jamais allée à un concert. Je n'avais aucune idée de ce qu'on y ressentait, de comment ça pouvait être kiffant d'aller voir en vrai quelqu'un que vous adorez à mort, de qui vous écoutez les chansons en boucles, que vous admirez, bref. Votre Dieu à vous, quoi.
Et le jeudi 12 avril, j'ai enfin pu voir ce que ça faisait.

Emilie Autumn, voyez-vous, c'est une jeune femme au passé difficile. Son univers est basé de son "séjour" dans un asile psychiatrique, suite à une tentative de suicide. Elle fait passer toutes ses émotions et tous ses sentiments vis à vis de ça, à grands coups de hurlements, de colère, souvent de tristesse, voire de désespoir. Parfois, ses chansons sont dures à écouter, car elles sont loin d'être douces et mélodieuse (beaucoup le sont, hein, je rectifie le tir). Je cite Opheliac, dont le refrain crisse comme une craie sur un tableau.
Mais c'est ça que j'aime chez Emilie Autumn. Ses chansons, c'est pas de la guimauve pure et dure, aux accents amoureux et à la tristesse charmante, c'est quelque chose qu'elle a au font d'elle-même, et ça, je l'ai définitivement compris pendant ce concert.
On commence donc ledit concert avec Best Safety Lies in Fear, pendant laquelle les Bloody Crumpet (les sbires d'Emilie, donc, on va dire) entrent une à une en scène. D'abord Captain Maggot, la plus jeune, puis Blessed Comtessa, que je ne connaissais pas plus que ça (et que j'ai appris à ne pas trop apprécier par la suite, d'ailleurs...) et Veronica Varlow, la danseuse burlesque du groupe. Puis, Emilie Autumn, avec son habituel masque de rat, sa queue, ses griffes. La foule est en émoi, on ne se sent plus, tout le monde est content.


On commence avec 4 o'clock, heure emblématique, étant celle où Jack l'Evantreur charcutait (c'est bien le mot) ses victimes. Ce meurtrier est une des sources d'inspiration d'Emilie Autumn, plusieurs chansons sont tirées de ses meurtres.

Emilie Autumn

Il y avait énormément de chansons que je ne connaissais pas encore, en fait, quand j'y pense. Je ne me souviens que de Liar et 4 o'clock, qui faisaient partir du premier album, et de Fight Like a Girl et We Want Them Young que j'avais écouté une fois, avant de venir.

Veronica Varlow
Donc, après 4 o'clock,  c'est Fight Like a Girl qui s'est ramenée. Etant le titre phare du nouvel album, on a juste un peu hurlé plus fort que pour les autres chansons, c'est le girl power, limite, tout le monde était excité.
Après, zouh, celle que j'attendais avec ferveur, Liar. Nom de dieu, j'ai supplié Soeur de me tuer sur le chant. Elle m'a pris l'appareil photo des mains et a assuré la capture des évènement pendant une bonne partie du concert. Moi, cette chanson m'a mise dans le coma.


"I want to mix your blood and put it in the ground, so you could never leave"
Captain Maggot



"I want your beautiful suffering, I want to see your pain"
Soeur a eu la bonne idée de commencer une vidéo, qui aurait pu bien donner si le son n'était pas tout pourri. Si vous voulez cliquer, je vous conseille de baisser le volume, parce que les grésillements intempestifs, ce n'est bon pour personne.  Mais Emilie et Maggot, quoi!
video
Puis, pendant Time for Tea se fait amener un chariot de thé et de petits gâteaux, que les Bloody Crumpet s'amusent à grignoter avant de lancer dans le public (je m'en suis pris un dans le bras, mais gourde comme je suis je n'ai pas réussi à l'attraper). Blessed Comtessa s'est servi une tasse de thé avant de tout recracher dans le public. Soeur et moi étions à un mètre de la scène. Mes cheveux ont senti le Earl Grey Tea pendant 3 jours. Sympa.
C'était un peu le chaos, en fait, au bout d'un moment, avec le thé qui volait de tous les côtés, Veronica Varlow qui continuait à faire passer les biscuits (à force de moyens plus ou moins politiquement corrects) et juste parce que ça ne suffisait pas, Captain Maggot qui a décidé de se jeter dans le public pour un bain de foule. J'ai réussi à la tenir par la jambe pendant qu'elle passait. Joie.




Vient ensuite Take the Pill, qui est une chanson tellement oppressante que sur le moment, où je l'entendait pour la toute première fois, j'ai cru que j'allais faire un malaise. Si vous cliquez sur le lien et prenez le temps de l'écouter en entier, vous pourrez sans peine reconnaître ce moment, c'est sur toute la deuxième partie de la chanson, à partir de "He's a doctor, and you're just a crazy little girl! Wo would believe you?". Et même encore avant, en fait. Mais ce passage m'a marqué. Et quand les quatre petites madame vous hurlent en boucle "TAKE IT! TAKE IT! TAKE IT! TAKE IT!", c'est que du bonheur.



"He's a Doctor, and I, I'm just a crazy fucking bitch!"


"Who would believe you?"

On a enchaîné avec We Want them Young, puis avec le tant attendu Rat Game (roule bien le R et tout est parfait). Tout ceux qui ont été devant on allègrement levé la main très haut lorsque Veronica Varlow a voulu sélectionner l'habituel fan qui allait avoir la chance de se voir embrassée par cette (très) charmante bouche. Elle s'appelait Victoria, elle avait un collier à clous, elle était canon et elle avait une pancarte "Corrupt Me Veronica". On pouvait pas test'.
Et puis VLAN, en plein dans la gueule, un numéro de burlesque. Plus ensorcelant que ça, tu meurs bouche grande ouverte.



Là encore, ma soeur a pensé à faire une vidéo. Mais ce qu'elle ne savait pas, c'est qu'une vidéo, ça ne se pivote pas. Il faut donc tenir l'appareil à l'horizontal.
Mais c'est Veronica. Et Veronica qui fait du burlesque, même à 90°, c'est quelque chose.
video

Est venue ensuite Gaslight, qui est un peu THE chanson triste du spectacle, avec des pleurs, de la déprime, du piano, de la lumière bleue (du lourd, quoi).

Blessed Comtessa (moui, je sais, c'est pathétique, mais je n'ai pas d'autres photos d'elle)



One Foot in Front of the Others a été la chanson qui a clôturé le spectacle, à grands coups d'ambiance militaire et de tambours.

Nous n'avons pas eu besoin de rappeler bien longtemps avant qu'Emilie ne revienne sur scène, toute gentille toute mignonne, pour nous chanter Mad Girl et ensuite enchaîner avec Thank God I'm Pretty, que nous avons, nous, simple public, dû chanter.
C'était juste un peu une des seuls chansons dont je ne connaissais AUCUNE parole. Du coup, je faisais comme Soeur: je me dandinais en rythme. Great.

Bref, je suis sortie de la salle, j'avais encore des étoiles plein les yeux, je me suis accordé le plaisir de m'acheter deux posters, de Veronica Varlow et de Captain Maggot, donc, que j'aime toutes deux d'amour, et nous sommes rentrés à la maison, Père (qui était resté à l'arrière de la salle -on avait acheté une place de trop, et Mercutio avait refusé de venir), Soeur et moi. J'ai demandé à cette dernière comment elle avait trouvé le concert. Paraîtrait qu'à côté de ça, Stromae, Puggy, tout ce que tu veux, ce sont des p'tits joueurs. Au moins, c'est dit.

[A fait la Big Une (hu hu ho ho) Hellocoton le 26 avril 2012]

11 commentaires:

  1. J'ai beau être une fana de musique, je n'ai fait que très très peu de concerts dans ma vie. Faut dire aussi que sur ma ville, y'a pas grand-chose, dans mes goûts, qui passe. Faut dire aussi que j'ai tendance à préférer le son léché du studio au résultat parfois médiocre en live (ahlala ce que j'ai pu entendre comme échos négatifs sur les Deftones en concert...). Et faut aussi dire qu'avec mes oreilles, les concerts ne sont pas forcément conseillés.

    En fait en dehors de petits groupes locaux que j'ai pu voir lors des festivals gratuits, je n'ai fait que 2 concerts de "grands" groupes, mais concerts bien choisis et <3

    J'ai lu, j'ai même écouté deux morceaux. Je ne connaissais pas du tout, pas même de nom.

    Je peux comprendre l'émotion et le chamboulement que l'on peut ressentir lors d'un concert (quoi qu'en fait lors de "mon" concert fétiche, j'étais plus proche de l'état de transe !), je comprends aussi parfaitement cette étrange sensation après la concert. La déprime post-concert. Pour ma part j'avais bien dû mettre 2 ou 3 semaines à m'en remettre...

    Par contre, j'avoue que musicalement ça ne m'emballe pas du tout cette Emilie Autumn. Ca me donne une drôle d'impression de truc "créé" de toutes pièces, pas spontané. Ca me rappelle un peu le phénomène Marylin Manson en son temps, mais en version féminine et teinté de burlesque, LE truc à la mode... :/ Sans parler de la brune qui ressemble à une copie de Nina Hagen. (Aucun commentaire sur le fait de balancer des trucs sur la gueule du public, thé/gâteaux ou viscères comme chez Slipknot, je trouve ça naze. Je ne vais pas à un concert pour me prendre des trucs dans la gueule.)

    Mais bon, ce n'est que mon avis et c'est génial que tu ais passé une super soirée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'avais jamais pensé à Manson en écoutant, mais maintenant que tu le dis, le sentiment exercé en écoutant leurs musiques respectives restent le même.
      Pour le côté burlesque de la chose, je souligne juste que c'était comme ça déjà il y a 7 ans, bien avant que la mode ne débarque (ou en tout cas, je ne l'avais pas remarqué).

      DIFFÉRENCE entre viscères et petits cakes! xD Nom mais c'est vrai, si t'as pas envie de t'en prendre (ou si tu viens de te faire ton brushing), c'est jamais très cool. Mais généralement, si t'étais à plus d'un mètre de la scène, tu ne te prenais rien du tout, donc c'était surtout pour ceux qui avaient trèèèès trèèèès envie d'être à fond dans le trip folie-des-petits-gâteaux-que-tu-te-prends-joyeusement-dans-la-figure-wouloulou. Enfin moi, j'ai trouvé ça super kiffant :D

      Pour l'émotion pendant le concert, je suis 100% d'accord avec toi! Par contre, après, je me sentais plus apaisée qu'autre chose, va savoir. :)

      Supprimer
    2. Je suis passée complètement à côté de Manson au moment de son "apogée". Je ne me suis penchée sur sa musique qu'après que le phénomène de mode soit passé (j'aime prendre les trucs à contre-temps), y'a des choses pas mal (surtout l'album co-produit par Trent Reznor) mais ça reste de la révolte assez "primaire", à écouter quand on est énervée. Mais pour moi ça ne va pas beaucoup plus loin. Après, les goûts et les couleurs, hein !...

      C'est sûr qu'à choisir je préfère le thé et les biscuits que les viscères ou la barbaque, mais dans un cas comme dans l'autre, je ne crois pas que ça me plairait de me prendre des trucs dans la gueule. Et sans qu'il soit question de brushing (à mon âge je ne sais toujours pas en quoi ça consiste ce machin-là :P ).
      Les deux concerts que j'ai fait, j'étais au 1er rang, donc je sais de quoi il retourne... ;)

      Apaisée après le concert ? Tiens ça doit être étonnant comme sensation... Moi, j'avais la sensation d'être vidée, avec une gros sentiment de manque. La "descente" après le concert fut très pénible...

      Supprimer
    3. Si pénible que ça? é.è

      Supprimer
    4. C'est à dire que j'aurais aimé que ça ne finisse jamais tant j'y étais bien... Alors entre l'impatience avant le concert et le bonheur pendant, l'après, quand tout est fini, derrière toi, forcément, c'est plus dure. ;(

      Supprimer
  2. je n'ai fait qu'un "concert" c'était un truc en rapport avec pepsi à Forest National et je me souvient très bien que le lendemain j'étais dispensée des cours pour cause de gastro. donc je n'ai jamais fait de concert mais...le seul que je voudrait me faire dans ma vie c'est Mylène Farmer! C'est ma muse, ma déesse...bref je suis grande fan. Heureuse que tu t'y soi plait c'est le plis important. et puis il y a une ambiance qui est impossible à reproduire :)

    (sinon je veux bien voir nightwish aussi! )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je connais ta passion sans borne et sans limite pour Mylène, JAMAIS je ne pourrai passer à côté! x)

      Supprimer
  3. Emilie Autumn ! ♥

    Pour avoir vu les récentes vidéos live, j'adore Time For Tea et Take The Pill !

    La chance d'être si près de la scène.. *_*

    Par contre, pour les paroles de Liar, c'est pas exactement ça, c'est "I want to mix our blood, so you can never leave !" ; )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Shit, j'avais été voir les paroles, en plus. J'ai dû sweatcher. Je corrige ça tout de suite!

      Supprimer
  4. Je ne connaissais pas...mais rien que leur dégaine me donne envie d'y aller! ;-)
    Bizoux!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Peut-être lors d'un prochain passage en Europe... :)

      Supprimer